En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        La Saison des feux

        Sonatine
        EAN : 9782355846502
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 384
        Format : 140 x 220 mm
        La Saison des feux

        Fabrice POINTEAU (Traducteur)
        Date de parution : 05/04/2018
        Quand le voile des apparences ne peut être déchiré, il faut parfois y mettre le feu.
        À Shaker Heights, banlieue riche et tranquille de Cleveland, tout est soigneusement planifié pour le bonheur des résidents. Rien ne dépasse, rien ne déborde, à l’image de l’existence parfaitement réglée d’Elena Richardson, femme au foyer exemplaire.
        Lorsque Mia Warren, une mère célibataire et bohème, vient s’installer dans cette bulle idyllique avec...
        À Shaker Heights, banlieue riche et tranquille de Cleveland, tout est soigneusement planifié pour le bonheur des résidents. Rien ne dépasse, rien ne déborde, à l’image de l’existence parfaitement réglée d’Elena Richardson, femme au foyer exemplaire.
        Lorsque Mia Warren, une mère célibataire et bohème, vient s’installer dans cette bulle idyllique avec sa fille Pearl, les relations avec la famille Richardson sont d’abord chaleureuses. Mais peu à peu, leur présence commence à mettre en péril l’entente qui règne entre les voisins. Et la tension monte dangereusement à Shaker Heights.
         
        Après Tout ce qu’on ne s’est jamais dit (Sonatine Éditions, 2016), Celeste Ng confirme avec ce deuxième roman son talent exceptionnel. Rarement le feu qui couve sous la surface policée des riches banlieues américaines aura été montré avec tant d’acuité. Cette comédie de mœurs, qui n’est pas sans rappeler l’univers de Laura Kasischke, se lit comme un thriller. Avec cette galerie de portraits de femmes plus poignants les uns que les autres, c’est aussi l’occasion pour l’auteur d’un constat d’une justesse étonnante sur les rapports sociaux et familiaux aujourd’hui.
         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782355846502
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 384
        Format : 140 x 220 mm
        Sonatine
        21.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Verdure35 Posté le 11 Août 2018
          Tout m’a plu dans ce roman, je me suis un peu méfiée du titre, mais non, pas de mièvrerie ni dans l’écriture, ni dans la traduction. Beaucoup de sujets sont abordés : l’adolescence, le pouvoir des femmes, la vie en société, le désir fou d’enfant, l’abandon à la naissance par nécessité, mère porteuse, bref des vies de femmes . Les hommes aussi sont présents dans ce roman , mais en demi-ton. Une lecture qui peut sembler légère , mais avec beaucoup de fond et de réflexion.
        • LesLecturesdAnneSophie Posté le 9 Août 2018
          Avec La Saison des feux Celeste NG nous offre un petit bijou de lecture. Shaker Heights est une banlieue comme beaucoup d’autres aux États-Unis, ou même en France : cadre idyllique, jolies maisons, enfants bien élevés et jardins très bien entretenus, le tout pas forcément dans cet ordre. Mais si la façade semble impeccable, c’est, comme souvent, derrière les portes closes ou les sourires engageants que le bât blesse. Et lorsque les Richardson, l’une des plus anciennes et vénérables familles du coin loue une de ses maisons à Mia Warren, artiste bohème et anti conformiste, on se doute bien vite que le temps est compté avant que le vernis ne se craquelle, et que les premières victimes en seront certainement leurs enfants respectifs. Et bien que l’on s’attache à certains personnages, et que d’autres nous semblent plus antipathiques, il faut, comme dans la vraie vie, aller regarder par-delà les apparences. Et bien vite on se rend compte que personne n’est entièrement bon ou mauvais dans cette histoire. Je crois que c’est ce que je préfère dans l’écriture de Celeste NG, les nuances qu’elle sait donner à chacun. Mais ici, encore plus que dans son précédent roman (qui était déjà très bon),... Avec La Saison des feux Celeste NG nous offre un petit bijou de lecture. Shaker Heights est une banlieue comme beaucoup d’autres aux États-Unis, ou même en France : cadre idyllique, jolies maisons, enfants bien élevés et jardins très bien entretenus, le tout pas forcément dans cet ordre. Mais si la façade semble impeccable, c’est, comme souvent, derrière les portes closes ou les sourires engageants que le bât blesse. Et lorsque les Richardson, l’une des plus anciennes et vénérables familles du coin loue une de ses maisons à Mia Warren, artiste bohème et anti conformiste, on se doute bien vite que le temps est compté avant que le vernis ne se craquelle, et que les premières victimes en seront certainement leurs enfants respectifs. Et bien que l’on s’attache à certains personnages, et que d’autres nous semblent plus antipathiques, il faut, comme dans la vraie vie, aller regarder par-delà les apparences. Et bien vite on se rend compte que personne n’est entièrement bon ou mauvais dans cette histoire. Je crois que c’est ce que je préfère dans l’écriture de Celeste NG, les nuances qu’elle sait donner à chacun. Mais ici, encore plus que dans son précédent roman (qui était déjà très bon), chaque chapitre ressemble à un tableau, chaque phrase ajustant la couleur, chaque mot donnant vie au contexte. Les personnages sont travaillés, ciselés même. À l’image de Shaker Heights, ils apparaissent lisses de loin, puis se découvrent rugueux en y regardant mieux, et même tranchants si on s’approche de trop près. Oui, vraiment, ce livre est un petit bijou. Alors, si vous avez aimé « Tout ce qu’on ne s’est jamais dit », dépêchez-vous de lire « La Saison des feux », vous ne le regretterez pas. Et si vous n’avez pas lu le premier, dépêchez-vous quand même de lire celui-ci, parce qu’il fait partie de ces livres à côté desquels il ne faut pas passer !
          Lire la suite
          En lire moins
        • Allantvers Posté le 24 Juillet 2018
          Voilà un roman qui prend de l'épaisseur à mesure que l'on tourne les pages et qui, prenant appui sur le thème un peu facile de l'opposition banlieue WASP vs bohème, développe une intrigue aux ramifications complexes pour dévoiler l'envers des choses et mettre à mal les sacro-saintes notions de bien et de mal. Côté WASP : Mrs Richardson, sa trajectoire de vie rectiligne, ses certitudes inébranlables, sa belle maison, son bel avocat de mari, ses quatre enfants et leurs quatre voitures. Côté bohème : Mia, sa vie itinérante d'un projet artistique à l'autre, pas de biens, beaucoup de secrets, sa fille ado. Elles sont locataires de Mrs Richardson et détonnent dans cette banlieue chic de Cleveland qui a la particularité d'avoir été fondée il y a plusieurs générations sur le principe que l'ordre et le contrôle feraient le bonheur de ses citoyens. Deux modèles antagonistes qui vont irrésistiblement attirer l'un vers l'autre les enfants des deux familles comme peuvent s'attirer les contraires. Et si les liens qu'ils tissent vont peu à peu flouter les repères des uns et des autres, la découverte d'un enfant abandonné va donner le coup d'envoi d'un détricotage subtil et tout en violence feutrée des armures sociales des deux... Voilà un roman qui prend de l'épaisseur à mesure que l'on tourne les pages et qui, prenant appui sur le thème un peu facile de l'opposition banlieue WASP vs bohème, développe une intrigue aux ramifications complexes pour dévoiler l'envers des choses et mettre à mal les sacro-saintes notions de bien et de mal. Côté WASP : Mrs Richardson, sa trajectoire de vie rectiligne, ses certitudes inébranlables, sa belle maison, son bel avocat de mari, ses quatre enfants et leurs quatre voitures. Côté bohème : Mia, sa vie itinérante d'un projet artistique à l'autre, pas de biens, beaucoup de secrets, sa fille ado. Elles sont locataires de Mrs Richardson et détonnent dans cette banlieue chic de Cleveland qui a la particularité d'avoir été fondée il y a plusieurs générations sur le principe que l'ordre et le contrôle feraient le bonheur de ses citoyens. Deux modèles antagonistes qui vont irrésistiblement attirer l'un vers l'autre les enfants des deux familles comme peuvent s'attirer les contraires. Et si les liens qu'ils tissent vont peu à peu flouter les repères des uns et des autres, la découverte d'un enfant abandonné va donner le coup d'envoi d'un détricotage subtil et tout en violence feutrée des armures sociales des deux clans, teintant l'un comme l'autre de zones d'ombres et de gris pour aboutir à une perception des réalités de chaucun beaucoup plus nuancée qu'il n'y paraissait au premier abord. Cela a beau ne pas être un gros coup de coeur du fait d'une écriture assez formatée « creative writing » qui reste un peu en surface, « La saison des feux » m'aura tenu en haleine tout du long. Un auteur à suivre !
          Lire la suite
          En lire moins
        • orchidee2022 Posté le 23 Juillet 2018
          "une perle rare" que cette lecture mi thriller mi roman selon moi... J'avais déjà adoré "tout ce que l'on ne s'est pas dit" et là encore l'auteure m'a transportée dans les méandres de la psychologie et de la réflexion humaine.. L'histoire est belle, "travaillée", réfléchie... Superbe! Elle me laisse sans voix tant les mots nous transportent et nous font réfléchir!! Les personnages sont époustouflants! Je ne suis pas prête d'oublier ce chef d'oeuvre! complètement fan de cette auteure!!
        • palamede Posté le 19 Juillet 2018
          Dans La saison des feux, critique sociale intelligente, Celeste Ng explore avec finesse l'hypocrisie qui fait la cohésion factice d'une société, et sa fragilité face à des éléments perturbateurs. Mais si elle dénonce une société rigide, sûre d'elle-même et intransigeante, elle le fait sans fustiger les choix des individus qui sont par essence aussi subjectifs que souverains. De la même manière, dans ce récit bien construit et vertigineux, Celeste Ng aborde les secrets de famille, les relations mères-filles, la maternité, le racisme et l'adoption, en se mettant du point de vue de ses personnages — des femmes pour la plupart — ce qui évite l'écueil de la généralisation. Ainsi, elle analyse le désir et la difficulté d'être mère, d'être fille, d'être femme, sans jugement mais en mettant en garde contre le conformisme qui serait le plus mauvais choix. Dans un monde parfaitement ordonné, dans une ville où tout le monde s'entend bien et obéit aux règles, Mia et Pearl, en ayant le courage d'être elles-mêmes, ont ouvert une porte qui ne peut être refermée — la porte de la liberté.

        les contenus multimédias

        Ils en parlent

        « Le charme envoûtant de ce roman nait de sa capacité à faire peser sur tous ses personnages sans exception – et au passage la plupart de ses lecteurs – la responsabilité d’un mensonge un peu naïf : celui de l’Amérique post-raciale. Qui propage l’incendie ? On lit page après page pour trouver la réponse, tout en pressentant que c’est peut-être nous qui avons les mains pleines de cendres. » –– New York Times
         
        New York Times
        Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions
        Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com

        Lisez maintenant, tout de suite !