En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        La Symphonie du hasard - Livre 2

        Belfond
        EAN : 9782714446381
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 336
        Format : 140 x 225 mm
        La Symphonie du hasard - Livre 2

        Chloé ROYER (Traducteur)
        Date de parution : 15/03/2018
        Fresque à l’ampleur inédite, La Symphonie du hasard couvre vingt ans d’histoire américaine. Dans le bouillonnement social, culturel et politique des sixties-seventies, de New York à Dublin en passant par l’Amérique latine, un roman-fleuve, porté par un souffle puissant.
        Pas évident d’échapper à sa famille, a fortiori quand cette dernière est en conflit permanent, avec une fâcheuse tendance à se mettre dans des situations compliquées. Alice Burns, elle, a choisi une solution radicale : mettre un océan entre elle et les siens et poursuivre ses études en Irlande.
        D’abord déstabilisée...
        Pas évident d’échapper à sa famille, a fortiori quand cette dernière est en conflit permanent, avec une fâcheuse tendance à se mettre dans des situations compliquées. Alice Burns, elle, a choisi une solution radicale : mettre un océan entre elle et les siens et poursuivre ses études en Irlande.
        D’abord déstabilisée par l’accueil quelque peu revêche des Dublinois, elle se surprend à prendre goût à une existence simple, plus sereine. Et sa rencontre avec Ciaran pourrait même lui laisser entrevoir la possibilité d’une autre vie.
        Mais alors que résonnent les premiers échos des exactions de l’IRA, voici que resurgit une vieille connaissance, et avec elle un passé qu’Alice aurait préféré oublier à jamais…

         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782714446381
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 336
        Format : 140 x 225 mm
        Belfond
        22.90 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Carolivra Posté le 18 Mai 2018
          J’avais laissé Alice en proie à la plus grande tourmente dans le premier tome de La Symphonie du hasard. Pas de temps mort avec ce deuxième tome qui nous emmène directement en Irlande, à Dublin. Si vous n’avez pas lu le début de cette saga familiale et politique, passez donc votre chemin. Dès les premières lignes, Douglas Kennedy a cette grande capacité à embarquer son lecteur. J’étais heureuse de retrouver Alice et d’en savoir plus sur ses choix, ses pensées. Ce tome ne m’a donc pas déçue. Alice arrive à Dublin en plein conflit entre les indépendantistes de l’IRA et les pro-anglais. Elle va donc devoir s’intégrer dans une ville vraiment pas comme les autres. Car Dublin, c’est bien elle l’héroïne de ce tome. On ressent vraiment l’amour que porte l’auteur à sa ville des origines. Il nous décrit une ville morne, glaciale, pas toujours bien fréquentée mais tellement belle. Les fantômes des écrivains les plus talentueux hantent cette ville, déchirée par des jeux de pouvoir qui la dépasse. Entre deux explosions, Alice prend le temps de découvrir une ville riche de légendes. J’ai aimé le fait qu’elle soit toujours pointée du doigt par l’auteur comme une Yankee débarquant sur le... J’avais laissé Alice en proie à la plus grande tourmente dans le premier tome de La Symphonie du hasard. Pas de temps mort avec ce deuxième tome qui nous emmène directement en Irlande, à Dublin. Si vous n’avez pas lu le début de cette saga familiale et politique, passez donc votre chemin. Dès les premières lignes, Douglas Kennedy a cette grande capacité à embarquer son lecteur. J’étais heureuse de retrouver Alice et d’en savoir plus sur ses choix, ses pensées. Ce tome ne m’a donc pas déçue. Alice arrive à Dublin en plein conflit entre les indépendantistes de l’IRA et les pro-anglais. Elle va donc devoir s’intégrer dans une ville vraiment pas comme les autres. Car Dublin, c’est bien elle l’héroïne de ce tome. On ressent vraiment l’amour que porte l’auteur à sa ville des origines. Il nous décrit une ville morne, glaciale, pas toujours bien fréquentée mais tellement belle. Les fantômes des écrivains les plus talentueux hantent cette ville, déchirée par des jeux de pouvoir qui la dépasse. Entre deux explosions, Alice prend le temps de découvrir une ville riche de légendes. J’ai aimé le fait qu’elle soit toujours pointée du doigt par l’auteur comme une Yankee débarquant sur le vieux continent. Elle est curieuse de tout et elle s’adapte à son monde. Très rapidement, Alice se fait des amis. Autour d’une pinte de Guinness, elle apprend à vivre loin de ses parents, dans un pays pas toujours très sûre. Elle va devoir faire face aux fantôme de son passé et prendre des décisions vraiment difficiles. Douglas Kennedy ne se contente pas de nous raconter la vie d’une étudiante dans les années 70. Il nous raconte à travers Alice, la politique de l’époque. Le scandale du Watergate, le coup d’état de Pinochet, les conflits religieux irlandais, le tout saupoudré de références culturelles élégantes et passionnantes. La fin du roman laisse d’ailleurs présager une suite incroyable. Ce deuxième tome de La Symphonie du hasard entraîne le lecteur sur les traces de la fougueuse Alice. Avec passion, Douglas Kennedy décrit la ville de Dublin comme si nous y étions. Une vraie réussite qui me fait languir le troisième tome!
          Lire la suite
          En lire moins
        • Kathleene Posté le 4 Mai 2018
          J’étais restée sur une note sceptique à la lecture du premier tome de ce dernier livre de Douglas Kennedy. Il y manquait pour moi cette impulsion qui vous entraîne dans le tourbillon de l’histoire. Par curiosité je me suis quand même lancée dans la lecture du deuxième tome, et bien m’en a pris. Je me suis transportée dans la vie d’Alice qui avait pris la décision de traverser l’Atlantique, afin de mettre de la distance entre elle et son vécu qui ne lui laissait qu’une note triste et amère. « Fuir est un moyen comme un autre d’affronter les choses quand on sait qu’on ne peut pas gagner ». 1975. Dublin,Trinity college. Nous sommes à l’époque de l’Ira, climat de terrorisme et de pressions politiques. J’ai suivi les traces d’Alice dans ce monde chamboulé par des conflits et des explosions qui à l’époque ont fait terriblement de dégâts, tant humains qu'économiques. Je l’ai suivie dans son nouveau monde universitaire à la conquête de sa future vie. J’ai ressenti ses blessures quand elle a découvert certaines réalités concernant sa famille, mettant ainsi à jour des évènements, à l’époque incompris, et qui lui donne ainsi la possibilité de lever le voile... J’étais restée sur une note sceptique à la lecture du premier tome de ce dernier livre de Douglas Kennedy. Il y manquait pour moi cette impulsion qui vous entraîne dans le tourbillon de l’histoire. Par curiosité je me suis quand même lancée dans la lecture du deuxième tome, et bien m’en a pris. Je me suis transportée dans la vie d’Alice qui avait pris la décision de traverser l’Atlantique, afin de mettre de la distance entre elle et son vécu qui ne lui laissait qu’une note triste et amère. « Fuir est un moyen comme un autre d’affronter les choses quand on sait qu’on ne peut pas gagner ». 1975. Dublin,Trinity college. Nous sommes à l’époque de l’Ira, climat de terrorisme et de pressions politiques. J’ai suivi les traces d’Alice dans ce monde chamboulé par des conflits et des explosions qui à l’époque ont fait terriblement de dégâts, tant humains qu'économiques. Je l’ai suivie dans son nouveau monde universitaire à la conquête de sa future vie. J’ai ressenti ses blessures quand elle a découvert certaines réalités concernant sa famille, mettant ainsi à jour des évènements, à l’époque incompris, et qui lui donne ainsi la possibilité de lever le voile sur les agissements de son père exilé au Chili, au moment du renversement d’Allende par le coup d’état de Pinochet . Je me suis mise à rêver avec elle quand enfin elle a senti poindre ce semblant de stabilité qui lui permettrait de donner le tournant qu’elle attendait pour sa nouvelle vie. Au croisement des rencontres que l’Irlande a pu lui offrir, de l’éloignement des USA en plein Watergate, de la distance qu’elle a réussi à instaurer entre sa mère et elle, et malgré l’arrivée improbable de son passé dans sa nouvelle vie, Alice peut se plonger dans ses études qui lui donne enfin la possibilité d’être elle-même, de pouvoir faire ses choix librement ... ou pas. Car finalement quand est-il du hasard qui vous plonge dans des situations inextricables où le seul choix qui vous reste ne vient pas de votre volonté, mais de votre instinct de survie ? Ou tout simplement parce que, quelles que soient les conditions et les évènements vécus, le choix se présente toujours à vous. Certes, celui-ci peut être compliqué, inenvisageable, mais il n’en demeure pas moins qu’il existe. Il y a une telle sincérité dans ses mots, une telle profondeur dans la description des sentiments ressentis par Alice, qu’on peut être en droit de se demander jusqu’à quel point cette histoire n’est qu’une fiction. Ce deuxième tome m’a profondément donné envie de me replonger le plus rapidement possible dans le monde d’Alice, afin d’y découvrir la trajectoire de vie qui sera la sienne
          Lire la suite
          En lire moins
        • motspourmots Posté le 27 Avril 2018
          "Toutes les familles sont des sociétés secrètes" étaient les premiers mots du premier volet de cette grande fresque et cette affirmation ne cessait d'être vérifiée au fur et à mesure que nous faisions connaissance avec la famille Burns. En partant à l'université, Alice pensait avoir mis suffisamment de distance entre elle et sa famille mais ceux qui ont lu ce premier tome savent que les choses sont bien plus compliquées... Nous avions laissé la jeune femme en train de boucler ses valises, nous la retrouvons à son arrivée à Dublin où elle s'apprête à passer une année à Trinity College. Nous sommes en janvier 1975, en plein hiver et la première vision qu'Alice a de la ville est plutôt triste, humide et sombre. Une logeuse bigote et rigide, une nouvelle culture et des habitudes à appréhender... heureusement pour Alice, quelques bonnes rencontres, des figures chaleureuses se dressent sur sa route et surtout, elle est assez fine pour savoir les reconnaître et orienter son séjour de la meilleure des façons. Alice prend vite le pli des pintes de Guinness et apprend à apprécier le feu du whisky qui réchauffe autant que l'ambiance des pubs. Mais mettre un océan entre soi et sa... "Toutes les familles sont des sociétés secrètes" étaient les premiers mots du premier volet de cette grande fresque et cette affirmation ne cessait d'être vérifiée au fur et à mesure que nous faisions connaissance avec la famille Burns. En partant à l'université, Alice pensait avoir mis suffisamment de distance entre elle et sa famille mais ceux qui ont lu ce premier tome savent que les choses sont bien plus compliquées... Nous avions laissé la jeune femme en train de boucler ses valises, nous la retrouvons à son arrivée à Dublin où elle s'apprête à passer une année à Trinity College. Nous sommes en janvier 1975, en plein hiver et la première vision qu'Alice a de la ville est plutôt triste, humide et sombre. Une logeuse bigote et rigide, une nouvelle culture et des habitudes à appréhender... heureusement pour Alice, quelques bonnes rencontres, des figures chaleureuses se dressent sur sa route et surtout, elle est assez fine pour savoir les reconnaître et orienter son séjour de la meilleure des façons. Alice prend vite le pli des pintes de Guinness et apprend à apprécier le feu du whisky qui réchauffe autant que l'ambiance des pubs. Mais mettre un océan entre soi et sa famille ne garantit pas la tranquillité... Un fantôme surgit du passé, Peter (son frère aîné) rentre du Chili et la convoque à Paris, les activités de son père dans ce même pays où Adam, le benjamin de la fratrie l'a suivi restent toujours aussi mystérieuses. Quant aux relations avec sa mère, Alice préfère les gérer de très loin. "En grandissant, nous prenons des décisions que nous n'aurions pas prises si nous n'étions pas asphyxiés par le sentiment d'être redevables envers nos parents, qui nous ont donné naissance, nous ont nourris, vêtus, éduqués... et qui attendent de nous d'être rétribués pour toutes ces années de sacrifice." La toile tissée dans le premier volet s'enrichit et se complexifie. La grande fresque politique et sociétale commence à prendre de l'épaisseur. En s'installant à Dublin, Alice a désormais un point de comparaison extérieur avec l'Amérique, elle découvre le monde, enrichit son expérience et porte un regard plus circonspect sur ses congénères. La politique est omniprésente avec la ligne frontière entre les deux Irlande et la menace permanente qui plane dans l'esprit des citoyens quand l'actualité est rythmée par les explosions et autres faits d'armes de l'Ira. Les échos du Watergate et des affrontements entre pro et anti Pinochet en Amérique du sud complètent le décor. Les descriptions de Dublin sont captivantes tout comme l'étude des différences comportementales entre New-yorkais et Dublinois. Le parti pris de Douglas Kennedy est intéressant, remonter aux sources, dans le pays qui a fourni une bonne partie de la population de New York... Il nous offre des commentaires et des analyses très fines, certainement puisées dans sa propre expérience. L'opportunité pour Alice d'en explorer aussi la littérature et de poser les jalons de son futur métier d'éditrice. J'avais trouvé le premier volet très agréable, j'ai carrément dévoré celui-ci qui prend une tout autre dimension avec toujours au centre la question de ce que l'on fait ou pas de sa vie. Hasards ou opportunités ? Ce qui nous arrive est-il écrit ou sommes-nous maîtres de nos destins ? Soumis à des pressions familiales, influencés par un contexte politique, contraints par des injonctions sociétales, comment pouvons-nous nous exprimer, nous réaliser ? Surtout, ce que j'avais commencé à entrevoir dans le tome précédent se confirme : la sincérité qui sous-tend l'ensemble du propos indique clairement à quel point l'auteur porte ce livre en lui depuis certainement de nombreuses années. Au point que je ne serais pas étonnée de l'entendre un jour déclarer : "Alice Burns... c'est moi !" En attendant, le bougre a bien réussi son coup, avec cette fin d'épisode dramatique... il me faut la suite, et vite !
          Lire la suite
          En lire moins
        • jadorelalecturecom Posté le 5 Avril 2018
          J’ai replongé immédiatement dans cette saga de Douglas Kennedy. Le livre 1 était déjà très bien. Le livre 2 se déroule en Irlande et c’est absolument génial de suivre le parcours d’Alice dans ce pays tiraillé par les événements entre Irlande du Nord et Irlande du Sud dans les années 70. Elle part vraiment à la découverte de ce pays où elle a choisi d’étudier. Elle fait des rencontres étonnantes, intéressantes, enrichissantes, chacune à leur façon. Et puis il y a Ciaran. Bref je ne vais pas vous dévoiler davantage la suite de cette saga mais autant vous avouer que Douglas Kennedy vous harponne avec ce second volume. J’ai tourné les pages sans avoir envie de m’arrêter. J’ai retrouvé sa plume que j’ai tant aimé il y a quelques années. Alice en apprend aussi davantage sur sa propre famille. Vraiment passionnant !
        • celinedr Posté le 30 Mars 2018
          Comment pourrais-je vous faire comprendre ce qui se passe en moi lorsque je lis un roman de Douglas Kennedy ? Cet auteur fait partie des quelques auteurs, à l’instar de Paul Auster, Arnadur Indridason ou encore Yasmina Khadra pour ne citer qu’eux, qui me berce avec ses mots. Quoi qu’il me dise, le regard fixé tour à tour sur chacun de ses mots, je suis subjuguée. Scotchée. Alors, il y a eu quelques exceptions notamment avec Cinq jours pour lequel j’ai eu du mal à adhérer. Sinon, je suis littéralement happée par l’écriture de cet auteur. Une écriture simple, efficace, sans fioritures qui retient toute mon attention. Douglas Kennedy a quelque chose à dire. Et je l’écoute. Avec la plus grande attention. Dans ce deuxième tome de la trilogie de La symphonie du hasard, je n’ai pas vu passer les pages. Je n’étais plus là pour personne. J’étais avec Alice Burns. J’étais Alice Burns. Tout comme elle, je me suis retrouvée à Dublin dans les années 70, en pleine période de troubles. Tout comme elle, j’ai suivi des cours de littérature à Trinity College. Je trouve la description de cette ville et la narration des événements extrêmement réussies. Epatante même je dirais. Je sais que l’auteur y... Comment pourrais-je vous faire comprendre ce qui se passe en moi lorsque je lis un roman de Douglas Kennedy ? Cet auteur fait partie des quelques auteurs, à l’instar de Paul Auster, Arnadur Indridason ou encore Yasmina Khadra pour ne citer qu’eux, qui me berce avec ses mots. Quoi qu’il me dise, le regard fixé tour à tour sur chacun de ses mots, je suis subjuguée. Scotchée. Alors, il y a eu quelques exceptions notamment avec Cinq jours pour lequel j’ai eu du mal à adhérer. Sinon, je suis littéralement happée par l’écriture de cet auteur. Une écriture simple, efficace, sans fioritures qui retient toute mon attention. Douglas Kennedy a quelque chose à dire. Et je l’écoute. Avec la plus grande attention. Dans ce deuxième tome de la trilogie de La symphonie du hasard, je n’ai pas vu passer les pages. Je n’étais plus là pour personne. J’étais avec Alice Burns. J’étais Alice Burns. Tout comme elle, je me suis retrouvée à Dublin dans les années 70, en pleine période de troubles. Tout comme elle, j’ai suivi des cours de littérature à Trinity College. Je trouve la description de cette ville et la narration des événements extrêmement réussies. Epatante même je dirais. Je sais que l’auteur y a vécu de nombreuses années. Néanmoins, il n’est pas toujours évident de retranscrire avec autant de justesse le climat tendu dans lequel évolue l’histoire. L’histoire et son héroïne. Le personnage d’Alice Burns est fascinant. Cette jeune femme au caractère fougueux sait aussi faire preuve de beaucoup de maturité pour son jeune âge. La vie ne l’épargne pas. Même de l’autre côté de l’océan, sa famille la poursuit au sens propre comme au sens figuré. J’ai également beaucoup apprécié les références culturelles que l’auteur glisse afin de donner plus d’authenticité au récit. Douglas Kennedy est un homme très cultivé et son ouvrage s’en ressent. Cette lecture fut pour moi un véritable régal !!! J’ai hâte de lire le troisième tome dont la sortie est prévue pour le 3 mai. Vraiment hâte !!!
          Lire la suite
          En lire moins

        les contenus multimédias

        Ils en parlent

        « Ce feuilleton au souffle puissant rend furieusement accro.»
        Management
        Toute l'actualité de Douglas Kennedy
        Suivez votre auteur préféré au fil de ses nouveaux romans.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com

        Lisez maintenant, tout de suite !