En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        La Symphonie du hasard - Livre 3

        Belfond
        EAN : 9782714474049
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 400
        Format : 140 x 225 mm
        La Symphonie du hasard - Livre 3

        Chloé ROYER (Traducteur)
        Date de parution : 03/05/2018
        « Une fresque haletante. Unissant petite et grande histoire, autobiographie et fiction, Douglas Kennedy réussit une fresque sociale et familiale pleine de trahisons, de mensonges et de culpabilité. »
        Christine Ferniot, Télérama
         
        On ne peut jamais vraiment prévoir l’avenir ni savoir ce qui nous attend. On peut échafauder des projets, entretenir des espoirs. Mais la symphonie du hasard égrène toujours ses notes, et ses variations incessantes nous rappellent que tout ce que la vie a d’intéressant, de bon, de merveilleux, sera éternellement... On ne peut jamais vraiment prévoir l’avenir ni savoir ce qui nous attend. On peut échafauder des projets, entretenir des espoirs. Mais la symphonie du hasard égrène toujours ses notes, et ses variations incessantes nous rappellent que tout ce que la vie a d’intéressant, de bon, de merveilleux, sera éternellement contrebalancé par le mauvais, le tragique, l’effroyable. C’est le prix à payer pour ce cadeau extraordinaire qui nous est fait : l’absence de certitudes… Sinon celle, absolue, que la présence de chacun de nous dans cet espace grand ouvert touchera un jour à sa fin.
        Mais pour ceux d’entre nous qui sont toujours là, sur le chemin, que dire de ce qui nous attend ? Quels mots suffiraient à résumer ce qui s’étend devant nous ?


        « Douglas Kennedy brosse un remarquable portrait de femme en explorant avec acuité l’Amérique des années 1970, où les forces de la liberté et de la contestation se heurtent à celles du racisme, du sexisme, de l’homophobie et de la corruption. »
        Minh Tran Huy, Madame Figaro

         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782714474049
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 400
        Format : 140 x 225 mm
        Belfond
        22.90 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Sevlipp Posté le 10 Octobre 2018
          Contrairement aux autres commentaires, le tome trois de la sage est celui qui m'a le plus plu. Alice continue sa route et se remet lentement de son drame. Sa famille est toujours aussi dysfonctionnelle. Nous sommes en plein dans les années Carter puis Reagan mais nous croisons ceux qui feront l'histoire plus tard comme un certain Murdoch et un un certain Trump. La trahison est encore au cœur du sujet mais Alice peut compter sur l'amitié. J'ai trouvé le style plus rythmé et l'histoire assez prenante.
        • Ptitgateau Posté le 20 Août 2018
          Nous voici donc a la fin des aventures d’Alice Burns, fin temporaire si l’on en juge par la mention « à suivre» qui vient refermer ce troisième tome. La période Irlandaise s’est tragiquement terminée et Alice devra faire un deuil en ne comptant que sur elle même et surtout pas sur sa mère qui a bien des problèmes à résoudre et pour laquelle il est même dangereux de se pencher sur ceux de sa fille sans la blesser, sans compter sur son père, ni sur l’influençable Adam, son jeune frère, ni sur Peter l’aîné, qui n’a pu qu’observer ce dont les hommes sont capables, et s’est trouvé confronté à la violence, la torture, la perte d’êtres chers. Malgré quelques longueurs parfois, ce troisième volet amène le lecteur à poursuivre la route auprès d’Alice, à côtoyer les acteurs de sa reconstruction, à analyser les relations qu’elle entretient avec les personnes qu’elle rencontre et la façon dont elle communique dans une société dont le principal souci est l’argent et le pouvoir par l’argent. On y retrouve comme dans les autres romans de Douglas Kennedy, une critique de la société américaine. Ce troisième tome m’a malgré tout moins emballée que les deux... Nous voici donc a la fin des aventures d’Alice Burns, fin temporaire si l’on en juge par la mention « à suivre» qui vient refermer ce troisième tome. La période Irlandaise s’est tragiquement terminée et Alice devra faire un deuil en ne comptant que sur elle même et surtout pas sur sa mère qui a bien des problèmes à résoudre et pour laquelle il est même dangereux de se pencher sur ceux de sa fille sans la blesser, sans compter sur son père, ni sur l’influençable Adam, son jeune frère, ni sur Peter l’aîné, qui n’a pu qu’observer ce dont les hommes sont capables, et s’est trouvé confronté à la violence, la torture, la perte d’êtres chers. Malgré quelques longueurs parfois, ce troisième volet amène le lecteur à poursuivre la route auprès d’Alice, à côtoyer les acteurs de sa reconstruction, à analyser les relations qu’elle entretient avec les personnes qu’elle rencontre et la façon dont elle communique dans une société dont le principal souci est l’argent et le pouvoir par l’argent. On y retrouve comme dans les autres romans de Douglas Kennedy, une critique de la société américaine. Ce troisième tome m’a malgré tout moins emballée que les deux premiers, lenteur dans l’action sauf peut-être à la fin. J’attends tout de même le quatrième tome par curiosité pour savoir ce que deviendra Alice et son entourage.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Kittiwake Posté le 23 Juillet 2018
          La fin tragique du séjour irlandais renvoie Alice aux Etats-unis. Pour une lente et douloureuse reconstruction, d’autant plus lente que la douleur est une séductrice se qui laisse difficilement éconduire. C’est donc à toute cette période post-traumatique qu’est consacré le troisième opus des souvenirs de la jeune femme, tandis que dans une Amérique qui voit apparaître une peste mortelle qui semble au départ pointer du doigt la population des homosexuels, la famille d’Alice continue ses frasques conjugales. Amitiés, amours, adultères dressent un décor somme toute banal. L’auteur insiste sur la complexité des liens familiaux, particulièrement entre mère et fille, complexes et toxiques. C’est sur un fond de Reaganisme, qui voit s’épanouir le consumérisme et le règne d’un capitalisme tout-puissant, sur s’accomplit le destin de la famille Burns. On parcourt avec compassion ce récit assez réaliste, qu’il se consacre à la grande ou à la petite histoire, et même si Douglas Kennedy n’a plus à faire ses preuves en tant que conteur addictif, on ne peut qu’être à nouveau convaincu par son talent. Il manque peut-être un peu de suspens, d’un mystère à élucider , les activités du père et des frères ne sont pas suffisamment obscures pour remplir ce rôle. Belle saga, dont les... La fin tragique du séjour irlandais renvoie Alice aux Etats-unis. Pour une lente et douloureuse reconstruction, d’autant plus lente que la douleur est une séductrice se qui laisse difficilement éconduire. C’est donc à toute cette période post-traumatique qu’est consacré le troisième opus des souvenirs de la jeune femme, tandis que dans une Amérique qui voit apparaître une peste mortelle qui semble au départ pointer du doigt la population des homosexuels, la famille d’Alice continue ses frasques conjugales. Amitiés, amours, adultères dressent un décor somme toute banal. L’auteur insiste sur la complexité des liens familiaux, particulièrement entre mère et fille, complexes et toxiques. C’est sur un fond de Reaganisme, qui voit s’épanouir le consumérisme et le règne d’un capitalisme tout-puissant, sur s’accomplit le destin de la famille Burns. On parcourt avec compassion ce récit assez réaliste, qu’il se consacre à la grande ou à la petite histoire, et même si Douglas Kennedy n’a plus à faire ses preuves en tant que conteur addictif, on ne peut qu’être à nouveau convaincu par son talent. Il manque peut-être un peu de suspens, d’un mystère à élucider , les activités du père et des frères ne sont pas suffisamment obscures pour remplir ce rôle. Belle saga, dont les 1000 et quelques pages se parcourent avec un grand plaisir.
          Lire la suite
          En lire moins
        • motspourmots Posté le 17 Juillet 2018
          Suite et fin (en principe) de la saga bâtie autour de la famille Burns, dans l'Amérique des années 70-80 avec en toile de fond l'évolution de la société américaine au gré des choix politiques... Nixon, Carter puis les années Reagan et le règne de la finance. Des aventures que l'on suit toujours avec autant de plaisir... A la fin du Livre 2, nous avions laissé Alice en plein drame dans le chaos de Dublin. La voici de retour à New York où elle ne tarde pas à fuir une nouvelle fois le carcan familial... question de survie. Elle termine son cursus universitaire et parvient à trouver un poste d'enseignante dans une petite université du Vermont, loin de New York et d'une effervescence qu'elle ne se sent toujours pas de taille à affronter. Les relations familiales sont distendues au maximum et Alice, au milieu de tout ça tente de se reconstruire en évitant de donner prise à la folie qui semble gouverner les comportements des membres de sa famille. Peter (le frère aîné), publie un livre sur son expérience au Chili et connait un relatif succès tandis que Adam (le benjamin), se transforme en star des marchés financiers et accumule les millions... Suite et fin (en principe) de la saga bâtie autour de la famille Burns, dans l'Amérique des années 70-80 avec en toile de fond l'évolution de la société américaine au gré des choix politiques... Nixon, Carter puis les années Reagan et le règne de la finance. Des aventures que l'on suit toujours avec autant de plaisir... A la fin du Livre 2, nous avions laissé Alice en plein drame dans le chaos de Dublin. La voici de retour à New York où elle ne tarde pas à fuir une nouvelle fois le carcan familial... question de survie. Elle termine son cursus universitaire et parvient à trouver un poste d'enseignante dans une petite université du Vermont, loin de New York et d'une effervescence qu'elle ne se sent toujours pas de taille à affronter. Les relations familiales sont distendues au maximum et Alice, au milieu de tout ça tente de se reconstruire en évitant de donner prise à la folie qui semble gouverner les comportements des membres de sa famille. Peter (le frère aîné), publie un livre sur son expérience au Chili et connait un relatif succès tandis que Adam (le benjamin), se transforme en star des marchés financiers et accumule les millions de dollars. Leurs parents divorcent ce qui donne des ailes à Brenda Burns qui devient la reine de l'immobilier tandis que la carrière de son désormais ex-mari décline. De son côté, Alice accepte enfin un poste dans l'édition, s'installe à Manhattan et découvre qu'elle est plutôt douée pour ce métier... S'il n'y avait pas cette famille et son paquet de névroses, la vie pourrait presque prendre un tour agréable. Dans ce troisième volet, on assiste à l'avènement de l'argent roi dans une Amérique qui valorise plus que jamais les "money makers" ; on croise Donald Trump alors roi du business immobilier et l'on sent à chaque page le poids des billets verts, y compris dans son influence sur les métiers de l'édition à quoi s'ajoutent l'importance de l'image et l'impact de la célébrité. On suit avec intérêt le parcours d'Alice et notamment son apprentissage dans ce métier passionnant dans lequel sa famille va néanmoins trouver le moyen d'interférer, Peter en tant qu'auteur n'ayant pas de meilleure source d'inspiration que ceux qui l'entourent (et qui, il faut le reconnaitre représentent de sérieux sujets d'étude). Bref, ça craque de partout et on ne peut être qu'admiratif envers cette jeune femme qui parvient à garder la tête froide et à se construire une vie malgré les lourds cailloux dans ses chaussures. Oui, on l'aime bien Alice, et on espère que ce qui l'attend désormais lui offrira des perspectives plus douces, armée comme elle l'est à présent même si la question de savoir si l'on peut maitriser son destin n'est toujours pas réglée (et ne le sera certainement jamais). A la fin, il est écrit "à suivre"... Bizarre puisque ce tome est censé être le dernier. Et que, si tout ceci se lit avec un plaisir indéniable, il n'est pas certain que cette Symphonie n'aurait pas été tout aussi efficace en un seul morceau de 500 ou 600 pages. Comme l'auteur avait su le faire avec sa saga palpitante, La poursuite du bonheur qui couvrait pourtant une période bien plus étendue. On a quand même une impression de dilatation volontaire, comme une illustration des débordements des enjeux économiques sur les purs enjeux littéraires. Et ça, c'est très dommage. Ceci dit, je ne peux résister à livrer cet extrait dans lequel le mentor d'Alice lui explique la relation entre un écrivain et son éditeur, que l'on imagine tiré de la propre expérience de l'auteur : "Ne te figure jamais que tu peux écrire à la place d'un auteur. Garde toujours à l'esprit qu'un écrivain, quels que soient sa réussite et/ou son talent, est un amas ambulant d'insécurités et de névroses. Ton travail, c'est de gérer tout leur passif, y compris leurs doutes par rapport à eux-mêmes, leur crainte de l'échec, et l'inquiétude de ne jamais parvenir à reproduire leurs succès passés, s'extraire de la masse ou boucler le prochain chapitre. Il faut aussi que tu comprennes que l'écriture c'est du bluff, un abus de confiance qu'on s'accorde à soi-même, et que les auteurs sont obligés de réitérer chaque jour. Ce qui fait que la majorité d'entre eux sont en même temps dénués d'assurance et terriblement narcissiques."
          Lire la suite
          En lire moins
        • Glamrock11 Posté le 11 Juillet 2018
          Très belle suite et fin de cette trilogie très bien écrite et qui décrit bien les années 70/80 aux USA et l’importance de l’argent dans la société. Une jolie fresque sur le pays de l’oncle Sam !

        les contenus multimédias

        Ils en parlent

        « Génie de la psychologie féminine, Douglas Kennedy parvient à décrire nos sentiments les plus intimes. » 
        FLAIR (Belgique)
        Toute l'actualité de Douglas Kennedy
        Suivez votre auteur préféré au fil de ses nouveaux romans.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com

        Lisez maintenant, tout de suite !