Lisez! icon: Search engine
Sonatine
EAN : 9782355842801
Code sériel : 126
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 432
Format : 140 x 220 mm

Le Retour

Élodie LEPLAT (Traducteur)
Date de parution : 28/08/2014
Il ne faudrait jamais revenir sur son passé...
Cornouailles, 1981. Chris Napier revient pour la première fois depuis des années à Tredower House, le domaine familial, acquis entre les deux guerres par son grand-oncle Joshua, pour assister au mariage de sa nièce. Au beau milieu de la cérémonie, Nick Lanyon, l'ami d'enfance de Chris, fait irruption et annonce,... Cornouailles, 1981. Chris Napier revient pour la première fois depuis des années à Tredower House, le domaine familial, acquis entre les deux guerres par son grand-oncle Joshua, pour assister au mariage de sa nièce. Au beau milieu de la cérémonie, Nick Lanyon, l'ami d'enfance de Chris, fait irruption et annonce, à la surprise de tous, que son père, Michael Lanyon, exécuté pour avoir commandité le meurtre de Joshua en 1947, était innocent. Il en a la preuve. Le lendemain, on retrouve Nick pendu. Par fidélité envers son ami, et pour dissiper des silences et des zones d'ombre qui depuis trop longtemps hantent sa famille, Chris décide de faire la lumière sur l'assassinat de son grand-oncle. Mais il y a des secrets qu'il est parfois bon de laisser en sommeil et Chris est loin de se douter des dangers qu'il encourt en exposant ainsi la légende familiale à la lumière de la vérité.

Après Par un matin d’automne, Heather Mallander a disparu et Le Secret d’Edwin Stafford, Robert Goddard nous offre avec ce roman inédit en France une nouvelle saga familiale à l’épaisseur romanesque exceptionnelle. Avec une intrigue toujours aussi palpitante, aux multiples coups de théâtre, et une profonde empathie pour ses personnages, l’auteur revient ici à son thème de prédilection : comment les secrets de famille influent sur les générations suivantes. Indispensable.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782355842801
Code sériel : 126
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 432
Format : 140 x 220 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • aliasdam Posté le 21 Février 2020
    Le décor brumeux des Cornouailles, les années 80, un domaine familial riche, des tensions dramatiques, des secrets enfouis, Robert Goddard présente un cinquième livre dans la continuité des précédents. du drame à en pleuvoir, des mystères cachés, l'auteur surfe ce qui a fait son succès. Mais le charme n'opère pas vraiment. La faute à quoi? Les longueurs épuisent le récit. Les va-et-vient entre deux époques offrent de belles scènes de dialogues, dans une atmosphère nostalgique digne des vieux films, mais on se perd vite dans ces innombrables personnages. Les liens familiaux se confondent, les morts reviennent à la vie, les disparus réapparaissent, notre héros a le coeur bien accroché dans cette confusion des sentiments qui risque de lui promettre une belle série de séances chez un psychologue pour se remettre de toutes ces émotions. Robert Goddard a une plume élégante, une écriture généreuse mais complique inutilement son récit. Un drame familial qui offre tout ce qu'on attend : machination, tromperie argent sale. Sans réelle surprise néanmoins.
  • meknes56 Posté le 6 Octobre 2019
    Sauf erreur de ma part et problème de mémoire, ce thriller de Goddart ne m'avait pas enchanté.J'avais eu du mal à le finir. Dommage car le scénario semblait intéressant.
  • GeorgesSmiley Posté le 14 Février 2019
    Cinquième Robert Goddard et toujours le même plaisir de tourner les pages. Quand le temps est maussade, que mes dernières lectures ont un ton général tragique, déprimant ou nostalgique, je « prends un Goddard », un peu comme on prend son cocktail favori, celui qui ne surprend plus mais qu'on apprécie toujours. Comment expliquer cet à priori ? le goût du mystère, d'abord. Avec Robert Goddard, on n'est jamais déçu si on aime les histoires compliquées. Lorsque la vérité éclate à mi-roman, tout étonné on se demande, la première fois, pourquoi si tôt et pourquoi faut-il continuer à lire puisqu'on sait tout. Bien sûr, on ne sait rien et, de chausse-trappes en rebondissements, on découvre que la vérité de mi-roman n'était qu'un faux semblant. La qualité et le soin qu'il apporte au cadre de ses histoires ensuite. Il nous promène souvent dans le quadrilatère (au sud-ouest de Londres) Oxford-Portsmouth-Plymouth-Bristol, qu'il semble bien connaître et qu'il dépeint mieux qu'un guide touristique. Ici, une grande partie de l'intrigue se passe en Cornouailles. le lecteur conquis ne rêve plus que de suivre les pas de ses personnages, même s'il faut affronter un ciel noir d'orage ou une ondée fine et pénétrante de printemps pour... Cinquième Robert Goddard et toujours le même plaisir de tourner les pages. Quand le temps est maussade, que mes dernières lectures ont un ton général tragique, déprimant ou nostalgique, je « prends un Goddard », un peu comme on prend son cocktail favori, celui qui ne surprend plus mais qu'on apprécie toujours. Comment expliquer cet à priori ? le goût du mystère, d'abord. Avec Robert Goddard, on n'est jamais déçu si on aime les histoires compliquées. Lorsque la vérité éclate à mi-roman, tout étonné on se demande, la première fois, pourquoi si tôt et pourquoi faut-il continuer à lire puisqu'on sait tout. Bien sûr, on ne sait rien et, de chausse-trappes en rebondissements, on découvre que la vérité de mi-roman n'était qu'un faux semblant. La qualité et le soin qu'il apporte au cadre de ses histoires ensuite. Il nous promène souvent dans le quadrilatère (au sud-ouest de Londres) Oxford-Portsmouth-Plymouth-Bristol, qu'il semble bien connaître et qu'il dépeint mieux qu'un guide touristique. Ici, une grande partie de l'intrigue se passe en Cornouailles. le lecteur conquis ne rêve plus que de suivre les pas de ses personnages, même s'il faut affronter un ciel noir d'orage ou une ondée fine et pénétrante de printemps pour apercevoir l'arc-en-ciel au-dessus des falaises du Cap Lizard. Ses héros enfin. Comment disait-on ? Fleurs bleues ? Un regard, un moment partagé, une sensation et les voilà partis, transis comme des adolescents, prêts à toutes les folies juste pour espérer, retrouver ou se souvenir de la Femme qui a incendié leur coeur et leur esprit. Victimes de machinations, du hasard ou de leurs erreurs de jeunesse, ils sont les héros des occasions perdues, acceptant de se mettre en danger en abandonnant sans hésiter routine et sécurité pour vivre une aventure dont la flamme amoureuse est le plus souvent le ressort essentiel. Ici, pas de beauté fatale mais la fidélité à une amitié d'enfance qui resurgit aussi brusquement que tragiquement. Comme d'habitude, on compulse de vieux journaux, de mystérieuses photos, des carnets intimes à la recherche d'une vérité toujours fuyante, toujours différente. On interroge les amis, les parents, les témoins d'une histoire ou d'une vie qui ramènent toujours au mystère et, pour tout dire, c'est très agréable. Qu'importe les petites invraisemblances, le lecteur que je suis en redemande. Goddardophile un jour, Goddardophile toujours !
    Lire la suite
    En lire moins
  • tristanblum Posté le 8 Février 2019
    Je viens de finir le Retour et le moins qu?on puisse dire c?est que c?est toujours très bien écrit mais alors les ramifications avec tous les personnages ont tendance à rendre l?histoire de plus en plus lourde vers la fin. C?est dommage je suis un vrai fan de Goddart. Strafford c?est beaucoup mieux ...
  • TristanPichard Posté le 27 Août 2018
    Du ficelage d'intrigue comme il est bon d'en lire à la plage, en vacances, quand on a le temps de se manger les cent-cinquante dernières pages d'une traite parce qu'on est pris dedans. Bref, un vrai plaisir de lecture : ambiance british, révélations, retournement de situation, coup de théâtre, tout ça est très bien fait. Petite et gentille réflexion sur la famille, l'amitié et la maturité. Très bien troussé – on le dit et le redit –, écrit à la perfection pour juste donner ce qu'il faut d'ambiance sans ralentir le rythme. Après coup, on voit bien que toute l'histoire est trouée de partout et que ça ne tient que par les cheveux. Mais peu importe, l'auteur nous a eu, on y a cru, on a voulu savoir et se faire mener par le bout du nez jusqu'au bout. Tout ce qu'on demandait en ouvrant le livre, les pieds dans le sable, le ressac en berceuse.
Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions
Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !