Lisez! icon: Search engine
L'Innocence des bourreaux
Date de parution : 15/05/2015
Éditeurs :
Belfond

L'Innocence des bourreaux

Date de parution : 15/05/2015
Un huis clos, une tension psychologique qui grimpe jusqu’à son paroxysme, chez Barbara Abel pas besoin d’artifice, c’est notre quotidien à tous qui peut devenir l’enfer…
Dans une supérette de quartier, quelques clients font leur course, un jour comme tant d’autres. Parmi eux une jeune maman qui a laissé sa fille de trois ans seule à... Dans une supérette de quartier, quelques clients font leur course, un jour comme tant d’autres. Parmi eux une jeune maman qui a laissé sa fille de trois ans seule à la maison devant un dessin animé. Seulement quelques minutes le temps d’acheter ce qui manquait pour son repas.
Parmi eux, un...
Dans une supérette de quartier, quelques clients font leur course, un jour comme tant d’autres. Parmi eux une jeune maman qui a laissé sa fille de trois ans seule à la maison devant un dessin animé. Seulement quelques minutes le temps d’acheter ce qui manquait pour son repas.
Parmi eux, un couple adultère, parmi eux une vieille dame et son aide familiale, un caissier qui attend de savoir s’il va être papa, une mère en conflit avec son adolescent…
Des gens normaux, sans histoire, ou presque.
Et puis un junkie qui, à cause du manque, pousse la porte du magasin, armé et cagoulé pour récupérer quelques dizaines d’euros. Mais quand le braquage tourne mal et que, dans un mouvement de panique, les rôles s’inversent, la vie de ces hommes et femmes sans histoire bascule dans l’horreur.
Dès lors, entre victimes et bourreaux, la frontière est mince. Si mince…
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714460295
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 336
Format : 140 x 225 mm
EAN : 9782714460295
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 336
Format : 140 x 225 mm

Ils en parlent

Une plongée dans un cauchemar éveillé.
La Marseillaise

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • maudinou59 17/05/2024
    J’ai décidé de lire ce roman pour changer de mon style habituel: Feelgood. Au début j’étais septique car j’avais peur que le roman ne soit trop long du fait qu’il est sur l’unique sujet d’un braquage. Le récit se déroule sur 2 jours, quasiment 24 heures. Et j’ai étais surprise, car nous apprenons à connaître chaque histoire de vie des personnages, et nous sommes surpris d’apprendre de nouveaux éléments au fur et à mesure… Je le recommande il se lit vite et l’histoire reste sympa.
  • Bagdadparis 20/04/2024
    J'ai beaucoup apprécié, d'une part l'écriture, fluide,bien agencée, agréable à lire. Les personnages sont d'abord décrits et l'histoire commence. J' ai trouvé les personnages très intéressants, le voile se lève progressivement sur les particularités de chacun. Et l'histoire est assez riche en rebondissements. J'ai vraiment passé un très bon moment. L'auteure a coécrit des nouvelles avec Karine Giebel.
  • JuEtLi 08/04/2024
    La totale… Il faut prendre ce roman comme une pièce de théâtre. Le lieu: une supérette de banlieue. Les personnages: Guillaume, caissier, encore adolescent dans sa tête, il vient d'apprendre que son coup d'un soir s'est transformé en bébé. Germaine, vieille femme acariâtre et clouée sur un fauteuil roulant, que son aide ménagère emmène faire les courses. Aline, qui a laissé son fils de trois ans seul dans l'appartement juste le temps de prendre du lait. Léa, qui vient de s'engueuler grave avec Théo, son fils accaparé par les jeux, qui l'attend dans la voiture. Il y a aussi Thomas, le comptable marié, qui sort tout juste du lit de Sophie - qui n'est pas sa femme… Et il y a Joachim. le toxico en manque qui vient chercher un peu de liquide pour se dépanner. Ah oui, il a une arme. Action: y en plein!… À partir de là, on a tous les ingrédients du drame, y a plus qu'à. Joachim terrorise tout le monde et Théo, qui a vu quelque chose, débarrasse tout ce beau monde de l'affreux en lui tirant une balle dans le dos. On pourrait croire que ça s'arrête là mais non, c'est là que tout commence. Quand chaque personnage est acculé, a peur pour sa vie, a peur pour celui ou celle qu'elle aime, quand c'est le désespoir qui guide les pas, c'est exactement là que tout commence: quand tout s'effondre. Et c'est là que Barbara Abel est parfaite: elle déballe les coeurs, les rancoeurs, les envies, des espoirs, les mensonges, les peurs, toutes ces saletés qu'on a en nous et qu'on n'ose même pas avouer à son psy. Méfiez-vous, Barbara Abel voit tout ça et elle l'écrit très bien…La totale… Il faut prendre ce roman comme une pièce de théâtre. Le lieu: une supérette de banlieue. Les personnages: Guillaume, caissier, encore adolescent dans sa tête, il vient d'apprendre que son coup d'un soir s'est transformé en bébé. Germaine, vieille femme acariâtre et clouée sur un fauteuil roulant, que son aide ménagère emmène faire les courses. Aline, qui a laissé son fils de trois ans seul dans l'appartement juste le temps de prendre du lait. Léa, qui vient de s'engueuler grave avec Théo, son fils accaparé par les jeux, qui l'attend dans la voiture. Il y a aussi Thomas, le comptable marié, qui sort tout juste du lit de Sophie - qui n'est pas sa femme… Et il y a Joachim. le toxico en manque qui vient chercher un peu de liquide pour se dépanner. Ah oui, il a une arme. Action: y en plein!… À partir de là, on a tous les ingrédients du drame, y a plus qu'à. Joachim terrorise tout le monde et Théo, qui a vu quelque chose, débarrasse tout ce beau monde de l'affreux en lui tirant une balle dans le dos. On pourrait croire que ça s'arrête là mais non, c'est là que tout commence. Quand chaque...
    Lire la suite
    En lire moins
  • livrephage 19/02/2024
    En commençant ma lecture de "L'Innocence des Bourreaux" de Barbara Abel, je me suis retrouvé plongé au cœur d'une supérette de quartier, parmi des personnages ordinaires en train de vaquer à leurs occupations quotidiennes. Une jeune mère, un couple adultère, une vieille dame et son aide, un caissier plein d'espoir et une mère en conflit avec son adolescent : tous semblaient mener des vies apparemment normales, mais parsemées de petits drames personnels. Cependant, l'entrée en scène d'un junkie armé et cagoulé pour un vol qui tourne tragiquement mal vient bouleverser cet équilibre fragile. Dans la confusion et la panique, je me suis retrouvé confronté à un dilemme moral : la frontière entre victimes et bourreaux devenait floue, chacun réagissant selon ses instincts les plus primaires. Ce qui rend ce roman si captivant, c'est la profondeur avec laquelle Barbara Abel explore les répercussions psychologiques de cet événement traumatisant sur chacun des protagonistes. À travers leurs pensées et leurs actions, je me suis retrouvé plongé au cœur de leurs tourments intérieurs, confronté à la noirceur de l'âme humaine. La structure narrative, avec ses courts paragraphes, a contribué à accélérer le rythme de l'action, créant une tension palpable qui m'a tenu en haleine jusqu'à la dernière page. Chaque retournement de situation m'a pris par surprise, me poussant à remettre en question mes propres convictions sur la nature humaine. En conclusion, "L'Innocence des Bourreaux" est bien plus qu'un simple thriller psychologique. C'est une plongée fascinante dans les méandres de l'esprit humain, où les frontières entre le bien et le mal deviennent de plus en plus floues. Une lecture captivante qui laisse une empreinte durable longtemps après avoir refermé le livre. En commençant ma lecture de "L'Innocence des Bourreaux" de Barbara Abel, je me suis retrouvé plongé au cœur d'une supérette de quartier, parmi des personnages ordinaires en train de vaquer à leurs occupations quotidiennes. Une jeune mère, un couple adultère, une vieille dame et son aide, un caissier plein d'espoir et une mère en conflit avec son adolescent : tous semblaient mener des vies apparemment normales, mais parsemées de petits drames personnels. Cependant, l'entrée en scène d'un junkie armé et cagoulé pour un vol qui tourne tragiquement mal vient bouleverser cet équilibre fragile. Dans la confusion et la panique, je me suis retrouvé confronté à un dilemme moral : la frontière entre victimes et bourreaux devenait floue, chacun réagissant selon ses instincts les plus primaires. Ce qui rend ce roman si captivant, c'est la profondeur avec laquelle Barbara Abel explore les répercussions psychologiques de cet événement traumatisant sur chacun des protagonistes. À travers leurs pensées et leurs actions, je me suis retrouvé plongé au cœur de leurs tourments intérieurs, confronté à la noirceur de l'âme humaine. La structure narrative, avec ses courts paragraphes, a contribué à accélérer le rythme de l'action, créant une tension palpable qui m'a tenu en haleine jusqu'à la dernière...
    Lire la suite
    En lire moins
  • philippedester 17/02/2024
    Dans "L'innocence des bourreaux" de Barbara Abel, les bourreaux ne sont pas bien méchants. C'est plus les circonstances qui ont fait que... Un jeune noir braque une supérette. La caisse ne contient pas grand-chose; il ramasse, en plus, les portefeuilles et les GSM des quelques clients présents. Mais les choses ne tournent pas comme il l'imaginait. Un adolescent entre dans la boutique. C'est le fils d'une des otages. Il s'empare de l'arme du braqueur et lui tire dessus alors qu'il s'enfuyait. Le garçon devient donc, en une seconde, un meurtrier que sa mère défendra bec et ongles contre les autres otages et contre la police... Ce roman est qualifié de polar. Un polar gentil, alors. Barbara Abel décrit ses personnages avec une grande précision. On en apprend beaucoup sur chacun d'eux comme si chaque chapitre était une courte nouvelle. Pas beaucoup d'oies blanches dans les otages, plusieurs ont des choses à se reprocher. Ce sont des gens comme vous et moi, imparfaits, qui ont parfois agi illégalement pour sauver leur honneur ou leurs proches. Des chapitres courts qui ont pour titre le nom d'un des personnages, des personnages bien décrits, une très belle écriture, un premier roman (pour moi) qui m'a bien plu. Je poursuivrai ma découverte de l'auteure.Dans "L'innocence des bourreaux" de Barbara Abel, les bourreaux ne sont pas bien méchants. C'est plus les circonstances qui ont fait que... Un jeune noir braque une supérette. La caisse ne contient pas grand-chose; il ramasse, en plus, les portefeuilles et les GSM des quelques clients présents. Mais les choses ne tournent pas comme il l'imaginait. Un adolescent entre dans la boutique. C'est le fils d'une des otages. Il s'empare de l'arme du braqueur et lui tire dessus alors qu'il s'enfuyait. Le garçon devient donc, en une seconde, un meurtrier que sa mère défendra bec et ongles contre les autres otages et contre la police... Ce roman est qualifié de polar. Un polar gentil, alors. Barbara Abel décrit ses personnages avec une grande précision. On en apprend beaucoup sur chacun d'eux comme si chaque chapitre était une courte nouvelle. Pas beaucoup d'oies blanches dans les otages, plusieurs ont des choses à se reprocher. Ce sont des gens comme vous et moi, imparfaits, qui ont parfois agi illégalement pour sauver leur honneur ou leurs proches. Des chapitres courts qui ont pour titre le nom d'un des personnages, des personnages bien décrits, une très belle écriture, un premier roman (pour moi) qui m'a bien plu....
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous et recevez toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.