Lisez! icon: Search engine
Belfond
EAN : 9782714460295
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 336
Format : 140 x 225 mm

L'Innocence des bourreaux

Date de parution : 15/05/2015
Un huis clos, une tension psychologique qui grimpe jusqu’à son paroxysme, chez Barbara Abel pas besoin d’artifice, c’est notre quotidien à tous qui peut devenir l’enfer…
Dans une supérette de quartier, quelques clients font leur course, un jour comme tant d’autres. Parmi eux une jeune maman qui a laissé sa fille de trois ans seule à la maison devant un dessin animé. Seulement quelques minutes le temps d’acheter ce qui manquait pour son repas.
Parmi eux, un...
Dans une supérette de quartier, quelques clients font leur course, un jour comme tant d’autres. Parmi eux une jeune maman qui a laissé sa fille de trois ans seule à la maison devant un dessin animé. Seulement quelques minutes le temps d’acheter ce qui manquait pour son repas.
Parmi eux, un couple adultère, parmi eux une vieille dame et son aide familiale, un caissier qui attend de savoir s’il va être papa, une mère en conflit avec son adolescent…
Des gens normaux, sans histoire, ou presque.
Et puis un junkie qui, à cause du manque, pousse la porte du magasin, armé et cagoulé pour récupérer quelques dizaines d’euros. Mais quand le braquage tourne mal et que, dans un mouvement de panique, les rôles s’inversent, la vie de ces hommes et femmes sans histoire bascule dans l’horreur.
Dès lors, entre victimes et bourreaux, la frontière est mince. Si mince…
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714460295
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 336
Format : 140 x 225 mm
Belfond

Ils en parlent

Une plongée dans un cauchemar éveillé.
La Marseillaise

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Cricol Posté le 19 Juin 2020
    Bon livre. Premier de cette auteure pour moi. C'est une très bonne découverte! De très bons revirements de situation pour les victimes et les bourreaux; dommage que la fin soit un peu fade à mon gout. l'écriture est très fluide et très agréable à lire.
  • Saiwhisper Posté le 31 Mai 2020
    Jusqu’à présent, je n’avais encore jamais testé de Barbara Abel. Or, Nath des Lectures du dimanche m’avait donné envie de découvrir cette auteure grâce à sa dernière critique. Certes, je n’avais pas sous le coude les titres qu’elle avait lus, mais je me suis dit qu’il était temps pour moi de faire la rencontre de cette plume belge ! « L’innocence des bourreaux » m’a interpellé avec son résumé. J’aimais l’idée de huis-clos avec un braquage/prise d’otages qui tourne mal et j’étais curieuse de voir où cette histoire allait conduire le lecteur. Contrairement à ce que je croyais, on n’est pas réellement sur du polar, mais plutôt sur un thriller. Certes, il y a un lieutenant qui va poursuivre certains fugitifs toutefois, cela vient très tard dans l’ouvrage. C’est à peine si on fait la connaissance de ce personnage une centaine de pages avant la fin. Il n’y a donc pas vraiment d’enquête, mais du suspense quand même, de la tension ainsi que des révélations comme le secret de Léa, une mère divorcée ayant laissé quelques minutes son fils de trois ans tout seul à la maison, devant des dessins animés. L’auteure m’a vraiment bien eu avec ce rebondissement !... Jusqu’à présent, je n’avais encore jamais testé de Barbara Abel. Or, Nath des Lectures du dimanche m’avait donné envie de découvrir cette auteure grâce à sa dernière critique. Certes, je n’avais pas sous le coude les titres qu’elle avait lus, mais je me suis dit qu’il était temps pour moi de faire la rencontre de cette plume belge ! « L’innocence des bourreaux » m’a interpellé avec son résumé. J’aimais l’idée de huis-clos avec un braquage/prise d’otages qui tourne mal et j’étais curieuse de voir où cette histoire allait conduire le lecteur. Contrairement à ce que je croyais, on n’est pas réellement sur du polar, mais plutôt sur un thriller. Certes, il y a un lieutenant qui va poursuivre certains fugitifs toutefois, cela vient très tard dans l’ouvrage. C’est à peine si on fait la connaissance de ce personnage une centaine de pages avant la fin. Il n’y a donc pas vraiment d’enquête, mais du suspense quand même, de la tension ainsi que des révélations comme le secret de Léa, une mère divorcée ayant laissé quelques minutes son fils de trois ans tout seul à la maison, devant des dessins animés. L’auteure m’a vraiment bien eu avec ce rebondissement ! Par ailleurs, il n’y aura pas spécialement d’autres mystères à résoudre… En revanche, il y aura bien des morts et une tentative de fuite ! Du huis-clos au road-trip, les choses vont bouger tout au long des chapitres. J’ai eu un peu de mal à rentrer dans le récit. Il faut avouer qu’il y a un paquet de personnages (une quinzaine !) dont on fait la rencontre en une cinquantaine de pages et que l’on va suivre simultanément. Heureusement que j’avais pris des notes car, n’ayant pas enchaîné ma lecture d’une traite, j’étais perdue dans les noms. J’ai dû me référer plusieurs fois à ma liste. Cela dit, cela n’a pas duré bien longtemps, puisque plusieurs têtes sont tombées. C’est un peu comme dans Game of thrones : n’essayez pas de vous attacher. Seule une poignée de personnages vivra et verra sa psychologie se développer. Les autres ne seront qu’un tremplin psychologique ou de l’huile (ou plutôt du sang !) pour faire avancer le scénario. Voyant la sombre destinée de certains brutalement s’arrêter, j’ai évité de m’attacher… Ce qui est plutôt dommage, car je suis finalement restée de marbre au devenir de chacun. Il n’y a que Léa qui a réussi à m’atteindre, car ce qu’elle a traversé était vraiment tragique… Il faut voir cet ouvrage comme un roman noir ou un conte sinistre où chacun va avancer ou s’arrêter dans sa vie. En effet, bien qu’aucun des narrateurs ne se connaisse, ce petit séjour à la supérette changera à jamais leur quotidien ! J’ai trouvé cette histoire distrayante et, hélas, assez crédible par moments… Toutefois, j’ignore si j’en garderai un long souvenir ! Cela dit, j’ai apprécié la plume ainsi que l’idée de victime qui devient bourreau (et inversement). Je compte découvrir d’autres publications de Barbara Abel plus tard, sans doute en passant par mon réseau de bibliothèques.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Zernette Posté le 31 Mai 2020
    Dans ce livre l'auteur nous démontre comment le commun des mortels peut se transformer selon certaines circonstances non plus comme un être humain mais en bourreau. C'est certainement cela qu'appelait Hannah Arendt "la banalité du mal". Vous ne verrez plus vos proches de la même manière ni même vous d'ailleurs
  • Sangpages Posté le 28 Avril 2020
    Ouverture sur Joachim en pleine crise de manque. La crise de manque qui rend fou décrite dans ces moindres détails. La crise qui fait tout basculer... Il n'a plus d'argent pour se payer une nouvelle dose, personne pour l'aider. Une seule solution s'impose à lui: prendre le flingue caché dans son armoire, se rendre à la supérette et la braquer. Une belle brochette de gens dans cette superette. Chacun avec ses soucis, sa vie, ses boulets et ce qu'ils peuvent avoir à se reprocher. Des personnes qui se trouvent clairement au mauvais endroit au mauvais moment et qui vont voir leur vie exploser et pas forcément de la manière que tu crois… Un événement qui fait tout éclater. Le passé de chacun devient alors le présent de tous. A la base, c'est un braquage comme un autre. Comme il s'en produit des centaines un peu partout mais avec Barbara, fallait bien que ça parte en cacahuètes pour pouvoir plonger la tête la première dans la psychologie des personnages et, comme tu le sais, dans ce domaine, elle excelle ! Toute la panoplie de sentiments humains est disséquée au scalpel au travers de ces personnages. Chacun tient son rôle dans ce braquage des plus rocambolesques pour... Ouverture sur Joachim en pleine crise de manque. La crise de manque qui rend fou décrite dans ces moindres détails. La crise qui fait tout basculer... Il n'a plus d'argent pour se payer une nouvelle dose, personne pour l'aider. Une seule solution s'impose à lui: prendre le flingue caché dans son armoire, se rendre à la supérette et la braquer. Une belle brochette de gens dans cette superette. Chacun avec ses soucis, sa vie, ses boulets et ce qu'ils peuvent avoir à se reprocher. Des personnes qui se trouvent clairement au mauvais endroit au mauvais moment et qui vont voir leur vie exploser et pas forcément de la manière que tu crois… Un événement qui fait tout éclater. Le passé de chacun devient alors le présent de tous. A la base, c'est un braquage comme un autre. Comme il s'en produit des centaines un peu partout mais avec Barbara, fallait bien que ça parte en cacahuètes pour pouvoir plonger la tête la première dans la psychologie des personnages et, comme tu le sais, dans ce domaine, elle excelle ! Toute la panoplie de sentiments humains est disséquée au scalpel au travers de ces personnages. Chacun tient son rôle dans ce braquage des plus rocambolesques pour te conduire à réfléchir sur les liens, sur la vie en général. Actuellement en pleine crise avec mon ado d'appartement, je n'ai pu qu'être troublée par Aline et Théo. D'ailleurs, Barbara, aurais-tu une caméra planquée chez moi ? 🤔 L'auteure te démontre que l'humain placé en situation de stress est capable de tout au détriment des autres pour sauver sa peau ou du moins les apparences. Elle te prend par la main et t'oblige à aller voir chacun d'eux pour te mettre face à ce qu'ils sont mais surtout ce qu'ils sont devenus. De victime à bourreau, la barre n'est pas haute. Tous les personnages sont excellents mais j'avoue avoir particulièrement adoré le sarcasme de la vieille chouette qui apporte cette touche franchement humoristique. Bien qu'au-delà du sarcasme, se cache souvent une profonde douleur. Le dénouement laisse un certain nombre de portes ouvertes mais l'effet papillon est plus que largement prouvé ! A toi de voir si ce n'est pas déjà fait 🙂 En ce temps de confinement, faire ses courses relève du parcours du combattant. La supérette en confinement sous un braquage version Barbara Abel ? Voilà de quoi te faire rester chez toi 😜
    Lire la suite
    En lire moins
  • OlivierLeLouer Posté le 2 Avril 2020
    Manque peut être une fin un peu plus complète mais sinon, je découvrais cet auteure et je recommande..
Toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.