Lisez! icon: Search engine
Sonatine
EAN : 9782355847769
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 192
Format : 140 x 220 mm

Santa muerte

Pierre SZCZECINER (Traducteur)
Date de parution : 20/02/2020
Santa Muerte, protegeme…
Austin, Texas. Tu t’appelles Fernando, et tu es mexicain. Immigré clandestin. Profession ? Dealer. Un beau jour… Non, oublie « beau ». Un jour, donc, tu es enlevé par les membres d’un gang méchamment tatoués qui ont aussi capturé ton pote Nestor. Pas ton meilleur souvenir, ça : tu dois les regarder le... Austin, Texas. Tu t’appelles Fernando, et tu es mexicain. Immigré clandestin. Profession ? Dealer. Un beau jour… Non, oublie « beau ». Un jour, donc, tu es enlevé par les membres d’un gang méchamment tatoués qui ont aussi capturé ton pote Nestor. Pas ton meilleur souvenir, ça : tu dois les regarder le torturer et lui trancher la tête. Le message est clair : ici, c’est chez eux.

Fernando croit en Dieu, et en plein d’autres trucs. Fernando jure en espagnol, et hésite à affronter seul ses ennemis. Mais avec l’aide d’une prêtresse de la Santería, d’un Portoricain cinglé et d’un tueur à gages russe, là oui, il est prêt à déchaîner l’enfer !
 
Écartelé entre deux pays, deux cultures, deux traditions, Fernando est un antihéros des temps modernes. Quand toutes les frontières se brouillent, seul un nouveau genre littéraire peut dessiner le paysage. Gabino Iglesias invente donc ici le barrio noir. Il y conjugue à merveille douleur et violence de l’exil, réalisme social et mysticisme survolté, mélancolie et humour dévastateur.

 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782355847769
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 192
Format : 140 x 220 mm

Ils en parlent

« C’est le Palahniuk du barrio, la version badass de Henry Miller ou encore Charles Willeford au pays des cholos – peu importe le nom qu’on lui donne, Gabino Iglesias est l’un des auteurs contemporains les plus intrépides, originaux et fascinants qui existent. »
Jerry Stahl, auteur de "Mémoires des ténèbres"

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Momo_Ttnn Posté le 9 Septembre 2020
    Après avoir lu la critique de Lilou08 sur ce livre, et bien qu’il ne corresponde pas forcément aux histoires que j’aime lire, j’ai voulu le lire. Dans ce roman, nous suivons Fernando, un dealer pour qui toute la vie va être chamboulée le jour où il est kidnappé par un gang. Ce roman m’a transportée grâce à la relation de Nando avec sa religion et sa Santa Muerte. En effet, sa religion est la seule chose que Nando a toujours pu garder avec lui, au fur et à mesure de ses aventures et des obstacles qu’il a dû franchir. Ainsi, dans ce livre, on côtoie des croyances mexicaines et l’impossibilité d’atteindre le « rêve américain », la volonté de vivre de Nando et sa soif de vengeance. Un roman sombre, rapide et fort.
  • eric_olivier Posté le 6 Août 2020
    Le Mexique débarque à Austin et apporte sa brutalité, sa violence, ses armes, les guerres de gang, ses muscles, son alcool et ses drogues. Et pour suivre le Mexique appelle Santa Muerte.
  • vero95270 Posté le 30 Juillet 2020
    Un sentiment bien mitigé à cette lecture. J’ai eu du mal à entrer dans l’histoire, du mal à suivre les pérégrinations du héros. Le côté immigration mexicaine est survolé. Par contre, la lecture est fluide (merci la traduction), le rythme endiablé et l’ouvrage assez court pour qu’on aille au bout. Dans le rayonnage des « pourquoi pas »
  • galyalain Posté le 15 Juillet 2020
    Roman noir particulièrement enlevé: chapitres courts, écriture nerveuse, "titres" à chaque chapitre. On tremble, mais on acquiert aussi un certain détachement; je trouve que l'auteur ne se prend pas trop au sérieux, en mettant en scène un Nando très humain, parfois très pétochard, un anti-héros qui récite ses prières, fait brûler des cierges... Serait-ce un pastiche ? Livre très addictif !
  • Matilda2b Posté le 21 Juin 2020
    Que dire de plus que les 28 critiques précédentes ? Rien à part tâcher de partager ce que j ai éprouvé à cette lecture. La très belle couverture ainsi que l avis très positif de "la petite librairie" m'ont décidé à lire Santa muerte, et je ne le regrette pas tant cette rencontre avec gabino iglesias et son univers m ont plu ! Fernando dit Nando a dû fuir le Mexique après une rixe. Craignant pour sa vie, il passe la frontière et tâche de survivre à Austin au Texas. Il s est résigné à devenir une ombre. Au mieux, il passe inaperçu, s'il devient trop visible c'est la crainte de la migra (police de l immigration) pour lui et ses semblables...un peuple d ombre qui ne se fait plus d illusion sur le rêve américain. La survie avant tout. Il deale pour le compte de Guillermo et trouve du réconfort auprès de consuelo, qui est pour lui comme une deuxième mère. C'est une prêtresse de la santa muerte, et elle l aide avec ses prières à trouver force et protection. Un jour les membres du terrifiant gang mexicain marra salvatrucha l enlèvent. Ils convoitent le territoire de Guillermo pour le trafic de... Que dire de plus que les 28 critiques précédentes ? Rien à part tâcher de partager ce que j ai éprouvé à cette lecture. La très belle couverture ainsi que l avis très positif de "la petite librairie" m'ont décidé à lire Santa muerte, et je ne le regrette pas tant cette rencontre avec gabino iglesias et son univers m ont plu ! Fernando dit Nando a dû fuir le Mexique après une rixe. Craignant pour sa vie, il passe la frontière et tâche de survivre à Austin au Texas. Il s est résigné à devenir une ombre. Au mieux, il passe inaperçu, s'il devient trop visible c'est la crainte de la migra (police de l immigration) pour lui et ses semblables...un peuple d ombre qui ne se fait plus d illusion sur le rêve américain. La survie avant tout. Il deale pour le compte de Guillermo et trouve du réconfort auprès de consuelo, qui est pour lui comme une deuxième mère. C'est une prêtresse de la santa muerte, et elle l aide avec ses prières à trouver force et protection. Un jour les membres du terrifiant gang mexicain marra salvatrucha l enlèvent. Ils convoitent le territoire de Guillermo pour le trafic de drogue. Afin que l avertissement soit bien compris, Indio leur chef décapite Nestor sous les yeux de Nando... Nando est relâché et hanté par la mort de son ami prévient Guillermo... Lequel ne semble pas prendre la menace au sérieux Pourtant ces tueurs mexicains sont à peine humains, et d après consuelo ce sont les disciples du cruel dieu Ogun... Même le russe un tueur confirmé les craint car ce sont de véritables démons... Nando se tourne vers la Santa muerte pour lui demander protection. Quelle meilleure sainte pour un dealer mexicain que la mort en personne...en la respectant et en l honorant il restera sauf. Mais quand Guillermo et consuelo sont pris pour cibles par Indio, nando décidé de se venger... Un roman court, au style très nerveux. Ultra violent et empreint de mysticisme... Gabino iglesias a une véritable force d évocation, surtout quand il parle de son pays natal, de son statut de migrant qui a fui le Mexique, et qui comme les invisibles à peau brune comme la sienne, est invisible, à peine toléré, avec le sentiment de n être plus chez lui nulle part. Il invoque et nous fait partager ce culte de la santa muerte, une faucheuse à l aspect effrayante mais qui reconnaît ses enfants, même dealers, prostituées, laissés pour compte de toute sorte... Il signe quelques belles pages sur la frontière, qui une fois passée l arrache à lui même aux siens, à sa vie passée, pour faire de lui une ombre...on sent l authenticité de sa rage et de son chagrin, la volonté d avancer et la fierté de ses origines, de ses cultes, de sa langue...il écrit au nom des siens. Un très bon moment de lecture, bien plus émouvant que je l aurais cru, car l ultra violence à la Tarantino est certes présente, mais un véritable propos et un vrai style également, avec de belles fulgurances. Consuelo est un beau personnage Un seul bémol cependant, une fin un peu abrupte.
    Lire la suite
    En lire moins
Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions
Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Interview
    Sonatine

    L'interview de David Joy par Gabino Iglesias

    Pour son troisième roman, David Joy s'est laissé interviewer par Gabino Iglesias, l'auteur de Santa Muerte. Entre auteurs américains de romans noirs, les langues se délient, et on parle littérature, Amérique, mais aussi pêche et happy ending.

    Lire l'article