RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Seul avec la nuit

            Belfond
            EAN : 9782714479778
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 336
            Format : 140 x 225 mm
            Seul avec la nuit

            Date de parution : 16/05/2019
            Que sommes-nous réellement prêts à faire pour sauver nos proches ?
            Cette question, Éric de la Boissière se la pose tous les jours. Sa fille, Élodie, est atteinte d’une grave maladie rénale. Du fait de son groupe sanguin, ses chances de recevoir une greffe sont quasi nulles. Mais avec beaucoup d’argent… Élodie...
            Que sommes-nous réellement prêts à faire pour sauver nos proches ?
            Cette question, Éric de la Boissière se la pose tous les jours. Sa fille, Élodie, est atteinte d’une grave maladie rénale. Du fait de son groupe sanguin, ses chances de recevoir une greffe sont quasi nulles. Mais avec beaucoup d’argent… Élodie doit pouvoir être soignée, pense Éric. Dirigeant d’un établissement financier, il a entendu parler de réseaux parallèles permettant d’obtenir un organe sain de donneurs volontaires.
             
            Que sommes-nous prêts à sacrifier pour sauver nos proches ?
            Cette question, Gilles Patrick ne se l’était jamais posée. Mais depuis quelques semaines, ce grand chirurgien ne dort plus. Tandis qu’un revolver est braqué sur la tempe de son épouse et de sa fille, un groupe d’hommes le contraint à pratiquer de lourdes opérations sur de jeunes patients pourtant en pleine santé.
             
            Les circonstances ont beau être différentes, la raison qui a fait basculer ces deux hommes dans un autre monde est la même. Et si la volonté de sauver un proche n’était pas une raison suffisante ? D’une noirceur abyssale, le nouveau roman de Christian Blanchard explore les âmes compromises et pousse ses personnages, comme le lecteur, dans leurs pires retranchements.
             
             
             
             
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782714479778
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 336
            Format : 140 x 225 mm

            Ils en parlent

            D'une noirceur abyssale, ce nouveau roman explore les âmes compromises et pousse les personnages, comme le lecteur, dans leurs pires retranchements. Que sommes-nous réellement prêts à faire pour sauver nos proches ?
            Le télégramme
            Un roman d'une noirceur profonde qui interpelle.
            Le Progrès
            Addictif.
            Alain Maestracci / Var Matin

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • mimi85600 Posté le 6 Octobre 2019
              Si j'ai aimé le style de Christian Blanchard, si j'ai bouffé son roman en moins de 24 heures, si j'ai été choquée par les thématiques abordées, cette lecture n'est pas pour autant un coup de coeur. Je suis même loin d'avoir eu la claque dont tous les retours parlent unanimement. Me voilà donc à contre courant mais je n'ai pas non plus détesté ce livre, loin de là parce que oui, ça reste une bonne lecture malgré tout. Alors je vais tenter de vous expliquer le pourquoi du comment de ce non coup de coeur. Tout d'abord, parlons des thématiques. Si elles sont ô combien choquantes, bouleversantes à souhaits et effroyables, il n'en reste pas moins ,qu'a mon sens, elles ne sont pas suffisamment approfondies ce qui donne au roman un certain manque de densité. Je garde cette impression que tout a été juste survolé et que si l'on avait un temps soit peu développé, on aurait pu avoir un grand roman. Attendez attendez !!! Ne sortez pas vos bâtons tout de suite. Laissez-moi poursuivre. Ensuite, les personnages, poignants et attachants pour bon nombres de ceux qui ont lu ce roman, ne l'ont pas du tout été pour moi.... Si j'ai aimé le style de Christian Blanchard, si j'ai bouffé son roman en moins de 24 heures, si j'ai été choquée par les thématiques abordées, cette lecture n'est pas pour autant un coup de coeur. Je suis même loin d'avoir eu la claque dont tous les retours parlent unanimement. Me voilà donc à contre courant mais je n'ai pas non plus détesté ce livre, loin de là parce que oui, ça reste une bonne lecture malgré tout. Alors je vais tenter de vous expliquer le pourquoi du comment de ce non coup de coeur. Tout d'abord, parlons des thématiques. Si elles sont ô combien choquantes, bouleversantes à souhaits et effroyables, il n'en reste pas moins ,qu'a mon sens, elles ne sont pas suffisamment approfondies ce qui donne au roman un certain manque de densité. Je garde cette impression que tout a été juste survolé et que si l'on avait un temps soit peu développé, on aurait pu avoir un grand roman. Attendez attendez !!! Ne sortez pas vos bâtons tout de suite. Laissez-moi poursuivre. Ensuite, les personnages, poignants et attachants pour bon nombres de ceux qui ont lu ce roman, ne l'ont pas du tout été pour moi. A aucun moment je ne suis parvenu à avoir de l'empathie pour eux malgré les horreurs qu'ils vivaient. J'ai eu l'impression d'être une spectatrice lointaine. A quoi est-ce du ? Je ne sais pas, ça arrive parfois. Mais c'est probablement l'une des raisons qui font que je n'ai pas été bouleversée par ce roman. Attendez !!! Attendez !!! Il me reste encore un motif a vous exposer. A la fin du livre, l'auteur nous explique que tout ce dont il parle dans son roman, existe et se passe réellement dans certains pays. Alors oui, ça rend l'histoire encore plus effroyable, mais, dans la mesure où, lui, il l'a située en France, pays des droits de l'homme, ça la rend quelque peu invraisemblable. Si certaines choses ont peut-être lieues dans notre pays, il me paraît impossible que d'autres puissent s'y produire. Ce fait m'a gênée et m'a empêchée de ressortir bouleversée de cette lecture. Vous voulez toujours me clouer au pilori ? Alors je vous le redis quand même, non, je n'ai pas détesté ce roman. Je l'ai apprécié, il a des qualités certaines mais il ne m'a pas embarquée comme il aurait du et c'est pourquoi je n'ai pas eu le coup de coeur escompté. Merci aux Editions Belfond de me l'avoir gentiment envoyé.
              Lire la suite
              En lire moins
            • alapagedesuzie Posté le 13 Septembre 2019
              J'ai l'impression que ce roman nous démontre que la pointe de l'iceberg... Christian Blanchard réussit à nous entraîner dans un monde que personnellement je ne croyais pas qu'il puisse exister et pourtant il apparaît que c'est effectivement le cas. Malgré que ce roman soit de la fiction, il n'en reste pas moins que certains éléments sont basés sur des faits réels. Je suis donc abasourdie par ce roman que je viens tout juste de terminer. Choquée en constatant à quel point nous n'avons pas conscience parfois de ce qui se passe autour de nous. Ces enfants vulnérables que l'on utilise me chavirent le cœur. Que pouvons-nous faire pour contrer ce fléau? Au cours de ce roman, nous faisons la connaissance de plusieurs personnages et ils cadrent à merveille non seulement avec l'intrigue, mais également avec le message que l'auteur veut nous transmettre. D'ailleurs, nous ne pouvons faire autrement que de s'attacher à tous ces enfants. Il y a Aïcha, cette jeune femme qui a survécu dans un conteneur pour ensuite tomber aux mains d'un profiteur... son destin m'a chavirée le cœur. Il y a également ces deux petits garçons attachés l'un à l'autre qui m'ont énormément charmée. Ils sont prêts à tout... J'ai l'impression que ce roman nous démontre que la pointe de l'iceberg... Christian Blanchard réussit à nous entraîner dans un monde que personnellement je ne croyais pas qu'il puisse exister et pourtant il apparaît que c'est effectivement le cas. Malgré que ce roman soit de la fiction, il n'en reste pas moins que certains éléments sont basés sur des faits réels. Je suis donc abasourdie par ce roman que je viens tout juste de terminer. Choquée en constatant à quel point nous n'avons pas conscience parfois de ce qui se passe autour de nous. Ces enfants vulnérables que l'on utilise me chavirent le cœur. Que pouvons-nous faire pour contrer ce fléau? Au cours de ce roman, nous faisons la connaissance de plusieurs personnages et ils cadrent à merveille non seulement avec l'intrigue, mais également avec le message que l'auteur veut nous transmettre. D'ailleurs, nous ne pouvons faire autrement que de s'attacher à tous ces enfants. Il y a Aïcha, cette jeune femme qui a survécu dans un conteneur pour ensuite tomber aux mains d'un profiteur... son destin m'a chavirée le cœur. Il y a également ces deux petits garçons attachés l'un à l'autre qui m'ont énormément charmée. Ils sont prêts à tout pour échapper à leurs ravisseurs. Mais en fait, c'est Élodie qui m'a le plus surprise. Elle vient d'une famille riche et attend son rein. Elle pourrait mourir d'un jour à l'autre, mais son cœur est ouvert à la vulnérabilité des autres enfants. Elle a des convictions et des valeurs, ce que ses parents n'ont assurément pas. J'y ai vu dans ce personnage un message d'espoir et c'est bien le seul. Ce roman est si noir et perturbant! Et puis, l'intrigue en elle-même est captivante, mais c'est bien plus que cela. Pages après pages, l'auteur nous surprend et trouve les mots pour nous faire vivre une panoplie d'émotions. Et l'on ne peut en ressortir indemne. Impossible à oublier! Choquant, perturbant, mais il est parfois nécessaire de démontrer toute la noirceur de notre monde pour que ça change...
              Lire la suite
              En lire moins
            • MilleetunepagesLM Posté le 6 Septembre 2019
              Le commentaire de Lynda : COUP DE COEUR! Ce roman est un coup de cœur, mais c'est surtout un énorme coup de poing directement au cœur. Oui, c'est un roman, mais qui malheureusement traite d'un sujet d'actualité, un peu partout dans le monde : les migrants. L'histoire nous remet en question, nous amène vers des interrogations... Jusqu'où serions nous prêt à aller pour sauver notre enfant. C'est ce que vous allez découvrir dans cette histoire complètement horrifique. D'un côté, Éric est le père d'Élodie, celle-ci ne va pas très bien et seule une greffe du rein pourra la sauver, la compatibilité rend les choses difficiles, mais l'argent que possède Éric lui servira peut-être pour sauver Élodie. Et de l'autre côté de la barrière, Gilles Patrick, chirurgien, dont l'épouse et la petite fille ont été kidnappés et qui risque d'être tués, si Gilles ne fait pas ce qu'on lui demande, c'est-à-dire des opérations clandestines complètement inutiles sur des jeunes, surtout des jeunes migrants, pour alimenter le trafic d'organes des malotrus. Difficile de vous parler de ce livre sans révéler les grandes lignes. Je vais pourtant vous dire que ce livre traite d'un sujet très d'actualité, les migrants, les jeunes migrants, qui malgré eux deviennent l'outil principal... Le commentaire de Lynda : COUP DE COEUR! Ce roman est un coup de cœur, mais c'est surtout un énorme coup de poing directement au cœur. Oui, c'est un roman, mais qui malheureusement traite d'un sujet d'actualité, un peu partout dans le monde : les migrants. L'histoire nous remet en question, nous amène vers des interrogations... Jusqu'où serions nous prêt à aller pour sauver notre enfant. C'est ce que vous allez découvrir dans cette histoire complètement horrifique. D'un côté, Éric est le père d'Élodie, celle-ci ne va pas très bien et seule une greffe du rein pourra la sauver, la compatibilité rend les choses difficiles, mais l'argent que possède Éric lui servira peut-être pour sauver Élodie. Et de l'autre côté de la barrière, Gilles Patrick, chirurgien, dont l'épouse et la petite fille ont été kidnappés et qui risque d'être tués, si Gilles ne fait pas ce qu'on lui demande, c'est-à-dire des opérations clandestines complètement inutiles sur des jeunes, surtout des jeunes migrants, pour alimenter le trafic d'organes des malotrus. Difficile de vous parler de ce livre sans révéler les grandes lignes. Je vais pourtant vous dire que ce livre traite d'un sujet très d'actualité, les migrants, les jeunes migrants, qui malgré eux deviennent l'outil principal de la convoitise des administrateurs de ce trafic d'organes. Les différents personnages qui prennent vie dans ce roman sont forts, parfois très noirs, les cas rapportés frisent l'horreur, mais il y a quand même des petites lueurs de clarté, tel que ce vieil itinérant et cette jeune fille de 12 ans. Mais également, elle nous coupe le souffle, et ce, à plusieurs reprises. Je n'ai pas pu mettre de côté, sauf justement, pour reprendre mon souffle, c'en était trop à certains moments, je devais m'éloigner pour mieux m'y replonger. L'auteur nous pousse à nous questionner, sur ces migrants, qui aux yeux de bien des personnes, ne sont tout simplement rien. Il nous pousse aussi à nous questionner sur nos valeurs, sur les limites de l'être humain, qu'il est prêt à dépasser sans arrière-pensée, pour tout simplement arriver à ses fins, et sauver ceux qu'il aime. Traverser la petite ligne entre l'acceptable et l'inacceptable. J'ai tout simplement dévoré ce livre, j'ai adoré l'auteur, qui malgré toute la noirceur de ce roman m'a tout simplement accrochée, et très solidement. Une écriture rythmée, pas de temps mort, essoufflante, dure, accrochante, un véritable raz de marée littéraire qui viendra vous brasser, et vous marquer pour bien longtemps. Vous n'êtes pas prêt à oublier cette lecture, ça, je peux vous le garantir !
              Lire la suite
              En lire moins
            • puchkina Posté le 29 Juillet 2019
              Elodie, douze ans, passe ses journées en dialyse en atteinte d’un rein compatible. Aïcha, seule rescapée d’un container de migrants, croit arriver au paradis mais va connaître l’enfer sur Terre. Diarra et Sayid mendient dans Paris pour le compte d’un groupe mafieux qui les a mutilés pour mieux apitoyer le chaland. Nemo, ancien cheminot, dévasté par le suicide de sa fille quarante ans plus tôt, alcoolique et presque aveugle, recueille une jeune fille muette, terrorisée et portant une large cicatrice sur le flanc. Gilles Patrick, chirurgien, se voit forcé par la menace de mort sur sa famille, de pratiquer des opérations qui le révulsent… Christian Blanchard dans Seul avec la nuit orchestre avec maestria le destin de tous ces personnages sur fond de trafic d’organes, filières d’immigration clandestine, exploitation et esclavage d’enfants, misère sociale et affective. Un thriller terriblement noir mais profondément humain et rondement mené !
            • gruz Posté le 2 Juillet 2019
              Pour Christian Blanchard, le roman noir ne peut être que social. L’auteur m’avait déjà fait forte impression avec son précédent livre, Iboga, où il montrait avec brio que l’enfermement ne se vit pas que physiquement. Un roman véritablement sensoriel. Seul avec la nuit est dans la lignée, avec une thématique et des personnages pourtant très différents. Eux aussi, ici, vivent une sorte d’enfermement, par le pouvoir d’autres, par leurs maladies ou leur dégénérescence. Sensoriel, une fois encore. Car cette fois-ci, le récit est choral. Construit autour des quatre saisons, il nous confronte à différents destins, différentes situations difficiles. La première chose marquante est cette construction audacieuse qui présente une alternance de points de vue. Et différents tons utilisés, différentes écritures. Ce qui pourrait s’apparenter à un exercice de style s’avère être une réussite bien pensée. Cette narration en devient vite fascinante, et crée réellement l’intérêt. L’un des sujets de fond est difficile, compliqué à traiter. Les enfants migrants et le trafic qui tourne autour, voilà bien un thème d’actualité, parfaitement étayé, qui peut effrayer. Mais ce n’est pas la seule thématique, et elles vont toutes brillamment se rejoindre. Ce serait pourtant un grand tort d’en avoir peur, tant l’écrivain sait construire ses personnages pour les... Pour Christian Blanchard, le roman noir ne peut être que social. L’auteur m’avait déjà fait forte impression avec son précédent livre, Iboga, où il montrait avec brio que l’enfermement ne se vit pas que physiquement. Un roman véritablement sensoriel. Seul avec la nuit est dans la lignée, avec une thématique et des personnages pourtant très différents. Eux aussi, ici, vivent une sorte d’enfermement, par le pouvoir d’autres, par leurs maladies ou leur dégénérescence. Sensoriel, une fois encore. Car cette fois-ci, le récit est choral. Construit autour des quatre saisons, il nous confronte à différents destins, différentes situations difficiles. La première chose marquante est cette construction audacieuse qui présente une alternance de points de vue. Et différents tons utilisés, différentes écritures. Ce qui pourrait s’apparenter à un exercice de style s’avère être une réussite bien pensée. Cette narration en devient vite fascinante, et crée réellement l’intérêt. L’un des sujets de fond est difficile, compliqué à traiter. Les enfants migrants et le trafic qui tourne autour, voilà bien un thème d’actualité, parfaitement étayé, qui peut effrayer. Mais ce n’est pas la seule thématique, et elles vont toutes brillamment se rejoindre. Ce serait pourtant un grand tort d’en avoir peur, tant l’écrivain sait construire ses personnages pour les rendre réellement humains, occidentaux ou non, avec un beau talent pour créer de l’empathie, sans manichéisme. L’intrigue est noire, vraiment noire. Mais traversée de rais de lumière d’une rare intensité. A l’image de la relation entre un vieil homme et une jeune fille mutique, qui a pour effet de modérer la noirceur du récit. L’écriture de Christian Blanchard sait être terrible tout autant que fortement émouvante. Il y a de la poésie noire dans ses écrits. Son univers et sa manière de raconter les histoires se rapproche assez de ce que propose Karine Giebel. Et puis, il y a un lieu particulier : une ancienne voiture de train. Presque un personnage à part entière. Cette belle idée accentue l’atmosphère, avec cette voiture qui est arrivée en fin de vie. Ce n’est pas la seule, chacun à leurs manières, les personnages arrivent au bout du chemin, du moins d’un chemin. Avec un autre qui s’ouvre à eux, ou pas… Le roman est donc particulièrement prenant, frappant et émouvant. Il est de ceux qui nous font nous poser des questions morales. Le roman noir comme lanceur d’alerte et de questionnements, tout en faisant ressentir un véritable panel d’émotions (parfois contradictoires). Seul avec la nuit est aussi un roman de partage. Preuve que nous ne sommes pas toujours seuls, même dans l’obscurité. Malgré la dureté du récit et la peinture très noire de notre société actuelle, il y a une profonde humanité dans les mots de Christian Blanchard.
              Lire la suite
              En lire moins
            Toute l'actualité des éditions Belfond
            Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.