Lisez! icon: Search engine
Belfond
EAN : 9782714449566
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 250
Format : 140 x 225 mm

Toutes ces grandes questions sans réponse

Bernard COHEN (Traducteur)
Date de parution : 01/10/2016
Le bonheur n’est-il qu’un instant fugace ?
Sommes-nous les victimes ou bien les artisans de notre infortune ?
Pourquoi le pardon est-il (hélas !) l’unique solution ?

 
Le bonheur n’est-il fait que de moments ?
Le piège le plus hermétique n’est-il pas celui dans lequel nous nous enfermons nous-mêmes ?
Réécrire notre histoire la rend-elle plus supportable ?
La tragédie est-elle le prix à payer pour notre existence ?
Pourquoi le pardon est-il malheureusement la seule et unique option ?
Dans la...
Le bonheur n’est-il fait que de moments ?
Le piège le plus hermétique n’est-il pas celui dans lequel nous nous enfermons nous-mêmes ?
Réécrire notre histoire la rend-elle plus supportable ?
La tragédie est-elle le prix à payer pour notre existence ?
Pourquoi le pardon est-il malheureusement la seule et unique option ?
Dans la vie comme dans le patinage, tout n’est-il pas toujours qu’une question d’équilibre ?
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714449566
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 250
Format : 140 x 225 mm
Belfond

Ils en parlent

" Douglas Kennedy se prend comme sujet d'étude, depuis son enfance privée d'amour parental, jusqu'aux conflits, à la fuite, aux échecs sentimentaux puis la joie d'avoir des enfants et l'épreuve de l'autisme de son fils. Il puise dans la littérature, dans la philosophie et dans l'art de quoi prendre la vie sans en laisser une miette. "
Christina Pellé-Douël / Psychologies

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • hmurgia Posté le 22 Avril 2020
    Mort, divin, pardon...à travers des exemples d'épreuves ou de moments forts qu'il a connus, Douglas Kennedy nous donne sa vision de ces grandes questions existentielles qui nous traversent tous. Et son talent fait qu'on lit cela comme on lit ses romans, avec complicité et reconnaissance.
  • dacotine Posté le 24 Janvier 2018
    Un texte qui a pour vocation de tenter de répondre aux 7 questions qui forment les 7 chapitres. Elles abordent les questions essentielles que les hommes se posent généralement : le bonheur, la destinée , le pardon...? et Douglas Kennedy nous offre ses réflexions sur ces sujets en fonction de ses expériences , de son histoire personnelle et nous propose une sorte de philosophie de la vie. Un texte qui oscille entre récit autobiographique, souvenirs, réflexion philosophique, citations et analyse d'œuvres écrites ou musicales...Un mélange intéressant et agréable qui permet en plus d'approcher l'univers littéraire de Douglas Kennedy et d'avoir un regard sur la littérature américaine .
  • Carolivra Posté le 20 Mai 2017
    Rencontré lors du dernier salon du livre de Paris, j’ai pu échanger quelques mots avec Douglas Kennedy. J’ai presque tout lu de cet auteur car j’aime sa plume et la manière qu’il a de raconter les choses. Je lui ai donc pris son dernier né: un livre à mi-chemin entre l’essai et l’autobiographie et je dois souligner que j’ai beaucoup aimé cette manière de se raconter. En sept chapitres, Douglas Kennedy aborde sept grandes questions existentielles liées au destin, à l’échec, au bonheur ou encore à la spiritualité. Loin d’être dogmatique ou de donner des conseils, l’auteur pose des questions sur le sens de la vie en nous donnant des exemples concrets. Il ne cherche ni à nous influencer ni à nous enjoindre de penser comme lui: il dresse simplement un constat et nous invite à réfléchir sur nos vies. Le style n’est jamais pompeux et une fois de plus, Douglas Kennedy a l’art de raconter et de nous plonger dans sa vie d’écrivain. Il ne tombe pas dans le sentimentalisme ou le voyeurisme mais nous livre des bribes de sa vie à travers des anecdotes parfois drôles souvent graves. Ainsi, il nous raconte son divorce, l’autisme de son fils Max, ses... Rencontré lors du dernier salon du livre de Paris, j’ai pu échanger quelques mots avec Douglas Kennedy. J’ai presque tout lu de cet auteur car j’aime sa plume et la manière qu’il a de raconter les choses. Je lui ai donc pris son dernier né: un livre à mi-chemin entre l’essai et l’autobiographie et je dois souligner que j’ai beaucoup aimé cette manière de se raconter. En sept chapitres, Douglas Kennedy aborde sept grandes questions existentielles liées au destin, à l’échec, au bonheur ou encore à la spiritualité. Loin d’être dogmatique ou de donner des conseils, l’auteur pose des questions sur le sens de la vie en nous donnant des exemples concrets. Il ne cherche ni à nous influencer ni à nous enjoindre de penser comme lui: il dresse simplement un constat et nous invite à réfléchir sur nos vies. Le style n’est jamais pompeux et une fois de plus, Douglas Kennedy a l’art de raconter et de nous plonger dans sa vie d’écrivain. Il ne tombe pas dans le sentimentalisme ou le voyeurisme mais nous livre des bribes de sa vie à travers des anecdotes parfois drôles souvent graves. Ainsi, il nous raconte son divorce, l’autisme de son fils Max, ses échecs littéraires ou amoureux, ses amitiés, sa relation si compliquée et conflictuelle avec ses parents (un passage cruel à lire d’ailleurs). J’ai vraiment aimé ces passages qui nous en disent plus sur cet auteur et qui le rend si proche de nous. J’ai été touchée par la simplicité de sa confession et sa sincérité. Au passage, on découvre l’auteur à l’œuvre, dans son travail quotidien de romancier: la manière dont il écrit, ses rituels, ses difficultés. Douglas Kennedy est un homme qui aime profondément la vie et même s’il a parfois été tenté de briser cet élan vital, il s’est toujours relevé de ses chutes à l’instar de ses personnages de papier qui dans bons nombres de ses romans renaissent de leurs cendres. Toutes ces grandes questions sans réponse est un livre inclassable qui m’a plu par son ton sincère et simple. Douglas Kennedy nous invite à réfléchir sur le sens de notre vie sans jamais tomber dans la pédagogie ou le dogmatisme. Une lecture coup de cœur qui m’a permis d’en savoir plus sur cet auteur.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Myrtille88 Posté le 11 Avril 2017
    A l'instar de Mankell dans son dernier livre, Sable mouvants : fragments de ma vie, Douglas Kennedy livre ses réflexions philosophiques sur la vie agrémentées d'anecdotes personnelles ou choisies parmi celles de ses proches et amis. Pas d'originalité dans les thèmes abordés : les relations familiales et conjugales, la religion, le début ou la fin d'un amour, le pardon, le rapport à la religion, à la mort. La sincérité semble présente mais tout cela n'est que point de vue puisqu'on a que le sien. Le point fort : les nombreuses citations qui émaillent le texte et qui illustrent judicieusement les propos de l'auteur. Cela me donnerait presque envie d'aller à la bibliothèque municipale emprunter un ou deux de ses livres !
  • Louis_LUCAS Posté le 18 Janvier 2017
    Lorsque j'ai lu/entendu il y a quelques semaines les interviews donnés par Douglas Kennedy dans le cadre de la promotion de "Toutes ces grandes questions sans réponse", quelque chose m'a interpellé, un détail en apparence mais qui avait pourtant son importance. De quel objet littéraire parlait-on exactement ? Roman autobiographique mâtiné de questions existentielles ? Essai philosophique à tendance introspective ? Nécessaire retour aux sources, aux premières pierres d'un édifice littéraire ? Après 362 pages passées en compagnie de Douglas Kennedy mais cette fois sans le truchement de la fiction, force est de constater qu'il y a un peu de tout cela dans ce livre mais pas seulement. Pour quiconque a souhaité en savoir plus sur l'auteur de "Quitter le monde" ou "La poursuite du bonheur", les interviews donnés depuis près de deux décennies par l'écrivain sont de formidables pistes pour décrypter son oeuvre. Douglas Kennedy ne se répand jamais mais n'est pas pour autant avare en révélations sur sa vie privée. Il est conscient que l'attachement du lecteur nécessite une inévitable proximité et consent à partager avec lui quelques éléments biographiques, des éléments clefs de sa vie personnelle qui ont, d'une manière ou d'une autre, nourrit son écriture. L'autisme de son... Lorsque j'ai lu/entendu il y a quelques semaines les interviews donnés par Douglas Kennedy dans le cadre de la promotion de "Toutes ces grandes questions sans réponse", quelque chose m'a interpellé, un détail en apparence mais qui avait pourtant son importance. De quel objet littéraire parlait-on exactement ? Roman autobiographique mâtiné de questions existentielles ? Essai philosophique à tendance introspective ? Nécessaire retour aux sources, aux premières pierres d'un édifice littéraire ? Après 362 pages passées en compagnie de Douglas Kennedy mais cette fois sans le truchement de la fiction, force est de constater qu'il y a un peu de tout cela dans ce livre mais pas seulement. Pour quiconque a souhaité en savoir plus sur l'auteur de "Quitter le monde" ou "La poursuite du bonheur", les interviews donnés depuis près de deux décennies par l'écrivain sont de formidables pistes pour décrypter son oeuvre. Douglas Kennedy ne se répand jamais mais n'est pas pour autant avare en révélations sur sa vie privée. Il est conscient que l'attachement du lecteur nécessite une inévitable proximité et consent à partager avec lui quelques éléments biographiques, des éléments clefs de sa vie personnelle qui ont, d'une manière ou d'une autre, nourrit son écriture. L'autisme de son fils Max, la complexité de son divorce, son enfance difficile, sa longue traversée du désert avant le succès qu'on lui connaît, la reconnaissance tardive de son pays de naissance sont quelques uns des thèmes régulièrement abordés par l'auteur, des sujets qui lui tiennent à coeur mais qu'il ne fait qu'effleurer par faute de temps mais peut-être aussi par soucis de se préserver. Avec "Toutes ces questions sans réponse", il lève le voile sur quelques uns d'entre eux, avec pudeur, s'abstenant de trop révéler, utilisant ces morceaux de sa vie non pour offrir à ses lecteurs une banale autobiographie mais pour s'interroger sur des questions existentielles, universelles, de celles qui parlent à tout un chacun. Pour donner corps aux sept chapitres, aux sept questions qui composent ce livre, il s'appuie sur sa vie personnelle mais également sur celle de son entourage ainsi que sur les oeuvres littéraires, musicales ou cinématographiques qui l'ont marqué. Tous ces matériaux s'assemblant comme des pièces de puzzle pour étayer des interrogations qui ne trouveront pas de réponses. Sept séquences, sept parties conçues comme un voyage au cours duquel on remonte le temps en sa compagnie, l'occasion, comme je le mentionnais plus haut, de découvrir quelques étapes marquantes de sa vie - dans le bons comme dans le mauvais - mais également de grappiller au détour d'un souvenir, d'une réflexion quelques éléments qui ont influencé son oeuvre ou les nombreux personnages à qui il a donné vie. A ce petit jeu, il est fortement recommandé d'avoir une solide connaissance de l'oeuvre de l'auteur pour mieux apprécier ce jeu de pistes. Si "Toutes ces grandes questions sans réponse" se veut thématique, les sept chapitres ne forment en fait qu'un seul et même récit tant ils se répondent entre eux, se complètent, jusqu'à former une boucle à l'image du chapitre final qui revient hanter les questionnements du premier. De par sa forme inédite, parfois un peu aléatoire, le livre n'est pas exempt de quelques défauts. Tout comme dans "Au pays de Dieu", "Toutes ces questions sans réponse" tombe parfois dans le mode "variations sur le même thème", assénant à n'en plus finir, à coups d'exemples concrets, une même affirmation sur un thème visiblement sensible, le divorce par exemple. En découle quelques (rares) longueurs qui n'entachent toutefois pas la qualité de la réflexion. Ceux qui ont lu ses récits de voyage apprécieront le chapitre consacré à la foi notamment dans lequel il évoque l'Australie mais également le télévangélisme dans un court passage qui pourrait presque faire office de chapitre bonus à "Au pays de Dieu". Comme dans chacun de ses romans, on retrouve les figures artistiques qui ont influencé l'auteur, Brahms pour la musique, Graham Greene pour la littérature pour ne citer qu'eux. En résumé une pléthore de références bibliographiques et musicales qui devraient vous occuper quelques temps sur le net. Sans procurer le même plaisir que l'un de ses romans, "Toutes ces grandes questions sans réponse" n'en demeure pas moins une lecture plaisante, stimulante, touchante dans le sens où les sujets abordés touchent à l'universel mais pas incontournable si vous n'êtes pas un irréductible admirateur des écrits de Douglas Kennedy.
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité de Douglas Kennedy
Suivez votre auteur préféré au fil de ses nouveaux romans.