Lisez! icon: Search engine
Un oeil dans la nuit
Date de parution : 06/04/2023
Éditeurs :
Lizzie
PRIX CONSEILLÉ
22.99 €
Acheter sur Lizzie

Un oeil dans la nuit

Date de parution : 06/04/2023
Martin Servaz va être confronté à la plus grande énigme de sa carrière !
Un réalisateur culte de films d’horreur, retiré du monde au fond de ses montagnes…
Misanthrope, arrogant, fou.
Un nom qui fait pourtant se pâmer tous les étudiants en cinéma.
Et une série de meurtres abominables qui pourrait bien trouver son origine dans un film maudit…
 
EAN : 9791036625077
Façonnage normé : MP3
Lizzie
PRIX CONSEILLÉ
22.99 €
Acheter sur Lizzie
EAN : 9791036625077
Façonnage normé : MP3

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Ericdesh 24/05/2024
     Un très bon opus, certainement un des meilleurs selon moi, de la série Servaz. Le thème des films d'horreur m'intéresse particulièrement et ce thème est très bien exploité par Minier. La lecture est donc très agréable et le recit est agrémenté de petits clins d'œil amusants à ses "collègues" (Thilliez et Bussi entre autre). Une très bonne intrigue de bons personnages, aucun temps mort, ... font donc de ce thriller une très bonne réussite du genre, avec une conclusion que j'ai beaucoup aimé, même s'il faudra patienter pour obtenir la réponse...
  • loeilnoir 20/05/2024
    Cela commence ainsi : Mathias Laugier, un décorateur de cinéma, se meurt d’un cancer dû à l’amiante cotoyé sur les plateaux de tournage. Sur son lit de mort, il confesse au prêtre Daniel Eyenga être « un des démons de l’enfer »… et lui confie une clé USB à remettre à un certain Kenneth Zorn, un producteur vivant dans un manoir des Côtes d’Armor… Judith Tallandier, une étudiante en cinéma, a obtenu le Saint-Graal, un stage auprès du réalisateur iconique de films d’horreur, Morbus Delacroix. Celui-ci a mis fin brusquement à sa carrière quelques mois plus tôt pour se retirer au fin fond des Pyrénées. Mais sur le trajet de la jeune femme d’étranges messages semblent la mettre en garde ou la dissuader de faire ce séjour. Le commandant Martin Servaz enquête sur le meurtre de Stan de Welz, un spécialiste des effets spéciaux interné dans un hôpital psychiatrique de Toulouse. Il a été lacéré et vidé de son sang et a étouffé après avoir été forcé d’ingurgiter des abeilles… Le patient de la chambre voisine s’est évaporé, il est considéré comme le principal suspect mais aucune caméra de surveillance ne révèle quoi que ce soit sur la disparition et le meurtre… Ce livre se veut un hommage au cinéma d’horreur: des films cités au long du récit jusqu’à la trame elle-même de ce roman, Bernard Minier nous invite à une immersion dans ce domaine. Un prêtre pour commencer comme dans l’Exorciste, un être de bonne foi qui a très tôt la certitude d’avoir affaire aux forces du mal. Mais pas de sciences occultes ni de démon dans ce roman, uniquement la folie humaine, qui se suffit à elle-même pour nous horrifier. Un asile psychiatrique où a lieu un meurtre des plus sadiques ainsi qu’une disparition énigmatique : imaginez la caméra braquée sur les portes des chambres d’où personne n’entre ni ne sort alors que les parois des pièces se gorgent de sang… Et puis cette jeune étudiante dont on devine bien vite qu’un piège pervers se referme sur elle dès lors qu’elle pénètre dans le manoir de Morbus Delacroix, un réalisateur réputé dément et tyrannique, qui vit là avec sa compagne, connue pour avoir interprété le rôle de la célèbre comtesse hongroise Élisabeth Báthory… Un jeu dangereux s’installe entre ce trio de personnages… Les thèmes abordés vont au-delà de la réflexion sur le cinéma d’horreur et traitent également de problèmes de société très actuels: les abus sexuels dans le monde du cinéma (Morbus Delacroix a beaucoup de points communs avec Harvey Weinstein, par exemple…), le manque de personnel dans le monde médical et le manque de moyens des forces de l’ordre. Les Pyrénées en toile de fond « c’était un pays de pluie, de silence et de secrets. Un pays où les bouleversements du monde n’arrivaient qu’amortis, filtrés par des siècles de patience« , un lieu retiré du monde où Bernard Minier y installe l’horreur… L’écriture est très visuelle, instaurant un climat anxiogène et terriblement addictif, j’ai dévoré ce roman très rapidement ne boudant pas mon plaisir de retrouver l’équipe du commandant Servaz. Mais quel terrible sort l’auteur réserve t-il à ses personnages !!! Un auteur a malheureusement tous les droits sur eux (à moins de croiser Annie Wilkes dans la vraie vie😱😉), et là j’aurais aimé que la magie interfère, que quelques pages plus loin on efface tout et on recommence, mais non… Bernard Minier en a décidé ainsi, mais une chose est sûre, les aventures de Martin Servaz ne sont pas terminées!! Et puis, ne pensez-vous pas qu’il est normal que les plus grands commandants de police fictifs se croisent dans les couloirs du 36 Bastion des Orfèvres! Mr Minier y a pensé le premier !!! Excellent clin d’oeil à ses comparses du thriller français! Je suis donc à jour en ce qui concerne Martin Servaz, il ne me reste plus qu’à découvrir Les Effaçées pour voir ce que nous réserve le second personnage fétiche de Bernard Minier : Lucia Guerrero…Cela commence ainsi : Mathias Laugier, un décorateur de cinéma, se meurt d’un cancer dû à l’amiante cotoyé sur les plateaux de tournage. Sur son lit de mort, il confesse au prêtre Daniel Eyenga être « un des démons de l’enfer »… et lui confie une clé USB à remettre à un certain Kenneth Zorn, un producteur vivant dans un manoir des Côtes d’Armor… Judith Tallandier, une étudiante en cinéma, a obtenu le Saint-Graal, un stage auprès du réalisateur iconique de films d’horreur, Morbus Delacroix. Celui-ci a mis fin brusquement à sa carrière quelques mois plus tôt pour se retirer au fin fond des Pyrénées. Mais sur le trajet de la jeune femme d’étranges messages semblent la mettre en garde ou la dissuader de faire ce séjour. Le commandant Martin Servaz enquête sur le meurtre de Stan de Welz, un spécialiste des effets spéciaux interné dans un hôpital psychiatrique de Toulouse. Il a été lacéré et vidé de son sang et a étouffé après avoir été forcé d’ingurgiter des abeilles… Le patient de la chambre voisine s’est évaporé, il est considéré comme le principal suspect mais aucune caméra de surveillance ne révèle quoi que ce soit sur la disparition et...
    Lire la suite
    En lire moins
  • sarahsthal 18/05/2024
    Très bon thriller comme tous ceux de cet auteur que j'affectionne. L'intrigue se passe dans un milieu plutôt glaude et violent ce qui donne une atmosphère tendue tout au long du livre . Les sujets abordés sont pertinents et questionnent sur les impacts de certains genres cinématographiques. Les dernières pages nous laissent dans l'attente de la suite !
  • saladedelivre 16/05/2024
    Alors pour commencer, il faut savoir qu’on m’a offert ce livre et que je n’ai compris qu'à partir de 100 pages que c’était le tome 8 de la saga !!! Il peut très bien se lire sans avoir lu ceux d’avant mais ça spoil complètement donc je ne le recommande pas si vous avez prévu de découvrir toute l’histoire de Martin Servaz. Et franchement je pense la découvrir quand même car j’ai trouvé ce livre très bien mené, on ne s’ennuie jamais et pour moi un bon thriller est un thriller que tu termines à 4 heures du matin car tu ne peux pas dormir sans connaître le dénouement ! Le seul point négatif que j'aurais donné c’est le plot twist final qui ne m’a pas convaincu mais bon pour ce livre je dirai bien que le voyage comptait plus que la destination !
  • Spanouche 10/05/2024
    Ça faisait un petit moment que j’avais pas lu du Minier J’adore cet écrivain Quel plaisir de retrouver Servaz,Esperandieu et Samira dans cette nouvelle aventure On entre dans le monde du film d’horreur,dans ses coulisses. Pas facile d’en dire plus sans en dire trop Livre génial comme d’habitude,je me lasserai jamais de cet auteur La fin est hard….. c’est vilain vilain ça
Inscrivez-vous à la newsletter Lizzie, pour que vos livres s'écoutent aussi !
Avec Lizzie, les livres ont trouvé leur voix. Chaque semaine, laissez-vous transporter au cœur de nos nouveautés.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Babelio

    Le polar français

    Face aux écrivains anglo-saxons, les auteurs de polar français n'ont pas à rougir, loin de là. L'Hexagone compte en effet des dizaines de poids lourds du genre, auxquels viennent s'ajouter chaque année les nouveaux talents repérés par des éditeurs attentifs. Il faut dire que l'Histoire mouvementée du pays et son nombre record d'homicides à l'échelle européenne (en 2020 et en nombre absolu), ainsi qu'une tradition policière bien ancrée, ont de quoi inspirer les écrivains.

    Dans cette sélection de coups de coeur des lecteurs de Babelio, vous trouverez de très grands noms (Pierre Lemaitre, Frédéric Dard ou encore Olivier Norek) en compagnie d'auteurs à la trajectoire ascendante (Céline de Roany, Antoine Renand, Cécile Cabanac…) qui ont su se forger une réputation en très peu de livres. Vous croiserez des psychopathes fort cruels, des victimes pas si innocentes, et des inspecteurs déterminés - et souvent tourmentés. En bref, tout ce qui fait le sel d'un polar réussi, qu'on ne lâche pas avant d'en avoir tourné la dernière page.

    Lire l'article
  • Sélection
    Lisez

    Quel cadeau offrir à une maman enquêtrice ?

    Votre maman adore les enquêtes retorses, les listes de suspects interminables et les rebondissements inattendus ? Offrez-lui un polar pour la fête des Mères !

    Lire l'article