Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221221037
Façonnage normé : CARTONNE
Nombre de pages : 496
Format : 135 x 215 mm

Phobos – Tome 1 – Édition « Livre de bord »

Collection : Collection R
Date de parution : 15/11/2018
*** ÉDITION COLLECTOR ILLUSTRÉE « LIVRE DE BORD » : vivez le voyage vers Mars à travers les dessins de Léonor ***

Six prétendantes.
Six prétendants.
Six minutes pour se rencontrer.
L’éternité pour s’aimer.

Ils veulent marquer l’histoire avec un grand H.
Ils sont les douze astronautes du programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars.
Elle veut trouver l’amour avec un grand A.
Léonor, orpheline...

Six prétendantes.
Six prétendants.
Six minutes pour se rencontrer.
L’éternité pour s’aimer.

Ils veulent marquer l’histoire avec un grand H.
Ils sont les douze astronautes du programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars.
Elle veut trouver l’amour avec un grand A.
Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues.
Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l’amour.
Elle a signé pour un aller sans retour…
Même si le rêve vire au cauchemar, il est trop tard pour regretter.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221221037
Façonnage normé : CARTONNE
Nombre de pages : 496
Format : 135 x 215 mm
Robert Laffont

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • ericmielle8 Posté le 9 Décembre 2019
    PHOBOS : Il est trop tard pour regretter. Tome I Auteur : Victor Dixen Genre : Science-fiction/Téléréalité/ Speed dating. Pages : 432, Police d’écriture moyenne, lecture non-complexe, lecture facile à lire, temps 24 heures ou peut-être moins (tout dépend de votre appétit) Résumé : SIX PRÉTENDANTES. SIX PRÉTENDANTS. SIX MINUTES POUR SE RENCONTRER. L’ÉTERNITÉ POUR S’AIMER. ILS VEULENT MARQUER L’HISTOIRE AVEC UN GRAND H. Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d’un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme d’une chaîne télévisée Genesis, l’émission de speed dating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars. ELLE VEUT TROUVER L’AMOUR AVEC UN GRAND A. Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l’amour. Elle a signé pour un aller sans retour… MÊME SI LE RÊVE VIRE AU CAUCHEMAR, IL EST TROP TARD POUR REGRETTER. Mon avis : Je ne suis pas un grand des romans Teenager, mais il m’arrive d’en lire quelques-uns. Phobos en Latin veut dire Peur. Dans le roman de Victor Dixen (l’auteur reçu le premier grand prix de l'imaginaire de son roman fiction en 2015), Phobos à deux significations : Peur et... PHOBOS : Il est trop tard pour regretter. Tome I Auteur : Victor Dixen Genre : Science-fiction/Téléréalité/ Speed dating. Pages : 432, Police d’écriture moyenne, lecture non-complexe, lecture facile à lire, temps 24 heures ou peut-être moins (tout dépend de votre appétit) Résumé : SIX PRÉTENDANTES. SIX PRÉTENDANTS. SIX MINUTES POUR SE RENCONTRER. L’ÉTERNITÉ POUR S’AIMER. ILS VEULENT MARQUER L’HISTOIRE AVEC UN GRAND H. Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d’un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme d’une chaîne télévisée Genesis, l’émission de speed dating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars. ELLE VEUT TROUVER L’AMOUR AVEC UN GRAND A. Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l’amour. Elle a signé pour un aller sans retour… MÊME SI LE RÊVE VIRE AU CAUCHEMAR, IL EST TROP TARD POUR REGRETTER. Mon avis : Je ne suis pas un grand des romans Teenager, mais il m’arrive d’en lire quelques-uns. Phobos en Latin veut dire Peur. Dans le roman de Victor Dixen (l’auteur reçu le premier grand prix de l'imaginaire de son roman fiction en 2015), Phobos à deux significations : Peur et une base Satellite entre Mars et la Lune. Le premier tome c’est la rencontre avec le personnage principal, une héroïne française orpheline travaillant dans une usine de pâté pour chien, pour s’évader de sa vie quotidienne, décide de s’inscrire dans une émission téléréalité organisé par un groupe scientifique appelé Genesis. Le responsable de cette organisation est une fine psychologue, mais aussi la méchante du roman. En parlant de celle-ci, que je trouve le plus gros défaut, c’est que son personnage annonce qu’elle est méchante depuis le premier chapitre. Serena McBee est une sorte de Cruella D’Enfer, certes plus élégante, mais plus tape à l’œil attirée uniquement par le gain, alors qu’elle n’en a pas besoin, puisqu’elle avait déjà reçu beaucoup, mais pour elle pas assez. Bien que la méchante soit caricaturale, d’autres personnages ont des qualités, l’héroïne est une jeune française de dix-huit ans (pour une fois on ne va pas se plaindre de sa nationalité, ça change des héroïnes caricaturales américaines) qui suit un entraînement, et devient le choix de Serena McBee, la femme médicale du Cupido (une sorte de navette spatiale). Des 12 personnages, plus Serena McBee et les autres : Marcus, un des douze prétendants et Leonor, l’héroïne française aux passés troubles sont les plus intéressants du premier tome… Mais difficile de juger un premier tome tant qu’il en contient quatre plus un livre dossier sur l’intrigue de PHOBOS, et plus un livre Prequel PHOBOS : GENESIS. Le premier tome se divise en quatre parties dont les chapitres sont numérotés comme un dossier avec des sous-titres originaux : Champ, Contrechamps, une excellente idée pour éviter le sempiternel nombre Romain ou Arabe. Ce premier tome se base sur l’actualité des événements d’aujourd’hui comme un Loft Story où 12 où peut-être moins dans la réalité enfermée dans une sorte de navette entourée de caméras visible et invisible : Je ne regardais jamais ses émissions TV-Reality, mais comme tout le monde, il y avait toujours des gens de mon voisinage ou collègues de travail qu’ils m’en parlaient… Autour de ce Speed dating, l’héroïne française s’est aperçue du piège tendu pas Serena, mais IL EST TROP TARD POUR LE REGRETTER… À Suivre… Si Dieu me prête vie, critique au prochain tome PHOBOS 2 : Il est trop tard pour oublier.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Lornaric Posté le 29 Novembre 2019
    L'histoire nous plonge dans une téléréalité "spaciale". Six filles et six garçons ont été choisis pour un aller-simple vers Mars. Durant ce périple, ils vont se séduire , chacun à leur tour, au travers d'une vitre, six minutes, chaque semaine, pendant 23 semaines. Arrivés à destination, ils doivent se marier et fonder une famille avec la personne de leur choix. Mais tous ignorent qu'il s'agit d'un piège les menant à une mort certaine ... Plume légère et addictive. Bon moment de lecture.
  • jardinlitteraire Posté le 3 Novembre 2019
    Cela fait longtemps que j’entends parler de Phobos. Les avis sont dithyrambiques à son sujet. Cela a attiré mon attention même si je lis de moins en moins de Young Adult. C’est en lecture audio que je l’ai découvert et j’ai passé un excellent moment. 6 filles, 6 garçons. 6 minutes pour se rencontrer, l’éternité pour s’aimer. Voici le concept de cette nouvelle émission qui envoie 12 jeunes sur Mars. Le but ? Qu’ils se marient et fondent une famille afin de créer la première colonie marsienne. Tout d’abord, j’ai adoré le concept de Speed-Dating. J’ai tout de suite eu des préférences chez les garçons qui se sont plus ou moins confirmées par la suite. Et même s’il y a 12 participants, il n’y a réellement qu’une héroïne dans ce premier tome : Léonor. Rebelle et audacieuse, elle montre tout de suite qu’elle a du caractère et qu’elle ne va pas se laisser marcher sur les pieds. C’est à travers ses yeux que nous suivons l’aventure. Nous sommes forcément influencés par ses sentiments ce qui ne la rend que plus attachante. Mais l’auteur ne se contente pas de son point de vue, il nous offre une vision d’ensemble de la mission. Champs et... Cela fait longtemps que j’entends parler de Phobos. Les avis sont dithyrambiques à son sujet. Cela a attiré mon attention même si je lis de moins en moins de Young Adult. C’est en lecture audio que je l’ai découvert et j’ai passé un excellent moment. 6 filles, 6 garçons. 6 minutes pour se rencontrer, l’éternité pour s’aimer. Voici le concept de cette nouvelle émission qui envoie 12 jeunes sur Mars. Le but ? Qu’ils se marient et fondent une famille afin de créer la première colonie marsienne. Tout d’abord, j’ai adoré le concept de Speed-Dating. J’ai tout de suite eu des préférences chez les garçons qui se sont plus ou moins confirmées par la suite. Et même s’il y a 12 participants, il n’y a réellement qu’une héroïne dans ce premier tome : Léonor. Rebelle et audacieuse, elle montre tout de suite qu’elle a du caractère et qu’elle ne va pas se laisser marcher sur les pieds. C’est à travers ses yeux que nous suivons l’aventure. Nous sommes forcément influencés par ses sentiments ce qui ne la rend que plus attachante. Mais l’auteur ne se contente pas de son point de vue, il nous offre une vision d’ensemble de la mission. Champs et hors champs s’enchainent à un rythme endiablé. J’ai littéralement été happée par le récit où le suspense ne fait que croitre. Les 12 participants sont ils vraiment en sécurité ? Je découvre Victor Dixen avec cette saga et je dois dire que pour du Young Adult j’ai été bluffée. Je m’attendais à une histoire simple et prévisible. Pas du tout. La plume est vive et entrainante, le roman riche et complexe. Un vrai bon moment terriblement d’actualité avec la conquête de Mars et les dangers de la téléréalité. On finit ce premier tome sur les chapeaux de roues avec un dénouement qui n’en ai pas vraiment un. Heureusement que j’ai le tome 2 sous la main car l’attente aurait été insupportable ! Un roman Young Adult, ancrée profondément dans notre époque et beaucoup plus complexe qu’il n’y parait. Amour, séduction, compétition… Bienvenue dans cette émission futuriste et addictive. Accrochez vos ceintures, le départ est imminent !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Lildrille Posté le 27 Octobre 2019
    Je publie des chroniques littéraires sur lavisqteam.fr et celle de ce roman est présente au lien suivant : http://www.lavisqteam.fr/?p=26470 J'ai mis la note de : 16/20 Mon avis : Phobos, dieu de la mort, mystère du cosmos, satellite de la planète Mars, et premier tome de la trilogie de Victor Dixen. Dans un futur pas si éloigné du nôtre, où la technologie est telle que les communications via des rayons laser sillonnant l’espace marchent à la perfection, le voyage Terre-Mars est le rêve de l’humanité, et la colonisation de la planète rouge est sur toutes les lèvres. L’engouement pour les missions spatiales est revenu à la hausse depuis le rachat de la NASA par le groupe Atlas, faisant de cette entreprise monumentale qu’est la conquête de l’espace, une affaire privée, un engrenage qui n’a jamais rapporté autant d’argent à ceux qui n’en avaient déjà plus besoin. Le programme Genesis, un programme de télé-réalité, a vu haut et loin : choisir six filles et six garçons, les faire s’aimer, les marier et les faire vivre sur Mars, développant une nouvelle colonie humaine aimante et soudée face aux caprices du vide intersidéral, et les filmant quasiment 24h/24h. Quoi de mieux que de choisir douze paumés,... Je publie des chroniques littéraires sur lavisqteam.fr et celle de ce roman est présente au lien suivant : http://www.lavisqteam.fr/?p=26470 J'ai mis la note de : 16/20 Mon avis : Phobos, dieu de la mort, mystère du cosmos, satellite de la planète Mars, et premier tome de la trilogie de Victor Dixen. Dans un futur pas si éloigné du nôtre, où la technologie est telle que les communications via des rayons laser sillonnant l’espace marchent à la perfection, le voyage Terre-Mars est le rêve de l’humanité, et la colonisation de la planète rouge est sur toutes les lèvres. L’engouement pour les missions spatiales est revenu à la hausse depuis le rachat de la NASA par le groupe Atlas, faisant de cette entreprise monumentale qu’est la conquête de l’espace, une affaire privée, un engrenage qui n’a jamais rapporté autant d’argent à ceux qui n’en avaient déjà plus besoin. Le programme Genesis, un programme de télé-réalité, a vu haut et loin : choisir six filles et six garçons, les faire s’aimer, les marier et les faire vivre sur Mars, développant une nouvelle colonie humaine aimante et soudée face aux caprices du vide intersidéral, et les filmant quasiment 24h/24h. Quoi de mieux que de choisir douze paumés, douze personnes qui n’ont plus rien à perdre et qui souhaitent se créer une nouvelle vie, loin de la Terre, loin de la planète qui les a rendus si malheureux et détestés de ceux qui les entourent ? Chaque prétendant détient des secrets, des défauts et des angoisses qui ne demandent qu’à remonter. Préparés pendant un an à un poste bien précis, ils seront fin prêts à embarquer à bord du Cupido, le vaisseau qui les mènera jusqu’à l’orbite de Phobos, à partir duquel, via des capsules, ils descendront sur Mars. Kirsten, l’allemande, rêveuse, plongée dans ses romans d’histoire d’amour, Léonor, la française, celle qui raconte cette histoire et la jeune fille rousse en couverture, celle que l’on surnomme la Machine à Certitudes et que rien n’ébranle, Fangfang, la singapourienne, l’intellectuelle du groupe, la rationnelle et la pragmatique, Elizabeth, l’anglaise, la danseuse et celle qui ferait tout pour arriver à ses fins, Kelly, la canadienne, celle au caractère bien trempé, et Safia, l’indienne, sage et sereine. Parmi les garçons choisis on compte : Marcus, l’américain, Alexeï, le russe, Kenji, le japonais, Samson, le nigérian, Tao, le chinois et Mozart, le brésilien. Même si le livre s’intéresse à l’ensemble des personnages, le fait de voir l’histoire à travers les yeux de Léonor, nous rapproche davantage du groupe féminin que du groupe masculin. Ces deux groupes ne vivent en effet pas ensemble et ne se voient jamais, ou presque. Chaque jour, et jusqu’à leur arrivée sur Mars, deux jeunes prétendants auront l’opportunité de se parler pendant exactement six minutes chaque jour. Six minutes pour se découvrir et pour s’aimer. Chaque personne vivra ce moment à sa façon, essayant de trouver celle ou celui avec qui elle passera le restant de ses jours. Selon les personnalités des prétendants, le lecteur aura l’impression d’assister à une scène d’amour tragique, gnian-gnian ou clairement à l’eau de rose. Appréciables ou non selon le ressenti des lecteurs, ces passages sont de courtes durées et permettent de découvrir les différents personnages en profondeur, certains dévoilant leur passé douloureux et d’autres laissant parler leur personnalité haute en couleur. Certains prétendants ne paraissent pas encore tout à fait mûrs et pour cause : la plupart ont eu une enfance volée, malheureuse et dramatique. Agés de 17 à 18 ans, la majorité n’a pas fait d’eux des adultes sûrs d’eux et moins naïfs. Mais leur confiance dans cette aventure, dans cette nouvelle vie promise, dans ce nouveau départ, va vite être brisée en éclats. Le programme Genesis était truqué dès le départ. La naïveté se transforme en rage, en désespoir et en déprime. Quel est ce terrible secret qui menace leur vie ? Le lecteur le découvre finalement assez vite, l’auteur dévoilant rapidement ses cartes en stoppant la narration de Léonor et en passant par un point de vue totalement différent, plus neutre, nous permettant de voir le monde à travers les yeux des gérants du programme et d’assister à leurs exactions en tout genre. Ce changement de position donne plus d’ampleur au récit mais ne laisse aucun réel suspens, étant donné que le secret est dévoilé. Cependant, même si le secret est connu des lecteurs, les prétendants n’en ont, quant à eux aucune idée. La majeure partie de l’intrigue est ainsi basée sur les histoires d’amour et d’amitié des prétendants, ce qui peut ne pas être au goût de tout le monde. Sur la fin, le ton change radicalement quand le secret est découvert par les prétendants. Que vont-ils décider, comment vont-ils réagir ? Le personnage de Léonor est central et intéressant. On sent l’âme d’un leader chez elle, même si elle ne s’en rend pas encore compte. Ebranlée par ses sentiments, son passé brûlant et sa mystérieuse Salamandre, et par ce qu’elle découvre, ce sera sa voix que les autres finiront par suivre. Son évolution suite à sa rencontre avec les prétendants et ses découvertes sur le programme, vont la transformer et la rendre plus forte. On se plaît à suivre ses pensées, ses doutes, ses peurs et à la voir rebondir pour mieux appréhender la situation et décider de ce qui est meilleur pour eux tous. Le tome 2 laisse présager moins de débats et combats amoureux pour se concentrer sur une vraie course-poursuite pour la survie, avec du suspens, de la vengeance et de l’énergie à la clé. Ce premier tome a fait tomber les barrières, a fait se briser les rêves pour mieux démarrer le processus de cette trilogie dystopique. Le côté adverse est bien tenu entre les mains de Serena McBee, une méchante comme on aime en voir, sans cœur et sans pitié, prête à tout pour récupérer le maximum de bénéfices. Les quelques scènes en sa présence permettent de découvrir le personnage, ses plans et ses réelles motivations. Son côté cruel est bien mis en scène par l’auteur qui ne s’embarrasse jamais de fioritures et qui nous emmène dans un autre monde dans lequel il est compliqué d’en sortir sans aucune émotion. Le récit nous happe complètement, même si le suspens paraît moindre pendant une bonne partie du récit. On ne peut quand même s’empêcher de vouloir connaître le fin mot de l’histoire et de voir Léonor grandir et devenir cette figure, héroïne sans le vouloir mais héroïne quand même. D’autres personnages secondaires font petit à petit leur apparition et finissent par prendre une place intégrante au récit, une place que l’on ne voit pas venir tout de suite. Ces personnages sont introduits par une narration différente étant donné qu’ils sont sur Terre. Tous ces changements de narration ont vraiment été bien trouvés : on a le point de vue de Léonor, à la première personne pour mieux s’imprégner de ce qu’elle vit, on a un point de vue externe se focalisant sur Serena McBee et ses sbires, on a le point de vue externe des personnage secondaires mais aussi le point de vue de l’émission, c’est-à-dire que l’on a l’impression d’assister, de temps en temps, à cette émission de télé-réalité, comme un humain lambda dans le livre. Chaque passage a ses intérêts et on ne s’ennuie pas. Même si Léonor est la narratrice, on découvre tous les autres prétendants et chacun est plus ou moins bien développé, en tout cas suffisamment pour que l’on s’y attache, que l’on comprenne son passé et ses motivations. Certains garçons sont tout de même moins détaillés, comme c’est le cas pour Samson. De plus, le récit est parsemé de dessins, reproductions des écrans diffusant la retransmission de la vie des prétendants et expliquant les technologies employées pour une virée dans l’espace sans dégâts. Enfin, de nombreuses explications scientifiques parsèment ce livre, le rendant plus crédible encore et totalement en phase avec l’actualité. Un plaisir de lecture qui nous donne envie de vite savoir la suite !
    Lire la suite
    En lire moins
  • leslecturesderomane Posté le 24 Octobre 2019
    En commençant ma lecture, j'ai tout de suite accroché à la plume de l'auteur. Victor Dixen a su trouver les mots pour rendre chaque détails intéressants. Il a construit un univers qui mélange science fiction, suspenss et romance. Tout ce que j'aime ! . Puis au fil de ma première lecture, c'est au personnages que je me suis attachée. On découvre peu à peu leur caractère, leur vie, leurs objectifs et leurs faiblesse.J'ai eu un coup de coeur pour Léonor, c'est le genre d'heroïne que j'adore. Elle manque de confiance en elle mais c'est une battante. J'ai adoré vivre cette aventure sur Mars à ses côtés. Pour les garçons, c'est Marcus qui m'a tapé dans l'oeil. J'ai adoré découvrir ses tatouages, sa façon de pensée et de vivre. Il nous offre vraiment de beau message ! . Lors de ma première lecture, j'avais beaucoup aimé les deux tomes mais finalement en les relisant j'ai préféré le tome 2 pour les différents points de vue qu'on a. Parfois on suit les pionniers, parfois Andrew et Harmony ou même Serena. J'ai trouvé que ça apportait plus d'action et de suspens. . Le seul point noir c'est que durant ma relecture je me suis aussi rendu compte de... En commençant ma lecture, j'ai tout de suite accroché à la plume de l'auteur. Victor Dixen a su trouver les mots pour rendre chaque détails intéressants. Il a construit un univers qui mélange science fiction, suspenss et romance. Tout ce que j'aime ! . Puis au fil de ma première lecture, c'est au personnages que je me suis attachée. On découvre peu à peu leur caractère, leur vie, leurs objectifs et leurs faiblesse.J'ai eu un coup de coeur pour Léonor, c'est le genre d'heroïne que j'adore. Elle manque de confiance en elle mais c'est une battante. J'ai adoré vivre cette aventure sur Mars à ses côtés. Pour les garçons, c'est Marcus qui m'a tapé dans l'oeil. J'ai adoré découvrir ses tatouages, sa façon de pensée et de vivre. Il nous offre vraiment de beau message ! . Lors de ma première lecture, j'avais beaucoup aimé les deux tomes mais finalement en les relisant j'ai préféré le tome 2 pour les différents points de vue qu'on a. Parfois on suit les pionniers, parfois Andrew et Harmony ou même Serena. J'ai trouvé que ça apportait plus d'action et de suspens. . Le seul point noir c'est que durant ma relecture je me suis aussi rendu compte de la présence de faux raccords dans l'histoire ou dans certains passages seulement. Pas grand chose mais un personnage qui porte une robe au début puis un pantalon à la fin d'une discussion c'est quand même bizzare ! . POUR CONCLURE, Phobos nous transporte dans un univers remplie d'action et super intéressant mais j'ai préfèré ma première lecture. >> . . Romane 📚
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA #NEWSR !
Lire est votre passion ? Vous êtes fan de Young Adult ? Vous voulez découvrir les coulisses de la Collection R ? Alors N'hésitez plus ! Inscrivez-vous à notre #NewsR ! On vous réserve plein de surprises :-)

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Par Robert Laffont

    L'HoRoscope de l'été

    Ton avenir t'angoisse ? Tu ne sais pas encore ce que tu vas faire de tes vacances ? Est-ce que tu trouveras l'amour au camping des 3 crevettes ? Et la question la plus importante de toutes : quels livres vas-tu emporter en vacances ? 

    Pas de panique, la Team R a consulté les astres pour toi et te dit TOUT sur ton été littéR !

    Lire l'article
  • Par Robert Laffont

    Un concours de fan art pour célébrer l'édition collector de "Phobos - Tome 1"

    Pour célébrer la parution de l’édition collector « Livre de bord » du tome 1 de Phobos, la Collection R lance un concours de fan art.

    Lire l'article