Lisez! icon: Search engine

Kafka sur le rivage

10/18
EAN : 9782264056160
Code sériel : 4048
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 648
Format : 108 x 177 mm
Kafka sur le rivage

Corinne ATLAN (Traducteur)
Date de parution : 25/08/2011

Un adolescent, Kafka Tamura, quitte la maison familiale de Tokyo pour échapper à une malédiction œdipienne proférée par son père. De l'autre côté de l'archipel, Nakata, un vieil homme amnésique, décide lui aussi de prendre la route. Leurs deux destinées s'entremêlent pour devenir le miroir l'une de l'autre, tandis que,...

Un adolescent, Kafka Tamura, quitte la maison familiale de Tokyo pour échapper à une malédiction œdipienne proférée par son père. De l'autre côté de l'archipel, Nakata, un vieil homme amnésique, décide lui aussi de prendre la route. Leurs deux destinées s'entremêlent pour devenir le miroir l'une de l'autre, tandis que, sur leur chemin, la réalité bruisse d'un murmure envoûtant.

« Sous la baguette d'un enchanteur qui puise ses sortilèges dans les pires noirceurs de la condition humaine, Kafka sur le rivage est le roman le plus ambitieux, le plus envoûtant de Murakami. »
André Clavel, Lire

Traduit du japonais
par Corinne Atlan

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264056160
Code sériel : 4048
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 648
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Sachka Posté le 29 Octobre 2019
    Dans ce roman Haruki Murakami nous raconte comment les destinées de Kafka Tamura jeune adolescent de 15 ans qui quitte le foyer familial pour échapper à la malédiction œdipienne proférée par son père et Nakata "le vieil homme qui parle aux chats" vont se croiser. Murakami nous livre un roman poétique, ensorcelant, magnifiquement écrit où l'on retrouve également une part de noirceur et de violence et qui est pour moi son meilleur roman. On n'en sort pas indemne. Époustouflant !
  • Ju_Lie Posté le 17 Septembre 2019
    Malgré que je n'ai pas trop accroché à l'histoire, celle-ci est bien menée. Le récit est accrocheur.
  • Sammy Posté le 3 Septembre 2019
    Kafka sur le rivage est un livre assez sympa, du genre où l'on avance très vite parce que l'on a envie de savoir "comment ça finit". Et du coup j'ai été assez déçu par la fin, qui n'explique rien. Les détails suivants m'ont laissé sur ma faim : 1/ il est raconté, dans le début du livre, un événement qui s'est déroulé dans la dernière année de la seconde guerre mondiale : une classe complète tombe en catalepsie lors d'une sortie scolaire ; la plupart des enfants se réveillent sans séquelles ni le moindre souvenir de ce qu'il s'est passé quelques heures pus tard. Sauf un, qui ne se réveillera au bout de plusieurs semaines, mais il est alors devenu l'idiot du village : son cerveau a été complétement "effacé". Seul bonus : il peut parler avec les chats. Vieil homme, il devient l'un des personnages principaux de l'histoire, à partir du tiers de celle-ci environ. (il faudrait aussi parler de la longue lettre que l'institutrice envoie à un des scientifiques chargé de l'enquête 30 ans plus tard, où elle avoue certains détails qu'elle avait jusqu'alors caché). Et tout cela n'a aucun rapport avec la fin du livre. L'auteur ne reviendra plus... Kafka sur le rivage est un livre assez sympa, du genre où l'on avance très vite parce que l'on a envie de savoir "comment ça finit". Et du coup j'ai été assez déçu par la fin, qui n'explique rien. Les détails suivants m'ont laissé sur ma faim : 1/ il est raconté, dans le début du livre, un événement qui s'est déroulé dans la dernière année de la seconde guerre mondiale : une classe complète tombe en catalepsie lors d'une sortie scolaire ; la plupart des enfants se réveillent sans séquelles ni le moindre souvenir de ce qu'il s'est passé quelques heures pus tard. Sauf un, qui ne se réveillera au bout de plusieurs semaines, mais il est alors devenu l'idiot du village : son cerveau a été complétement "effacé". Seul bonus : il peut parler avec les chats. Vieil homme, il devient l'un des personnages principaux de l'histoire, à partir du tiers de celle-ci environ. (il faudrait aussi parler de la longue lettre que l'institutrice envoie à un des scientifiques chargé de l'enquête 30 ans plus tard, où elle avoue certains détails qu'elle avait jusqu'alors caché). Et tout cela n'a aucun rapport avec la fin du livre. L'auteur ne reviendra plus jamais sur cet épisode, faites-en ce que vous voulez ! 2/ Le personnage principal, Kafka, est un adolescent qui fait une fugue. Je ne spoilerai pas ; mais on ne sait pas si ce qui arrive à son père est de son fait ou non. On ne sait pas si la bibliothécaire est sa mère ou pas. Mais peut-être que si. 3/ A la fin, on ne sait pas ce qu'est la "chose" tuée, si c'est le père de Kafka, si c'était un... démon, esprit, extra-terrestre qui avait pris possession de son corps... On ne sait pas si l'homme qui avait l'apparence de son père (le tueur de chats) est mort ou pas, si c'est le même être que la "chose"... Bref, à la fin, on ne sait RIEN. Kafka rentre chez lui, retourne à l'école et puis c'est marre. Ce qui est agaçant, c'est qu'il existe sûrement des fans hystériques qui ont pondus des théories abracadabrantes qui expliquent tout, et qui crient au génie... Bah non, c'est juste un type qui a écrit un roman sans être foutu de tout ficeler...
    Lire la suite
    En lire moins
  • RazKiss Posté le 24 Août 2019
    "Kafka sur le rivage" est un bien étrange roman... Nous faisons d'abord la connaissance de Kafka, un ado qui vit seul avec son père et décide de faire une fugue. Ce n'est pas un coup de tête, il l'a soigneusement organisée et s'est équipé pour ce voyage. Comme on s'y attend, c'est un roman d'initiation et d'apprentissage mais pas que... Parallèlement, nous suivons également un vieil homme nommé Nakata qui, lui aussi, est poussé à s'aventurer hors de son quartier et de ses habitudes. Nakata est quelqu'un de spécial, c'est un simple d'esprit mais il a pourtant un talent très utile qui n'appartient qu'à lui ! Ces deux personnages aux âges diamétralement opposés sont en réalité animés par une même force, ils ne se connaissent pas mais leurs destins sont liés. C'est un roman qui peut susciter bien des émotions chez son lecteur : rires, horreur, mélancolie, réflexions spirituelles ou métaphysiques,... J'aime son atmosphère onirique, très japonaise, même si cela m'a empêchée d'entrer dans l'histoire. C'était parfois trop éloigné de la réalité pour que je puisse m'immerger dans le livre, je suis passée à côté. C'était un peu trop complexe pour moi : trop d'éléments symboliques et de choses inexpliquées. Mais j'ai... "Kafka sur le rivage" est un bien étrange roman... Nous faisons d'abord la connaissance de Kafka, un ado qui vit seul avec son père et décide de faire une fugue. Ce n'est pas un coup de tête, il l'a soigneusement organisée et s'est équipé pour ce voyage. Comme on s'y attend, c'est un roman d'initiation et d'apprentissage mais pas que... Parallèlement, nous suivons également un vieil homme nommé Nakata qui, lui aussi, est poussé à s'aventurer hors de son quartier et de ses habitudes. Nakata est quelqu'un de spécial, c'est un simple d'esprit mais il a pourtant un talent très utile qui n'appartient qu'à lui ! Ces deux personnages aux âges diamétralement opposés sont en réalité animés par une même force, ils ne se connaissent pas mais leurs destins sont liés. C'est un roman qui peut susciter bien des émotions chez son lecteur : rires, horreur, mélancolie, réflexions spirituelles ou métaphysiques,... J'aime son atmosphère onirique, très japonaise, même si cela m'a empêchée d'entrer dans l'histoire. C'était parfois trop éloigné de la réalité pour que je puisse m'immerger dans le livre, je suis passée à côté. C'était un peu trop complexe pour moi : trop d'éléments symboliques et de choses inexpliquées. Mais j'ai apprécié les nombreuses réflexions qui parsèment le roman et je me suis attachée aux personnages. L'auteur joue avec nos sentiments, [masquer]je me marrais bien au début avec les dialogues entre Nakata et les chats, puis j'ai eu des frissons d'horreur quand certains chats ont été sauvagement tués devant le pauvre vieillard impuissant[/masquer]... Il nous offre aussi de belles descriptions de lieux, qu'ils soient naturels ou non. Je pense à la bibliothèque, la cabane d'Oshima, la forêt,... Ce ne sera donc pas un coup de cœur comme pour "La ballade de l'impossible", mais le voyage en valait la peine !
    Lire la suite
    En lire moins
  • stcyr04 Posté le 18 Août 2019
    Œdipe au pays du kabuki. Le jeune adolescent Kafka Tamura, suit la petite voix qui lui dit qu'a quinze ans il sera le garçon le plus endurci du monde, fera une fugue, rejoindra une petite ville loin de Tokyo, et qu'il trouva refuge dans une petite bibliothèque, bien à l'écart, loin du bruit et de la fureur. Nakata est un vieil homme, qui vit avec les séquelles d'un événement inexplicable survenu dans son jeune âge, une amnésie totale, qui a fait de lui un simple d'esprit, analphabète, et qui possède l'extraordinaire pouvoir de parler aux chats, de faire pleuvoir des poissons et des sangsues du ciel. Il tombe sur un routier qui se prend d'amitié pour son âme candide, entame avec lui un long voyage qui les mènera quelque part, ailleurs. Haruki Murakami n'est pas facile à aborder, moi-même j'ai été très critique avec le premier livre que j'ai lu de cet auteur, Chroniques de l'oiseau à ressort. Pauvre de moi je n'avais pas compris, mais je me félicite d'avoir persévéré. Mettez de côté votre cartésianisme et laissez vous porter par la grâce, c'est un peu du réalisme magique à la mode teriyaki, l'entrée dans son univers peu être déconcertante. Le... Œdipe au pays du kabuki. Le jeune adolescent Kafka Tamura, suit la petite voix qui lui dit qu'a quinze ans il sera le garçon le plus endurci du monde, fera une fugue, rejoindra une petite ville loin de Tokyo, et qu'il trouva refuge dans une petite bibliothèque, bien à l'écart, loin du bruit et de la fureur. Nakata est un vieil homme, qui vit avec les séquelles d'un événement inexplicable survenu dans son jeune âge, une amnésie totale, qui a fait de lui un simple d'esprit, analphabète, et qui possède l'extraordinaire pouvoir de parler aux chats, de faire pleuvoir des poissons et des sangsues du ciel. Il tombe sur un routier qui se prend d'amitié pour son âme candide, entame avec lui un long voyage qui les mènera quelque part, ailleurs. Haruki Murakami n'est pas facile à aborder, moi-même j'ai été très critique avec le premier livre que j'ai lu de cet auteur, Chroniques de l'oiseau à ressort. Pauvre de moi je n'avais pas compris, mais je me félicite d'avoir persévéré. Mettez de côté votre cartésianisme et laissez vous porter par la grâce, c'est un peu du réalisme magique à la mode teriyaki, l'entrée dans son univers peu être déconcertante. Le merveilleux le dispute à l'absurde, la poésie au prosaïsme, l'horrible au féerique. Les personnages sont des gens simples, un peu à côté de leurs pompes, attachant par leur faiblesse et leur originalité. Attention, une fois bien appréhendée, la lecture de Murakami est franchement addictive, follement jubilatoire. On quitte à regret ce pavé de 650 pages, on aurait bien pris du rab, un ticket pour un tour de manège supplémentaire.
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…