Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782264056160
Code sériel : 4048
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 648
Format : 108 x 177 mm
Kafka sur le rivage
Corinne Atlan (traduit par)
Date de parution : 25/08/2011
Éditeurs :
10/18

Kafka sur le rivage

Corinne Atlan (traduit par)
Date de parution : 25/08/2011

Un adolescent, Kafka Tamura, quitte la maison familiale de Tokyo pour échapper à une malédiction œdipienne proférée par son père. De l'autre côté de l'archipel, Nakata, un vieil homme amnésique,...

Un adolescent, Kafka Tamura, quitte la maison familiale de Tokyo pour échapper à une malédiction œdipienne proférée par son père. De l'autre côté de l'archipel, Nakata, un vieil homme amnésique, décide lui aussi de prendre la route. Leurs deux destinées s'entremêlent pour devenir le miroir l'une de l'autre, tandis que,...

Un adolescent, Kafka Tamura, quitte la maison familiale de Tokyo pour échapper à une malédiction œdipienne proférée par son père. De l'autre côté de l'archipel, Nakata, un vieil homme amnésique, décide lui aussi de prendre la route. Leurs deux destinées s'entremêlent pour devenir le miroir l'une de l'autre, tandis que, sur leur chemin, la réalité bruisse d'un murmure envoûtant.

« Sous la baguette d'un enchanteur qui puise ses sortilèges dans les pires noirceurs de la condition humaine, Kafka sur le rivage est le roman le plus ambitieux, le plus envoûtant de Murakami. »
André Clavel, Lire

Traduit du japonais
par Corinne Atlan

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264056160
Code sériel : 4048
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 648
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • MeljuK Posté le 9 Avril 2022
    Ce livre a pour moi était un saut dans le vide. Je suis considérablement sortie de ma zone de confort littéraire, motivée par des amies et une lecture commune. Ce fut pour mon plus grand plaisir. Dans ce roman de pas moins 600 et quelques pages, nous suivons les péripéties de plusieurs personnages. Kafka, un jeune fugueur de 15 ans qui fuit son père et une mystérieuse malédiction, atterrit dans la bibliothèque de Komura où il rencontre Oshima et Mlle Saeki. Parallèlement, nous suivons Nakata, vieillard illettré et extrêmement attachant, dans une quête étrange et inconnu, accompagné d’un jeune homme chauffeur poids lourd prénommé Oshino. C’est une histoire de rencontres et en même temps de fuite Tout au long de la lecture nous oscillons entre rêve, réalité, fantasmes, sans être complètement certains de la dimension dans laquelle nous nous trouvons à chaque fois. Le temps est distordu, l’espace également parfois. La description des personnages, leurs états d’âmes, leurs envies, leurs colères, leurs doutes et leurs réflexions est merveilleusement écrite, les rendant attachants et nous pousse à l’empathie. La lecture est fluide et agréable. Néanmoins, les différents niveaux de réalité et l’aspect onirique de certaines scènes, m’ont parfois rendu la compréhension difficile.... Ce livre a pour moi était un saut dans le vide. Je suis considérablement sortie de ma zone de confort littéraire, motivée par des amies et une lecture commune. Ce fut pour mon plus grand plaisir. Dans ce roman de pas moins 600 et quelques pages, nous suivons les péripéties de plusieurs personnages. Kafka, un jeune fugueur de 15 ans qui fuit son père et une mystérieuse malédiction, atterrit dans la bibliothèque de Komura où il rencontre Oshima et Mlle Saeki. Parallèlement, nous suivons Nakata, vieillard illettré et extrêmement attachant, dans une quête étrange et inconnu, accompagné d’un jeune homme chauffeur poids lourd prénommé Oshino. C’est une histoire de rencontres et en même temps de fuite Tout au long de la lecture nous oscillons entre rêve, réalité, fantasmes, sans être complètement certains de la dimension dans laquelle nous nous trouvons à chaque fois. Le temps est distordu, l’espace également parfois. La description des personnages, leurs états d’âmes, leurs envies, leurs colères, leurs doutes et leurs réflexions est merveilleusement écrite, les rendant attachants et nous pousse à l’empathie. La lecture est fluide et agréable. Néanmoins, les différents niveaux de réalité et l’aspect onirique de certaines scènes, m’ont parfois rendu la compréhension difficile. C’est assurément un livre qui se relie afin de l’appréhender différemment et/ou plus profondément lors d’une deuxième (troisième …) lecture. Je suis ravie en tout cas d’avoir fait la découverte de cet auteur et ne vais pas m’arrêter à ce seul roman. Son univers onirique est captivant et son écriture plaisante.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Tralalivre Posté le 8 Avril 2022
    J'ai lu ce livre dans le cadre d'une lecture commune avec des copines, et il faut dire que ce roman qui me faisait clairement sortir de ma zone de confort s'est avéré une très chouette lecture. J'ai bien sûr souvent entendu parler de Murakami et de son univers si spécifique. Il s'agissait pour moi d'une toute première immersion dans cet univers qui mêle onirisme, poésie, et peut-être un soupçon de fantastique. J'ai parfois (souvent) eu l'impression de ne rien comprendre, sans pour autant pouvoir lâcher le roman, tellement l'envie d'en savoir plus était forte. Je me suis vite attachée aux personnages, qu'il s'agisse de Kafka, jeune adolescent de 15 ans dont on ne connaîtra jamais le vrai nom, mal dans sa peau et en recherche de lui-même, ou encore de Nakata, vieillard un peu étrange qui, suite à un accident survenu dans sa jeunesse a perdu sa faculté de lire, écrire et raisonner, mais qui sait parler aux chats. Les métaphores sont nombreuses, les personnages secondaires qui vont aider nos héros nombreux et à la personnalité souvent très riche, afin de nous mener nous aussi, au travers de ce conte initiatique. Le point de départ de ce récit, étant la... J'ai lu ce livre dans le cadre d'une lecture commune avec des copines, et il faut dire que ce roman qui me faisait clairement sortir de ma zone de confort s'est avéré une très chouette lecture. J'ai bien sûr souvent entendu parler de Murakami et de son univers si spécifique. Il s'agissait pour moi d'une toute première immersion dans cet univers qui mêle onirisme, poésie, et peut-être un soupçon de fantastique. J'ai parfois (souvent) eu l'impression de ne rien comprendre, sans pour autant pouvoir lâcher le roman, tellement l'envie d'en savoir plus était forte. Je me suis vite attachée aux personnages, qu'il s'agisse de Kafka, jeune adolescent de 15 ans dont on ne connaîtra jamais le vrai nom, mal dans sa peau et en recherche de lui-même, ou encore de Nakata, vieillard un peu étrange qui, suite à un accident survenu dans sa jeunesse a perdu sa faculté de lire, écrire et raisonner, mais qui sait parler aux chats. Les métaphores sont nombreuses, les personnages secondaires qui vont aider nos héros nombreux et à la personnalité souvent très riche, afin de nous mener nous aussi, au travers de ce conte initiatique. Le point de départ de ce récit, étant la malédiction oedipienne proférée par le père de Kafka à son encontre. J'avais peur de ne pas apprécier, j'ai finalement dévoré ce roman quasiment d'une traite et j'ai vraiment apprécié mon voyage, me donnant envie de découvrir d'autres oeuvres de Murakami. Comme quoi, il est parfois bien de sortir un peu de sa zone de confort, au risque de passer complètement à côté d'oeuvres magistrales.
    Lire la suite
    En lire moins
  • fabienne2909 Posté le 3 Avril 2022
    Mystérieux, profond, touchant, prenant… les adjectifs sont nombreux pour qualifier « Kafka sur le rivage », que je tiens pour l’un de ses meilleurs romans (avec « Les chroniques de l’oiseau à ressort », « La fin des temps » et « Le meurtre du commandeur » 😊). Je viens de le relire dans le cadre d’une lecture commune avec un plaisir intact. Kafka Tamura, jeune adolescent de 15 ans, décide de fuir le domicile parental après avoir longuement réfléchi et préparé son départ. Il faut dire que l’ambiance à la maison est quelque peu pesante depuis la disparition de sa mère, partie avec sa sœur aînée, et que les relations avec son père, un célèbre artiste, sont inexistantes et compromises par la malédiction difficile à encaisser que celui-ci a lancée à son fils. Ses pas le guideront vers le Shikoku, où il trouvera abri dans une bibliothèque, hébergé grâce à la gentillesse d’Oshima, le bibliothécaire, et de Mademoiselle Saeki, sa directrice. Parallèlement à cette histoire, on suit celle de Nakata, un homme à l’intelligence réduite en raison d’un accident survenu dans sa prime jeunesse, et dont le chemin, suite à un meurtre ésotérique (mais en était-ce bien un ?)... Mystérieux, profond, touchant, prenant… les adjectifs sont nombreux pour qualifier « Kafka sur le rivage », que je tiens pour l’un de ses meilleurs romans (avec « Les chroniques de l’oiseau à ressort », « La fin des temps » et « Le meurtre du commandeur » 😊). Je viens de le relire dans le cadre d’une lecture commune avec un plaisir intact. Kafka Tamura, jeune adolescent de 15 ans, décide de fuir le domicile parental après avoir longuement réfléchi et préparé son départ. Il faut dire que l’ambiance à la maison est quelque peu pesante depuis la disparition de sa mère, partie avec sa sœur aînée, et que les relations avec son père, un célèbre artiste, sont inexistantes et compromises par la malédiction difficile à encaisser que celui-ci a lancée à son fils. Ses pas le guideront vers le Shikoku, où il trouvera abri dans une bibliothèque, hébergé grâce à la gentillesse d’Oshima, le bibliothécaire, et de Mademoiselle Saeki, sa directrice. Parallèlement à cette histoire, on suit celle de Nakata, un homme à l’intelligence réduite en raison d’un accident survenu dans sa prime jeunesse, et dont le chemin, suite à un meurtre ésotérique (mais en était-ce bien un ?) devient curieusement similaire à celui de Kafka… « Kafka sur le rivage » est un roman qui se situe dans la veine fantastique-onirique particulière à Haruki Murakami, soit cette irruption d’une couche de fantastique dans celle de la réalité, si bien qu’on ne sait plus si on se situe en plein rêve ou pas. Cette étrange étrangeté qui vient donner au roman cette profondeur spéciale, qui rend la notion de vraisemblable assez peu importante, que j’aime particulièrement. C’est également un superbe mais douloureux roman d’apprentissage, centré autour de l’évolution de Kafka, ce jeune héros à la trajectoire tout œdipienne, qui apprend à laisser se fissurer la cuirasse qu’il s’est construit pour laisser entrer les sentiments, et se défaire de ses regrets et traumatismes pour vivre sa vie. Il sera aidé en cela par les relations particulières qu’il nouera avec Melle Saeki (peut-être l’un des plus beaux personnages féminins de Murakami). Les personnages secondaires sont particulièrement bien dessinés, et exploités. Je pense à Hoshino, le routier qui accompagne Nakata dans sa mission, qui se révélera à lui-même dans ce voyage invraisemblable qu’il partage avec le vieil homme : il accepte ce qui se présente à lui, sans se poser plus de questions que ça au départ, pour ensuite réfléchir à sa vie et à la manière dont il l’a menée jusque-là. Ou bien à Nakata lui-même, cet homme simple, en une dimension, qui sait parler mieux aux chats qu’aux hommes qu’il comprend si peu, mais qui jouera un rôle capital dans le roman. Est ainsi très présente dans ce roman la question des souvenirs : quelle importance ceux-ci revêtent-ils pour soi ? Sont-ils une aide, ou bien une entrave pour vivre sa vie, à cause des éventuels regrets auxquels ils peuvent être associés ? Mais aussi celle de la responsabilité, thème qui revient souvent dans le roman : est-on responsable uniquement de ses actions, ou bien le devient-on dès lors qu’on y pense ? Ainsi le roman pose beaucoup de questions existentielles, comme à son habitude, et draine de nombreux mystères (qui prennent systématiquement la forme de métaphores) que le lecteur saura résoudre (ou pas…) à la fin du roman. Il lève beaucoup de pistes, à la manière d’un labyrinthe, qui seront parfois sans issue (de façon assez maladroite en ce qui concerne celle autour du père de Kafka et de son rôle), ce qui m’a paru plutôt surprenant de la part d’un auteur si précautionneux dans son intrigue. Mais cela n’est qu’un détail, qui disparaît devant l’inventivité de cet auteur, qui réussit à créer un univers qui est unique et propre à chaque roman. « Kafka sur le rivage » est ainsi un roman cérébral, tant par l’intrigue qui y est menée que par les nombreuses références littéraires, culturelles (mention spéciale à la notion d’« esprit vivant », ce motif fantastique l’on rencontre dans la littérature japonaise classique que j’ai découverte ici et qui joue d’ailleurs pour moi un grand rôle dans l’histoire), artistiques, qui participent pleinement à ce jeu de piste géant. Un grand roman de Murakami, que je vous conseille chaudement ! Et vous, quel est votre top 3 des romans de Haruki Murakami ?
    Lire la suite
    En lire moins
  • Tgmoft Posté le 6 Février 2022
    Lecteur cartésien et peu sensible à la poésie ce Kafka sur le rivage m’a emballé. Style direct, dynamique et cinématographique. Personnages très attachants avec Kafka, Nakata et le chauffeur. Ce roman se lit comme un roman policier par le suspense créé par les aventures quelque peu délirantes des personnages: rêves ou réalité ? On se pose souvent la question. Des passages plein d’humour avec notamment une discussion hilarante entre deux féministes obscurantistes et un transsexuel. Le Murakami à lire indiscutablement.
  • Laurandline Posté le 22 Novembre 2021
    C'est l'histoire d'un adolescent qui s'enfuie loin de chez lui pour échapper à un père absent. C'est aussi l'histoire d'un homme qui semble souffrir d'un handicap, mais qui sait parler aux chats. Ces deux hommes prennent la route séparément, chacun dans leur histoire, et vont finir par vivre une histoire commune absolument incroyable. Entre poésie, fantaisie et philosophie, ce livre est un trésor d'écriture. Haruki Murakami, qui un des mes auteurs préférés depuis très longtemps m'a vraiment surprise et envoutée par ce mélange de style littéraire. L'histoire commence en étant très terre à terre puis peu à peu nous dévions vers une atmosphère fantastique, magique voir mystique. Bref malgré ces 835 pages il n'y aucun moment de relâche et d'ennui dans ce livre. Cependant il faut quand même rester concentrer pour lire ce livre pour bien saisir le déroulé de l'aventure et pour bien saisir les symboles présents dans l'histoire.
Inscrivez-vous à la newsletter 10/18 pour encore plus d'inspirations !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    10/18

    26 livres pour barouder cet été

    Envie de barouder.. depuis votre canapé cet été ? Partez sur les routes d'Europe et d'Asie avec ces 26 livres des Editions 10/18 ! Roman d'espionnage au Vietnam ; enquête policière en Finlande ou roman historique en Turquie... c'est parti !

    Lire l'article