Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266291668
Code sériel : 17440
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 240
Format : 108 x 177 mm

Khalil

Date de parution : 05/09/2019
Le deuil sera planétaire, ils le savent. Ils l’espèrent.
Ce 13 novembre 2015, ils sont quatre hommes tassés dans une voiture, en direction du Stade de France. Déterminés à semer le chaos. À trouver, dans la mort, du sens à leur vie – eux les paumés, eux les sans-grades. Corseté dans...
Le deuil sera planétaire, ils le savent. Ils l’espèrent.
Ce 13 novembre 2015, ils sont quatre hommes tassés dans une voiture, en direction du Stade de France. Déterminés à semer le chaos. À trouver, dans la mort, du sens à leur vie – eux les paumés, eux les sans-grades. Corseté dans sa ceinture d’explosifs, le jeune Khalil écoute religieusement les sourates que diffuse l’autoradio. Est-ce la foi ou la vengeance qui le guide ? Le destin, peut-être ? Comment, et pourquoi est-il devenu cet homme-là ?
Autopsie d’un kamikaze.

« Extrêmement puissant, qu’il faut lire. » François Busnel – « La Grande Librairie », France 5

« Un livre majeur, qui devrait faire date. » Claude Lebrun – L’Humanité
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266291668
Code sériel : 17440
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 240
Format : 108 x 177 mm
Pocket
En savoir plus

Ils en parlent

« Extrêmement puissant, très dérangeant et qu’il faut lire » François Busnel – « La grande librairie », France 2
« Si ce formidable roman de Yasmina Khadra était un ustensile de cuisine, ce serait une moulinette. De quoi, ici, s’obstiner à réduire en poudre ce mystère de la folie. Et nous laisser au bord du gouffre. » Pierre Vavasseur - Le Parisien
« Un roman coup de poing. » Jean-Rémi Barland - La Provence
« Un livre majeur, qui devrait faire date. » Claude Lebrun - L'Humanité
« Un roman glaçant, haletant, édifiant. » Bernard Lehut - RTL
 
XXX

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Holon Posté le 22 Août 2021
    Khalil du merveilleux conteur Yasmina Khadra nous raconte l'histoire de Khalil un kamikaze un certain soir de vendredi 13 novembre 2015. Une ceinture d'explosifs autour de la taille, Khalil attend de passer à l'acte, mais sa ceinture d'explosifs est défectueuse et pour cette soirée il ne sera pas un martyr. De retour à Molenbeek il veut revoir ses frères pour leur dire qu’il n’est pas un lâche et qu’il a l'âme d'un martyr prêt pour une prochaine mission. L’auteur avec ce roman nous montre tout le parcours et le raisonnement d'un kamikaze, la manipulation et le discours des Imans qui eux ne vont jamais au casse-pipe nous trouble dans notre confort. Khalil est un jeune adulte, immigrant du Maroc lorsqu'il était enfant en Belgique. Sans identité et rejeté il est la proie rêvée d'un iman qui le façonne pour en faire un soldat de Dieu. La soeur de Khalil est morte dans un attentat du métro causé par ses frères, voilà Khalil qui pour la première fois de sa vie réfléchir sur la pertinence de son sacrifice. Un roman écrit avec des mots qui chante le désespoir, un roman magnifique pour les amoureux de la vie.
  • Plumefil Posté le 23 Juillet 2021
    Dans ce roman le pari est risqué, car le sujet est très douloureux. Il a laissé son empreinte dans chacun de nous puisqu'il fait référence aux attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Qui a oublié Le Bataclan, Le Stade de France, Le Petit Cambodge et toutes les victimes innocentes de l'obscurantisme aveugle ? Les sujets délicats et polémiques n'ont pas vraiment de secret pour l'auteur. Les lecteurs qui le suivent connaissent son écriture, à la fois dure, délicate et courageuse, pour décrire des situations insoutenables avec une analyse psychologique pointue de ses personnages. Yasmina Khadra, d'une plume audacieuse et dérangeante, prend le contre-pied de beaucoup d'écrits et de témoignages, car il entraîne le lecteur du côté sombre du terrorisme en le plaçant dans la tête d'un jeune marocain, né sur le sol belge, vivant à Molenbeek. Étant plus attiré par la rue que par les études, Khalil affronte rapidement la colère et le dédain paternel ainsi que celui de sa famille. Se sentant rejeté en bloc pour ses origines et tout ce qui fait sa différence, il se sent soutenu et enfin compris par ses "frères" dans l'Islam. Quel que soit le but recherché par la lecture... Dans ce roman le pari est risqué, car le sujet est très douloureux. Il a laissé son empreinte dans chacun de nous puisqu'il fait référence aux attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Qui a oublié Le Bataclan, Le Stade de France, Le Petit Cambodge et toutes les victimes innocentes de l'obscurantisme aveugle ? Les sujets délicats et polémiques n'ont pas vraiment de secret pour l'auteur. Les lecteurs qui le suivent connaissent son écriture, à la fois dure, délicate et courageuse, pour décrire des situations insoutenables avec une analyse psychologique pointue de ses personnages. Yasmina Khadra, d'une plume audacieuse et dérangeante, prend le contre-pied de beaucoup d'écrits et de témoignages, car il entraîne le lecteur du côté sombre du terrorisme en le plaçant dans la tête d'un jeune marocain, né sur le sol belge, vivant à Molenbeek. Étant plus attiré par la rue que par les études, Khalil affronte rapidement la colère et le dédain paternel ainsi que celui de sa famille. Se sentant rejeté en bloc pour ses origines et tout ce qui fait sa différence, il se sent soutenu et enfin compris par ses "frères" dans l'Islam. Quel que soit le but recherché par la lecture : évasion, voyage, rêve, connaissance, détente..., le lecteur se laisse embarquer dans l'aventure, car il peut s'identifier sans mal aux personnages. Ici, l'assimilation au cheminement de Khalil est difficile, aussi je comprends que certains puissent se sentir mal à l'aise, aspirés par la spirale inéluctable de l'endoctrinement. L'écrivain ne laisse aucune alternative entraînant son lectorat aux côtés de ce jeune dans le processus de radicalisation. L'argumentaire étayant le djihad n'est absolument pas une apologie de l'Islam radical. C'est une base factuelle, indispensable au service du récit pour faire comprendre les pièges utilisés. La jeunesse se laisse séduire par des discours bien rodés, pas seulement celle désœuvrée, mal intégrée, mal dans sa peau, mais aussi celle en mal de reconnaissance, accablée d'injustice. L'auteur nous invite à une immersion dans la distorsion de la logique au nom d'une foi détournée, arbitraire et violente. Le style utilisé est d'une platitude étudiée en adéquation avec le choix de route rectiligne de Khalil. Avec Yasmina Khadra, platitude ne rime en aucun cas avec vacuité, car le texte est puissant, chargé d'émotions pour le lecteur s'il en paraît dénué pour l'apprenti terroriste, comme un négatif de la réalité. L'emploi de la première personne du singulier renforce le plongeon en milieu hostile en maintenant la distance et le décalage entre Khalil et le spectateur du mécanisme de haine qui n'a qu'une seule envie, le secouer pour lui ouvrir les yeux et le ramener à la vraie vie. Jamais ce jeune endoctriné ne peut être considéré comme une victime de son ignorance, ni comme un héros-martyr de ses croyances absolutistes et c'est bien là la force des mots sur un sujet aussi complexe et dangereux que le processus du recrutement des terroristes. Personnellement, j'ai été percutée de plein fouet par ce destin fait de mensonges débités avec une facilité déconcertante et d'isolement. Ce jeune homme vivant sur la démarcation ténue de sa vie, basculant sans remords du côté des promesses faciles où la violence est un passage obligé et purificateur pour obtenir la reconnaissance de ses mentors et de Dieu, restant obstinément sourd à la révolte ressentie et exprimée par sa communauté qui dénonce avec dégoût ces actes de barbarie en défendant une idée saine et pacifique de l'Islam. Notre monde est malade de bien des façons et le terrorisme est une des plaies les plus insidieuses puisque agissant dans l'ombre jusqu'à ses explosions sporadiques et meurtrières. Tueries de masse, décapitation d'un professeur, égorgement d'une policière, organisé ou acte isolé, l'idéologie folle de soumettre les "infidèles" est ancré dans l'ignorance de la diversité et fait tristement résonance à la guerre "sainte" contre les Infidèles aux temps moyenâgeux des Croisades où les Chrétiens massacraient les Sarrasins au nom d'un dieu tout puissant. L'Humanité n'aurait-elle aucune mémoire historique ? Encore une fois, Yasmina Khadra m'a déconcertée en me faisant frissonner d'effroi tant l'engrenage du lavage de cerveau annihilant tout libre-arbitre est banal à pleurer. Combien de Khalil, enfants paumés, désabusés, rejetés, vont succomber à l'appel d'un paradis d'une bienveillance radieuse hypothétique et se transformer en bombes humaines ? Combien d'innocents vont encore perdre la vie dans des conditions atroces au nom d'un dieu férocement vengeur, mais en réalité pour d'obscures raisons bien plus matérielles et politiques ? Ce roman glaçant, tragiquement ancré dans la réalité, donne un éclairage sans fard des manipulations de l'ombre qui planent sur notre jeunesse en conflit avec la société. Il propose une analyse embarrassante et surprenante qui laisse des traces invitant à la réflexion et c'est le Yasmina Khadra que j'aime lire sans réserve.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Lectricedemots Posté le 18 Juillet 2021
    Pour moii c'est le premier roman que je lis de l'auteur et waow j'ai pris une claque, je n'ai pas été déçue, une analyse subtile sur la radicalisation et jusqu'où elle peut mené, une fin de livre très difficile, mais qui s'ouvre sur l'espoir. Qui ne se souvient pas de ce 13 novembre 2015,moi il restera gravé dans mon esprit.Yasmina à une plume passionnée et mène de main de maître son récit. Un livre qui était dans ma pal depuis un moment déjà et aucun regret de l'avoir sorti. Un livre que devrait lire tout les jeune qui doute et qui souhaitent s'en sortir.
  • Nastie92 Posté le 27 Juin 2021
    "Nous étions quatre kamikazes ; notre mission consistait à transformer la fête au Stade de France en un deuil planétaire." 13 novembre 2015, une date inoubliable. Une date de plus dans l'horreur du terrorisme islamiste, cette idéologie folle qui veut gouverner le monde et soumettre les infidèles. Quel que soit le prix à payer. Ce totalitarisme que nous devons combattre à tout prix si nous voulons que notre civilisation survive et si nous voulons rester libres. Khalil est l'un des kamikazes, et il raconte. Il déroule le récit de cette sinistre soirée, mais aussi de ce qui l'a précédée et de ce qui suivra. Ce livre fait froid dans le dos parce que l'on se rend compte que le parcours de Khalil est tout à fait ordinaire ; on prend conscience de la facilité avec laquelle un jeune homme tout à fait normal se mue en terroriste déterminé. Facilité qui fait de Khalil un cas qui n'est malheureusement pas unique. Itinéraire d'un enfant paumé. Khalil n'a pas vraiment de but dans la vie, pas de motivation, rien à quoi se raccrocher : il est donc une proie facile pour ceux qui tirent les ficelles de cette guerre de civilisation qui se fait... "Nous étions quatre kamikazes ; notre mission consistait à transformer la fête au Stade de France en un deuil planétaire." 13 novembre 2015, une date inoubliable. Une date de plus dans l'horreur du terrorisme islamiste, cette idéologie folle qui veut gouverner le monde et soumettre les infidèles. Quel que soit le prix à payer. Ce totalitarisme que nous devons combattre à tout prix si nous voulons que notre civilisation survive et si nous voulons rester libres. Khalil est l'un des kamikazes, et il raconte. Il déroule le récit de cette sinistre soirée, mais aussi de ce qui l'a précédée et de ce qui suivra. Ce livre fait froid dans le dos parce que l'on se rend compte que le parcours de Khalil est tout à fait ordinaire ; on prend conscience de la facilité avec laquelle un jeune homme tout à fait normal se mue en terroriste déterminé. Facilité qui fait de Khalil un cas qui n'est malheureusement pas unique. Itinéraire d'un enfant paumé. Khalil n'a pas vraiment de but dans la vie, pas de motivation, rien à quoi se raccrocher : il est donc une proie facile pour ceux qui tirent les ficelles de cette guerre de civilisation qui se fait passer pour une guerre de religion. Certaines pages sont glaçantes parce que Yasmina Khadra nous met dans la tête de Khalil lorsqu'il retrace le chemin qui l'a emmené au Stade de France le 13 novembre 2015, ce chemin qui le conduit du néant à la détermination la plus farouche et la haine la plus absolue. Une vingtaine d'années après l'excellent À quoi rêvent les loups, l'auteur reprend le sujet de l'embrigadement dans le terrorisme islamiste. Une répétition nécessaire, la situation ne s'étant pas du tout améliorée, bien au contraire. Les Khalil sont nombreux, hélas ; ils attendent l'ordre ou l'occasion pour agir, pour décapiter un enseignant, égorger une policière ou commettre un attentat de plus grande envergure. Yasmina Khadra poursuit inlassablement et courageusement son travail de lanceur d'alerte, mais s'il a déjà écrit sur ce thème, la forme de ce roman est très différente. Khalil est le narrateur, donc le lecteur est constamment avec lui, dans ses pensées et dans ses actes. Le style volontairement très plat m'a dérangée au début, surtout que Yasmina Khadra est capable d'écrire magnifiquement bien, mais plus l'histoire avançait, plus cette écriture très simple m'est apparue naturelle pour coller au personnage. Khalil n'est pas très malin et certains ont su profiter de ses faiblesses pour en faire le jouet de leur folie meurtrière. L'auteur nous montre qu'il s'agit bien plus d'endoctrinement que de religion et que la lutte doit être impitoyable contre les manipulateurs qui sont les vrais responsables, les vrais coupables. Un roman que j'ai lu d'une traite, une lecture forte de plus à mettre au crédit de ce romancier algérien que j'aime et que j'admire pour son courage dans son engagement.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Coryne1966 Posté le 13 Mai 2021
    Yasmina Khadra (de son vrai nom Mohammed Moulessehoul) est un écrivain algérien. Il sert comme officier dans l'armée algérienne pendant 25 ans. Ensuite, il fait valoir ses droits à la retraite et quitte l'armée en 2000. Après avoir publié 3 recueils de nouvelles et 3 romans sous son vrai nom, à cause du Comité de Censure Militaire, il choisit l'anonymat pour ses écrits suivants. Il partira d'abord au Mexique, puis s'établira en France. "Khalil" est un roman écrit en août 2018. Nous sommes au soir de ce funeste 13 novembre 2015 où des kamikazes se feront sauter aux abords du Stade de France, et où le Bataclan et des terrasses des cafés seront ensanglantés. La mission de Khalil est de se faire sauter dans le métro mais sa ceinture ne se déclenchera pas. Nous allons suivre sa fuite, sa volonté de se faire oublier et surtout de comprendre pourquoi sa mission a raté. Ce livre, raconté à la première personne du singulier, nous montre le parcours et les raisons qui poussent Khalil à devenir terroriste. L'auteur essaye d'analyser mais ne juge pas. Il nous expose plusieurs points de vue pour comprendre l'incompréhensible et décortiquer le processus de radicalisation. Le fait que l'auteur rentre dans... Yasmina Khadra (de son vrai nom Mohammed Moulessehoul) est un écrivain algérien. Il sert comme officier dans l'armée algérienne pendant 25 ans. Ensuite, il fait valoir ses droits à la retraite et quitte l'armée en 2000. Après avoir publié 3 recueils de nouvelles et 3 romans sous son vrai nom, à cause du Comité de Censure Militaire, il choisit l'anonymat pour ses écrits suivants. Il partira d'abord au Mexique, puis s'établira en France. "Khalil" est un roman écrit en août 2018. Nous sommes au soir de ce funeste 13 novembre 2015 où des kamikazes se feront sauter aux abords du Stade de France, et où le Bataclan et des terrasses des cafés seront ensanglantés. La mission de Khalil est de se faire sauter dans le métro mais sa ceinture ne se déclenchera pas. Nous allons suivre sa fuite, sa volonté de se faire oublier et surtout de comprendre pourquoi sa mission a raté. Ce livre, raconté à la première personne du singulier, nous montre le parcours et les raisons qui poussent Khalil à devenir terroriste. L'auteur essaye d'analyser mais ne juge pas. Il nous expose plusieurs points de vue pour comprendre l'incompréhensible et décortiquer le processus de radicalisation. Le fait que l'auteur rentre dans la tête d'un terroriste met le lecteur mal à l'aise. Ce livre rappelle, par son sujet, un ancien roman de Yasmina Khadra : "L'attentat", écrit en 2006. Il est à préciser que Yasmina Khadra est un homme formidable et très accessible dans les salons et les dédicaces. N'hésitez pas à aller à sa rencontre si vous croisez sa route !
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.