RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Les sortilèges du Cap Cod

            10/18
            EAN : 9782264053497
            Code sériel : 4561
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 336
            Format : 108 x 177 mm
            Les sortilèges du Cap Cod

            Date de parution : 07/06/2012

            Il suffit d’un mariage pour que celui de Joy et Jack Griffin, la soixantaine, vole en éclats. Un an plus tard, les noces de leur propre fille au cap Cod scellent leurs retrouvailles. De retour sur les lieux de son enfance, Jack vient y disperser les cendres de ses impitoyables et...

            Il suffit d’un mariage pour que celui de Joy et Jack Griffin, la soixantaine, vole en éclats. Un an plus tard, les noces de leur propre fille au cap Cod scellent leurs retrouvailles. De retour sur les lieux de son enfance, Jack vient y disperser les cendres de ses impitoyables et défunts parents. Le contexte invite à la crise existentielle. Et le bilan des ratés est lourd !

            « La famille, la transmission, le couple et ses compromis : autant de thèmes abordés avec brio et subtilité par Richard Russo, qui sait aussi conjuguer l'humour avec l'émotion. » Lire

            Traduit de l’anglais (États-Unis)
            par Céline Leroy

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782264053497
            Code sériel : 4561
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 336
            Format : 108 x 177 mm

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • GeorgesSmiley Posté le 15 Juin 2019
              On ne choisit pas sa famille, dit l’adage. Jack, quant à lui, aurait aimé être le fils des Browning, même si « comme avait lâché sa mère, ils (n’) enseignent (qu’)au collège ». « Il lui avait suffi d’une semaine pour tomber amoureux, aussi improbable que cela paraisse, de toute la famille Browning et les jours passés en leur compagnie étaient merveilleux, y compris ceux où il pleuvait ». Mais il n’était que le fils des Griffin qui, eux enseignaient à l’université. Absents, égoïstes, négligents (surtout avec les affaires des autres), volages, méprisants et insatisfaits de leur vie, voici des personnages peu sympathiques. Oui, mais quand ce sont vos parents, que vous êtes leur enfant unique, il faut faire comme Jack, faire avec. Et puis, soyons justes, il y a toujours, dans toutes les familles, quelques bons moments. Pour Jack et ses parents, cela a toujours été leurs vacances d’été au Cap Cod, vous savez cet endroit magnifique que la bourgeoisie de Boston, imitant les Kennedy, envahit dès les beaux jours. Richard Russo donne la parole à Jack Griffin, devenu prof d’université lui-aussi après avoir tâté de l’écriture ou plutôt de la réécriture de scénarii pour l’usine à rêves d’Hollywood. Autour... On ne choisit pas sa famille, dit l’adage. Jack, quant à lui, aurait aimé être le fils des Browning, même si « comme avait lâché sa mère, ils (n’) enseignent (qu’)au collège ». « Il lui avait suffi d’une semaine pour tomber amoureux, aussi improbable que cela paraisse, de toute la famille Browning et les jours passés en leur compagnie étaient merveilleux, y compris ceux où il pleuvait ». Mais il n’était que le fils des Griffin qui, eux enseignaient à l’université. Absents, égoïstes, négligents (surtout avec les affaires des autres), volages, méprisants et insatisfaits de leur vie, voici des personnages peu sympathiques. Oui, mais quand ce sont vos parents, que vous êtes leur enfant unique, il faut faire comme Jack, faire avec. Et puis, soyons justes, il y a toujours, dans toutes les familles, quelques bons moments. Pour Jack et ses parents, cela a toujours été leurs vacances d’été au Cap Cod, vous savez cet endroit magnifique que la bourgeoisie de Boston, imitant les Kennedy, envahit dès les beaux jours. Richard Russo donne la parole à Jack Griffin, devenu prof d’université lui-aussi après avoir tâté de l’écriture ou plutôt de la réécriture de scénarii pour l’usine à rêves d’Hollywood. Autour de deux mariages, celui d’une amie de sa fille puis, un an plus tard, celui de sa propre fille, Jack va revenir à Cap Cod, repenser à son enfance, alors qu’il vient de perdre son père et qu’il ne va pas tarder à perdre sa mère, tout en constatant que son mariage bat de l’aile. Pour le lecteur, c’est un régal : le cadre, le milieu universitaire, les rapports familiaux et les dégâts qu’ils peuvent causer sur une vie de couple. Comme d’habitude, les personnages secondaires de Richard Russo valent beaucoup mieux que ce qualificatif. On les croisera à l’un ou l’autre des mariages et, pour peu qu’on prenne le temps de poser son verre et de passer de table en table, on sera étonné de leur consistance. On aimera leur histoire personnelle et, si on en avait le temps, on les accompagnerait sur la plage pour les écouter encore un moment, car ils ont des choses intéressantes à dire. Il ya, en particulier, Sunny, le fils d’immigrés coréens, ami d’enfance de sa fille, amoureux transi et silencieux, bon élève, bon camarade, qui passe à côté parce que trop bien élevé. Il épousera une Coréenne qu’il n’aime pas, pour faire plaisir à ses parents. Ou Marguerite, invitée avec son gros beauf d’ex-mari, qui voudrait vivre encore un peu avant de se faner définitivement. Elle est souriante, pétillante, mais au détour d’une phrase, on apprend qu’elle aussi a un passif avec ses parents. Le père et la mère, égoïstes et absents mais envahissants même si l’un des deux est en maison de retraite quelque part dans l’Indiana et le second enfermé dans l’urne funéraire que son fils trimballe depuis presque un an dans le coffre de sa voiture dans le but de disperser ses cendres quelque part dans cet endroit qu’il aimait tant. Jack les fuit mais il ne réussit pas à les chasser de son esprit. Il fuit aussi ses beaux-parents, chaque invitation est un supplice mais comment faire ? Ils aiment leur fille et voudraient la voir plus souvent, ce qui tombe bien mal parce que leur fille les aime aussi et voudrait leur rendre visite beaucoup plus souvent. Ca vous parle peut-être ? Un mariage qui part en quenouille, peut-être à cause des parents, un collègue et ami proche qui voudrait être encore plus proche de sa femme, laquelle le sent et s’en défend à (grand) peine. Bref, comme parfois à Cap Cod quand la brume marine se lève et efface le paysage, Jack perd pied avant de découvrir, une fois qu’elle se sera dissipée, ce qu’il n’imaginait pas. Richard Russo est un magicien de l’ordinaire, il réussit à passionner son lecteur pour la vie de ses personnages sans drames, sans rebondissements imprévus, juste parce qu’il dépeint merveilleusement bien des choses et des sentiments ordinaires. Il y a des scènes que nous avons tous, plus ou moins, vécues : l’achat (compliqué) du sapin de Noël, les vacances d’été dont une partie passe à rêver à l’acquisition d’une résidence secondaire, le retour en voiture de week-end en voiture avec le silence où chacun des conjoints laisse vagabonder ses pensées sans déranger l’autre ou sans oser lui parler. C’est subtil, délicat, souvent humoristique et terriblement prégnant parce que ce que raconte Griffin, ce qu’il pense, ce qu’il imagine ou redoute, oui, nous l’avons tous, un jour ou l’autre, vécu ou pensé. J’ai même eu la chance, un jour, de franchir moi-aussi le Sagamore bridge pour découvrir Cap Cod, me promener au sommet de ses dunes, descendre sur ses plages et partir en mer admirer les baleines, et je n’ai qu’un regret : ne pas avoir lu plus tôt les Sortilèges du Cap Cod. « Mon Dieu, non, ça n'avait rien à voir avec toi. C'est aux sortilèges du Cap Cod qu'on doit d'être restés ensemble si longtemps, That Old Cap Magic. Tu te souviens qu'on le chantait chaque fois qu'on traversait le Sagamore ? Puis elle se tourna vers Bartleby. "Un mois de rêve, tous les étés. Soleil, sable, mer, gin. Suivis de onze mois de calvaire." S'adressant de nouveau à Griffin, elle ajouta : "Mais ça vaut pour la plupart des mariages, tu verras."
              Lire la suite
              En lire moins
            • GeorgesSmiley Posté le 15 Juin 2019
              On ne choisit pas sa famille, dit l’adage. Jack, quant à lui, aurait aimé être le fils des Browning, même si « comme avait lâché sa mère, ils (n’) enseignent (qu’)au collège ». « Il lui avait suffi d’une semaine pour tomber amoureux, aussi improbable que cela paraisse, de toute la famille Browning et les jours passés en leur compagnie étaient merveilleux, y compris ceux où il pleuvait ». Mais il n’était que le fils des Griffin qui, eux enseignaient à l’université. Absents, égoïstes, négligents (surtout avec les affaires des autres), volages, méprisants et insatisfaits de leur vie, voici des personnages peu sympathiques. Oui, mais quand ce sont vos parents, que vous êtes leur enfant unique, il faut faire comme Jack, faire avec. Et puis, soyons justes, il y a toujours, dans toutes les familles, quelques bons moments. Pour Jack et ses parents, cela a toujours été leurs vacances d’été au Cap Cod, vous savez cet endroit magnifique que la bourgeoisie de Boston, imitant les Kennedy, envahit dès les beaux jours. Richard Russo donne la parole à Jack Griffin, devenu prof d’université lui-aussi après avoir tâté de l’écriture ou plutôt de la réécriture de scénarii pour l’usine à rêves d’Hollywood. Autour... On ne choisit pas sa famille, dit l’adage. Jack, quant à lui, aurait aimé être le fils des Browning, même si « comme avait lâché sa mère, ils (n’) enseignent (qu’)au collège ». « Il lui avait suffi d’une semaine pour tomber amoureux, aussi improbable que cela paraisse, de toute la famille Browning et les jours passés en leur compagnie étaient merveilleux, y compris ceux où il pleuvait ». Mais il n’était que le fils des Griffin qui, eux enseignaient à l’université. Absents, égoïstes, négligents (surtout avec les affaires des autres), volages, méprisants et insatisfaits de leur vie, voici des personnages peu sympathiques. Oui, mais quand ce sont vos parents, que vous êtes leur enfant unique, il faut faire comme Jack, faire avec. Et puis, soyons justes, il y a toujours, dans toutes les familles, quelques bons moments. Pour Jack et ses parents, cela a toujours été leurs vacances d’été au Cap Cod, vous savez cet endroit magnifique que la bourgeoisie de Boston, imitant les Kennedy, envahit dès les beaux jours. Richard Russo donne la parole à Jack Griffin, devenu prof d’université lui-aussi après avoir tâté de l’écriture ou plutôt de la réécriture de scénarii pour l’usine à rêves d’Hollywood. Autour de deux mariages, celui d’une amie de sa fille puis, un an plus tard, celui de sa propre fille, Jack va revenir à Cap Cod, repenser à son enfance, alors qu’il vient de perdre son père et qu’il ne va pas tarder à perdre sa mère, tout en constatant que son mariage bat de l’aile. Pour le lecteur, c’est un régal : le cadre, le milieu universitaire, les rapports familiaux et les dégâts qu’ils peuvent causer sur une vie de couple. Comme d’habitude, les personnages secondaires de Richard Russo valent beaucoup mieux que ce qualificatif. On les croisera à l’un ou l’autre des mariages et, pour peu qu’on prenne le temps de poser son verre et de passer de table en table, on sera étonné de leur consistance. On aimera leur histoire personnelle et, si on en avait le temps, on les accompagnerait sur la plage pour les écouter encore un moment, car ils ont des choses intéressantes à dire. Il ya, en particulier, Sunny, le fils d’immigrés coréens, ami d’enfance de sa fille, amoureux transi et silencieux, bon élève, bon camarade, qui passe à côté parce que trop bien élevé. Il épousera une Coréenne qu’il n’aime pas, pour faire plaisir à ses parents. Ou Marguerite, invitée avec son gros beauf d’ex-mari, qui voudrait vivre encore un peu avant de se faner définitivement. Elle est souriante, pétillante, mais au détour d’une phrase, on apprend qu’elle aussi a un passif avec ses parents. Le père et la mère, égoïstes et absents mais envahissants même si l’un des deux est en maison de retraite quelque part dans l’Indiana et le second enfermé dans l’urne funéraire que son fils trimballe depuis presque un an dans le coffre de sa voiture dans le but de disperser ses cendres quelque part dans cet endroit qu’il aimait tant. Jack les fuit mais il ne réussit pas à les chasser de son esprit. Il fuit aussi ses beaux-parents, chaque invitation est un supplice mais comment faire ? Ils aiment leur fille et voudraient la voir plus souvent, ce qui tombe bien mal parce que leur fille les aime aussi et voudrait leur rendre visite beaucoup plus souvent. Ca vous parle peut-être ? Un mariage qui part en quenouille, peut-être à cause des parents, un collègue et ami proche qui voudrait être encore plus proche de sa femme, laquelle le sent et s’en défend à (grand) peine. Bref, comme parfois à Cap Cod quand la brume marine se lève et efface le paysage, Jack perd pied avant de découvrir, une fois qu’elle se sera dissipée, ce qu’il n’imaginait pas. Richard Russo est un magicien de l’ordinaire, il réussit à passionner son lecteur pour la vie de ses personnages sans drames, sans rebondissements imprévus, juste parce qu’il dépeint merveilleusement bien des choses et des sentiments ordinaires. Il y a des scènes que nous avons tous, plus ou moins, vécues : l’achat (compliqué) du sapin de Noël, les vacances d’été dont une partie passe à rêver à l’acquisition d’une résidence secondaire, le retour en voiture de week-end en voiture avec le silence où chacun des conjoints laisse vagabonder ses pensées sans déranger l’autre ou sans oser lui parler. C’est subtil, délicat, souvent humoristique et terriblement prégnant parce que ce que raconte Griffin, ce qu’il pense, ce qu’il imagine ou redoute, oui, nous l’avons tous, un jour ou l’autre, vécu ou pensé. J’ai même eu la chance, un jour, de franchir moi-aussi le Sagamore bridge pour découvrir Cap Cod, me promener au sommet de ses dunes, descendre sur ses plages et partir en mer admirer les baleines, et je n’ai qu’un regret : ne pas avoir lu plus tôt les Sortilèges du Cap Cod. « Mon Dieu, non, ça n'avait rien à voir avec toi. C'est aux sortilèges du Cap Cod qu'on doit d'être restés ensemble si longtemps, That Old Cap Magic. Tu te souviens qu'on le chantait chaque fois qu'on traversait le Sagamore ? Puis elle se tourna vers Bartleby. "Un mois de rêve, tous les étés. Soleil, sable, mer, gin. Suivis de onze mois de calvaire." S'adressant de nouveau à Griffin, elle ajouta : "Mais ça vaut pour la plupart des mariages, tu verras."
              Lire la suite
              En lire moins
            • majolo Posté le 18 Janvier 2019
              Toute l'histoire de la vie de Jack, professeur d'université tourne autour du Cap Cod, objet du fantasme de ses parents décédés, dont les cendres séjournent dans son coffre de voiture, attendant qu'il trouve enfin l'endroit idéal pour les répendre...C'est lors d'un mariage au Cape Cod que son mariage vole en éclat. Un an plus tard, Joy et Jack se retrouvent pour le mariage de leur fille. Rien ne se passe comme prévu, alternant catastrophes, quiproquos et règlement de comptes. Encore un joli coup de Richard Russo, dans lequel j'ai retrouvé avec délice son humour ravageur, ses situations cocasses et cette émotion douce-amère que j'affectionne. Plaisir absolu.
            • majolo Posté le 18 Janvier 2019
              Toute l'histoire de la vie de Jack, professeur d'université tourne autour du Cap Cod, objet du fantasme de ses parents décédés, dont les cendres séjournent dans son coffre de voiture, attendant qu'il trouve enfin l'endroit idéal pour les répendre...C'est lors d'un mariage au Cape Cod que son mariage vole en éclat. Un an plus tard, Joy et Jack se retrouvent pour le mariage de leur fille. Rien ne se passe comme prévu, alternant catastrophes, quiproquos et règlement de comptes. Encore un joli coup de Richard Russo, dans lequel j'ai retrouvé avec délice son humour ravageur, ses situations cocasses et cette émotion douce-amère que j'affectionne. Plaisir absolu.
            • Rhodopsine Posté le 2 Avril 2018
              Ah les mariages... Une fête ,et l'occasion de régler les comptes familiaux aussi. Griffin a tout fait pour ne pas ressembler à ses parents. Il a réussi. Presque. Il doit tout de même se décider à disperser les cendres de son père, depuis le temps que l'urne est dans le coffre. Et puis son propre mariage est peut-être plus fragile qu'il n'y paraît. Et ses choix ont-ils vraiment été judicieux? L'heure des bilans n'est pas franchement au beau fixe. C'est drôle et cynique, mélancolique, tendre, acide... avec une mention particulière pour la mère de Griffin, acariâtre et aigrie jusque dans son urne funéraire... Un bon moment de lecture.
            Lisez inspiré avec 10/18 !
            Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…