Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266293426
Code sériel : 6004
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 800
Format : 108 x 177 mm

Notre-Dame de Paris

Date de parution : 21/02/2019
En 1831, Victor Hugo réinvente le Moyen Âge et élève un monument littéraire aussi durable que l’œuvre de pierre qui l’a inspiré. Sous la silhouette noire et colossale de la cathédrale fourmille le Paris en haillons des truands de la Cour des Miracles. Image de grâce et de pureté surgie... En 1831, Victor Hugo réinvente le Moyen Âge et élève un monument littéraire aussi durable que l’œuvre de pierre qui l’a inspiré. Sous la silhouette noire et colossale de la cathédrale fourmille le Paris en haillons des truands de la Cour des Miracles. Image de grâce et de pureté surgie de ce cauchemar, la bohémienne Esméralda danse pour le capitaine Phoebus et ensorcelle le tendre et difforme Quasimodo, sonneur de cloches de son état. Pour elle, consumé d’amour, l’archidiacre magicien Claude Frollo court à la damnation.

De cette épopée hallucinée, ces monstres et ces figures s’échappent pour franchir les siècles, archétypes de notre mythologie nationale, de notre art et de notre Histoire.

@ Disponible chez 12-21
L'ÉDITEUR NUMÉRIQUE

 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266293426
Code sériel : 6004
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 800
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • stcyr04 Posté le 10 Juin 2020
    Je n'aime pas Victor Hugo. Allez-y, je m'offre en Saint Sébastien à vos traits acérés. Sa poésie notamment, effrayante de perfection formelle, on a l'impression d'être en présence d'un super calculateur, d'un ordinateur aux puissants processeurs qui a réponse à tout, qui combine toutes les rimes possibles. C'est inhumain, et paradoxalement ça sent trop la santé, la forte constitution de l'auteur. Je me ferais l'écho du jugement, peut être apocryphe, de Gide, le plus grand poète français ? "Victor Hugo hélas". À un parent qui reprochait à Jimi Hendrix de faire des fausses notes en concert, j'étais tenté de dire, laisse les fausses notes, c'est ce qu'il y a de plus beaux ! Sans fausses notes pas d'improvisation, ni de créativité spontanée. Il semble que je m'égare, mais j'affirme, pour conclure, que j'échangerai toute la - volumineuse, production poétique de Victor Hugo contre Les Fleurs du mal de Baudelaire. Revenons à ce qui nous intéresse ici et je ferais pour une fois l'économie d'un résumé. Ce n'est pas un roman sur Notre Dame de Paris c'est plutôt une évocation de Paris en l'an de grâce 1482, sous le règne de l'austère Louis XI. Si vous désirez en savoir plus sur ce roi,... Je n'aime pas Victor Hugo. Allez-y, je m'offre en Saint Sébastien à vos traits acérés. Sa poésie notamment, effrayante de perfection formelle, on a l'impression d'être en présence d'un super calculateur, d'un ordinateur aux puissants processeurs qui a réponse à tout, qui combine toutes les rimes possibles. C'est inhumain, et paradoxalement ça sent trop la santé, la forte constitution de l'auteur. Je me ferais l'écho du jugement, peut être apocryphe, de Gide, le plus grand poète français ? "Victor Hugo hélas". À un parent qui reprochait à Jimi Hendrix de faire des fausses notes en concert, j'étais tenté de dire, laisse les fausses notes, c'est ce qu'il y a de plus beaux ! Sans fausses notes pas d'improvisation, ni de créativité spontanée. Il semble que je m'égare, mais j'affirme, pour conclure, que j'échangerai toute la - volumineuse, production poétique de Victor Hugo contre Les Fleurs du mal de Baudelaire. Revenons à ce qui nous intéresse ici et je ferais pour une fois l'économie d'un résumé. Ce n'est pas un roman sur Notre Dame de Paris c'est plutôt une évocation de Paris en l'an de grâce 1482, sous le règne de l'austère Louis XI. Si vous désirez en savoir plus sur ce roi, tout en restant dans le cadre romanesque, je ne saurai trop vous conseiller la lecture de Quentin Durward de Walter Scott, auteur très important, qui influença une kyrielle d'auteurs français dans la veine du roman historique. À ceux qui ignoreraient tout de l'histoire je leur dirai, peu charitablement, qu'il s'agit d'une comédie musicale ou d'un dessin animé dont le vrai titre est le Bossu de Notre Dame. On commence la lecture, c'est remarquable, c'est de la soie, c'est un véritable velouté d'étrilles, on dirait du Théophile Gautier. Lorsque, patatras (je l'aurai employé aux moins une fois dans ma vie), çà ne pouvait pas manquer, Hugo hugolise, il pontifie, il pérore, il digresse (et non dégraisse hélas ! ) il nous inflige trois passages explicatifs particulièrement fastidieux, trois morceaux de pain bis roulent dans le velouté. Il vous reste à attendre que le liquide soit absorbé par le pain, que ce dernier ramollisse et vous voilà obligé de manger le délicat et le roboratif, c'est indigeste. Tout l'élan du roman est oblitéré, il vous faut digérer et çà vous reste sur le ventre, on a dû mal à retrouver de l'allant. Et puis, miracle ! La magie opère de nouveau, le récit retrouve çà vivacité, bref, il vous restait du velouté d'étrilles dans la soupière. Le roman est remarquable mais il a des défauts, des longueurs, qui m'oblige à dire que le roman de l'auteur que je préfère demeure Quatre-vingt-treize, mais celui-ci vient tout de suite après devant les Misérables même. Non je n'aime pas Victor Hugo...
    Lire la suite
    En lire moins
  • klimt4 Posté le 3 Juin 2020
    Notre Dame De Paris Victor Hugo 970 P. Je me souviens de l'avoir étudié au collège , mais les souvenirs restent mauvais ! C'est avec appréhension que je me suis lancée dans cette lecture ! C'est la version intégrale que j'ai choisie !Une préface de cinquante quatre pages signée Adrien Goetz .Je ne suis pas tout à fait d'accord avec lui : Victor Hugo n'a pas écrit Notre Dame pour décrire un monument mais pour nous raconter la vie au Moyen -Age. Il l'a écrit ce roman sur plusieurs années, préférant la poésie. C'est un grand roman que j'ai beaucoup aimé , cette fois -ci ! Notre Dame est un roman de tragédie grecque et il possède de la force et de la simplicité. J'ai redécouvert Esmeralda , Quasimodo, Frollo , Phoebus. Ces personnages donnent toute la dimension à l'oeuvre, ils sont en couleurs.. Ce style est admirable , puissant .Les descriptions m'ont transportées, la reconstruction historique est extraordinaire. Le récit est empli de scènes mémorables. Je le relirai et je vous invite à faire de même !
  • LecturesdeVoyage Posté le 30 Mai 2020
    le roman du même nom de Victor Hugo a fait beaucoup pour installer Notre-Dame de Paris au cœur de nos souvenirs et de nos consciences. Je me souviens l’avoir lu une première fois dans ma prime jeunesse. Plus récemment, je l’ai repris avec beaucoup de plaisir. Je lisais chaque jour une quarantaine de pages dans le métro, vingt à l’aller, vingt au retour. Le soir je rassemblais mes enfants avant qu’ils aillent dormir et leur résumait l’épisode du jour. Comment Esmeralda, la bohémienne qui danse dans les rues de Paris et sur le parvis de l’église attire à son insu l’amour de Claude Frollo, l’archidiacre de l’église, déchiré entre les exigences de sa foi et de son désir. Esmeralda, elle, s’éprend du beau capitaine Phoebus de Châteaupers. Celui-ci est flatté par l’attention que lui porte la jolie gitane, mais il est déjà fiancé à l’aristocratique et jalouse Fleur-de -Lys. Enfin Quasimodo, le carillonneur qui vit dans les tours, bossu, borgne et boiteux. Il apparaît d’abord comme une brute, mais peu à peu sa sensibilité et son amour pour Esmeralda se dévoilent au point qu’il la sauvera en l’emmenant dans l’église alors qu’elle devait être pendue sur le parvis, accusée... le roman du même nom de Victor Hugo a fait beaucoup pour installer Notre-Dame de Paris au cœur de nos souvenirs et de nos consciences. Je me souviens l’avoir lu une première fois dans ma prime jeunesse. Plus récemment, je l’ai repris avec beaucoup de plaisir. Je lisais chaque jour une quarantaine de pages dans le métro, vingt à l’aller, vingt au retour. Le soir je rassemblais mes enfants avant qu’ils aillent dormir et leur résumait l’épisode du jour. Comment Esmeralda, la bohémienne qui danse dans les rues de Paris et sur le parvis de l’église attire à son insu l’amour de Claude Frollo, l’archidiacre de l’église, déchiré entre les exigences de sa foi et de son désir. Esmeralda, elle, s’éprend du beau capitaine Phoebus de Châteaupers. Celui-ci est flatté par l’attention que lui porte la jolie gitane, mais il est déjà fiancé à l’aristocratique et jalouse Fleur-de -Lys. Enfin Quasimodo, le carillonneur qui vit dans les tours, bossu, borgne et boiteux. Il apparaît d’abord comme une brute, mais peu à peu sa sensibilité et son amour pour Esmeralda se dévoilent au point qu’il la sauvera en l’emmenant dans l’église alors qu’elle devait être pendue sur le parvis, accusée à tort de meurtre et sorcellerie. Une fois le livre terminé, nous avons revécu toutes ces intrigues en regardant en famille la comédie musicale, une scène par soir, sur Youtube.
    Lire la suite
    En lire moins
  • HiohioMignon Posté le 27 Mai 2020
    Comme une légère impression de lire quelque chose de plus grand que soi, voilà toute la puissance d’un roman cathédrale. Autour de ce monument s’animent des personnages splendides et mémorables, en opposition avec une foule parisienne vive, enflammée et bigarrée. Cependant, le premier personnage de ce livre reste cette imposante cathédrale, toujours présente dans un coin de notre tête. Les descriptions magistrales reconstituent le Paris de 1482, un Paris qui n'est plus depuis longtemps. C’est le roman d’une cathédrale qui, à l’époque où le roman est écrit, est déjà marquée par l’usure du temps. Victor Hugo lui redonne vie. Il la rétablit, la rafraîchit et la réédifie. C’est également le roman d’un grand bouleversement qui s’annonce avec l’invention de l’imprimerie, retranscrit dans ce célèbre chapitre « Ceci tuera cela ». Désormais ce ne sont plus les monuments qui formeront et éduqueront le peuple, ce seront les livres. C’est un monde nouveau qui naît sous nos yeux. Un véritable plaisir à lire.
  • Kilou13 Posté le 21 Mai 2020
    Il n'est plus nécessaire je pense de présenter l'histoire de Notre-Dame de Paris. J'ai utilisé ce livre dans le cadre de cours de français. Je l'ai utilisé avec des élèves de 16 ans dans le cadre d'un cours de langue étrangère, combinant lecture et extraits de la comédie musicale ; et pour des élèves plus jeunes dans le cadre d'un cours de langue maternelle... et dans les deux cas, ça a eu beaucoup de succès ! Les thèmes (la discrimination, l'amour, l'injustice) restent très actuels et touchent. Et la manière qu'a Hugo de décrire tout ça, rend l'histoire enivrante. Les lecteurs plus jeunes sont bien accompagnés par les notes de bas de page qui expliquent le vocabulaire difficile et les questions de compréhension et paragraphe de réflexion entre les différentes parties. Les passages passés sous silence dans cette version abrégée sont résumés entre et permettent au lecteur de savoir ce qui se déroule entre deux. Un gros coup de coeur. Qui me donne envie de découvrir la version intégrale !

les contenus multimédias

Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • News
    Lisez

    8 classiques de la littérature pour s'émouvoir

    Incontournables, intemporels, les grands classiques de la littérature ne sont jamais aussi puissants que lorsqu'ils se mettent à l'heure de l'amour et de la passion. De Charlotte Brontë à Marcel Proust, découvrez notre sélection de romans classiques parfaits pour s'émouvoir.

    Lire l'article