RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Quatrevingt-treize

            Pocket
            EAN : 9782266286138
            Code sériel : 17246
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 512
            Format : 108 x 177 mm
            Quatrevingt-treize

            Date de parution : 07/06/2018
            LES GRANDS TEXTES DU XIXe SIÈCLE

            Été 1793, la Révolution française s’enfonce dans la Terreur et la Vendée se soulève. Ils sont trois : le marquis de Lantenac, vieil aristocrate chevillé à l’ordre ancien ; l’implacable Cimourdain, homme du peuple et de la justice révolutionnaire ; et le clément Gauvain, noble...
            LES GRANDS TEXTES DU XIXe SIÈCLE

            Été 1793, la Révolution française s’enfonce dans la Terreur et la Vendée se soulève. Ils sont trois : le marquis de Lantenac, vieil aristocrate chevillé à l’ordre ancien ; l’implacable Cimourdain, homme du peuple et de la justice révolutionnaire ; et le clément Gauvain, noble passé à la République, neveu du premier et fils spirituel du second... Dans le nœud sanglant des événements, leur lien, fatalement, va se défaire, leurs destins s’affronter violemment. Par conviction de rang, par raison, ou par idéal – une certaine idée de la loyauté qui conduira chacun à l'héroïsme, ou à la mort.
            Écrite dans l’écho de la Commune de 1871, cette fresque épique et tourmentée est le dernier roman de Victor Hugo. C’est une vision de l’Histoire, sans partisannerie, où le retour de la violence n’interdit pas l'espérance. Une ultime tribune, empreinte des préoccupations sociales et humanistes du poète légendaire, et une formidable invitation à relire son œuvre puissante.

            @ Disponible chez 12-21
            L'ÉDITEUR NUMÉRIQUE

             
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266286138
            Code sériel : 17246
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 512
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            5.50 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Laerte Posté le 4 Mars 2019
              Que dire de ce livre, sinon que c’est du pur « Victor Hugo ». Dès le début, on est emporté par le souffle épique, dans une dimension que seul cet écrivain légendaire a pu créer. Bien sûr, il y a parfois des longueurs à cause des descriptions détaillées à outrance, mais même ces descriptions peuvent être délectables à cause du style. Et puis, il y a les idées si avancées pour l’époque telles que l’abolition de la peine de mort ou l’égalité entre les sexes. Quand on pense que quelques années avant, Julie-Victoire Daubié première femme reçue au bac, n’avait pu obtenir son diplôme que grâce à l’intervention de l’impératrice Eugénie, parce que le ministre refusait de le signer. Ceci dit, on a oublié le nom du ministre, et on parle encore de Victor Hugo comme d’un génie et de Julie Daubié comme d’une précurseuse. Mais ceci n’est qu’une parenthèse. Dans Quatrevingt-treize, Hugo ne fait pas de manichéisme et ne montre que la monstruosité de la guerre et finalement la grandeur d’âme de certains ennemis. Il montre aussi ce que l’idéalisme a de pervers en voulant faire le bien à tout prix et de l’humanisme à coups de hache ou de guillotine. Bref,... Que dire de ce livre, sinon que c’est du pur « Victor Hugo ». Dès le début, on est emporté par le souffle épique, dans une dimension que seul cet écrivain légendaire a pu créer. Bien sûr, il y a parfois des longueurs à cause des descriptions détaillées à outrance, mais même ces descriptions peuvent être délectables à cause du style. Et puis, il y a les idées si avancées pour l’époque telles que l’abolition de la peine de mort ou l’égalité entre les sexes. Quand on pense que quelques années avant, Julie-Victoire Daubié première femme reçue au bac, n’avait pu obtenir son diplôme que grâce à l’intervention de l’impératrice Eugénie, parce que le ministre refusait de le signer. Ceci dit, on a oublié le nom du ministre, et on parle encore de Victor Hugo comme d’un génie et de Julie Daubié comme d’une précurseuse. Mais ceci n’est qu’une parenthèse. Dans Quatrevingt-treize, Hugo ne fait pas de manichéisme et ne montre que la monstruosité de la guerre et finalement la grandeur d’âme de certains ennemis. Il montre aussi ce que l’idéalisme a de pervers en voulant faire le bien à tout prix et de l’humanisme à coups de hache ou de guillotine. Bref, à lire ou à relire, surtout si on n’a gardé de ce roman que des souvenirs de collégien ou de lycéen.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Nono92120 Posté le 17 Janvier 2019
              J'ai lu "Quatre-vingt-treize" de Victor Hugo il y a fort longtemps, mais il reste l'un de mes livres préférés. Et pour cause... Il est extraordinaire! Tout y est: le style (quelle écriture, quelle force dans la narration!), l'intrigue (une épopée pendant la Révolution française ou l'histoire dans l'Histoire!)... Chaque phrase est un pur moment de lecture... et que dire de la rencontre (imaginaire) entre Marat, Danton, et Robespierre... ! Exceptionnel! "Quatre-vingt-treize" met en scène de manière magistrale la confrontation de deux mondes au travers des personnages principaux : le marquis de Lantenac incarne l'Ancien Régime et son système de valeurs traditionalistes; Gauvain, le petit-neveu représente l'idéal révolutionnaire et républicain, et Cimourdain, délégué du comité de salut public extrémiste, est la "face noire" de la Révolution, sa "Terreur"...
            • Athalenthe Posté le 16 Janvier 2019
              C'est avant tout le thème abordé par le roman Quatre-vingt-treize qui m'a accrochée. La période de la Révolution Française est particulièrement complexe et dense, et j'avoue la connaître bien moins que ce que je voudrais. J'étais curieuse de découvrir le point de vue que porte Victor Hugo sur cette époque, étant donné son positionnement politique qui a progressivement basculé du royalisme fervent de sa jeunesse à un socialisme dévoué dans ses dernières années. Et je n'ai pas été déçue par le ton empreint d'humanisme de Hugo, loin de tout fanatisme politique. Quant à l'histoire elle-même et à son écriture, au risque d'en choquer certains, je trouve vraiment que Hugo " y va avec ses gros sabots" ! Je m'explique : on voit venir les retournements de situation à dix lieues à la ronde et on perçoit exactement dans quelle direction nous emmène l'auteur, le sens de l'action depuis l'incipit jusqu'au final étant parfaitement logique. Tout au long de ce parcours, on manque d'être submergé par toutes ces antithèses, accumulations et autres procédés stylistiques, et les expressions grandioses des personnages qui sont parfois un peu "cliché" (ou qui le sont peut-être devenues...). Mais voilà, Hugo ne franchit pas cette limite qui ferait... C'est avant tout le thème abordé par le roman Quatre-vingt-treize qui m'a accrochée. La période de la Révolution Française est particulièrement complexe et dense, et j'avoue la connaître bien moins que ce que je voudrais. J'étais curieuse de découvrir le point de vue que porte Victor Hugo sur cette époque, étant donné son positionnement politique qui a progressivement basculé du royalisme fervent de sa jeunesse à un socialisme dévoué dans ses dernières années. Et je n'ai pas été déçue par le ton empreint d'humanisme de Hugo, loin de tout fanatisme politique. Quant à l'histoire elle-même et à son écriture, au risque d'en choquer certains, je trouve vraiment que Hugo " y va avec ses gros sabots" ! Je m'explique : on voit venir les retournements de situation à dix lieues à la ronde et on perçoit exactement dans quelle direction nous emmène l'auteur, le sens de l'action depuis l'incipit jusqu'au final étant parfaitement logique. Tout au long de ce parcours, on manque d'être submergé par toutes ces antithèses, accumulations et autres procédés stylistiques, et les expressions grandioses des personnages qui sont parfois un peu "cliché" (ou qui le sont peut-être devenues...). Mais voilà, Hugo ne franchit pas cette limite qui ferait de son oeuvre quelque chose de caricatural, et je crois plutôt qu'il l'entretient savamment, donnant ainsi un souffle épique et émouvant à son récit. En résumé, Quatre-vingt-treize n'est pas une oeuvre subtile. Ce n'est pourtant pas forcément un défaut, puisque cela permet à Hugo de développer clairement son discours, sans aucune ambiguïté. Je conseille très fortement aux personnes qui souhaitent découvrir ce livre de se renseigner auparavant sur la Révolution Française et plus particulièrement sur la Terreur et les guerres de Vendée, pour bien en appréhender le enjeux. Néanmoins le drame qui se joue dans Quatre-vingt-treize est universel, et pourra vous toucher même si vous n'en saisissez pas tous les tenants et aboutissants. Pour ma part, je pense que je continuerai prochainement mes investigations sur la thématique des mouvements contre-révolutionnaires avec Les Chouans de Balzac.
              Lire la suite
              En lire moins
            • aouatef79 Posté le 10 Décembre 2018
              Quatrevingt-treize est le dernier roman de Victor Hugo .Il est publié en 1873 .L' auteur est magistral : il faut l'être pour écrire une telle fresque romanesque et historique . Il a habilement mêlé la fiction à L Histoire . Malgré sa sympathie pour la révolution ,il a su avec une certaine objectivité décrire ce que fut la Révolution et la Terreur . La Révolution est l'abolition , la destruction totale de l'ancien système et l'établissement d'un nouveau . Le cadre du récit est la Vendée en 1793 .Cette dernière qui servira ,aussi , de cadre spatial pour Balzac dans " Les Chouans ".Dans " quatre-vingt-treize ",les principaux acteurs sont Robespierre ("L' Incorruptible"), Danton et Marat ." Et chacun sera conduit à une forme d'héroïsme qui n'écarte pas la mort ". Une incontestable réussite romanesque .On adore lire de tels romans ."Quatre-vingt-treize " est un très beau et bon livre . Sa lecture est un délice !
            • SabiSab28 Posté le 7 Octobre 2018
              Que dire d'une telle oeuvre? Une oeuvre où l'on relit des passages entiers, où l'on reste ébahit devant la beauté des mots, le caractère des personnages, la culture de l'Histoire, .... ne laisse-t-il pas présager du statut d'un livre, qui passe d'oeuvre à chef d'oeuvre? Je m'enflamme ? Oh non, lorsque vous aurez lu ce livre, vous vous rendrez compte que mes mots sont en deçà de ce que l'on ressent. Les trois personnages principaux sont formidablement travaillés, bousculés dans leurs convictions où s'entremêlent l'honneur, l'humain et la liberté. Au cœur de cette année historiquement sanglante, la question du choix, choix politique et ses conséquences au milieu d'une guerre fratricide. Où est la part d'humain, de libre choix ? Peut-on pardonner à un homme des crimes affreux pour une action héroïque ? Peut-on vivre avec du sang sur les mains pour le respect d'une conviction politique, d'autant plus lorsque ce sang est celui de la famille ?
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.