Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264074881
Code sériel : 5483
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 312
Format : 108 x 177 mm

Trajectoire

Jean ESCH (Traducteur)
Date de parution : 19/09/2019
Trajectoire est le support de 4 nouvelles qui parlent de la remise en question à laquelle chaque être humain est confrontée. Les personnages sont amenés à faire un bilan sur leurs vies pour leur permettre d’obtenir une nouvelle lecture de leur présent.
Un professeur d’université s’aperçoit que son étudiant lui a rendu un devoir plagié.
Un autre se chamaille avec son frère lors de vacances en Italie.
Un agent immobilier peine à vendre la maison d’une entasseuse compulsive, qui possède entre autres une ma­chine à expresso de la taille d’une motoneige.
Un romancier se méfie...
Un professeur d’université s’aperçoit que son étudiant lui a rendu un devoir plagié.
Un autre se chamaille avec son frère lors de vacances en Italie.
Un agent immobilier peine à vendre la maison d’une entasseuse compulsive, qui possède entre autres une ma­chine à expresso de la taille d’une motoneige.
Un romancier se méfie de producteurs de cinéma qui lui demandent de remanier un scénario écrit des années au­paravant. « Un homme intelligent en serait resté là, songe-t-il, mais cet homme-là n’est visiblement pas dans les pa­rages. »
Quatre Trajectoires, quatre Nouvelles. Richard Russo a le chic non seulement pour trouver le point comique dans toutes ces situations, mais aussi pour faire s’entrechoquer le présent et le passé de ses person­nages, et mener dans ces récits une étude approfondie des regrets qu’ils ont accumulés au fil des ans.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264074881
Code sériel : 5483
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 312
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Gilab Posté le 27 Juillet 2021
    Un livre de nouvelles, exercice inhabituel pour Richard Rosso qui aime installer ses personnages sur des récits construits plutôt sur la longueur. Quatre histoires. J’ai trouvé les deux premières : Cavalier et Voix assez dérangeantes ne saisissant pas vraiment ou voulait aller l’auteur . Par contre j’ai été séduit par Intervention et Un livre de nouvelles, exercice inhabituel pour Richard Rosso qui aime installer ses personnages sur des récits construits plutôt sur la longueur. Quatre histoires. J’ai trouvé les deux premières : Cavalier et Voix assez dérangeantes ne saisissant pas vraiment ou voulait aller l’auteur . Par contre j’ai été séduit par Intervention et Milton et Marcus les deux dernières nouvelles et particulièrement Milton et Marcus où on suit un scénariste dans les subtilités du monde du cinéma. Remarquable. Encore une fois avec Russo c’est un très bon moment de lecture. Milton et Marcus les deux dernières nouvelles et particulièrement Milton et Marcus où on suit un scénariste dans les subtilités du monde du cinéma. Remarquable. Encore une fois avec Russo c’est un très bon moment de lecture.
  • fulgami Posté le 29 Juillet 2020
    Du Richard Russo: intéressant, questionnant, ironique par moment, intelligent, réaliste mais original, la vie sous un certain aspect. Bref un bonne lecture qui me nourrit et m'interpelle. Amateurs de bonne littérature américaine, ne vous privez pas!
  • liberliber Posté le 18 Février 2020
    Quatre longues nouvelles composent « Trajectoire ». « Cavalier » En s'énervant après un étudiant qu'elle soupçonne d'avoir plagié des sources pour écrire sa dissertation, Janet se souvient que, lorsqu'elle avait le même âge, un professeur lui avait reproché de ne pas mettre assez d'elle-même dans ses devoirs. En se glissant dans la peau de la jeune fille sérieuse, pensant que c'est ce que tout enseignant attend d'elle, et en dissimulant sa véritable personnalité, n'a-t-elle pas elle même triché ? « Voix » (ma préférée) « Invité » par son frère Julian à un voyage organisé, Nate constate qu'ils n'ont décidément rien en commun. Le premier, extraverti, beau parleur et séducteur, et le second, effacé et déprimé, parviendront-ils à apaiser leur relation ? « Intervention » Ray, agent immobilier, tente vainement de vendre une maison envahie de cartons que la propriétaire ne veut pas enlever. « Milton et Marcus » Les scénaristes sont vraiment les laissés-pour-compte de l'industrie cinématographique américaine ! Qu'ont de commun ces quatre récits ? Le passé qui pèse sur le présent mais aussi la maladie qui bouleverse les vies de ceux qui en souffrent mais aussi de leurs proches. En racontant, au scalpel et avec un sens aigu de la psychologie, le quotidien plutôt banal de gens ordinaires, Richard Russo fait toujours preuve d'empathie. Même s'il se moque parfois un peu... Quatre longues nouvelles composent « Trajectoire ». « Cavalier » En s'énervant après un étudiant qu'elle soupçonne d'avoir plagié des sources pour écrire sa dissertation, Janet se souvient que, lorsqu'elle avait le même âge, un professeur lui avait reproché de ne pas mettre assez d'elle-même dans ses devoirs. En se glissant dans la peau de la jeune fille sérieuse, pensant que c'est ce que tout enseignant attend d'elle, et en dissimulant sa véritable personnalité, n'a-t-elle pas elle même triché ? « Voix » (ma préférée) « Invité » par son frère Julian à un voyage organisé, Nate constate qu'ils n'ont décidément rien en commun. Le premier, extraverti, beau parleur et séducteur, et le second, effacé et déprimé, parviendront-ils à apaiser leur relation ? « Intervention » Ray, agent immobilier, tente vainement de vendre une maison envahie de cartons que la propriétaire ne veut pas enlever. « Milton et Marcus » Les scénaristes sont vraiment les laissés-pour-compte de l'industrie cinématographique américaine ! Qu'ont de commun ces quatre récits ? Le passé qui pèse sur le présent mais aussi la maladie qui bouleverse les vies de ceux qui en souffrent mais aussi de leurs proches. En racontant, au scalpel et avec un sens aigu de la psychologie, le quotidien plutôt banal de gens ordinaires, Richard Russo fait toujours preuve d'empathie. Même s'il se moque parfois un peu d'eux, c'est toujours avec bienveillance. Néanmoins, je préfère ses romans. Je pense notamment à : « Le déclin de l'empire Whiting », « A malin malin et demi »...
    Lire la suite
    En lire moins
  • PtitVincent Posté le 23 Décembre 2019
    Quatre nouvelles composent ce livre : Cavalier : Face à un étudiant qui a plagié un ancien devoir, Janet se retrouve confrontée au regard que les gens ont d’elle-même : une femme brillante, mais une personnalité absente. Dès ses années d’études, un professeur émérite la met en garde contre cet écueil. Se remémorant un épisode de cette époque, Janet décide de se remettre en cause, eu égard à son fils autiste et à l’échec de son mariage. À mon goût la nouvelle la moins marquante de l’ouvrage. Voix : Nate, professeur dépressif, accompagne son frère à un voyage organisé à Venise et Rome. Mais les deux frères sont fondamentalement différents. Julian est totalement extraverti, séducteur dans l’âme et finalement un peu creux si l’on s’y attarde. Nate, après une carrière modeste dans une université modeste, se remet d’une dépression tout en se demandant s’il ne s’est pas trompé de trajectoire de carrière (il est peu tard, mais bon). Croyant possible un rapprochement entre les deux frères, Nate constate rapidement que son voyage tourne au fiasco, tout semblant se liguer contre lui (son frère en particulier) et lui rappelant l’échec professionnel avec une de ses étudiantes, Opal, une fille douée mais atteinte du... Quatre nouvelles composent ce livre : Cavalier : Face à un étudiant qui a plagié un ancien devoir, Janet se retrouve confrontée au regard que les gens ont d’elle-même : une femme brillante, mais une personnalité absente. Dès ses années d’études, un professeur émérite la met en garde contre cet écueil. Se remémorant un épisode de cette époque, Janet décide de se remettre en cause, eu égard à son fils autiste et à l’échec de son mariage. À mon goût la nouvelle la moins marquante de l’ouvrage. Voix : Nate, professeur dépressif, accompagne son frère à un voyage organisé à Venise et Rome. Mais les deux frères sont fondamentalement différents. Julian est totalement extraverti, séducteur dans l’âme et finalement un peu creux si l’on s’y attarde. Nate, après une carrière modeste dans une université modeste, se remet d’une dépression tout en se demandant s’il ne s’est pas trompé de trajectoire de carrière (il est peu tard, mais bon). Croyant possible un rapprochement entre les deux frères, Nate constate rapidement que son voyage tourne au fiasco, tout semblant se liguer contre lui (son frère en particulier) et lui rappelant l’échec professionnel avec une de ses étudiantes, Opal, une fille douée mais atteinte du syndrome d’Asperger, refusant tout contact avec autrui. Mais la rencontre avec une charmante dame pourrait bien tout changer… Une longue nouvelle sensible, émouvante et drôle tout à la fois. Intervention : En pleine crise des subprimes et de l’immobilier, Ray est chargé de vendre la maison d’une amie. Une maison encombrée de cartons et d’affaires inutiles, le chauffage et l’électricité arrêtés (nous sommes dans le Maine en plein hiver). Nous le suivons sur une journée particulière où il doit faire visiter cette maison à un couple de Texans, alors qu’il a la tête ailleurs, un ami encombrant, un chirurgien à appeler pour des problèmes de santé qui pourraient être graves, des souvenirs d’un père taiseux qui à la fin de sa vie a refusé de se faire soigner et d’un oncle qui a toujours vécu de petites magouilles. Une journée où tout pourrait basculer pour un homme ordinaire, un classique chez Richard Russo. Avec comme toujours son humour et son empathie pour ses personnages. Milton et Marcus : Ryan quitte le Vermont pour rejoindre à Los Angeles un acteur célèbre, son producteur et un réalisateur, pour travailler sur un projet initié 10 ans plus tôt avec un autre acteur. Et même s’il se méfie des gens d’Hollywood, il est tenté de repartir dans l’aventure. Pourtant dès le départ les choses se gâtent : la fatigue, l’égocentrisme de l’acteur, l’absence d’un contrat clair. Et surtout, la maladie de Beth, sa femme, restée dans le Vermont. Rester à Los Angeles ou retourner auprès d’elle ? Mais un nouveau contrat pour un scénario permettrait à Ryan de payer les frais médicaux pour Beth. Et puis il y a ce petit frisson d’un projet en devenir. Richard Russo se moque ici de l’envers du décor hollywoodien. Quatre nouvelles qui nous montrent des gens finalement ordinaires confrontés à une remise en question de leur vie et de leur trajectoire. Quatre nouvelles qui permettent aussi de confirmer une fois encore tout le talent de Richard Russo.
    Lire la suite
    En lire moins
  • gonewiththegreen Posté le 1 Juin 2019
    Richard Russo est un chirurgien du quotidien. Son écriture explore les actes les plus anodins de ses personnages avec une minutie d'expert. Pas d'effets spéciaux, pas d rebondissements retentissants, juste du concret, des personnages qui se questionnent sur leurs actes, en partant au boulot, en mangeant, en se couchant. La vie quoi ! Quatre nouvelles ici de 50 à 110 pages, permettant à l'auteur d'installer sommairement mais efficacement le contexte. Une enseignante se questionne sur le travail d'un de ses élèves, deux frères partent à Venise, un agent immobilier essaie de refourguer une maison dans le Maine à des Texans et la dernière nouvelle tourne autour du cinéma hollywoodien. Que du banal, mais les personnages sont sur la corde raide, les couples fragiles, les équilibres installent. Et Russo nous plonge dans leurs âmes, leurs pensées, leurs gestes et leurs choix avec son immense talent. Un auteur qui n'a clairement pas la notoriété qu'il mérite.
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…