Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266298599
Code sériel : 17699
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 168
Format : 108 x 177 mm

Un certain Paul Darrigrand

Date de parution : 18/06/2020
« Cette année-là, j’avais vingt-deux ans et j’allais, au même moment, rencontrer l’insaisissable Paul Darrigrand et flirter dangereusement avec la mort, sans que ces deux événements aient de rapport entre eux.
D’un côté, le plaisir et l’insouciance ; de l’autre, la souffrance et l’inquiétude. Le corps qui exulte et le corps...
« Cette année-là, j’avais vingt-deux ans et j’allais, au même moment, rencontrer l’insaisissable Paul Darrigrand et flirter dangereusement avec la mort, sans que ces deux événements aient de rapport entre eux.
D’un côté, le plaisir et l’insouciance ; de l’autre, la souffrance et l’inquiétude. Le corps qui exulte et le corps meurtri.
Aujourd’hui, je me demande si, au fond, tout n’était pas lié. »

Après « Arrête avec tes mensonges », Philippe Besson poursuit son dialogue avec les fantômes de sa jeunesse et approfondit son souci d’exprimer sa vérité intime.

« Même dans le drame qui sait, comme Besson, manier la délicatesse ? » Pierre Vavasseur – Le Parisien

« Voici la clé de tous ses livres, peut-être même la clé de toute histoire d’amour. » François Busnel – « La Grande Librairie », France 5
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266298599
Code sériel : 17699
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 168
Format : 108 x 177 mm
Pocket

Ils en parlent

« Même dans le drame, qui sait, comme Besson, manier la délicatesse ? » Pierre Vavasseur
Le Parisien

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • nineentreleslignes Posté le 8 Novembre 2020
    La sortie d'un livre de Besson est toujours une heureuse surprise. "Arrête avec tes mensonges " était bouleversant et la quintessence de tout ce qu'il a pu écrire jusque là , ce dernier est un concentré d'émotions. D'une écriture maîtrisée, précise et concise, Philippe Besson livre une ultime histoire d'amour, toute en pudeur. Il y est, d'ailleurs, plus question de pudeur des mots que des corps et qu' un mot de trop ou de moins peut changer une vie, sceller un destin. Comme un peintre, par aplats, Besson livre ses secrets, il précise, il affine et toute son œuvre s'éclaire sous un jour nouveau , et on a envie de se replonger dans Le garçon d'Italie, Son frère...
  • Lyd13 Posté le 8 Octobre 2020
    Troooop bien!
  • Annette55 Posté le 20 Septembre 2020
    «  Une vraie saleté, l'infériorité en amour » .  «  Je peins ,,malgré moi, les choses derrière les choses. Quand je peins un nageur, je vois un noyé » . «  Ça commence avec lui , le dialogue avec les disparus. Ça n'a plus jamais cessé depuis » . Quelques extraits de la suite autobiographique de l'auteur qu'il avait déjà convoquée longuement dans d'autres ouvrages. Cela commence par une photo retrouvée, résurgence imprévue , «  un garçon aux lourdes boucles brunes , au regard sombre » , temps qui passe, mémoire qui fait ses choix , entre désir et douleur, «  cette année là «  celle des ses vingt- deux ans , l'auteur rencontre un «  nouvel amour »Un certain Paul Darrigrand, , insaisissable, mystérieux ,marié avec Isabelle une infirmière enjouée , aimable , amour qui embrase et parade amoureuse , baisers affamés , corps en lutte , repus et épuisés , connivence coupable , «  quête d'un regard » ,d'une attention, d'un geste même anodin, consentir à ses silences , être dans la «  dépendance » , «  collusion magnifique des salauds » , secrets et duplicité , attente qui sublime , abandon qui étreint ... Enfin une lutte incertaine contre une maladie pernicieuse qui bouleversera sa jeunesse.,, L'ambivalence entre... «  Une vraie saleté, l'infériorité en amour » .  «  Je peins ,,malgré moi, les choses derrière les choses. Quand je peins un nageur, je vois un noyé » . «  Ça commence avec lui , le dialogue avec les disparus. Ça n'a plus jamais cessé depuis » . Quelques extraits de la suite autobiographique de l'auteur qu'il avait déjà convoquée longuement dans d'autres ouvrages. Cela commence par une photo retrouvée, résurgence imprévue , «  un garçon aux lourdes boucles brunes , au regard sombre » , temps qui passe, mémoire qui fait ses choix , entre désir et douleur, «  cette année là «  celle des ses vingt- deux ans , l'auteur rencontre un «  nouvel amour »Un certain Paul Darrigrand, , insaisissable, mystérieux ,marié avec Isabelle une infirmière enjouée , aimable , amour qui embrase et parade amoureuse , baisers affamés , corps en lutte , repus et épuisés , connivence coupable , «  quête d'un regard » ,d'une attention, d'un geste même anodin, consentir à ses silences , être dans la «  dépendance » , «  collusion magnifique des salauds » , secrets et duplicité , attente qui sublime , abandon qui étreint ... Enfin une lutte incertaine contre une maladie pernicieuse qui bouleversera sa jeunesse.,, L'ambivalence entre plaisir et insouciance, fragilité de la relation , corps exultant et corps anéanti , meurtri par la maladie est parfaitement rendue. Il nous livre avec pudeur et sincérité sa part de vérité . La plume , comme toujours avec lui est précise , émouvante , juste , délicate très souvent dans l'autodérision . Il poursuit son dialogue , continue à questionner son passé et ses amours tortueuses. C'est un récit fort et vrai, à la mélancolie douce , hanté par la maladie , le flirt avec la mort, semblable à la diffusion d'un poison lent , nostalgique et bouleversant . J'aime beaucoup cet auteur ! Il sait nous émouvoir ! J'ai lu la plupart de ses livres, suis- je impartiale ? Difficile à dire .... Lu d'une traite !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Jeup Posté le 14 Septembre 2020
    Alors qu'il prépare un déménagement, le narrateur tombe sur une photo. ''Les deux garçons sur ce cliché ancien, c'est Paul et moi.'' Les souvenirs reviennent instantanément. Philippe Besson nous raconte avec une étonnante précision sa dernière année d'étude : il y a d'abord la rencontre avec Paul Darrigrand (Eros) puis il y a la maladie, la mort qui rôde (Thanatos). Il ''tombe'' éperdument amoureux de ce beau jeune homme, puis il ''tombe'' malade.... éperdument. L'auteur évoque avec beaucoup de tact et de sensibilité la relation entre deux êtres très différents, ses propres doutes quant à la réciprocité des sentiments. L'amour, l'interdit, la culpabilité, la transgression, le désir puis la maladie sont particulièrement bien restitués et analysés avec une grande finesse. C'est net et précis, quelque soit sa propre orientation sexuelle, chacun retrouvera quelque chose de son histoire dans ce tourment de désirs, de peurs et de doutes. Besson se livre à une introspection sans concession de cette période de sa vie qu'il décrit comme essentielle dans la genèse de plusieurs de ses livres. L'écriture et la construction font de ce courts roman une symphonie de mots et de sentiments. L'auteur excelle pour transposer les silences et les non-dits, il... Alors qu'il prépare un déménagement, le narrateur tombe sur une photo. ''Les deux garçons sur ce cliché ancien, c'est Paul et moi.'' Les souvenirs reviennent instantanément. Philippe Besson nous raconte avec une étonnante précision sa dernière année d'étude : il y a d'abord la rencontre avec Paul Darrigrand (Eros) puis il y a la maladie, la mort qui rôde (Thanatos). Il ''tombe'' éperdument amoureux de ce beau jeune homme, puis il ''tombe'' malade.... éperdument. L'auteur évoque avec beaucoup de tact et de sensibilité la relation entre deux êtres très différents, ses propres doutes quant à la réciprocité des sentiments. L'amour, l'interdit, la culpabilité, la transgression, le désir puis la maladie sont particulièrement bien restitués et analysés avec une grande finesse. C'est net et précis, quelque soit sa propre orientation sexuelle, chacun retrouvera quelque chose de son histoire dans ce tourment de désirs, de peurs et de doutes. Besson se livre à une introspection sans concession de cette période de sa vie qu'il décrit comme essentielle dans la genèse de plusieurs de ses livres. L'écriture et la construction font de ce courts roman une symphonie de mots et de sentiments. L'auteur excelle pour transposer les silences et les non-dits, il manie le tempo à merveille, passant du presto à l'adagio en quelques phrases.
    Lire la suite
    En lire moins
  • mes_evasions_litteraires Posté le 13 Septembre 2020
    Suite du roman Arrête avec tes mensonges, l’auteur replonge dans ses souvenirs et nous raconte sa rencontre et son histoire d’amour avec Paul Darrigrand. Paul est marié mais les deux hommes vont entretenir une liaison clandestine. « On savait que ça arriverait. » Philippe Besson nous livre encore ici un récit très touchant et personnel puisqu’il s’agit de son histoire. J’ai encore une fois été charmée par sa plume si particulière, si rythmée. Alors qu’il replonge dans ses souvenirs, l’auteur est en pleine introspection et il nous raconte son histoire avec ses mots, sans superflu, avec beaucoup de délicatesse et de sincérité. Ce roman m’a permis d’en connaître plus sur Philippe Besson, son histoire mais aussi toutes ces choses si personnelles qu’il a distillées dans ses autres romans, ce qui m’a encore plus donné envie de les découvrir !
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Pocket

    Cette année, mon Valentin, c'est mon bouquin !

    Des romances qui donnent des papillons dans le ventre aux passions qui font battre le cœur à 200 à l’heure, en passant par des essais sur le couple ou la sexualité… voici 24 livres Pocket avec qui passer sa Saint-Valentin (et plus si affinités !).

    Lire l'article
  • Sélection
    Lisez

    Saint-Valentin, 34 livres pour parler d'amour

    Un peu, beaucoup, à la folie, pas du tout... Nombreux sont les auteurs qui ont voulu retranscrire l'ivresse amoureuse sur papier. Parfois avec des mots, parfois avec des dessins, mais toujours avec passion. Une sélection pour (re)découvrir l’amour sous toutes ses formes.

    Lire l'article