RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Bianca

            Julliard
            EAN : 9782260029342
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 306
            Format : 130 x 205 mm
            Bianca

            Date de parution : 04/02/2016

            « Je m’appelle Bianca. C’est ma mère qui a choisi ce prénom. C’est son côté “Américaine” même si l’Amérique, elle connaît pas. Il y a un mois jour pour jour, assise dans mon salon en compagnie de Teddy, le chat de la maison, je regardais la télévision. Teddy dormait, les...

            « Je m’appelle Bianca. C’est ma mère qui a choisi ce prénom. C’est son côté “Américaine” même si l’Amérique, elle connaît pas. Il y a un mois jour pour jour, assise dans mon salon en compagnie de Teddy, le chat de la maison, je regardais la télévision. Teddy dormait, les lignes de ses lèvres supérieure et inférieure me souriaient. Il avait l’air bien. Je me suis dit que si je fermais les yeux et laissais tout aller, je sourirais peut-être comme lui. Les lignes bleues qui sillonnent mes poignets ont été inondées de rouge, du rouge sur le sol, sur mes vêtements. Au moins, ce n’était plus tout noir. Au moins il y avait de la couleur. »

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782260029342
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 306
            Format : 130 x 205 mm
            Julliard
            19.00 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « un roman étonnant de fraîcheur et de justesse… C’est brut et moderne, sombre et lumineux à la fois. » 
            Pierre Siankowski / les Inrockuptibles

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Alcove_Alna Posté le 9 Octobre 2018
              Dès les premières lignes, cette histoire est bouleversante. On suit le parcours de Bianca, 16 ans, au sein d’un hôpital psychiatrique après une tentative de suicide. Elle se reconstruit petit à petit avec ses autres compagnons de chambrée. Les chapitres traitent d’un moment particulier pendant son processus de guérison, ou bien de sa vie, avant sa tentative de suicide. En effet, on sent qu’elle essaie de comprendre pourquoi elle se sent comme ça, pourquoi elle a fait ce geste-là. Elle trouve que le personnel de l’hôpital ne la comprend pas. Y-a-t-il finalement toujours une explication, une raison à chaque acte ? Pourquoi toujours pourquoi ? Finalement, l’explication nous est si bien cachée que nous avons du mal à la trouver. En bref, un livre qui nous questionne sur nous-même.
            • nathiec44 Posté le 27 Juin 2018
              Un premier roman plutôt réussi que j’ai lu avec plaisir, émouvant, drôle et caustique sur les tourments de l’adolescence. Pourtant, je n’étais pas partante, encore une « fille de » qui tente l’écriture, encore le thème ultra rebattu de l’adolescence, bref, je l’avoue, des préjugés liés probablement au battage médiatique ayant accompagné la sortie du livre. Le ton est donné dès le départ : Bianca est admise dans une unité psychiatrique pour adolescents, elle ne mange pas assez (anorexie), surtout elle s’est tranchée les veines un jour sans avenir, sans futur. Elle restera dix mois dans cet univers si particulier. « Ce n’est pas nous qui sommes fous, c’est le monde qui est fou, et si on est abîmés c’est parce qu’on s’en est aperçu » cette petite phrase résume à elle seule le récit. Il y est question du mal être de l’adolescence, premier amour, boutons qui pourrissent la vie, la lucidité sur les parents, les adultes et le monde en général. Bianca ne porte pas de fardeau contrairement à certains jeunes qu’elle croise dans cette unité psychiatrique victimes d’inceste, d’abus ou rejetés en raison de leur homosexualité. D’ailleurs elle en conçoit une vague culpabilité d’être écrasée par la mélancolie et une... Un premier roman plutôt réussi que j’ai lu avec plaisir, émouvant, drôle et caustique sur les tourments de l’adolescence. Pourtant, je n’étais pas partante, encore une « fille de » qui tente l’écriture, encore le thème ultra rebattu de l’adolescence, bref, je l’avoue, des préjugés liés probablement au battage médiatique ayant accompagné la sortie du livre. Le ton est donné dès le départ : Bianca est admise dans une unité psychiatrique pour adolescents, elle ne mange pas assez (anorexie), surtout elle s’est tranchée les veines un jour sans avenir, sans futur. Elle restera dix mois dans cet univers si particulier. « Ce n’est pas nous qui sommes fous, c’est le monde qui est fou, et si on est abîmés c’est parce qu’on s’en est aperçu » cette petite phrase résume à elle seule le récit. Il y est question du mal être de l’adolescence, premier amour, boutons qui pourrissent la vie, la lucidité sur les parents, les adultes et le monde en général. Bianca ne porte pas de fardeau contrairement à certains jeunes qu’elle croise dans cette unité psychiatrique victimes d’inceste, d’abus ou rejetés en raison de leur homosexualité. D’ailleurs elle en conçoit une vague culpabilité d’être écrasée par la mélancolie et une grande peine d’être séparée de son petit frère. Les échanges avec Jeff, pensionnaire âgé au vécu douloureux traité pour un cancer, sont sensibles et justes, ils mènent sans nul doute vers le chemin de la guérison. L’écriture est simple, pas de fioritures, de filtre, et pourtant véhicule tellement de questions, de mal -être que j’ai été touchée. J’ai refermé le livre ravie de cette découverte. Bravo à l’auteure, jeune talent de 22 ans !
              Lire la suite
              En lire moins
            • Wyoming Posté le 26 Novembre 2017
              Une histoire classique d'adolescente paumée, ayant goûté au suicide raté. Sa vie se poursuit, principalement dans le milieu psychiatrique où elle rencontre ses semblables. Intéressante observation des relations avec les membres de sa famille, démunis. Il y a un certain style; j'ai particulièrement aimé un passage décrivant la relation au livre qui, à lui seul, justifierait de lire celui-ci.
            • AgatheDumaurier Posté le 30 Octobre 2017
              J'ai lu Hope, la suite, avant Bianca, le début. J'ai préféré Hope, son errance dans New York, son atmosphère, ses personnages énigmatiques et aériens, et tant mieux, finalement, parce que cela veut dire que Loulou Robert (fascinante beauté, je viens encore de regarder des photos, c'est extraordinaire d'être belle comme ça !) progresse dans son écriture. La qualité du texte est déjà là : écriture vivante, on entend clairement la voix de Loulou, une voix qui nous parle, et c'est l'essentiel du talent d'écrivain. Bianca est anorexique, c'est une des formes contemporaines de l'éternelle mélancolie de certaines âmes. Sa tristesse est en réalité sans nom et sans raison (le poème de Verlaine "il pleure dans mon cœur..." est fort pertinemment cité et "expliqué" pour les Nuls dans le roman "c'est bien la pire peine/De ne savoir pourquoi/sans amour et sans haine/Mon cœur a tant de peine.) Bianca est enfermée en hôpital psychiatrique (HP pour les intimes ) et elle rencontre Clara, Simon, Sam, Raphaël, Jeff, d'autres "fous" que le personnel médical tente de rendre "normaux". Enfin, c'est l'impression que ça donne, je ne sais pas si c'est vrai, quelle est la part de dressage dans ces thérapies. On la pèse,... J'ai lu Hope, la suite, avant Bianca, le début. J'ai préféré Hope, son errance dans New York, son atmosphère, ses personnages énigmatiques et aériens, et tant mieux, finalement, parce que cela veut dire que Loulou Robert (fascinante beauté, je viens encore de regarder des photos, c'est extraordinaire d'être belle comme ça !) progresse dans son écriture. La qualité du texte est déjà là : écriture vivante, on entend clairement la voix de Loulou, une voix qui nous parle, et c'est l'essentiel du talent d'écrivain. Bianca est anorexique, c'est une des formes contemporaines de l'éternelle mélancolie de certaines âmes. Sa tristesse est en réalité sans nom et sans raison (le poème de Verlaine "il pleure dans mon cœur..." est fort pertinemment cité et "expliqué" pour les Nuls dans le roman "c'est bien la pire peine/De ne savoir pourquoi/sans amour et sans haine/Mon cœur a tant de peine.) Bianca est enfermée en hôpital psychiatrique (HP pour les intimes ) et elle rencontre Clara, Simon, Sam, Raphaël, Jeff, d'autres "fous" que le personnel médical tente de rendre "normaux". Enfin, c'est l'impression que ça donne, je ne sais pas si c'est vrai, quelle est la part de dressage dans ces thérapies. On la pèse, un psychiatre essaie de la faire parler, elle vit des expériences avec ses camarades...Qu'est-ce qui la soigne le plus ? On a bien l'impression que ce sont ses conversations avec Jeff, le sage interné, seul adulte à sembler avoir compris quelque chose au monde, à savoir qu'il vaut mieux vivre sans trop de regrets avant de mourir, comme lui, d'un cancer. Point de grands élans lyriques ni de guérison miraculeuse, point de mièvrerie, de bons sentiments. Des douleurs et des blessures qu'on tente de soigner chez ces adolescents, parce qu'il faut vivre. Pourquoi ? Parce que cela offre aussi des joies : un petit frère qui vous aime, un garçon qui vous trouve belle et vous aime, une mère qui se réveille, un père qui vous propose New York... Bon, d'accord, ce n'est pas feel-good niaiseux, mais c'est beaucoup beaucoup mieux. C'est une vraie voix qui nous parle de la vraie vie. Un très bon texte, quoi, qui fait sentir et réfléchir.
              Lire la suite
              En lire moins
            • vellard Posté le 8 Octobre 2017
              Pour son premier roman , Loulou Robert ( fille du talentueux et courageux journaliste Denis Robert) nous propose une plongée au coeur de l'adolescence ,ce temps prenant de plus en plus de temps et d'espace au sein de notre société. Avec des mots simples , directs, elle nous dit la souffrance, les peurs ,les peines, les angoisses, les doutes mais également les joies, les plaisirs , les rencontres heureuses... d'une jeunesse,somme toute assez ordinaire, mais néanmoins enfermée au sein d'un établissement psychiatrique . Le sentiment de n'être pas compris ,la non adhésion aux tentatives, souvent bien maladroites , d'explications de leur mal-être par les adultes, la question sans cesse renouvelée de l'alternative obstinée de la "vie ou non vie",embarquent Bianca dans un tourbillon immaîtrisable et dont elle veut pourtant se dessaisir A l'évidence , Loulou Robert comprend bien le monde de cette adolescence (et son langage!) .Voilà qui rend ce livre important .

            les contenus multimédias

            ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE JULLIARD
            Les éditions Julliard sont spécialisées dans la littérature française contemporaine. Julliard ne cesse de découvrir de nouveaux talents et d'enrichir son catalogue avec des textes d'auteurs à la personnalité toujours singulière, et au style inimitable. Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.