En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Bon petit soldat

        Julliard
        EAN : 9782260020356
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 216
        Format : 1 x 205 mm
        Bon petit soldat

        Date de parution : 18/10/2012

        En ce début d’année 2012, Mazarine Pingeot est de ceux, de plus en plus nombreux, qui cheminent au côté du candidat François Hollande. Certains commencent à parler de victoire : Mitterrand aurait trouvé son successeur. Vivre le retour de la gauche, mais cette fois, en pleine lumière, permet à la jeune femme de mesurer le chemin parcouru depuis Bouche cousue.

        Être ou ne pas être. Être un secret inavouable, affublé d’un prénom impossible, une vie entre les lignes : une enfant cachée. Être la fille du président Mitterrand ou ne pas être du tout. Être la progéniture adorée à la maison, au sein d’un trio aussi idéal que mythique, mais...

        Être ou ne pas être. Être un secret inavouable, affublé d’un prénom impossible, une vie entre les lignes : une enfant cachée. Être la fille du président Mitterrand ou ne pas être du tout. Être la progéniture adorée à la maison, au sein d’un trio aussi idéal que mythique, mais n’être rien ailleurs – rien, nada, personne. Être la sœur, la belle-fille, la nièce, la cousine, et la tante, d’une ribambelle de frères, belle-mère, oncles, cousins et neveux qui, eux, ne savent pas qui vous êtes. Et puis soudain la lumière, pleins feux ; les flashs, le scandale. Être sa fille, enfin, officiellement. Un objet de curiosité, de suppositions, de préjugés, de rancœur – ne vit-elle pas aux crochets de la République ? De harcèlement aussi, quand les paparazzi campent devant chez elle. Et puis devenir l’héritière morale. Le portrait craché. La représentante. Devenir lui, un peu. Mais jamais soi-même. Comment échapper à ce sortilège originel qui l’empêche d’être autre chose qu’un « bon petit soldat » ? Comment protéger ses propres enfants, comment leur transmettre un héritage à la fois si prestigieux et si tortueux, sans qu’ils en souffrent à leur tour ? C’est sous forme de journal que Mazarine Pingeot a choisi de transcrire ces réflexions, au fil des mois de la campagne présidentielle durant lesquels le combat personnel est sournoisement venu se mêler au combat politique. Reprenant le fil là où elle l’avait laissé il y a sept ans, concluant Bouche cousue sur l’espoir d’un lendemain meilleur, elle fait de son écriture, vibrante et exutoire, le lieu d’une étonnante introspection collective.

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782260020356
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 216
        Format : 1 x 205 mm
        Julliard
        19.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Wyoming Posté le 31 Mars 2018
          Autobiographie de la jeunesse de Mazarine, fille naturelle de François Mitterrand, dissimulée pendant des années au nom de la culture du secret de son père et de l'enjeu principal de sa vie, à préserver à tout prix, le pouvoir. Mazarine raconte simplement son enfance et son adolescence, différente de celle de ceux qui n'ont rien de tel à cacher, elle devient finalement attachante au fil des pages et c'est bien mieux de lire son histoire par elle-même que dans les médias assoiffés de sensationnel.
        • YvesParis Posté le 3 Septembre 2015
          Pas facile d'être la "fille de", condamnée sa vie durant à exister dans l'ombre d'un père envahissant. Demandez à Claude Chirac, à Julie Depardieu, à Marine Le Pen ! Pas facile non plus de pleurer sur son sort. Que diable ! Mazarine a, pendant toute son enfance, vécu aux crochets du contribuable, dans les "ors de la République", sous la coupe vigilante des policiers de l’Élysée qui devaient tout à la fois protéger le secret de son existence et éviter qu'à travers elle on porte atteinte au Chef de l'Etat. Et pourtant l'écrivain Mazarine Pingeot, déjà auteure d'une petite dizaine de romans (elle se plaint non sans raison que ceux où elle évoque son père se vendent mieux que les autres) parvient à nous rendre sympathique le mal-être de la Fille de ... Car la vie de la fille adultérine d'un chef de l’État n'est pas facile. Lorsqu'elle clame que son papa était président dans la cour de la maternelle, on l'accuse de mentir. Lorsqu'on découvre son auguste filiation, on murmure dans son dos. En société, comment se situer ? Son silence passe pour de du mépris, ses paroles pour de la vantardise. Mazarine - au prénom si peu discret - ne cherche pas... Pas facile d'être la "fille de", condamnée sa vie durant à exister dans l'ombre d'un père envahissant. Demandez à Claude Chirac, à Julie Depardieu, à Marine Le Pen ! Pas facile non plus de pleurer sur son sort. Que diable ! Mazarine a, pendant toute son enfance, vécu aux crochets du contribuable, dans les "ors de la République", sous la coupe vigilante des policiers de l’Élysée qui devaient tout à la fois protéger le secret de son existence et éviter qu'à travers elle on porte atteinte au Chef de l'Etat. Et pourtant l'écrivain Mazarine Pingeot, déjà auteure d'une petite dizaine de romans (elle se plaint non sans raison que ceux où elle évoque son père se vendent mieux que les autres) parvient à nous rendre sympathique le mal-être de la Fille de ... Car la vie de la fille adultérine d'un chef de l’État n'est pas facile. Lorsqu'elle clame que son papa était président dans la cour de la maternelle, on l'accuse de mentir. Lorsqu'on découvre son auguste filiation, on murmure dans son dos. En société, comment se situer ? Son silence passe pour de du mépris, ses paroles pour de la vantardise. Mazarine - au prénom si peu discret - ne cherche pas la lumière. Elle s'énerve des sollicitations idiotes que les médias ne cessent de lui adresser et se moque de ses prestations peu glorieuses sur les plateaux télé ou aux meetings du candidat Hollande. Elle suit la campagne du futur président, le second pésident socialiste de la Cinquième République, au même prénom et à la même gestuelle que son père. Elle nous fait revivre la campagne chaotique, l'irrépressible envie de se débarrasser de Sarkozy et de ses tics horripilants, l'absence inquiétante de projet politique à lui opposer. On peut être la fille du président ; on peut être une femme normale, avec des enfants, un chien, des poubelles à descendre et la peau sèche. (Faussement) ingénue, ne dit-elle pas d'elle-même que ceux qui la rencontrent pour la première fois la trouve "finalement plutôt sympathique" ?
          Lire la suite
          En lire moins
        • sandycab Posté le 31 Janvier 2015
          Ce livre n’est pas un roman dans son sens strict mais davantage un journal qui est tenu par Mazarine, la fille de François Mitterrand. Ce journal est rédigé pendant la dernière campagne présidentielle avec la bataille Hollande / Sarkozy. Ceci est un angle de vue prometteur d’une jeune femme qui a connu l’Elysée de l’intérieur puis la déferlante des médias lorsque le secret de sa vie a été révélé aux français et qui depuis essaye de vivre sans être « la fille de ». Ce journal débute début janvier jusqu’à la réception après la victoire de notre président actuel. Au cœur de Paris, Mazarine grandit à l’abri des regards dans le plus grand des secrets, la personnalité de son père et sa propre existence, puis elle doit faire face aux médias qui ne la quitteront jamais. Elle révèle le mal-être dans lequel elle vit encore aujourd’hui au-delà de sa ressemblance avec son père qui aurait pu être son grand-père. L’ouvrage commence par la question de la révélation de son prénom ou pas auprès de chaque individu qui pourrait l’authentifier avec ce prénom particulier. D’où la question du « je » ou « vous » pour rédiger puisqu’elle se demande si elle... Ce livre n’est pas un roman dans son sens strict mais davantage un journal qui est tenu par Mazarine, la fille de François Mitterrand. Ce journal est rédigé pendant la dernière campagne présidentielle avec la bataille Hollande / Sarkozy. Ceci est un angle de vue prometteur d’une jeune femme qui a connu l’Elysée de l’intérieur puis la déferlante des médias lorsque le secret de sa vie a été révélé aux français et qui depuis essaye de vivre sans être « la fille de ». Ce journal débute début janvier jusqu’à la réception après la victoire de notre président actuel. Au cœur de Paris, Mazarine grandit à l’abri des regards dans le plus grand des secrets, la personnalité de son père et sa propre existence, puis elle doit faire face aux médias qui ne la quitteront jamais. Elle révèle le mal-être dans lequel elle vit encore aujourd’hui au-delà de sa ressemblance avec son père qui aurait pu être son grand-père. L’ouvrage commence par la question de la révélation de son prénom ou pas auprès de chaque individu qui pourrait l’authentifier avec ce prénom particulier. D’où la question du « je » ou « vous » pour rédiger puisqu’elle se demande si elle s’appartient ou est-ce qu’elle appartient à la France. Mazarine Pingeot, 37 ans, professeur de philosophie à Paris VIII et journaliste revisite son passé pour mieux trouver sa place aujourd’hui. Très beau thème, très belle angle de vue mais tout d’abord la narration avec le « vous » m’a poussé à reprendre ma lecture à deux reprises puis le manque de profondeur dans l’ouvrage avec une accélération de la narration avec les deux dimanches d’élection ne m’ont pas satisfaits. Déception dans ce journal mais coup de cœur pour la première et la quatrième couverture ! Tout lecteur 1/5 1 semaine
          Lire la suite
          En lire moins
        • elisav75 Posté le 14 Septembre 2014
          D'un François président à un autre, Mazarine Pingeot revient sur son enfance si particulière vécue dans le secret et la dissimulation. Il est facile d'entre-apercevoir entre ses lignes la douleur d'une enfant qui ne comprend pas pourquoi elle ne peut pas vivre comme les autres. Et les blessures d'une jeune femme en mal de reconnaissance qui a du mal à se construire.
        • luis1952 Posté le 20 Novembre 2013
          Autobiographie, écrite en utiliisant des "vous" au lieu des "je". Un père qui était Président , cela marque un enfant mais aussi une grande fierté pour son papa. Mazarine mène une vie normale, elle a trois enfants , elle écrit. Le roman se termine lorsque François Hollande (l'autre François) arrive au pouvoir.

        les contenus multimédias

        Ils en parlent

        "Mazarine Pingeot aorde avec finesse des interrogations intimes qui nous concernent tous"

        La Vie
        Lisez! La newsletter qui vous inspire !
        Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.