Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221240373
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 608
Format : 1 x 215 mm

Extincta

Collection : Collection R
Date de parution : 28/11/2019

L’espèce humaine disparaîtra dans 255 heures.
Les pires prédictions climatiques se sont réalisées, le Grand Effondrement a eu lieu et presque toutes les espèces animales se sont éteintes. Les Derniers Humains se sont réfugiés dans les Dernières Terres : un archipel rocailleux surgi des glaces, où ils survivent dans des cités-royaumes...

L’espèce humaine disparaîtra dans 255 heures.
Les pires prédictions climatiques se sont réalisées, le Grand Effondrement a eu lieu et presque toutes les espèces animales se sont éteintes. Les Derniers Humains se sont réfugiés dans les Dernières Terres : un archipel rocailleux surgi des glaces, où ils survivent dans des cités-royaumes éparses. Accaparés par la lutte pour les maigres ressources, ils ignorent que l’ultime cataclysme est sur le point de balayer ce qu’il reste de l’espèce Homo sapiens.
La dernière histoire d’amour s’écrira en lettres de feu.
Née dans les bas-fonds de Viridienne, la cité-royaume pourrissante envahie d’algues, Astréa rêvait de se consacrer tout entière au culte de Terra. Mais sa foi vacille le jour où son frère est accusé de sacrilège et condamné à mort.
Élevé derrière les remparts du castel, le prince Océrian était né pour régner. Mais un mystérieux accident lui arrache sa jambe et son honneur, l’écartant à jamais de la ligne de succession.
Le destin va jeter ces assoiffés de justice l’un contre l’autre, embrasant leurs coeurs avant de consumer le monde.
La flamme brûle plus fort juste avant de s’éteindre.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221240373
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 608
Format : 1 x 215 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • annafreour Posté le 3 Juin 2020
    L'auteur nous fait voyager à travers un monde que nous connaissons mais qui souffre. À travers une problématique crutial de notre temps et des personnages aux avenirs incertains. Une magnifique aventure qui questionne son lecteur en etutout les points de vues et qui montre que même les pires choses que l'on pense peuvent être remise en question. ❓
  • Descollinesdepapier Posté le 2 Juin 2020
    Extincta raconte la vie des Derniers Hommes avant leur extinction. Le roman est rythmé par le décompte des heures séparant de la fin de de l’humanité. L’issue est donc connue, et l’on cherche à comprendre ce qui va les y amener. Dans une société d’ordres comparable à celle du Moyen-âge, on suit successivement les points de vue de deux personnages, Astréa, jeune « suante », c’est-à-dire travailleuse misérable, et Océrian, jeune « apex », fils de roi appartenant à la classe dirigeante. Le roman nous fait espérer leur rencontre improbable, puis vivre leur périple au sein des Dernières Terres… vers leur extinction.#8291; Énorme coup de cœur pour ce nouveau roman de Victor Dixen ! L’intrigue est très singulière et pleine de trouvailles incroyables. Dans un futur fantastique, on trouve finalement énormément de similitudes avec notre passé, et un message écologique très fort : le climat, les déchets, la consommation de viande y sont questionnés. Les erreurs de notre société semblent avoir mené à la société que l’auteur nous donne à lire. J’ai adoré le fait que les personnages soient nommés d’après le nom d’une espèce animale éteinte. Le roman est aussi parsemé de références à la poésie, de Baudelaire notamment, j’ai... Extincta raconte la vie des Derniers Hommes avant leur extinction. Le roman est rythmé par le décompte des heures séparant de la fin de de l’humanité. L’issue est donc connue, et l’on cherche à comprendre ce qui va les y amener. Dans une société d’ordres comparable à celle du Moyen-âge, on suit successivement les points de vue de deux personnages, Astréa, jeune « suante », c’est-à-dire travailleuse misérable, et Océrian, jeune « apex », fils de roi appartenant à la classe dirigeante. Le roman nous fait espérer leur rencontre improbable, puis vivre leur périple au sein des Dernières Terres… vers leur extinction.#8291; Énorme coup de cœur pour ce nouveau roman de Victor Dixen ! L’intrigue est très singulière et pleine de trouvailles incroyables. Dans un futur fantastique, on trouve finalement énormément de similitudes avec notre passé, et un message écologique très fort : le climat, les déchets, la consommation de viande y sont questionnés. Les erreurs de notre société semblent avoir mené à la société que l’auteur nous donne à lire. J’ai adoré le fait que les personnages soient nommés d’après le nom d’une espèce animale éteinte. Le roman est aussi parsemé de références à la poésie, de Baudelaire notamment, j’ai trouvé ça superbe. J’aurais encore beaucoup de choses à dire sur Extincta, mais je terminerai en vous parlant du merveilleux travail éditorial : une superbe couverture et le nom d’une espèce disparue en bas de chaque page… Un roman très puissant que je vous conseille.#8291;
    Lire la suite
    En lire moins
  • celinelecture Posté le 26 Mai 2020
    Avec EXTINCTA de Victor Dixen je suis passée par plusieurs phases : ✔️J’ai été intriguée par l’univers mis en place par l’auteur. Un univers particulièrement riche et d’une densité dingue. ✔️J’ai été parfois un peu paumée le temps de comprendre, les enjeux, le système de caste, les nouveaux dogmes. ✔️J’ai été même parfois un peu ennuyée par certaines longueurs, je ne voyais pas où le récit allait nous entraîner, ainsi que par le personnage de Océrian avec qui les débuts ont été difficiles car trop plaintif et mou pour moi. ✔️J’ai été sous le charme de Astréa, ses valeurs, sa quête, sa force, sa droiture. ✔️J’ai été bouleversée par la portée écologique et le destin funeste de notre planète si malmenée. Au final j’ai été passionnée par cette histoire ! Sa portée philosophique, ses personnages, ses enjeux, son message, sa vision de notre avenir, ce décompte si addictif et en même temps si oppressant.
  • popilooo Posté le 24 Mai 2020
    « La planète brûle. Et nous regardons ailleurs » disaient Nicolas Hulot et Jacques Chirac. Extincta, c’est le récit des derniers humains sur la terre, alias Terra, dans un milieu hostile où l’avidité du pouvoir et de l’argent, la cupidité et l’orgueil font toujours place. Dans cette vie infernale, astrea, ocerian et leurs compagnons de route, armés de courage, relèvent la tête, comprennent la richesse des mots et de la poésie, et parcourent leur chemin pour rejoindre l’Ailleurs.
  • LesDemoisellesdeChatillon Posté le 18 Mai 2020
    Encore une réussite ! S'il y a bien un auteur de young adult dont je ne loupe aucune publication c'est sans conteste Victor Dixen. Chacun de ses livres est toujours un grand moment d'évasion, de réflexion mais c'est également à chaque fois un sublime objet. Victor Dixen est probablement l'un des rares auteurs qui réfléchit son livre comme un "produit" fini, global. Les couvertures sont toujours sublimes, chaque détail est pensé, chaque illustration a un sens, rien n'est laissé au hasard et on ne mesure l'ampleur de son travail bien souvent qu'à la fin. Extincta ne fait pas exception. En bas de page on voit des mots en latin. Au début on les lit, sans les comprendre et on finit par les oublier. C'est voulu ces mots qui intriguent mais qui finissent par ne plus attirer notre attention. C'est une sublime métaphore. Car on comprend à la toute fin, vraiment toute fin, en lisant les remerciements. J'étais très fière de ne pas avoir versé ma larme à la fin d'Extincta, malgré une sacrée charge émotionnelle. Jusqu'aux remerciements... Je les ai lus. Je suis revenue sur ces mots de bas de page. Tellement nombreux. Beaucoup trop nombreux. Et j'ai pleuré. C'est là que j'ai mesuré tout le talent, toute l'intelligence... Encore une réussite ! S'il y a bien un auteur de young adult dont je ne loupe aucune publication c'est sans conteste Victor Dixen. Chacun de ses livres est toujours un grand moment d'évasion, de réflexion mais c'est également à chaque fois un sublime objet. Victor Dixen est probablement l'un des rares auteurs qui réfléchit son livre comme un "produit" fini, global. Les couvertures sont toujours sublimes, chaque détail est pensé, chaque illustration a un sens, rien n'est laissé au hasard et on ne mesure l'ampleur de son travail bien souvent qu'à la fin. Extincta ne fait pas exception. En bas de page on voit des mots en latin. Au début on les lit, sans les comprendre et on finit par les oublier. C'est voulu ces mots qui intriguent mais qui finissent par ne plus attirer notre attention. C'est une sublime métaphore. Car on comprend à la toute fin, vraiment toute fin, en lisant les remerciements. J'étais très fière de ne pas avoir versé ma larme à la fin d'Extincta, malgré une sacrée charge émotionnelle. Jusqu'aux remerciements... Je les ai lus. Je suis revenue sur ces mots de bas de page. Tellement nombreux. Beaucoup trop nombreux. Et j'ai pleuré. C'est là que j'ai mesuré tout le talent, toute l'intelligence de Victor Dixen. C'est ça, je crois, ce soucis du détail, cette subtilité, qui font que j'aime tellement cet auteur, qu'il parle à autant de lecteurs différents. Cette dystopie est définitivement mon titre préféré de l'auteur à ce jour. Les pires prédictions climatiques se sont réalisées. Le Grand Effondrement a eu lieu et presque toutes les espèces animales se sont éteintes. Quelques êtres humains ont survécu et se sont réfugiés sur des terres arides et stériles là où la banquise a disparu. Dans la cité de Viridienne, Astréa rêve de se consacrer au culte de Terra pour sortir de la misère dans laquelle elle vit avec son père mourant et son frère. Pourtant, à cause de ce dernier, tous ses plans s'écroulent. Dans le palais vit Océrian, jeune prince mutilé qui ne supporte plus le mépris affiché par le Roi son père. Leurs destins vont se rencontrer alors que, sans le savoir, ils vivent les dernières heures de l'humanité. Un terrible compte à rebours démarre... Si la première partie, façon road-trip, m'a semblé, bien que très sympa, un peu classique, les parties suivantes m'ont complètement embarquée. Je pense à ce poème de Baudelaire... Incroyable à quel point l'histoire de Victor Dixen s'enroule, se mêle à ce poème, à quel point ils se répondent. Tout est dans ce roman : de l'aventure, des complots de Cour, quelques créatures presque fantastiques, une pointe de SF, de grands sentiments... La littérature jeunesse, young adult, remplace les rituels de passage qui n'existent plus dans nos sociétés et Victor Dixen a compris comment "initier" ses lecteurs, comment les pousser à la réflexion en leur offrant des personnages auxquels ils peuvent s'identifier, qui portent de belles valeurs sans qu'ils ne soient manichéens. C'est, il me semble, le titre le plus engagé et peut-être aussi le plus politique de l'auteur. C'est fait de manière subtile, tout en finesse et intelligence mais son message passe. Un message qui doit être entendu. Extincta est un véritable coup de cœur ! Victor Dixen, en multipliant les univers, ne cesse de piquer ma curiosité et j'ai déjà hâte de découvrir le monde qu'il imaginera dans son prochain roman. Je serai au rendez-vous !!
    Lire la suite
    En lire moins

les contenus multimédias

INSCRIVEZ-VOUS À LA #NEWSR !
Lire est votre passion ? Vous êtes fan de Young Adult ? Vous voulez découvrir les coulisses de la Collection R ? Alors N'hésitez plus ! Inscrivez-vous à notre #NewsR ! On vous réserve plein de surprises :-)

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    12 romans jeunesse qui célèbrent le premier amour

    Les histoires de coeur ne sont pas uniquement réservées aux adultes. La preuve avec cette sélection de romans jeunesse qui célèbrent le premier amour dans tout ce qu'il a de plus complexe et de plus émouvant. Du déjà culte Eleanor & Park à Romance, le dernier roman d'Arnaud Cathrine, focus sur 12 livres qui nous invitent à (re)vivre ce sentiment vertigineux.

    Lire l'article
  • Interview
    Lisez

    Le Noël des auteurs : 5 questions délicieusement festives à Victor Dixen

    Tout au long du mois de décembre, Lisez interroge les auteurs sur leur rapport à Noël. Auteur de littérature Young Adult, Victor Dixen imagine dans ses romans des univers dystopiques glaçants mais passionnants. Après la saga Phobos et Cogito, il a publié en novembre dernier Extincta, dans lequel il confronte ses lecteurs au dérèglement climatique. Il nous parle de L'étrange Noël de monsieur Jack, de machine à remonter le temps et d'un petit troll prénommé Moumine.

    Lire l'article