Lisez! icon: Search engine
Belfond
EAN : 9782714478337
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 304
Format : 140 x 225 mm

Iboga

Date de parution : 25/01/2018
Pire que la peine de mort : la réclusion à perpétuité…
 
28 octobre 1980. Jefferson Petitbois, condamné à la peine de mort, est incarcéré à la maison d’arrêt de Fresnes. Pour rejoindre sa cellule dans le couloir de la mort, il croise la « Louisette ».
Comme un outrage à la dignité humaine, un doigt d’honneur à la vie, la guillotine trône...
28 octobre 1980. Jefferson Petitbois, condamné à la peine de mort, est incarcéré à la maison d’arrêt de Fresnes. Pour rejoindre sa cellule dans le couloir de la mort, il croise la « Louisette ».
Comme un outrage à la dignité humaine, un doigt d’honneur à la vie, la guillotine trône au milieu de la cour.
Accompagné de deux gardiens, il la frôle et sent son odeur de graisse et de limaille.
Dix-sept ans ! Suffisamment grand pour tuer donc assez vieux pour mourir…
 
Deux ans auparavant, Jefferson avait rencontré Max, son protecteur et mentor. Iboga était alors entré en lui. Iboga l’avait rendu plus puissant. Immortel. Meurtrier.
 
Une fois, Max m’a dit quelque chose que j’ai compris plus tard : Si tu commences à mentir, mec, tu seras obligé de le faire tout le temps et tu seras piégé un jour parce qu’il y aura des incohérences, des trucs qui n’iront pas ensemble. En revanche, si tu dis la vérité, tu ne seras jamais mis en défaut.
J’ai dit la vérité aux flics, avocats, juges et jurés. J’ai pris perpète et failli avoir la tête tranchée.
 
Ce livre raconte la vérité… La vérité selon Jefferson Petitbois… Un homme trop jeune pour mourir.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714478337
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 304
Format : 140 x 225 mm

Ils en parlent

"Retenez bien le nom de cet auteur, car, j'en suis intimement convaincue, nous allons entendre parler de lui... Pourquoi ? Parce qu'avec ce thriller, il frôle la perfection ! De l'intrigue, du suspens, des sentiments puissants, ajoutez du palpitant et un personnage, Jefferson Petitbois, 17 ans, d'une puissance rare, d'une puissance addictive, attachante.... enivrante."
Lorraine / club des mordus de lecture

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Meli_melo_de_mots Posté le 14 Avril 2020
    Trouvé au rayon polar de ma bibliothèque, le commentaire de Karine Giebel a su me convaincre... Il est certes question de plonger dans l'âme humaine mais ça n'est pas un polar comme moi je les définis ^^ Ce livre nous narre l'histoire de Jefferson Petitbois, homme condamné à mort pour plusieurs meurtres à l'âge de 17 ans. Gracié, il passera néanmoins le reste de sa vie en prison. Au fil des années, il va se remémorer sa vie, ses choix, ses erreurs ainsi ses expériences criminelles. Loin de nous faire frémir, ce livre nous plonge dans l'univers carcéral et surtout dans l'esprit de cet homme malmené par la vie dès sa naissance et qui va faire les mauvais choix. Sans excuser ses crimes, j'en suis venue à m'attacher à ce personnage qui, au fil des pages, sait se montrer attendrissant par sa candeur, ses interrogations et ses malheurs. A force de révélations, Jefferson nous livre "sa vérité" et on finit par comprendre pourquoi il est devenu meurtrier. Un récit qui se lit très bien, qui tient sa promesse puisque l'on plonge véritablement dans l'âme humaine.
  • Ingannmic Posté le 11 Mars 2020
    1980. Jefferson Petitbois, jeune noir de dix-sept ans, est condamné à la guillotine pour meurtres et viol. L'abolition de la peine de mort qui suit l'arrivée au pouvoir de François Mitterrand commue cette condamnation en détention à perpétuité. Il quitte alors le couloir de la mort de Fresnes pour la cellule d'un quartier hautement sécurisé d'une prison de province, après avoir violemment agressé un maton qui lui avait manqué de respect. La perspective des longues années d'enfermement lui ferait presque regretter, certains jours, d'être encore vivant. Le temps s'étire dans une solitude quasi-totale, ses seuls contacts sont ceux qu'il entretient avec ses gardiens, dont "Chef Martin", un raciste décérébré qui le harcèle, et Jean Dumont, qui donne à Jefferson le goût de la lecture, et l'encourage à écrire. La visite d'une psychologue, après quelques années de détention, lui laisse entrevoir l'espoir d'une sortie. En échange, elle veut qu'il revienne sur ses crimes, afin d'en livrer sa vérité, "la vérité selon Jefferson Petitbois". Mais la conscience de ce dernier se montre fort rétive face à ses tentatives d'introspection... Il évoque par bribes son triste parcours, celui d'un gamin de l'assistance publique qui, de foyers en familles d'accueil, a toujours été exclus en... 1980. Jefferson Petitbois, jeune noir de dix-sept ans, est condamné à la guillotine pour meurtres et viol. L'abolition de la peine de mort qui suit l'arrivée au pouvoir de François Mitterrand commue cette condamnation en détention à perpétuité. Il quitte alors le couloir de la mort de Fresnes pour la cellule d'un quartier hautement sécurisé d'une prison de province, après avoir violemment agressé un maton qui lui avait manqué de respect. La perspective des longues années d'enfermement lui ferait presque regretter, certains jours, d'être encore vivant. Le temps s'étire dans une solitude quasi-totale, ses seuls contacts sont ceux qu'il entretient avec ses gardiens, dont "Chef Martin", un raciste décérébré qui le harcèle, et Jean Dumont, qui donne à Jefferson le goût de la lecture, et l'encourage à écrire. La visite d'une psychologue, après quelques années de détention, lui laisse entrevoir l'espoir d'une sortie. En échange, elle veut qu'il revienne sur ses crimes, afin d'en livrer sa vérité, "la vérité selon Jefferson Petitbois". Mais la conscience de ce dernier se montre fort rétive face à ses tentatives d'introspection... Il évoque par bribes son triste parcours, celui d'un gamin de l'assistance publique qui, de foyers en familles d'accueil, a toujours été exclus en raison de sa couleur de peau. L'abandon, non seulement par sa mère, mais aussi par une société qui, par l'intermédiaire de ses institutions et de ses représentants, lui a imposé des efforts constants d'adaptation, de soumission, sans rien lui donner en retour. L'absence de repères stables, d'affection, d'attention, a été le terreau d'une colère et d'une violence qui ont très tôt hanté ce gamin égaré et oublié de tous. Un terreau qu'a su cultiver Max, que Jefferson rencontre lorsqu'il a quatorze ans. L'homme, noir comme lui, le secourt lors d'une tentative de suicide. Gourou obscur et solitaire, Max devient son mentor, l'initie à l'Iboga -drogue censée le faire retourner dans ses vies antérieures et plonger dans ses racines- et l'entraîne dans une série de meurtres, qu'il justifie en les dotant d'une dimension ésotérique, et salvatrice pour leurs victimes. "Iboga" est le récit de la lutte de Jefferson avec lui-même pour tenter de déverrouiller les tiroirs dans lesquels sont enfermés ses souvenirs. Ses contradictions laissent deviner l’ampleur du déni, des omissions qui amputent ses confessions d'une part -et sans doute la part primordiale- de la vérité. Il indique ne pas nier les actes dont il s'est rendu coupable, mais admet ne pas vouloir s'y replonger. Il affirme n'éprouver aucun regret mais est poursuivi de cauchemars laissant soupçonner l'expression de sa propre horreur face à ses crimes. Ainsi, ni Jefferson ni le lecteur ne sauront jamais vraiment comment il est tombé dans cette sauvagerie, ne connaîtront le détail des mécanismes d'emprise et de dépendance qui l'y ont amené. J'ai trouvé dommage que l'auteur ne permette pas à son héros et narrateur de mieux entrevoir les origines et les manifestations de sa folie. A force de zones d'ombre, le récit finit par acquérir une dimension superficielle, et nous laisse à la surface d'une personnalité au potentiel pourtant passionnant.
    Lire la suite
    En lire moins
  • MARINENKA Posté le 5 Mars 2020
    Avec « Iboga » de Christian Blanchard, c’est l’histoire de Jefferson Petitbois qui va être exécuté et en attendant, il se trouve dans le « couloir de la mort », à Fresnes. Il est aussi dans l’attente d’une possible grâce présidentielle. Mais à sa charge, il est non seulement un jeune Black, et on ne compte plus ses nombreux meurtres. Pendant ce temps, des souvenirs remontent à la surface : ses ancêtres ; sa culture africaine ; le rite initiatique constituant à boire de l’Iboga dont on disait qu’il faisait passer à un autre niveau de vie, sur les conseils de son mentor, Max. Pour Jefferson, c’est vers le Mal qu’il a été entraîné, grâce (ou plutôt) à cause, de l’Iboga. Des meurtres qu’il est préférable de ne pas décrire, comme il vaut mieux ne pas décrire toute l’horreur que l’on découvre. Cet ouvrage est un huis-clos terrible avec ces prisonniers dont les pieds sont enchaînés. La question qui se pose est celle du respect humain : d’après l’auteur, tout être a droit à sa dignité. Mais ceux qui ont été les auteurs des pires crimes ? Et quelle sera la sentence pour Jefferson ? Un ouvrage plus que passionnant et la couverture est bien choisie : un homme Noir au milieu de flammes... Avec « Iboga » de Christian Blanchard, c’est l’histoire de Jefferson Petitbois qui va être exécuté et en attendant, il se trouve dans le « couloir de la mort », à Fresnes. Il est aussi dans l’attente d’une possible grâce présidentielle. Mais à sa charge, il est non seulement un jeune Black, et on ne compte plus ses nombreux meurtres. Pendant ce temps, des souvenirs remontent à la surface : ses ancêtres ; sa culture africaine ; le rite initiatique constituant à boire de l’Iboga dont on disait qu’il faisait passer à un autre niveau de vie, sur les conseils de son mentor, Max. Pour Jefferson, c’est vers le Mal qu’il a été entraîné, grâce (ou plutôt) à cause, de l’Iboga. Des meurtres qu’il est préférable de ne pas décrire, comme il vaut mieux ne pas décrire toute l’horreur que l’on découvre. Cet ouvrage est un huis-clos terrible avec ces prisonniers dont les pieds sont enchaînés. La question qui se pose est celle du respect humain : d’après l’auteur, tout être a droit à sa dignité. Mais ceux qui ont été les auteurs des pires crimes ? Et quelle sera la sentence pour Jefferson ? Un ouvrage plus que passionnant et la couverture est bien choisie : un homme Noir au milieu de flammes bien rouges. Un livre qui attire l’œil. Quant au contenu, on ressent un certain malaise pour ces prisonniers qui ne sont plus que des objets (ou des numéros). Sur la quatrième de couverture, on peut lire ces quelques lignes de Karine Giebel : « Une plongée saisissante dans l’âme humaine. Une vraie réussite. »
    Lire la suite
    En lire moins
  • Promenonsnousdansleslivres Posté le 23 Janvier 2020
    Que celui qui n'a pas entendu parler de ce livre, lève la main ! Quand les réseaux sociaux se sont retrouvés envahis par ce livre, je ne m'y suis pas intéressée et puis lors d'une occasion j'ai pu me le procurer alors j'ai décidé de découvrir l'histoire d'Iboga ou plutôt de Jefferson Petitbois, ce personnage condamné à mort Une plongée entraînante dans les méandres de la psychologie humaine dans ce qu'elle a de plus profond et sombre. On ne ressort pas indemne de ce récit, poussé dans ses retranchements Jefferson nous livre ses pensées les plus noires, pas de détails superflus, ou d'hémoglobine qui nous asperge mais plutôt de longs questionnements sur ce qui l'a poussé à enlever des vies à un si jeune âge. Un début dans la vie chaotique, un parcours atypique, une mauvaise rencontre, en bref une succession d’événements qui l'a entraînée dans une chute sans fin et presque mortelle. Lors de sa rencontre avec Max, Jefferson nous parle d'Iboga, pendant un long moment je me suis posée la question, tout en ayant une petite idée sur le sujet de ce que cela pouvait être. L'Iboga est une plante utilisée en médecine traditionnelle africaine, elle provoque des... Que celui qui n'a pas entendu parler de ce livre, lève la main ! Quand les réseaux sociaux se sont retrouvés envahis par ce livre, je ne m'y suis pas intéressée et puis lors d'une occasion j'ai pu me le procurer alors j'ai décidé de découvrir l'histoire d'Iboga ou plutôt de Jefferson Petitbois, ce personnage condamné à mort Une plongée entraînante dans les méandres de la psychologie humaine dans ce qu'elle a de plus profond et sombre. On ne ressort pas indemne de ce récit, poussé dans ses retranchements Jefferson nous livre ses pensées les plus noires, pas de détails superflus, ou d'hémoglobine qui nous asperge mais plutôt de longs questionnements sur ce qui l'a poussé à enlever des vies à un si jeune âge. Un début dans la vie chaotique, un parcours atypique, une mauvaise rencontre, en bref une succession d’événements qui l'a entraînée dans une chute sans fin et presque mortelle. Lors de sa rencontre avec Max, Jefferson nous parle d'Iboga, pendant un long moment je me suis posée la question, tout en ayant une petite idée sur le sujet de ce que cela pouvait être. L'Iboga est une plante utilisée en médecine traditionnelle africaine, elle provoque des hallucinations, chacun peut donc en tirer les conclusions qu'il veut sur son récit qui devient alors complexe à cerner, c'est ce que j'ai le plus aimé. Un livre passionnant, tellement triste mais beau. Quasiment lu d'une traite, j'ai tout de suite accroché au personnage principal tombé en enfer. L'auteur nous décrit l'enfer carcéral et la solitude comme jamais je ne les avais lus auparavant, la déchéance de l'être humain façonné par une vie malheureuse, c'est pesant, sombre mais très réussi !
    Lire la suite
    En lire moins
  • catcap Posté le 17 Janvier 2020
    Suivre le quotidien de Jeff, une vie d’enfermement subtilement relatée , le mot est juste , l’écriture fluide , nous mettons nos pas dans les siens ... pas une minute d’ennui dans ce huis clos fort particulier et réussi . À lire
Toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • News
    Belfond

    [Vidéo] "Le polar et le réel", rencontre avec Giebel, Dillard, Abel et Blanchard

    Jeudi 21 juin 2018, en direct sur Facebook, les éditions Belfond ont invité les auteurs de polar Karine Giebel, François-Xavier Dillard, Barbara Abel et Christian Blanchard à échanger autour de la thématique "Le polar et le réel : faits divers, faits de société", accompagnés par le journaliste Hubert Artus. Retrouvez la vidéo intégrale de la rencontre.

    Lire l'article
  • News
    Belfond

    Christian Blanchard se confie sur "Iboga", son thriller brûlant

    Dans Iboga, Christian Blanchard réussit un joli pari : mettre en place un suspense haletant alors que toute l'intrigue se déroule dans un seul et même lieu... une prison. Nouvelle voix du thriller made in France, l'auteur se confie sur la création de son livre et son parcours peu ordinaire.

    Lire l'article