Lisez! icon: Search engine
La Confusion des sentiments et autres récits
Nicole Casanova (traduit par), Irène Kuhn (traduit par), Olivier Mannoni (traduit par), Tatjana Marwinski (traduit par), Jörg Stickan (traduit par), Françoise Wuilmart (traduit par), Sacha Zilberfarb (traduit par)
Date de parution : 14/02/2013
Éditeurs :
Bouquins
En savoir plus
En savoir plus
En savoir plus
En savoir plus
En savoir plus
En savoir plus
En savoir plus
En savoir plus
En savoir plus

La Confusion des sentiments et autres récits

,

Nicole Casanova (traduit par), Irène Kuhn (traduit par), Olivier Mannoni (traduit par), Tatjana Marwinski (traduit par), Jörg Stickan (traduit par), Françoise Wuilmart (traduit par), Sacha Zilberfarb (traduit par)
Date de parution : 14/02/2013

Ce volume rassemble l’essentiel des nouvelles et récits qui ont fait la valeur et la célébrité de Stefan Zweig (1881-1942). L’écrivain excellait dans ces formes brèves, où son style et...

Ce volume rassemble l’essentiel des nouvelles et récits qui ont fait la valeur et la célébrité de Stefan Zweig (1881-1942). L’écrivain excellait dans ces formes brèves, où son style et son analyse de l’âme humaine n’ont cessé de s’affirmer.
Soixante-dix ans après sa disparition, il demeure l’un des auteurs les plus...

Ce volume rassemble l’essentiel des nouvelles et récits qui ont fait la valeur et la célébrité de Stefan Zweig (1881-1942). L’écrivain excellait dans ces formes brèves, où son style et son analyse de l’âme humaine n’ont cessé de s’affirmer.
Soixante-dix ans après sa disparition, il demeure l’un des auteurs les plus lus dans le monde, et notamment en France. Mais les traductions de Zweig, qui datent pour certaines d’un demi-siècle, ont souffert de l’épreuve du temps, rendant nécessaire de retraduire ses textes intégralement, dans un souci à la fois de modernisation et de fi délité à la version originale. Cette édition a aussi pour particularité de présenter les récits de Zweig dans l’ordre chronologique, ce qui permet de mieux saisir l’évolution de son écriture et des thèmes qu’il explore.
Certaines de ces oeuvres, devenues introuvables ou restées inédites en français, tels Rêves oubliés, Une jeunesse gâchée ou Deux solitudes, révèlent des aspects méconnus de son imaginaire. On trouvera également ici ses titres les plus célèbres, d’Amok et de La Confusion des sentiments à Vingt-quatre heures de la vie d’une femme, autant d’évocations fascinantes et toujours actuelles de destinées confrontées au vertige de la passion amoureuse, à son pouvoir démoniaque, à ses ambiguïtés et ses abîmes.
« D’emblée, observe Pierre Deshusses, Zweig se met du côté des victimes, qui requièrent sa sympathie et la compassion du lecteur. » Telle est sans doute la raison profonde de l’engouement qu’il suscite plus que jamais auprès d’innombrables lecteurs qui se reconnaissent si justement dans ses personnages.

 

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221116623
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 1312
Format : 132 x 198 mm
Bouquins
En savoir plus
En savoir plus
En savoir plus
En savoir plus
En savoir plus
En savoir plus
En savoir plus
En savoir plus
En savoir plus
EAN : 9782221116623
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 1312
Format : 132 x 198 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • vcbreuer 24/05/2024
    L'histoire est magnifiquement bien écrit et je n'ai pas pu me détacher du texte même à 1 heure du matin! C'est une histoire tellement touchante sur la rencontre d'une dame anglaise avec un jeune joueur d'un casino. L'auteur a décrit en plusieurs pages le mouvement des mains d'un joueur de roulette et j'ai été passionnée par son interprétation et de tous les sentiments ressenti du jeu. J'ai été émue pour la dame et malheureuse comme elle dans ses malheurs. Très beau texte et très touchant.
  • lenystic03 19/05/2024
    Belle lecture, mais un peu déçues car malgré la force de cette histoire d'amour d'un jour, je n'ai pas été touchée. Il n'en demeure pas moins que la plume de Zweig est d'une rare intensité, et que ce récit ferait un excellent court-métrage................................................................................
  • Fleurdesiles97120 18/05/2024
    J'ai découvert Stefan Zweig avec le joueur d'échecs, et déjà j'étais tombée amoureuse de son écriture, de cette façon si particulière qu'il avait de nous embarquer dans sa narration. Et encore une fois, j'ai adoré ma lecture Dans ce court texte, Stefan Zweig nous montre comment, je cite, "vingt-quatre heures pouvaient changer complètement la vie d'une femme". En l'occurence, celle de Mrs C., vieille aristocrate, veuve, qui se confie au narrateur sur sa plus grosse honte. Pendant des années, elle avait enfouit ce sombre secret au plus profond de son être, ces vingt quatre heures qui ont définitivement changé sa vie. Une superbe lecture qui m'a touchée, remplie d'émotions et de tendresse.
  • rosulien 24/04/2024
    Souvent, après une lecture médiocre ou insipide , je ressens le besoin de retrouver un grand auteur à travers un récit court ou une nouvelle:Tolstoi, Steinbeck,Maupassant ou Dostoyevsky, par exemple Je suis rarement déçu et requinqué pour de nouvelles aventures littéraires de haut vol . Le plus difficile est de faire le tri et de trouver les pépites parmi les centaines de publications aguicheuses grâce à un marketing bien huilé Donc Zweig , la Malaisie et un médecin énigmatique au milieu de la nuit Sur le pont du bateau, il raconte son histoire Ce livre avait deux atouts : il s’agit d’un médecin comme moi et il vient des Tropiques , moi aussi On sait depuis Levi Strauss à quel point ces contrées lointaines peuvent être tristes Ce n’est pas Stefan Zweig qui nous convaincra du contraire Sa description du spleen tropical sonne juste .Dans ces pays décrits comme paradisiaques, le dépression ou la folie peut vite arriver à celui qui ne sait pas donner un sens à son existence. Je parle d’expérience Ce médecin isolé voit débarquer une femme belle et hautaine qui exige d’ être prise en charge immédiatement Je n’en dirai pas plus sinon que le tragique va vite arriver D’une histoire qui peut paraître banale, Zweig ,comme toujours, fait un conte universel et inoubliable,comme dans Le joueur d’échecs J ‘ai mis dans les citations une page qui m’a beaucoup marqué Cette vision du médecin face à la Mort m’a troublé car j’ai vécu, hélas, la même situation récemment Zweig montre une grande subtilité dans sa description. Il déconstruit l’image classique du médecin .Après tout c’est son métier et il est habitué à assister des mourants , pensent les braves gens Facile de se retrancher derrière la science surtout quand on est jeune et rempli de certitudes puis derrière la compassion bienveillante qui vient au fil des années Pourtant , cela ne suffit pas Quand vous êtes confrontés à cette situation avec un être aimé, vos certitudes disparaissent dans le quotidien de la souffrance avec une terrible acuité, car vous ne pouvez pas vous cacher derrière l’espoir Vous savez Stefan Zweig a compris et son texte est fort et subtil à la fois Ce passage du livre suffit pour moi à en faire un chef d’œuvre Avis très subjectif .Souvent, après une lecture médiocre ou insipide , je ressens le besoin de retrouver un grand auteur à travers un récit court ou une nouvelle:Tolstoi, Steinbeck,Maupassant ou Dostoyevsky, par exemple Je suis rarement déçu et requinqué pour de nouvelles aventures littéraires de haut vol . Le plus difficile est de faire le tri et de trouver les pépites parmi les centaines de publications aguicheuses grâce à un marketing bien huilé Donc Zweig , la Malaisie et un médecin énigmatique au milieu de la nuit Sur le pont du bateau, il raconte son histoire Ce livre avait deux atouts : il s’agit d’un médecin comme moi et il vient des Tropiques , moi aussi On sait depuis Levi Strauss à quel point ces contrées lointaines peuvent être tristes Ce n’est pas Stefan Zweig qui nous convaincra du contraire Sa description du spleen tropical sonne juste .Dans ces pays décrits comme paradisiaques, le dépression ou la folie peut vite arriver à celui qui ne sait pas donner un sens à son existence. Je parle d’expérience Ce médecin isolé voit débarquer une femme belle et hautaine qui exige d’ être prise en charge immédiatement Je...
    Lire la suite
    En lire moins
  • la_cath_a_strophes 19/04/2024
    Bonjour, aujourd’hui nous allons voyager sur l’Océania, pour aller de Calcutta jusqu’en Europe. Un homme arrive de justesse à avoir une cabine pour faire la traversée, bien qu’elle soit exiguë, il est ravi de l’avoir obtenue. Alors qu’il recherche le calme de la nuit, il rencontre un homme près du pont, qui semble avoir un peu bu ; celui-ci lui raconte son histoire. C’est un médecin qui aimait trop une femme et a volé pour elle, sa carrière étant brisée, il a trouvé une opportunité et s’engage dans les colonies ; non pas par passion, mais pour se faire oublier et toucher la prime qui est versée aux volontaires. Malheureusement, il a du mal à s’acclimater et s’ennuie de l’Europe et les années s’écoulent dans un mortel ennui quand soudain une femme blanche lui rend visite. Il lui refuse un service et cela aura de lourdes conséquences qu’il se reprochera toute sa vie. Et l’amok ? C’est une sorte d’ivresse, une folie meurtrière… Bref, une nouvelle de Zweig à ne pas manquer, qui bouleverse et laisse un goût amer… À lire près du pont d’un bateau, près d’un port ou dans la salle d’attente d’un médecin, en dégustant des sablés avec une tasse de thé noir… Bonne lecture ! Amok est suivi par deux courtes nouvelles : Lettre d’une inconnue : Une jeune fille de treize ans va tomber follement amoureuse de son voisin ; lui ne s’en apercevra pas ou peu. Cette jeune fille va grandir et garder cet amour tapi au fond de son cœur… À suivre… La ruelle au clair de lune : Un homme déambule dans les rues près du port et se heurte à un inconnu qui scrutait l’intérieur d’une maison dans une ruelle sombre. Il s’approche et rentre dans la maison qui n’est rien d’autre qu’une maison close. Il s’avère que l’homme qu’il a bousculé et qui regardait dépité l’intérieur, n’est nul autre que le mari d’une des prostituées... À suivre… Et voilà, trois nouvelles pour le prix d’une. C’est du Zweig, donc c’est très bien écrit, mais c’est émouvant et très triste. Sortez vos mouchoirs, et bonne lecture ! Bonjour, aujourd’hui nous allons voyager sur l’Océania, pour aller de Calcutta jusqu’en Europe. Un homme arrive de justesse à avoir une cabine pour faire la traversée, bien qu’elle soit exiguë, il est ravi de l’avoir obtenue. Alors qu’il recherche le calme de la nuit, il rencontre un homme près du pont, qui semble avoir un peu bu ; celui-ci lui raconte son histoire. C’est un médecin qui aimait trop une femme et a volé pour elle, sa carrière étant brisée, il a trouvé une opportunité et s’engage dans les colonies ; non pas par passion, mais pour se faire oublier et toucher la prime qui est versée aux volontaires. Malheureusement, il a du mal à s’acclimater et s’ennuie de l’Europe et les années s’écoulent dans un mortel ennui quand soudain une femme blanche lui rend visite. Il lui refuse un service et cela aura de lourdes conséquences qu’il se reprochera toute sa vie. Et l’amok ? C’est une sorte d’ivresse, une folie meurtrière… Bref, une nouvelle de Zweig à ne pas manquer, qui bouleverse et laisse un goût amer… À lire près du pont d’un bateau, près d’un port ou dans la salle d’attente d’un médecin, en dégustant des sablés avec une tasse de thé noir…...
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la newsletter Bouquins
Bouquins s'adresse à tous ceux qui ont la passion de lire et de découvrir, aussi bien à l'étudiant qu'au professeur ou à l'amateur de curiosités, bref à la foule des lectrices et des lecteurs qui croient encore qu'un bon livre reste l'un des plus merveilleux compagnons de vie.