Lisez! icon: Search engine
Bouquins
EAN : 9782221116623
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 1312
Format : 132 x 198 mm

La Confusion des sentiments et autres récits

,

Nicole Casanova (traduit par), Irène Kuhn (traduit par), Olivier Mannoni (traduit par), Tatjana Marwinski (traduit par), Jörg Stickan (traduit par), Françoise Wuilmart (traduit par), Sacha Zilberfarb (traduit par)
Date de parution : 14/02/2013

Ce volume rassemble l’essentiel des nouvelles et récits qui ont fait la valeur et la célébrité de Stefan Zweig (1881-1942). L’écrivain excellait dans ces formes brèves, où son style et son analyse de l’âme humaine n’ont cessé de s’affirmer.
Soixante-dix ans après sa disparition, il demeure l’un des auteurs les plus...

Ce volume rassemble l’essentiel des nouvelles et récits qui ont fait la valeur et la célébrité de Stefan Zweig (1881-1942). L’écrivain excellait dans ces formes brèves, où son style et son analyse de l’âme humaine n’ont cessé de s’affirmer.
Soixante-dix ans après sa disparition, il demeure l’un des auteurs les plus lus dans le monde, et notamment en France. Mais les traductions de Zweig, qui datent pour certaines d’un demi-siècle, ont souffert de l’épreuve du temps, rendant nécessaire de retraduire ses textes intégralement, dans un souci à la fois de modernisation et de fi délité à la version originale. Cette édition a aussi pour particularité de présenter les récits de Zweig dans l’ordre chronologique, ce qui permet de mieux saisir l’évolution de son écriture et des thèmes qu’il explore.
Certaines de ces oeuvres, devenues introuvables ou restées inédites en français, tels Rêves oubliés, Une jeunesse gâchée ou Deux solitudes, révèlent des aspects méconnus de son imaginaire. On trouvera également ici ses titres les plus célèbres, d’Amok et de La Confusion des sentiments à Vingt-quatre heures de la vie d’une femme, autant d’évocations fascinantes et toujours actuelles de destinées confrontées au vertige de la passion amoureuse, à son pouvoir démoniaque, à ses ambiguïtés et ses abîmes.
« D’emblée, observe Pierre Deshusses, Zweig se met du côté des victimes, qui requièrent sa sympathie et la compassion du lecteur. » Telle est sans doute la raison profonde de l’engouement qu’il suscite plus que jamais auprès d’innombrables lecteurs qui se reconnaissent si justement dans ses personnages.

 

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221116623
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 1312
Format : 132 x 198 mm
Bouquins
En savoir plus
En savoir plus
En savoir plus
En savoir plus
En savoir plus
En savoir plus
En savoir plus
En savoir plus
En savoir plus

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Blackradis Posté le 9 Janvier 2022
    Nous sommes en 1904 dans une pension de famille près de Monte-Carlo. Sept personnes y villégiature dont le narrateur. Un jour arrive un beau français à moustache, aussi charmant que plein aux as. Et le lendemain stupeur, une brave mère de famille a pris la tangente avec le bellâtre. Tout le monde condamne cet acte fou de laisser mari et enfants. Tous sauf le narrateur qui comprend qu’une passion puisse faire perdre la raison. Cette magnanimité attire la sympathie d’une vieille anglaise distinguée… Zweig aime bien faire évoluer ses romans dans des microsociétés comme sur un bateau par exemple. Ici donc lune pension de famille. Zweig est un fin psychologue et ses romans de la fine dentelle…
  • DavidG75 Posté le 7 Janvier 2022
    Il est des écrivains dont le regard nous offre une fenêtre ouverte sur le monde avec une précision diabolique… ⠀ 𝗦𝘁𝗲𝗳𝗮𝗻 𝗭𝘄𝗲𝗶𝗴 est de ceux-là. ⠀ Redoutable observateur du vivant, il perçoit les émotions avec une finesse sans égale et tout son génie réside dans sa capacité à retranscrire les sentiments humains les plus secrets avec justesse et profondeur, propulsant ainsi son lecteur en immersion totale dans son récit, tel un observateur invisible capable de capter au plus près, et avec une sensibilité démultipliée, tout le bouillonnement interne des âmes tourmentées qui l’entourent. ⠀ Avec 𝗟𝗮 𝗣𝗲𝘂𝗿, Zweig explore diverses facettes de ces émotions humaines, à travers six nouvelles où se succèdent la peur, le doute, le remord, la jalousie, la haine, la frustration mais aussi l’innocence, l’espoir, la passion, la tendresse… ⠀ La première nouvelle, qui a donné au livre son titre, entraîne le lecteur dans les tourments internes d’une femme adultère. ⠀ Bien que cette nouvelle éponyme, la plus longue du recueil, soit mise en avant par la place initiale qu’elle occupe, c’est au-delà de la page centrale que se cache probablement à mes yeux le plus beau texte de Zweig qu’il m’a été donné de lire à ce jour : ⠀ 𝗟𝗮 𝗳𝗲𝗺𝗺𝗲 𝗲𝘁 𝗹𝗲 𝗽𝗮𝘆𝘀𝗮𝗴𝗲 est... Il est des écrivains dont le regard nous offre une fenêtre ouverte sur le monde avec une précision diabolique… ⠀ 𝗦𝘁𝗲𝗳𝗮𝗻 𝗭𝘄𝗲𝗶𝗴 est de ceux-là. ⠀ Redoutable observateur du vivant, il perçoit les émotions avec une finesse sans égale et tout son génie réside dans sa capacité à retranscrire les sentiments humains les plus secrets avec justesse et profondeur, propulsant ainsi son lecteur en immersion totale dans son récit, tel un observateur invisible capable de capter au plus près, et avec une sensibilité démultipliée, tout le bouillonnement interne des âmes tourmentées qui l’entourent. ⠀ Avec 𝗟𝗮 𝗣𝗲𝘂𝗿, Zweig explore diverses facettes de ces émotions humaines, à travers six nouvelles où se succèdent la peur, le doute, le remord, la jalousie, la haine, la frustration mais aussi l’innocence, l’espoir, la passion, la tendresse… ⠀ La première nouvelle, qui a donné au livre son titre, entraîne le lecteur dans les tourments internes d’une femme adultère. ⠀ Bien que cette nouvelle éponyme, la plus longue du recueil, soit mise en avant par la place initiale qu’elle occupe, c’est au-delà de la page centrale que se cache probablement à mes yeux le plus beau texte de Zweig qu’il m’a été donné de lire à ce jour : ⠀ 𝗟𝗮 𝗳𝗲𝗺𝗺𝗲 𝗲𝘁 𝗹𝗲 𝗽𝗮𝘆𝘀𝗮𝗴𝗲 est une pépite concentrée en un peu plus de trente pages, « l’union dangereuse de la soif et de l’ivresse » comme l’écrit Zweig, un mélange de moiteur et de lourdeur, la fusion parfaite des quatre éléments : terre, air, eau et feu, à presque faire pâlir de froid le soleil des Scorta, la pluie et la passion amoureuse en prime ! Ce récit mériterait les cinq étoiles à lui seul. Je vous en livre quelques extraits ci-dessous, pour le plaisir de lire. ⠀ Encore du très bon Zweig ! ⠀ #9642;️#9642;️#9642;️ « Tel un rideau de théâtre, le ciel s’abaissait graduellement. Déjà l’espace entier était tendu de noir, l’air chaud et comprimé se condensait, puis il y eu un dernier moment d’arrêt pendant lequel tout se raidit dans une attente muette et lugubre. Tout paraissait étranglé par ce poids noir qui pesait sur l’abîme, les oiseaux ne pépiaient plus, les arbres avaient perdu leur frémissement et les petites herbes même n’osaient plus trembler. Le ciel semblait enserrer dans un cercueil de métal le monde brûlant où tout s’était figé dans l’attente du premier éclair. » ⠀ ⠀ « Je pus ainsi observer l’inconnue à mon aise et je vis sa poitrine se soulever, comme si elle allait manquer de respiration, sa gorge délicate palpiter dans l’échancrure de son corsage ; puis ses lèvres altérées frémirent et s’entr’ouvrirent pour répéter : « Si seulement il pouvait pleuvoir ! » Ce soupir m’apparut de nouveau comme celui de toute la terre angoissée. L’air pétrifié de la jeune fille, son regard étrange tenaient du rêve et du somnambulisme. Et à la voir ainsi, blanche dans sa robe claire, se détachant sur le ciel noir, elle représentait vraiment pour moi la soif, l’espoir de toute la nature languissante. » ⠀ ⠀ « Et tandis que mon regard fiévreux plongeait dans la vallée, qui peu à peu se remplissait de lumières, je sentais chacune d’elles flamber en moi, les étoiles même brûlaient mon sang. Cette fièvre démesurée me consumait au-dedans comme au-dehors, et, comme sous l’effet d’un douloureux sortilège, il me semblait que tout ce qui m’environnait pénétrait en moi pour y grandir et y brûler. Dans un magique éveil des sens, je sentais la colère de chaque feuille, le regard sombre du chien qui, la queue tombante, se glissait près des portes, et tout, tout me faisait mal. » « Le ciel était tout à fait vide à présent, mais il n’était pas pur. Un voile verdâtre couvrait les étoiles, et la lune montante brillait de l’éclat sinistre d’un œil de chat. Là-haut tout était blafard, ironique et menaçant, tandis qu’en bas, bien en-dessous de cette sphère incertaine, la nuit au souffle tourmenté et voluptueux d’une femme déçue tombait, sombre, phosphorescente, comme une mer tropicale. Une dernière clarté, vive et moqueuse, brillait au firmament, en bas l’obscurité s’étendait, lourde et inquiétante : une hostilité silencieuse séparait les deux régions, une lutte sourde et dangereuse se déroulait entre le ciel et la terre. Je respirai profondément, mon trouble ne fit que grandir. Je plongeai ma main dans l’herbe. Sèche comme du bois, elle crépita entre mes doigts. » ⠀ « Il y avait en elle une indolence et une lassitude qui me rappelaient étrangement mon propre état. Quelque chose en moi souhaitait son contact : être frôlé au passage par sa robe blanche ou respirer le parfum de ses cheveux. A ce moment-là, ses yeux se dirigèrent de mon côté. Son regard fixe et noir me pénétra, s’incrusta en moi si profondément que lui seul exista, que le visage en fut éclipsé et que je ne vis plus que cette obscurité triste, dans laquelle je me précipitai comme dans un abîme. Elle fit un pas en avant, mais ses yeux ne me lâchèrent pas, ils restaient enfoncés comme une lance noire, dont la pointe à présent touchait mon cœur, qui s’arrêta. Une seconde ou deux elle maintint ainsi son regard cloué sur moi ; je ne respirais plus, je me sentais emporté, sans volonté, par le noir aimant de cette pupille. Puis elle s’éloigna. Mon sang instantanément jaillit, comme d’une plaie, activant sa course agitée à travers mon corps. Quoi, que m’était-il arrivé ? Il me semblait sortir des bras de la mort. Était-ce la fièvre qui m’avait troublé à ce point que je m’étais perdu dans le regard fugitif d’une passante ? Mais j’avais cru y lire cette même frénésie silencieuse, cette langueur désespérée, cette soif avide et insensée, qui m’apparaissait partout, dans le regard de la lune rouge, dans les lèvres altérées de la terre, dans le cri tourmenté des bêtes, la même qui s’agitait et brûlait en moi. Oh ! comme tout s’enchevêtrait dans cette étouffante et fantastique nuit, où tout s’était dissous en un sentiment unique d’attente et d’impatience. » ⠀ « La nuit s’étendait à l’infini devant la maison éclairée. La vallée semblait engloutie, et le ciel brillait d’un éclat mouillé et voilé. Là non plus aucun changement, aucune fraîcheur, mais partout se retrouvait cette union dangereuse de la soif et de l’ivresse, que j’éprouvais dans mon propre sang. Quelque chose de malsain, d’humide, comme la sudation d’un fiévreux, traînait sur la campagne qui exhalait une vapeur laiteuse ; des lueurs lointaines apparaissaient et disparaissaient brusquement dans la lourde atmosphère, un anneau jaune encerclait la lune et rendait son regard mauvais. »
    Lire la suite
    En lire moins
  • Mallysbooks Posté le 5 Janvier 2022
    Le premier récit féministe de l’époque#8201;? De prime abord, la passion puritaine contée par Stefan Zweig peut aujourd’hui nous paraître désuète. Qui s’offusquerait de nos jours d’un crush d’une cougar sur un vingtenaire désargenté, mais au physique parfait#8201;? Reculons plus d’un siècle en arrière, qu’elle femme aurait osé, ne serait-ce qu’effleurer la main d’un homme autre que le sien#8201;? On pourra peut-être reprocher à Vingt-quatre heures de la vie d’une femme d’avoir mal vieilli sur la forme, pourtant fond, la description des sentiments fiévreux qui anime cette jeune veuve reste tout à fait à propos. Et c’est bien cela, la magie Zweig : la précision des mots et des détails qui dévoile toute la sensibilité des êtres humains. La rencontre entre cette femme rêveuse et ce joueur accro révèle un questionnement psychologique profond sur les questions d’intégrité, de dignité, mais aussi de naïveté. Sans jamais opérer de jugement, l’auteur tire les fils de l’amour et de la fatalité, qui s’opposent et s’entremêlent. Il souligne à quel point un épisode, parfois banal, peut marquer tout une vie. On notera l’originalité de la narration du point de vue masculin, sur une histoire de vie féminine. Zweig serait-il le premier homme à... Le premier récit féministe de l’époque#8201;? De prime abord, la passion puritaine contée par Stefan Zweig peut aujourd’hui nous paraître désuète. Qui s’offusquerait de nos jours d’un crush d’une cougar sur un vingtenaire désargenté, mais au physique parfait#8201;? Reculons plus d’un siècle en arrière, qu’elle femme aurait osé, ne serait-ce qu’effleurer la main d’un homme autre que le sien#8201;? On pourra peut-être reprocher à Vingt-quatre heures de la vie d’une femme d’avoir mal vieilli sur la forme, pourtant fond, la description des sentiments fiévreux qui anime cette jeune veuve reste tout à fait à propos. Et c’est bien cela, la magie Zweig : la précision des mots et des détails qui dévoile toute la sensibilité des êtres humains. La rencontre entre cette femme rêveuse et ce joueur accro révèle un questionnement psychologique profond sur les questions d’intégrité, de dignité, mais aussi de naïveté. Sans jamais opérer de jugement, l’auteur tire les fils de l’amour et de la fatalité, qui s’opposent et s’entremêlent. Il souligne à quel point un épisode, parfois banal, peut marquer tout une vie. On notera l’originalité de la narration du point de vue masculin, sur une histoire de vie féminine. Zweig serait-il le premier homme à avoir réellement essayé de comprendre les femmes#8201;? Pour résumer… Dans Vingt-quatre heures de la vie d’une femme, Stefan Zweig se plonge au cœur une passion foudroyante, aussi incorrecte qu’éphémère. Avec une grande simplicité, un fait d’état des lieux des mœurs, des faits et gestes librement commentés par la société. On aurait aimé des émotions plus incandescentes, mais en 1925, date de sortie du livre, la morale est encore omniprésente. Cette nouvelle reste un incontournable, un livre très féministe pour l'époque. Ma note… 14/20
    Lire la suite
    En lire moins
  • Niacal Posté le 28 Décembre 2021
    La bien-pensance... on y est tous confronté et on aimerait pouvoir dire ce que réellement on pense de telle ou telle situation, mais on est contraint de le garder pour nous. Quel dommage de constater que cette femme, qui raconte sa très brève aventure, ait vécu pendant des décennies sans jamais avoir pu en parler avec qui que ce soit, ne serait-ce que pour ouvrir son coeur. L'hypocrisie...qu'est-ce que c'est agréable de voir le narrateur exprimer sa non désapprobation de l'attitude de cette femme qui part avec un homme sur un coup de tête. Le seul à oser le faire. Ce qui lui vaudra d'être mis au ban du petit groupe de résidents. Ce qui lui vaudra d'être le confident et l'unique personne à savoir ce qui s'est passé pendant 24 heures dans la vie d'une femme.
  • vendee Posté le 15 Décembre 2021
    quel immense plaisir de lire ou relire les classiques !!! et avec Stefan Zweig le plaisir est décuplé. le coeur a des raisons que la raison ne connait pas écrivait Pascal et "vingt quatre heures de la vie d'une femme" en est la plus jolie preuve on est embarqué dans ce tourbillon de passion et en 127 pages Zweig nous transporte , nous enflamme le coeur . quel talent!! extraordinaire
Inscrivez-vous à la newsletter de Bouquins
Bouquins s'adresse à tous ceux qui ont la passion de lire et de découvrir, aussi bien à l'étudiant qu'au professeur ou à l'amateur de curiosités, bref à la foule des lectrices et des lecteurs qui croient encore qu'un bon livre reste l'un des plus merveilleux compagnons de vie.