Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782221116623
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 1312
Format : 132 x 198 mm
La Confusion des sentiments et autres récits
Nicole Casanova (traduit par), Irène Kuhn (traduit par), Olivier Mannoni (traduit par), Tatjana Marwinski (traduit par), Jörg Stickan (traduit par), Françoise Wuilmart (traduit par), Sacha Zilberfarb (traduit par)
Date de parution : 14/02/2013
Éditeurs :
Bouquins
En savoir plus
En savoir plus
En savoir plus
En savoir plus
En savoir plus
En savoir plus
En savoir plus
En savoir plus
En savoir plus

La Confusion des sentiments et autres récits

,

Nicole Casanova (traduit par), Irène Kuhn (traduit par), Olivier Mannoni (traduit par), Tatjana Marwinski (traduit par), Jörg Stickan (traduit par), Françoise Wuilmart (traduit par), Sacha Zilberfarb (traduit par)
Date de parution : 14/02/2013

Ce volume rassemble l’essentiel des nouvelles et récits qui ont fait la valeur et la célébrité de Stefan Zweig (1881-1942). L’écrivain excellait dans ces formes brèves, où son style et...

Ce volume rassemble l’essentiel des nouvelles et récits qui ont fait la valeur et la célébrité de Stefan Zweig (1881-1942). L’écrivain excellait dans ces formes brèves, où son style et son analyse de l’âme humaine n’ont cessé de s’affirmer.
Soixante-dix ans après sa disparition, il demeure l’un des auteurs les plus...

Ce volume rassemble l’essentiel des nouvelles et récits qui ont fait la valeur et la célébrité de Stefan Zweig (1881-1942). L’écrivain excellait dans ces formes brèves, où son style et son analyse de l’âme humaine n’ont cessé de s’affirmer.
Soixante-dix ans après sa disparition, il demeure l’un des auteurs les plus lus dans le monde, et notamment en France. Mais les traductions de Zweig, qui datent pour certaines d’un demi-siècle, ont souffert de l’épreuve du temps, rendant nécessaire de retraduire ses textes intégralement, dans un souci à la fois de modernisation et de fi délité à la version originale. Cette édition a aussi pour particularité de présenter les récits de Zweig dans l’ordre chronologique, ce qui permet de mieux saisir l’évolution de son écriture et des thèmes qu’il explore.
Certaines de ces oeuvres, devenues introuvables ou restées inédites en français, tels Rêves oubliés, Une jeunesse gâchée ou Deux solitudes, révèlent des aspects méconnus de son imaginaire. On trouvera également ici ses titres les plus célèbres, d’Amok et de La Confusion des sentiments à Vingt-quatre heures de la vie d’une femme, autant d’évocations fascinantes et toujours actuelles de destinées confrontées au vertige de la passion amoureuse, à son pouvoir démoniaque, à ses ambiguïtés et ses abîmes.
« D’emblée, observe Pierre Deshusses, Zweig se met du côté des victimes, qui requièrent sa sympathie et la compassion du lecteur. » Telle est sans doute la raison profonde de l’engouement qu’il suscite plus que jamais auprès d’innombrables lecteurs qui se reconnaissent si justement dans ses personnages.

 

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221116623
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 1312
Format : 132 x 198 mm
Bouquins
En savoir plus
En savoir plus
En savoir plus
En savoir plus
En savoir plus
En savoir plus
En savoir plus
En savoir plus
En savoir plus

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • valentyne7 Posté le 8 Avril 2022
    Stefan Zweig, surnommé " le chasseur d'âmes ", a une fois de plus su attirer mon admiration pour son excellence à dépeindre les sentiments ou les ressentis de l'être humain, en l'occurrence : la PEUR. Je ne dévoilerais pas l'histoire de cette nouvelle ( à vous lecteurs d'en faire la découverte ), mais je veux juste transcrire mon ressenti et combien l'auteur a su " décortiquer ", analyser et décrire les dégâts collatéraux qu'engendre la peur. C'est l'appréhension, la crainte folle et l'angoisse de braver l'interdit. On sent chez l'héroïne, la frénésie de se mettre en défaut, la curiosité de l'aventure dangereuse, l'excitation de se mettre en danger. Le sentiment de peur et de se trouver acculée au pied du mur lui a fait prendre conscience des valeurs de la vie, de ses richesses......tout lui était normal avant, et sans saveur. Mais quand il n'y a plus d'échappatoire et que la peur ronge de plus en plus sans pouvoir trouver de solution salvatrice, tout peut conduire à la catastrophe...( je ne dévoilerais pas la fin ).
  • Cricri08 Posté le 3 Avril 2022
    Nouvelle lue il y a longtemps que je redécouvre avec plaisir : un mini scandale dans l'hôtel de Monte Carlo ramène des souvenirs à cette vieille dame anglaise qui éprouve (enfin) le besoin de partager ce qu'elle a elle-même vécu il y a bien longtemps ... Lorsque la passion prend le contrôle de votre vie et guide vos décisions, lorsque la raison n'a plus voix au chapitre ... Un récit captivant avec une plume légère et poétique. J'ai particulièrement apprécié la description des mains de notre joueur compulsif ... un très beau moment de lecture!
  • galyalain Posté le 29 Mars 2022
    Sacré Stefan ! tu m’as encore bluffé par ta connaissance de l’âme humaine, et ta façon de la décrire… Autre chose que j’aime chez toi : les descriptions, qui ne sont jamais gratuites. Relisez la description de Monte-Carlo après l’orage ! Zweig était un grand de la littérature ; profitons-en !
  • FabriceHatteville Posté le 20 Mars 2022
    Au début du 20e siècle, la vie paisible d'une pension bourgeoise sur la Côte d'Azur est soudainement bouleversée par un scandale: une femme et mère de famille qui résidait là s'est enfuie avec un jeune homme rencontré quelques heures plus tôt seulement. Parmi les résidents, seul un autre jeune homme, le narrateur, prend sa défense et explique comprendre ce qu'a pu ressentir cette femme. Une résidente anglaise de la haute société, âgée et veuve, se décide alors à lui confier comment elle-même, 20 ans plus tôt, a failli voir sa vie basculer de la même façon en l'espace de vingt-quatre heure. Le don de Stefan Zweig à faire ressortir la puissance des événements et des sentiments dans des récits très courts s'exprime à nouveau pleinement ici. On vit intensément de l'intérieur l'expérience de cette femme au cours des vingt-quatre heures fatidiques, avec une forme de suspens savamment entretenu, tant l'héroïne est écartelée entre les devoirs supposément dus à son rang et l'élan irrésistible qui l'emmène vers un désespéré de condition bien moindre. Comme toutes les œuvres de Stefan Zweig, c'est très facile à lire et un excellent point d'entrée dans la littérature classique.
  • marihln61 Posté le 15 Mars 2022
    Ce court roman au titre évocateur nous plonge dans un univers quelque peu désuet de prime abord. La suite nous entraîne dans une réflexion sur la liberté d'une épouse, la liberté de la femme en général très inattendue. L'analyse de cet ouvrage de 180 courtes pages pourrait, de mon point de vue, contenir aussi beaucoup, tant elle nous renvoie à une question encore d'actualité. L'addiction au jeu est terriblement bien décrite. La langue, traduite de l'allemand, est très belle et agréable à lire.
Inscrivez-vous à la newsletter Bouquins
Bouquins s'adresse à tous ceux qui ont la passion de lire et de découvrir, aussi bien à l'étudiant qu'au professeur ou à l'amateur de curiosités, bref à la foule des lectrices et des lecteurs qui croient encore qu'un bon livre reste l'un des plus merveilleux compagnons de vie.