Lisez! icon: Search engine
Héloïse d'Ormesson
EAN : 9782350873664
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 157
Format : 140 x 205 mm

La Course à l'oubli

Date de parution : 12/05/2016
Le sacrifié de l’Olympe
 
Amsterdam, 1928. À la surprise générale, Ahmed Boughera El Ouafi remporte le marathon qui clôt les JO. Ce français d'origine algérienne, débarqué en 1918 d'Alger, est alors ouvrier chez Renault à Billancourt. Totalement inconnu du public, il s'était déjà classé 7ème aux Jeux de Paris en 1924. Face aux perspectives... Amsterdam, 1928. À la surprise générale, Ahmed Boughera El Ouafi remporte le marathon qui clôt les JO. Ce français d'origine algérienne, débarqué en 1918 d'Alger, est alors ouvrier chez Renault à Billancourt. Totalement inconnu du public, il s'était déjà classé 7ème aux Jeux de Paris en 1924. Face aux perspectives d'une vie meilleure, il accepte la proposition d'un américain lui promettant la fortune. Il finira embauché par le cirque Barnum & Bailey pour courir chaque soir contre un ours ! Avec la crise de 29, Ahmed rentre en France. Mais ayant été rémunéré pour ses prestations sportives aux États-Unis, il est interdit de compétition par le Comité Français sous prétexte d’être passé professionnel. Le rêve prend fin, l’espoir avec. Il enchaîne alors les déboires et s'abîme dans la cigarette, la boisson et le désœuvrement. Il faudra attendre la victoire d’Alain Mimoun aux JO de Melbourne en 1956 pour qu'Ahmed entrevoie enfin une porte de sortie, laquelle se refermera bien vite...
 
Après Les Frères Rattaire et La Pomme d'Alan Turing, Philippe Langenieux-Villard poursuit son entreprise de réhabilitation des oubliés de l’histoire. Il s'empare avec justesse de ces destins tragiques injustement contrariés.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782350873664
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 157
Format : 140 x 205 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • JLDragon Posté le 19 Juin 2016
    Philippe Langenieux-Villard fait plus qu’écrire une biographie sur Ahmed Boughera El Ouafi, il lui rend véritablement hommage en retraçant un parcours semé d’embûches. La vie du médaillé d’or aux J.O d’Amsterdam dans la discipline qu’est le marathon vaut vraiment la peine d’être contée. Grâce à Langenieux-Villard, El Ouafi ne fait plus parti des oubliés. Le récit de l’auteur est sobre, sans exagération et donc tout en simplicité. D’un point de vue totalement neutre, il n’en demeure pas moins bouleversant. Pas de longueurs dans le texte. C’est court, mais juste. Le livre nous permet aussi de voyager au travers une époque révolue. Cela peut paraitre bizarre, mais ça dépayse en quelque sorte. Découvrir une époque où les J-O n’étaient pas synonyme d’argent gaspillé à tout va fait aussi du bien. L’amour du sport, le vrai. Le dépassement de soi basé sur de vraies valeurs… Au premier abord, ce roman n’a pas beaucoup d’atouts en sa faveur et pourtant… Et pourtant, j’ai vraiment été attendri par ce destin incroyable avec ses très-hauts et ses très-bas. Un très beau moment de lecture donc, un peu triste, mais surtout très touchant.
  • kikibaba Posté le 8 Juin 2016
    Comme dans La pomme d'Alan Turing, Philippe Langenieux-Villard choisit son héros parmi ceux que l'histoire a oublié. Après le génie britannique qui a sauvé l'Europe avant d'être condamnée pour homosexualité, il s'intéresse ici à Ahmed Boughera El Ouafi, athlète français né en Algérie. Celui-ci est arrivé en métropole en 1918 pour une guerre qui s'est arrêtée avant qu'il ne soit envoyé au front. Resté en France pour travailler et nourrir sa famille restée en Algérie, il consacre son temps libre à sa seule passion, la course à pied. Doué pour les courses de fonds, il est vite repéré dans le club d'athlétisme de l'usine Renault où il travaille. Son entraîneur lui propose des compétitions qu'il gagne les unes après les autres. En 1928, il s'aligne pour le marathon des Jeux Olympiques d'Amsterdam alors qu'il est complètement inconnu et décroche la plus belle des médailles. Mais l'époque n'est pas encore à la glorification des héros sportifs et le champion revient en France pour replonger dans son anonymat. Le héros du roman fait partie de ces oubliés, de ceux dont l'histoire ne retient pas le nom. Il faut des livres comme celui-ci pour faire découvrir cette histoire presque un siècle plus tard.... Comme dans La pomme d'Alan Turing, Philippe Langenieux-Villard choisit son héros parmi ceux que l'histoire a oublié. Après le génie britannique qui a sauvé l'Europe avant d'être condamnée pour homosexualité, il s'intéresse ici à Ahmed Boughera El Ouafi, athlète français né en Algérie. Celui-ci est arrivé en métropole en 1918 pour une guerre qui s'est arrêtée avant qu'il ne soit envoyé au front. Resté en France pour travailler et nourrir sa famille restée en Algérie, il consacre son temps libre à sa seule passion, la course à pied. Doué pour les courses de fonds, il est vite repéré dans le club d'athlétisme de l'usine Renault où il travaille. Son entraîneur lui propose des compétitions qu'il gagne les unes après les autres. En 1928, il s'aligne pour le marathon des Jeux Olympiques d'Amsterdam alors qu'il est complètement inconnu et décroche la plus belle des médailles. Mais l'époque n'est pas encore à la glorification des héros sportifs et le champion revient en France pour replonger dans son anonymat. Le héros du roman fait partie de ces oubliés, de ceux dont l'histoire ne retient pas le nom. Il faut des livres comme celui-ci pour faire découvrir cette histoire presque un siècle plus tard. L'écriture de Philippe Langenieux-Villard a du mal à se lancer dans la fiction au début, mais très vite on part avec lui sur les traces de cet homme humble et digne jusqu'au bout, mort presque dans l'indigence. Un grand merci à Babelio et à Masse critique pour m'avoir permis de découvrir cette histoire.
    Lire la suite
    En lire moins
  • ConfidencesLitteraires Posté le 4 Juin 2016
    La Course à l’oubli, c’est l’histoire d’un destin à la fois beau et triste, comme il en existe tant. Quand Ahmed El Ouafi part servir la France à la toute fin de la Première Guerre Mondiale, il ne se doute pas qu’il ne reverra jamais l’Algérie, ni que son goût pour la course à pieds le mènera à participer à deux Jeux Olympiques, avec une médaille d’or en 1928 aux JO d’Amsterdam ! Le livre comporte à peine 150 pages. C’est court, mais finalement parfait pour éviter les longueurs et retracer la vie d’Ahmed en toute simplicité. J’aime beaucoup découvrir ce genre de destin. Dans ce qu’ils sont à la fois ordinaires et splendides, ils nous montrent que chaque vie vaut la peine de raconter. Ahmed n’était pas destiné à être un grand sportif, il n’a pas vraiment bénéficié d’aide, avec la dose de chance et de malchance que l’on reçoit tous. Ahmed a fait ce qu’il a pu avec ses moyens, pour finir à participer et gagner les JO. D’ailleurs, pour ne rien gâcher, j’aime beaucoup l’esprit des JO, cette compétitivité teintée d’un certain patriotisme qui m’émeut très souvent. Cette année, je serai donc particulièrement attentive au marathon : selon l’auteur, trois... La Course à l’oubli, c’est l’histoire d’un destin à la fois beau et triste, comme il en existe tant. Quand Ahmed El Ouafi part servir la France à la toute fin de la Première Guerre Mondiale, il ne se doute pas qu’il ne reverra jamais l’Algérie, ni que son goût pour la course à pieds le mènera à participer à deux Jeux Olympiques, avec une médaille d’or en 1928 aux JO d’Amsterdam ! Le livre comporte à peine 150 pages. C’est court, mais finalement parfait pour éviter les longueurs et retracer la vie d’Ahmed en toute simplicité. J’aime beaucoup découvrir ce genre de destin. Dans ce qu’ils sont à la fois ordinaires et splendides, ils nous montrent que chaque vie vaut la peine de raconter. Ahmed n’était pas destiné à être un grand sportif, il n’a pas vraiment bénéficié d’aide, avec la dose de chance et de malchance que l’on reçoit tous. Ahmed a fait ce qu’il a pu avec ses moyens, pour finir à participer et gagner les JO. D’ailleurs, pour ne rien gâcher, j’aime beaucoup l’esprit des JO, cette compétitivité teintée d’un certain patriotisme qui m’émeut très souvent. Cette année, je serai donc particulièrement attentive au marathon : selon l’auteur, trois français sont prometteurs, que je ne connaissais pas tous de nom. Philippe Langenieux-Villard s’est apparemment donné pour mission de faire revivre certains oubliés de l’Histoire ; c’est une entreprise louable qui permet d’apprendre beaucoup de choses que je n’oublierai pas :)
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.