RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            La Mer qui prend l'homme

            Belfond
            EAN : 9782714480675
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 320
            Format : 140 x 225 mm
            La Mer qui prend l'homme

            Date de parution : 18/10/2018
            Entre la guerre d’Afghanistan et l’atlantique nord, un page-turner qui vous plonge dans la tempête des âmes et une mer rouge sang.
            Au large des côtes du Finistère, un chalutier à la dérive est localisé. Lors de l’opération de sauvetage, une femme est retrouvée dans une remise, prostrée, terrorisée et amnésique. Le reste de l’équipage a disparu.
            Parmi eux se trouvaient trois anciens militaires français. Xavier Kerlic, Franck Lecostumer et Paul Brive avaient...
            Au large des côtes du Finistère, un chalutier à la dérive est localisé. Lors de l’opération de sauvetage, une femme est retrouvée dans une remise, prostrée, terrorisée et amnésique. Le reste de l’équipage a disparu.
            Parmi eux se trouvaient trois anciens militaires français. Xavier Kerlic, Franck Lecostumer et Paul Brive avaient embarqué sur le Doux Frimaire à Concarneau, encadrés par le lieutenant Emily Garcia, des services sociaux de la Défense. Celle-ci devait expérimenter avec eux une méthode de lutte contre le stress post-traumatique en les insérant dans un groupe d’hommes soudés par de rudes conditions de travail – les marins du Doux Frimaire.
            « Je ne le sens pas, ce coup. Qu’est-ce qu’on vient faire dans cette galère ? » avait lancé Franck en montant à bord, avant que le chalutier ne lève l’ancre en direction de la mer d’Irlande et ne disparaisse des radars…
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782714480675
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 320
            Format : 140 x 225 mm
            Belfond
            19.90 €
            Acheter

            Ils en parlent

            Le lieutenant Emily Garcia qui travaille à l'hôpital des armées met en place un programme de soins afin d'essayer de guérir des ex-militaires du syndrome de stress post-traumatique. Elle va emmener Xavier Kerlic (sergent du génie), Paul Brive (aumônier) et Franck Lecostumer (lieutenant). Tous les trois ont oeuvré en Afghanistan. Le but: les mettre dans des situations extrêmes afin qu'ils connaissent une peur plus grande que celles qu'ils ont connu. Ils vont montés à bord du Doux Frimaire, un chalutier et vont partir en mer afin d'aider l'équipage.

            Mais tout ne va pas se passer comme prévu... Que s'est-il réellement passé en Afghanistan? Que va-t-il se passer sur le chalutier?

            Le livre s'ouvre sur un chalutier à la dérive. Aucun signe de vie n'est donné à bord. Où est l'équipage? Beaucoup de sang et une femme recroquevillée... Fin de l'histoire?

            C'est parti pour un voyage en mer à bord d'un chalutier en partance de Concarneau pour les côtes d'Irlande. J'ai en premier lieu trouvé ce livre très intéressant, on y découvre un travail harassant, un milieu assez masochiste. On entre dans une histoire sur le stress post-traumatique. Des soldats qui s'en sont sortis physiquement mais que la guerre n'a pas épargné psychologiquement. Le côté psychologique est d'ailleurs parfaitement retranscrit par l'auteur. C'est une histoire vraiment bien ficelée et j'ai été surprise par la tournure des événements dont deux twist que j'ai adoré car je ne les ai pas vus venir. La mer se déchaîne, ça tangue, préparez-vous à avoir le mal de mer! Bref, c'est un thriller bien ficelé qui vous surprendra tant par les lieux, l'histoire et les révélations.
            Au chapitre canalblog

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • coquinnette1974 Posté le 4 Mars 2019
              Tiens, je me rends compte que j'ai oublié de chroniquer un roman qui m'a été envoyé par les éditions Belfond et que j'ai terminé il y a un petit moment : La mer qui prend l'homme de Christian Blanchard. Au large des côtes du Finistère, un chalutier à la dérive est localisé. Lors de l'opération de sauvetage, une femme est retrouvée dans une remise, prostrée, terrorisée et amnésique. Le reste de l'équipage a disparu. Parmi eux se trouvaient trois anciens militaires français, atteints de stress post-traumatique... Que s'est t'il donc passé sur le Doux Frimaire ??? La mer qui prend l'homme de Christian Blanchard est un excellent roman, qui m'a captivé de la première à la dernière page. Ce roman est présenté comme un page-turner et je confirme : une fois commencé, impossible de le lâcher. J'ai beaucoup aimé l'ambiance, la rencontre entre deux mondes très différents : les marins pêcheurs et les anciens militaires atteints de stress post-traumatique. Je ne connaissais pas Christian Blanchard mais je trouve son écriture percutante, il fait mouche et à su me captiver alors que j'étais un peu dubitative au départ, pas certaine d'être intéressée plus que ça par ce roman. Il me tentait mais je craignais un... Tiens, je me rends compte que j'ai oublié de chroniquer un roman qui m'a été envoyé par les éditions Belfond et que j'ai terminé il y a un petit moment : La mer qui prend l'homme de Christian Blanchard. Au large des côtes du Finistère, un chalutier à la dérive est localisé. Lors de l'opération de sauvetage, une femme est retrouvée dans une remise, prostrée, terrorisée et amnésique. Le reste de l'équipage a disparu. Parmi eux se trouvaient trois anciens militaires français, atteints de stress post-traumatique... Que s'est t'il donc passé sur le Doux Frimaire ??? La mer qui prend l'homme de Christian Blanchard est un excellent roman, qui m'a captivé de la première à la dernière page. Ce roman est présenté comme un page-turner et je confirme : une fois commencé, impossible de le lâcher. J'ai beaucoup aimé l'ambiance, la rencontre entre deux mondes très différents : les marins pêcheurs et les anciens militaires atteints de stress post-traumatique. Je ne connaissais pas Christian Blanchard mais je trouve son écriture percutante, il fait mouche et à su me captiver alors que j'étais un peu dubitative au départ, pas certaine d'être intéressée plus que ça par ce roman. Il me tentait mais je craignais un peu de ne pas accrocher. Je me suis totalement trompée et je suis ravie de ma lecture car nous avons ici un excellent roman, qui mérite bien cinq étoiles :)
              Lire la suite
              En lire moins
            • prettyrosemary Posté le 3 Février 2019
              Deux pages et demies de prologue et BAM, Christian Blanchard pose l’ambiance avec ce chalutier fantôme perdu en pleine mer. L’unique témoin de ce qui ressemble à un vrai massacre sans cadavres est en état de choc et ne se souvient de rien. Heureusement, l’auteur s’apprête à dérouler lentement le fil des événements passés sous nos yeux à présent qu’il nous a bien harponnés. Les trois protagonistes de ce roman ont tous fait l’Afghanistan et en sont revenus amochés, physiquement parfois, psychologiquement sans aucun doute. Xavier Kerlic est hanté par des cauchemars et animé d’une violence incontrolable. En rupture totale avec sa famille et désormais sans domicile, il partage son temps entre les rues de Brest et les cellules du commissariat. Franck Lecostumer, ancien tireur d’élite, ne se remet pas d’un épisode particulièrement douloureux face à un enfant soldat. Paul Brive, lui, mène une vie tranquille en Normandie. Ce prêtre atypique au look de métaleux apportait déjà du réconfort à ses camarades sur le terrain, c’est pourquoi le lieutenant Emily Garcia lui demande d’accompagner ses ex-camarades dans une expérience tout à fait inédite. On va donc osciller entre un huis-clos saisissant, quatre personnes dont la moitié est potentiellement instable embarquent sur un... Deux pages et demies de prologue et BAM, Christian Blanchard pose l’ambiance avec ce chalutier fantôme perdu en pleine mer. L’unique témoin de ce qui ressemble à un vrai massacre sans cadavres est en état de choc et ne se souvient de rien. Heureusement, l’auteur s’apprête à dérouler lentement le fil des événements passés sous nos yeux à présent qu’il nous a bien harponnés. Les trois protagonistes de ce roman ont tous fait l’Afghanistan et en sont revenus amochés, physiquement parfois, psychologiquement sans aucun doute. Xavier Kerlic est hanté par des cauchemars et animé d’une violence incontrolable. En rupture totale avec sa famille et désormais sans domicile, il partage son temps entre les rues de Brest et les cellules du commissariat. Franck Lecostumer, ancien tireur d’élite, ne se remet pas d’un épisode particulièrement douloureux face à un enfant soldat. Paul Brive, lui, mène une vie tranquille en Normandie. Ce prêtre atypique au look de métaleux apportait déjà du réconfort à ses camarades sur le terrain, c’est pourquoi le lieutenant Emily Garcia lui demande d’accompagner ses ex-camarades dans une expérience tout à fait inédite. On va donc osciller entre un huis-clos saisissant, quatre personnes dont la moitié est potentiellement instable embarquent sur un chalutier pour participer à des pêches de l’extrême en mer d’Irlande, et des souvenirs traumatiques de l’Afghanistan ou le pourquoi du comment nos ex militaires n’ont pas géré le retour au bercail. Et entre ces deux arcs pourrait bien se glisser une autre enquête… Point de vue ambiance, je dis oui, mille fois oui. Le bateau qui craque, les bruits assourdissants, les tempêtes en pleine mer, les creux de plusieurs mètres, la gerbe H24, les quelques heures de sommeil glanées par-ci par-là, la méfiance des vieux loups de mer face à ce drôle d’équipage surprise… On y est et on souffre. Et la construction du récit (ce prologue qui annonce d’emblée une conclusion peu réjouissante) fonctionne vraiment bien. Pendant toute ma lecture, j’ai échafaudé plusieurs hypothèses, sachant bien que les plus évidentes ne seraient pas les bonnes mais incapable de deviner ce que nous préparait Christian Blanchard. Très immersif, très musclé aussi, ce roman aurait pu m’emporter à 100%. Malheureusement, je n’ai pas toujours été séduite par l’écriture. L’auteur est adepte des phrases lapidaires, parfois sans déterminants, et si elles siéent à merveille aux souvenirs fragmentés et particulièrement violents de la guerre, le reste du temps, je ne suis pas fan… Affaire de goût. Il n’empêche que je vous conseille vivement ces heures d’aventure et de thriller, ne serait-ce que pour ce huis-clos des mers cauchemardesque.
              Lire la suite
              En lire moins
            • FLaureVerneuil Posté le 30 Janvier 2019
              Pas très loin des côtes du Finistère, un chalutier, qui semble dériver, est localisé. On retrouve à son bord une jeune femme terrorisée. Une drôle d'ambiance sur le chalutier. En tournant les pages, l'auteur nous apporte quelques éclaircissements, des indices mais ce sont les dernières pages qui nous libéreront. Que de questions pour le lecteur ! J'ai passé un bon moment mais je ne suis pas enthousiaste. Le récit, l'intrigue m'ont happée mais il me manque un petit quelque chose pour être emballée. Cela vient peut-être de la construction du livre, de l'écriture, du huis clos oppressant, de la fin "abracadabrante". Je n'arrive pas à le définir. Roman noir.
            • LettresItBe Posté le 22 Décembre 2018
              C’est le deuxième ouvrage de Christian Blanchard publié du côté de chez Belfond : après Iboga, l’auteur originaire de Dieppe revient avec La mer qui prend l’homme. Chez Lettres it be, on a embarqué dans ce voyage au large du Finistère, où les vagues se sont faites de plus en plus fortes… et noires. # La bande-annonce Au large des côtes du Finistère, un chalutier à la dérive est localisé. Lors de l’opération de sauvetage, une femme est retrouvée dans une remise, prostrée, terrorisée et amnésique. Le reste de l’équipage a disparu. Parmi eux se trouvaient trois anciens militaires français. Xavier Kerlic, Franck Lecostumer et Paul Brive avaient embarqué sur le Doux Frimaire à Concarneau, encadrés par le lieutenant Emily Garcia, des services sociaux de la Défense. Celle-ci devait expérimenter avec eux une méthode de lutte contre le stress post-traumatique en les insérant dans un groupe d’hommes soudés par de rudes conditions de travail – les marins du Doux Frimaire. « Je ne le sens pas, ce coup. Qu’est-ce qu’on vient faire dans cette galère ? » avait lancé Franck en montant à bord, avant que le chalutier ne lève l’ancre en direction de la mer d’Irlande et ne disparaisse des radars… # L’avis de... C’est le deuxième ouvrage de Christian Blanchard publié du côté de chez Belfond : après Iboga, l’auteur originaire de Dieppe revient avec La mer qui prend l’homme. Chez Lettres it be, on a embarqué dans ce voyage au large du Finistère, où les vagues se sont faites de plus en plus fortes… et noires. # La bande-annonce Au large des côtes du Finistère, un chalutier à la dérive est localisé. Lors de l’opération de sauvetage, une femme est retrouvée dans une remise, prostrée, terrorisée et amnésique. Le reste de l’équipage a disparu. Parmi eux se trouvaient trois anciens militaires français. Xavier Kerlic, Franck Lecostumer et Paul Brive avaient embarqué sur le Doux Frimaire à Concarneau, encadrés par le lieutenant Emily Garcia, des services sociaux de la Défense. Celle-ci devait expérimenter avec eux une méthode de lutte contre le stress post-traumatique en les insérant dans un groupe d’hommes soudés par de rudes conditions de travail – les marins du Doux Frimaire. « Je ne le sens pas, ce coup. Qu’est-ce qu’on vient faire dans cette galère ? » avait lancé Franck en montant à bord, avant que le chalutier ne lève l’ancre en direction de la mer d’Irlande et ne disparaisse des radars… # L’avis de Lettres it be « J’ai un thème obsédant : l’enfermement, sous toutes ses formes. Une chambre d’hôpital est pour moi un lieu oppressant… » Comme nous le disait Christian Blanchard dans son interview pour Lettres it be au moment de la sortie de son précédent roman, l’enfermement est sa petite marotte. Avec La mer qui prend l’homme, l’auteur ne déroge pas à la règle et nous invite cette fois au côté de trois militaires français revenus du front afghan. Des personnages qui n’auront bientôt pour seul autre cadre qu’un bateau lancé en pleine eau dans le cadre d’une expérience un peu particulière, autour du stress post-traumatique… Quelle belle confirmation ! Après Iboga paru en 2017 et que nous avions déjà beaucoup apprécié pour ce mélange équilibré de thématiques et cette écriture idéalement mesurée et haletante (découvrez la chronique en cliquant ici), Christian Blanchard remet le couvert dans La mer qui prend l’homme. Difficile de ne pas se laisser embarquer dans cette histoire où la complexité est rondement menée et les réflexions nombreuses et fortes. Toute la dichotomie facile souvent rencontrée dans le roman noir entre « gentils versus méchants » est ici balayée d’un revers de la plume. Blanchard s’attèle plutôt à nous servir une immersion presque parfaite sur ce chalutier rouillé, à poser avec précision les psychologies de ces différents personnages, finalement peu nombreux. Les traumatismes de ces militaires revenus du feu rampant sont exposés, dans la bonne mesure. L’intrigue s’appuie sur tous ces différents éléments pour exploser en fin de texte. Difficile de ne pas se laisser séduire par un thriller marin qui nous jette très vite en pleine Mer d’Irlande pour nous récupérer quelques morts plus tard… Retrouvez la chronique en intégralité sur le site de Lettres it be
              Lire la suite
              En lire moins
            • Sylvie71 Posté le 16 Décembre 2018
              Un thriller noir et violent L'histoire commence par la découverte du chalutier « le Doux Frimaire » dérivant le long des côtes bretonnes avec une seule survivante. Il y a beaucoup de sang, tous les instruments de navigation dont détruits. Que s'est-il passé ? On a apprend qu'avec les membres de l'équipage, il y avait des soldats atteints de Stress Post Traumatiques. Il y a une alternance de chapitres entre les moments sur le chalutier et 6 ans en arrière pendant la guerre en Afghanistan. L'originalité de ce thriller se situe dans le thème abordé : soldat atteint SPT se retrouvant sur un chalutier. Il n'est pas facile de vous parler de ce roman sans dévoiler l'intrigue. Tout le long du roman l'auteur manipule le lecteur jusqu'au dénouement final, qui m'a bluffée. Le style d'écriture est concis. Il y a du rythme dans les chapitres. L'auteur nous entraîne dans un huis-clos avec des descriptions sur le métier de marins pêcheurs, le traumatisme des soldats et des portraits psychologiques. Parfois j'ai eu du mal à bien identifier les différents protagonistes. Un agréable moment de lecture
            Toute l'actualité des éditions Belfond
            Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.

            Lisez maintenant, tout de suite !

            • Par Belfond

              25 livres à offrir pour Noël

              Ça y est, Noël approche… Des cadeaux à offrir, des idées à avoir, bref, le début de la catastrophe ! Alors pour vous faciliter la vie, on vous a concocté une liste de cadeaux aux petits oignons, histoire de voyager en littérature…

              Lire l'article