RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            La Serpe - Prix Femina 2017

            Julliard
            EAN : 9782260029397
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 648
            Format : 140 x 225 mm
            La Serpe - Prix Femina 2017

            Date de parution : 17/08/2017

            Un matin d’octobre 1941, dans un château sinistre au fin fond du Périgord, Henri Girard appelle au secours : dans la nuit, son père, sa tante et la bonne ont été massacrés à coups de serpe. Il est le seul survivant. Toutes les portes étaient fermées, aucune effraction n’est constatée....

            Un matin d’octobre 1941, dans un château sinistre au fin fond du Périgord, Henri Girard appelle au secours : dans la nuit, son père, sa tante et la bonne ont été massacrés à coups de serpe. Il est le seul survivant. Toutes les portes étaient fermées, aucune effraction n’est constatée. Dépensier, arrogant, violent, le jeune homme est l’unique héritier des victimes. Deux jours plus tôt, il a emprunté l’arme du crime aux voisins. Pourtant, au terme d’un procès retentissant (et trouble par certains aspects), il est acquitté et l’enquête abandonnée. Alors que l’opinion publique reste convaincue de sa culpabilité, Henri s’exile au Venezuela. Il rentre en France en 1950 avec le manuscrit du Salaire de la peur, écrit sous le pseudonyme de Georges Arnaud.
            Jamais le mystère du triple assassinat du château d’Escoire ne sera élucidé, laissant planer autour d’Henri Girard, jusqu’à la fin de sa vie (qui fut complexe, bouillonnante, exemplaire à bien des égards), un halo noir et sulfureux. Jamais, jusqu’à ce qu’un écrivain têtu et minutieux s’en mêle…
            Un fait divers aussi diabolique, un personnage aussi ambigu qu’Henri Girard ne pouvaient laisser Philippe Jaenada indifférent. Enfilant le costume de l’inspecteur amateur (complètement loufoque, mais plus sagace qu’il n’y paraît), il s’est plongé dans les archives, a reconstitué l’enquête et déniché les indices les plus ténus pour nous livrer ce récit haletant dont l’issue pourrait bien résoudre une énigme vieille de soixante-quinze ans.

            Prix Femina 2017

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782260029397
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 648
            Format : 140 x 225 mm
            Julliard
            23.00 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « L’auteur réinvente le genre du roman de procès, et lui applique sa patte unique, faite d’une drôlerie tendre et sombre... une superbe évocation de l'amour paternel et de l'amour filial. » 
            Raphaëlle Leyris / Le Monde des Livres
            « D'un triple assassinat jamais élucidé jusque-là, Philippe Jaenada fait un livre grandiose… Les détours personnels, empruntés par l'auteur (champion du monde de la digression) pour restaurer la dignité d'un fils, donnent tour à tour envie de pleurer de joie et d'émotion. Laissez-vous emporter par la houle sentimentale qui sublime ce pavé saignant. »
            Olivia de Lamberterie / Elle
            « Et peu à peu, l’enquête devient quête, requiem pour des vies fracassées, des chiens perdus sans collier. Et plus que jamais, toujours sur le motif de ses obsessions, Jaenada s’affirme comme l’un de nos plus précieux écrivains. » 
            Olivier Mony / Livres Hebdo

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Sevlipp Posté le 13 Janvier 2019
              Un pavé de 634 pages avec de très longs chapitres, très peu de dialogues et des phrases très denses, et pourtant c'est formidable. Il semble qu'Henri Girard ait tué sa tante, son père et la bonne à coup de serpe. Pourquoi Philippe Jaenada s'intéresse à lui ; il n'est même pas sympathique. Certes, il a été acquitté mais c'est sûr, en tout cas tout le village le pense, c'est lui le coupable. L’enquête très fouillée de Jaenada va montrer un autre aspect du bonhomme et de l’enquête. Comme d'habitude, l’auteur digresse souvent parlant de son épouse, son fils, ses copains ; cela peut surprendre et on peut ne pas aimer mais moi cela me fait bien rire. J'adore son style (je conseille La petite femelle du même auteur) un peu barré. Vous l’aurez compris, j'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce roman.
            • Myrtille88 Posté le 3 Janvier 2019
              On est loin de La serpe d'or. Celle-ci a servi à assassiner, massacrer trois personnes et ce crime sordide n'a jamais été résolu. Alors Philippe Jaenada s'y colle et réalise un travail titanesque d'étude du dossier, de recoupements, de déductions... Petit à petit, lentement mais sûrement, il nous guide vers sa conviction profonde. Il lui faut pas moins de 630 pages pour réussir à nous convaincre et bien malin qui pourrait le contredire. Sa connaissance des faits, des lieux, des acteurs de ce drame et sa logique implacable rendent ses conclusions plus que crédibles. Et ce qui ne gâche rien, la manière de raconter son enquête, drôle et cousue d'autodérision permet au lecteur de respirer car son argumentaire est un véritable écheveau à démêler, il faut donc s'accrocher parfois. Mais je m'incline devant cette possible résolution de ce marathon judiciaire et lance un défi à l'auteur : réaliser un travail identique sur l'affaire Grégory... Bon courage !
            • lila11 Posté le 23 Décembre 2018
              C'est une lecture à la fois enrichissante et divertissante : enrichissante parce que l'enquête est reprise dans les moindres détails, l'auteur examine avec soin tous les documents de l'époque pour en tirer sa propre conclusion; et divertissante car le ton est décallé, tout est bon pour faire un trait d'humour Un très bon livre, pas réservé uniquement aux amateurs de polars
            • pirouettecacahuete Posté le 18 Décembre 2018
              Voilà, je termine juste ce roman, après avoir côtoyé la vie d'Henri Girard et celle de Philippe Jaenada, par ses nombreuses et parfois longues digressions. Même s'il est paru l'année dernière, je ne me suis intéressée à La serpe uniquement car j'ai lu une nouvelle de l'auteur dans l'édition 2018 du livre au profit des Restos du cœur, 13 à table, dans laquelle il écrit sur la personne de Marguerite Steinheil, nouvelle forte instructive soi dit en passant (ne serais-je pas moi même en train de faire une petite digression, que voulez-vous, le talent doit déteindre :)) Revenons à La Serpe. Un beau bébé de 600 pages, qui se lit comme une véritable enquête policière, l'auteur réussit à nous embarquer dans cette histoire vieille de presque 80 ans et à maintenir notre intérêt tout au long de son récit. Après avoir refermé ce roman, et avec le recul (de quelques minutes seulement mais qui suffisent), mon avis général est plutôt enthousiaste, j'ai découvert cette affaire qui est passionnante et le travail de l'auteur de recherche, de recoupements, d'hypothèses et de doutes quant la réelle volonté du corps judiciaire pour trouver la vérité. Cependant, je reconnais que comme d'autres lecteurs, à un moment,... Voilà, je termine juste ce roman, après avoir côtoyé la vie d'Henri Girard et celle de Philippe Jaenada, par ses nombreuses et parfois longues digressions. Même s'il est paru l'année dernière, je ne me suis intéressée à La serpe uniquement car j'ai lu une nouvelle de l'auteur dans l'édition 2018 du livre au profit des Restos du cœur, 13 à table, dans laquelle il écrit sur la personne de Marguerite Steinheil, nouvelle forte instructive soi dit en passant (ne serais-je pas moi même en train de faire une petite digression, que voulez-vous, le talent doit déteindre :)) Revenons à La Serpe. Un beau bébé de 600 pages, qui se lit comme une véritable enquête policière, l'auteur réussit à nous embarquer dans cette histoire vieille de presque 80 ans et à maintenir notre intérêt tout au long de son récit. Après avoir refermé ce roman, et avec le recul (de quelques minutes seulement mais qui suffisent), mon avis général est plutôt enthousiaste, j'ai découvert cette affaire qui est passionnante et le travail de l'auteur de recherche, de recoupements, d'hypothèses et de doutes quant la réelle volonté du corps judiciaire pour trouver la vérité. Cependant, je reconnais que comme d'autres lecteurs, à un moment, j'ai failli abandonner, parce que les digressions, c'est sympa, mais ça fait pas avancer le schmilblick! Mais je pense que cela tient aussi à la construction du roman, Philippe Jaenada nous expose la personnalité d'Henri Girard, ses jeunes années, ses multiples vies après le drame, pour arriver ensuite à la nuit des meurtres. C'est entre ces deux parties que mon intérêt s'est émoussé (jeu de mot avec la serpe), je me suis demandée quand l'auteur allait précisément aborder l'enquête. Mais je suis heureuse d'avoir découvert un auteur et une plume qui m'ont malgré tout bien fait rire.
              Lire la suite
              En lire moins
            • La31 Posté le 14 Décembre 2018
              L'histoire d'Escoire revue et corrigée. L'auteur avec talent raconte l'histoire officielle (le triple meurtre sordide commis en 1941 dans ce château du Périgord) pour finalement nous instiller le doute et nous détailler une autre version sur fond de haine séculaire entre les domestiques et métayers et le Monsieur, comme on disait en Périgord.

            les contenus multimédias

            ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE JULLIARD
            Les éditions Julliard sont spécialisées dans la littérature française contemporaine. Julliard ne cesse de découvrir de nouveaux talents et d'enrichir son catalogue avec des textes d'auteurs à la personnalité toujours singulière, et au style inimitable. Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.