Lisez! icon: Search engine
Héloïse d'Ormesson
EAN : 9782350877112
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 256
Format : 140 x 205 mm

L'année du chien

Date de parution : 12/03/2020
Amour perdu de Bruges à Gand
L'amitié entre Paul et Ava relève de l'évidence. Lui est encore remué par son divorce ; elle vient de quitter son petit-ami pour la énième fois. Entre confessions, fous rires et séances de cinéma, ils se réparent. Mais, sous l'apparente complicité, à quoi jouent-ils ? Faut-il croire à la sincérité... L'amitié entre Paul et Ava relève de l'évidence. Lui est encore remué par son divorce ; elle vient de quitter son petit-ami pour la énième fois. Entre confessions, fous rires et séances de cinéma, ils se réparent. Mais, sous l'apparente complicité, à quoi jouent-ils ? Faut-il croire à la sincérité de leurs sentiments ?

Avec humour et pudeur, Stefan Brijs sonde deux coeurs en équilibre sur le fil de crête de l'amour.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782350877112
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 256
Format : 140 x 205 mm

Ils en parlent

Un roman d'une grande finesse, truffé de références littéraires, de questionnements intimes qui feront écho à chaque lecteur.
Librairie Page 36
La difficulté des rapports homme-femme illustrée avec verve et finesse.
Alexandre / Librairie Port Maria

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • unbrindesyboulette Posté le 27 Mai 2020
    Ce roman est un roman d’amitié. Une amitié entre un homme et une femme. Une amitié entre deux personnes un peu perdues et qui cherchent à se reconstruire. C’est la rencontre de deux personnes ayant les mêmes passions, la même envie de découvrir des choses, le besoin de partager. Paul et Ava sont amis. Ils sont célibataires et tentent de retrouver une vie amoureuse. Ce roman raconte aussi le chemin que chacun doit faire après une séparation amoureuse, la confiance en soi qui doit être reconquise. « L’Année du chien » est l’histoire sur un an de Paul, de son après divorce, de son amitié avec Ava, de son célibat, de ses nouvelles rencontres, de son désir. Paul se raconte, se livre. Sa rencontre avec Ava est une bouffée d’air pour lui et lui permet même de croire à une belle histoire. Les deux vont s’écouter, s’épauler, s’aider, se comprendre. Ils font beaucoup ensemble. Est-ce qu’une amitié? Pour Paul, il semblerait que non mais voilà, il préfère se taire et laisser Ava vivre autre chose. C’est toujours délicat l’amitié entre un homme et une femme. Le désir peut s’immiscer dans cette relation. Et se remettre d’une rupture est une épreuve, il... Ce roman est un roman d’amitié. Une amitié entre un homme et une femme. Une amitié entre deux personnes un peu perdues et qui cherchent à se reconstruire. C’est la rencontre de deux personnes ayant les mêmes passions, la même envie de découvrir des choses, le besoin de partager. Paul et Ava sont amis. Ils sont célibataires et tentent de retrouver une vie amoureuse. Ce roman raconte aussi le chemin que chacun doit faire après une séparation amoureuse, la confiance en soi qui doit être reconquise. « L’Année du chien » est l’histoire sur un an de Paul, de son après divorce, de son amitié avec Ava, de son célibat, de ses nouvelles rencontres, de son désir. Paul se raconte, se livre. Sa rencontre avec Ava est une bouffée d’air pour lui et lui permet même de croire à une belle histoire. Les deux vont s’écouter, s’épauler, s’aider, se comprendre. Ils font beaucoup ensemble. Est-ce qu’une amitié? Pour Paul, il semblerait que non mais voilà, il préfère se taire et laisser Ava vivre autre chose. C’est toujours délicat l’amitié entre un homme et une femme. Le désir peut s’immiscer dans cette relation. Et se remettre d’une rupture est une épreuve, il faut savoir faire le deuil de cette histoire, le deuil de l’autre et ne pas comparer. Il faut avancer en faisant abstraction du passé. Il faut savoir se reconstruire, se poser les bonnes questions sur ce que l’on veut en fait. Il faut s’approprier son célibat qui peut devenir un allié. Il faut apprendre des erreurs qui seront commises par la suite lors de rencontres. Que ce soit Paul ou Ava, chacun va tenter de se reconstruire et ensemble. Ils vont devenir un pilier l’un pour l’autre. L’auteur, Stefan Brijs, sait raconter une histoire d’amitié. Il sait donner les codes pour une histoire réussie. Il sait prendre par les mots sont lecteur. Ce roman est finement bien orchestré par son auteur!
    Lire la suite
    En lire moins
  • leslecturesdemy Posté le 25 Mars 2020
    Dans ce livre nous suivons l’amitié de Paul et Ava. Paul est un jeune divorcé, professeur, il aime la littérature. Mais depuis son divorce, il n’arrive pas à retrouver l’amour. Ava, elle, est médecin du travail aux chemins de fer. Elle a un gros problème avec les hommes : c’est une véritable passionnée et n’arrive pas à faire durer ses histoires d’amour. Entre eux, un véritable lien d’amitié s’est installé. Mais cette histoire restera-t-elle platonique ? J’ai beaucoup aimé ce livre. En plus, Stefan Bijs est un auteur belge et l’histoire se passe dans ce pays. Raison de plus pour moi d’aimer étant donné que je suis belge. L’histoire est très bien ficelée, on se retrouve entre ces deux protagonistes déchirés par la vie, et surtout par l’amour. La plume de l’auteur est très belle, fluide, facile à lire. Mais par dessus tout il a réussit à me surprendre. Je pensais que la fin était toute écrite, j’étais persuadée que cette histoire se finirait d’une certaine façon. Et en fait, j’étais complètement à côté. Et j’adore ça ! Quoi de plus banal de lire un livre en connaissant la fin dès le début du livre ? Pendant toute ma lecture, j’ai attendu ce moment que j’étais persuadée de... Dans ce livre nous suivons l’amitié de Paul et Ava. Paul est un jeune divorcé, professeur, il aime la littérature. Mais depuis son divorce, il n’arrive pas à retrouver l’amour. Ava, elle, est médecin du travail aux chemins de fer. Elle a un gros problème avec les hommes : c’est une véritable passionnée et n’arrive pas à faire durer ses histoires d’amour. Entre eux, un véritable lien d’amitié s’est installé. Mais cette histoire restera-t-elle platonique ? J’ai beaucoup aimé ce livre. En plus, Stefan Bijs est un auteur belge et l’histoire se passe dans ce pays. Raison de plus pour moi d’aimer étant donné que je suis belge. L’histoire est très bien ficelée, on se retrouve entre ces deux protagonistes déchirés par la vie, et surtout par l’amour. La plume de l’auteur est très belle, fluide, facile à lire. Mais par dessus tout il a réussit à me surprendre. Je pensais que la fin était toute écrite, j’étais persuadée que cette histoire se finirait d’une certaine façon. Et en fait, j’étais complètement à côté. Et j’adore ça ! Quoi de plus banal de lire un livre en connaissant la fin dès le début du livre ? Pendant toute ma lecture, j’ai attendu ce moment que j’étais persuadée de lire, et à ma grande surprise, ce moment n’est jamais arrivé. Je n’ai qu’une chose à dire : merci Monsieur Brijs pour cela. Au niveau des personnages, j’ai eu de la sympathie pour les deux protagoniste. Paul et ses difficultés à trouver l’amour. Ava et sa difficulté à faire durer ses relations. Mais le protagoniste que j’ai le plus aimé, c’est Fiodor. Fiodor est le chien de Paul, et il fait partie intégrante de cette histoire. Si vous aimez les romans qui ne se terminent pas comme tous les autres, je vous conseille de lire celui-ci. Vous ne serez pas déçu.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Nathalit22 Posté le 14 Mars 2020
    Des mains qui tremblent . La pluie qui fouette les carreaux . Des sourires qui passent . Des silences qui mettent mal à l’aise . . [ toutes les femmes rêvent de passion ] . Des paroles parfois déplacées Entre désespoir et passion . Tout en solitude , Un bonheur particulier . . [ peut être que tu cherches l’amour de façon désespérée , tu veux forcer les choses . Ce n’est pas bon .] . Un sentiment de malaise . Une amitié étroite ! L’amour perdu ? La fugacité du bonheur ... . [ se méfiant des traîtres vagues de l’amour, on navigua un certain temps a bonne distance l’un de l’autre ] . Une lecture spéciale . Tout en ambiguïté. Entre jalousie et désir . Triste et mélancolique. .
  • JTiel Posté le 1 Mars 2020
    Paul, un flamand d’une vingtaine d’années, est enseignant, passionné de livres et de cinéma. Depuis peu, il vit seul avec son chien dans sa grande maison, sa femme Christine l’ayant quitté pour son professeur de sport, avec lequel elle trompait son mari. Il vit mal son célibat, la trahison qu’il a vécue. Christine était son premier amour, elle était tout pour lui et il devait sans doute s’imaginer que cela allait durer toute la vie. Dans le cadre d’une de ses passions, lors d’une projection de film, il rencontre Ava, une jeune femme à peine plus jeune que lui, et tout aussi passionnée par le septième art. Ils entament petit à petit une relation amicale, qui permet au lecteur de comprendre la différence d’implication de chacun des deux protagonistes. Paul est aux petits soins pour sa nouvelle amie, semble nier l’évidence, tout en fantasmant continuellement sur elle lors de ses séances de masturbation répétées. Ava, quant à elle, profite de son célibat et s’amuse à lui raconter ses conquêtes, et à le pousser à rencontrer d’autres femmes. Le titre de ce livre, L’Année du chien, représente non seulement l’année de naissance de Paul, mais également la durée de l’histoire, une année, que notre héros... Paul, un flamand d’une vingtaine d’années, est enseignant, passionné de livres et de cinéma. Depuis peu, il vit seul avec son chien dans sa grande maison, sa femme Christine l’ayant quitté pour son professeur de sport, avec lequel elle trompait son mari. Il vit mal son célibat, la trahison qu’il a vécue. Christine était son premier amour, elle était tout pour lui et il devait sans doute s’imaginer que cela allait durer toute la vie. Dans le cadre d’une de ses passions, lors d’une projection de film, il rencontre Ava, une jeune femme à peine plus jeune que lui, et tout aussi passionnée par le septième art. Ils entament petit à petit une relation amicale, qui permet au lecteur de comprendre la différence d’implication de chacun des deux protagonistes. Paul est aux petits soins pour sa nouvelle amie, semble nier l’évidence, tout en fantasmant continuellement sur elle lors de ses séances de masturbation répétées. Ava, quant à elle, profite de son célibat et s’amuse à lui raconter ses conquêtes, et à le pousser à rencontrer d’autres femmes. Le titre de ce livre, L’Année du chien, représente non seulement l’année de naissance de Paul, mais également la durée de l’histoire, une année, que notre héros nous raconte de son point de vue. Une année qui comportera son lot de questionnement, de découvertes, de déceptions. En effet, Paul se lancera, sans conviction aucune, dans de nouvelles rencontres, tuant dans l’œuf chaque possible relation, comparant ces femmes soit à son ex, Christine, soit à son fantasme ultime, Ava. En effet, lors de chaque plaisir charnel, solitaire ou en duo, il ne peut s’empêcher de penser à son ex, de réaliser à quel point elle était prude, trop coincée, mais dont le corps était parfait, ou d’imaginer comment ça se passerait avec son amie. De toute façon, ce mécanisme lui fait regretter instantanément, ou saboter, toute nouvelle tentative avec une inconnue. On sent cet homme sensible, désireux de vivre une belle histoire d’amour, un peu fleur bleue, se perdre dans le choix de ses partenaires, se tromper dans le but de ces rencontres. Lui-même comparant ses relations à de la tôle froissée. Il nie ses désirs profonds, tant que cela lui permet de rompre cette solitude trop imposante. L’évidence de l’amour naissant de Paul envers Ava nous donne envie de le secouer, de l’aider, tant il a l’air de ne pas vouloir, ou ne pas oser, se l’avouer. En dire plus serait gâcher le plaisir de découvrir cette histoire, brillamment traduite par Daniel Cunin aux éditions Héloïse d’Ormesson. Stefan Brijs, quant à lui, est un auteur belge néerlandophone. Il était enseignant – tout comme le héros de son roman – avant de devenir écrivain, il y a un peu plus de vingt ans. Après quelques succès locaux, c’est avec Faiseur d’anges, paru en français en 2005, traduit dans une dizaine de langues et vendu à plus de 100 000 exemplaires, qu’il atteint une véritable popularité, dépassant alors les frontières. Avec L’Année du chien – Zonder Liefde en néerlandais ; littéralement « sans amour » – les éditions Héloïse d’Ormesson nous offre un quatrième roman de Stefan Brijs à découvrir dans la langue de Molière. Une histoire qui peut sembler banale de prime abord, mais qui garde le lecteur en haleine jusqu’au bout, plongé dans l’intimité de ce garçon, écrite avec beaucoup de sensibilité et d’authenticité. https://www.frequenceterre.com/2020/02/25/lannee-du-chien-de-stefan-brijs/?amp
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.