Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221248379
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 656
Format : 140 x 225 mm

L'Inspecteur Sadorski libère Paris

Collection : La Bête noire
Date de parution : 26/08/2021

Rentrée Littéraire 2021
La Libération comme vous ne l'avez jamais lue

Été 1944 : Sadorski a passé huit mois en prison. L’administration le libère en échange d’un rapport sur le transfert de l’ex-ministre Georges Mandel, otage des nazis, qui va être tué sous ses yeux. Crime ordonné par la SS ou par la Milice ? Peu après, un inconnu blessé est...

Été 1944 : Sadorski a passé huit mois en prison. L’administration le libère en échange d’un rapport sur le transfert de l’ex-ministre Georges Mandel, otage des nazis, qui va être tué sous ses yeux. Crime ordonné par la SS ou par la Milice ? Peu après, un inconnu blessé est enlevé par des flics allemands en civil. L’inspecteur met ses adjoints sur l’affaire et l’un d’eux est abattu à son tour. Dans un bar tenu par des truands, Sadorski rencontre un jeune milicien qui semble être un pervers sexuel. Ce personnage va le mener à la plus terrifiante « Gestapo française » opérant dans ces dernières semaines avant la Libération…

« Un très grand personnage de salaud qui nous pousse à une immense compassion pour ses victimes. » Pierre Lemaitre, Dictionnaire amoureux du polar, Plon, 2020

Retrouvez toute la Rentrée Littéraire Robert Laffont ici : http://rentreelitteraire.robertlaffont.com/

 

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221248379
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 656
Format : 140 x 225 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • YvonS Posté le 5 Janvier 2022
    Voici donc le 5e tome de la saga Sadorski, le flic collabo, le salaud qu'on adore détester. Et comme d'habitude Romain Slocombe fait très fort. Il brosse ici le tableau de l'été 1944, l'été orageux par excellence, l'été de la Libération... Juillet 44, Sadorski est en prison accusé d'être un résistant. Lui, le chasseur de juifs, l'assassin de résistants, le dénonciateur sans scrupule, le menteur manipulateur obsédé sexuel, le voilà dénoncé par une vraie résistante. A trop vouloir mentir, manipuler les faits et les gens à son profit il a fini par tomber dans son propre piège. Mais les salauds sont résistants, si j'ose dire, et il résiste à la calomnie, à la prison, en attendant d'être libéré parce qu'on a besoin de lui. Et Romain Slocombe plonge son "héros" dans l'assassinat de Georges Mandel avant de le jeter dans les griffes de la Gestapo française les tortionnaires de la rue des Saussaies et de l'avenue Victor Hugo. Lecteur, lectrice, vous voilà prévenus, quelques dizaines de pages d'abominations et de douleurs pour le flic pourri entre délires, hallucinations, cauchemars, il en prend plein la g.....  On a beau savoir et bien connaître le personnage et se dire que ça devait lui arriver,  que c'est... Voici donc le 5e tome de la saga Sadorski, le flic collabo, le salaud qu'on adore détester. Et comme d'habitude Romain Slocombe fait très fort. Il brosse ici le tableau de l'été 1944, l'été orageux par excellence, l'été de la Libération... Juillet 44, Sadorski est en prison accusé d'être un résistant. Lui, le chasseur de juifs, l'assassin de résistants, le dénonciateur sans scrupule, le menteur manipulateur obsédé sexuel, le voilà dénoncé par une vraie résistante. A trop vouloir mentir, manipuler les faits et les gens à son profit il a fini par tomber dans son propre piège. Mais les salauds sont résistants, si j'ose dire, et il résiste à la calomnie, à la prison, en attendant d'être libéré parce qu'on a besoin de lui. Et Romain Slocombe plonge son "héros" dans l'assassinat de Georges Mandel avant de le jeter dans les griffes de la Gestapo française les tortionnaires de la rue des Saussaies et de l'avenue Victor Hugo. Lecteur, lectrice, vous voilà prévenus, quelques dizaines de pages d'abominations et de douleurs pour le flic pourri entre délires, hallucinations, cauchemars, il en prend plein la g.....  On a beau savoir et bien connaître le personnage et se dire que ça devait lui arriver,  que c'est bien fait pour lui... c'est hard (et hélas authentique) et ça n'est que le début !  Au milieu des changements d'opinion, des retournements de veste, des engagements de dernière minute dans la Résistance, en plein déménagement de l'armée allemande sous l'oeil goguenard des Parisiens en vacances dans leur propre ville (oui, étrange atmosphère pendant ces deux mois estivaux), Sadorski perd tout. Métier, femme, maîtresses, domicile... Entre vengeances des deux côtés, massacres de résistants et attentats "terroristes", Sadorski peine à sauver sa peau. Témoin de la déchéance de son Yvette adorée, de la disparition de ses jeunes conquêtes au milieu de la joie de ce 25 août et de l'arrivée des Libérateurs, notre immonde flic n'a pas fini son chemin de croix, lui le catholique croyant. Lui qui n'a plus à la fin de ce volume que la prière pour seul secours. A-t-il hésité trop longtemps ? Va-t-il fuir ou s'enfoncer avec volupté du côté obscur ? Et faire le mal consciemment ?  On attend avec impatience le dernier tome de cette indispensable saga (sortie prévue en 2022). On admire l'incroyable travail de documentation (j'ai vérifié noms, lieux, destins et dates un bon nombre de fois), documentation qui ne surcharge pas le récit. Un tableau passionnant, foisonnant où l'on retrouve les moments historiques qu'on connaît tous et ceux moins connus, parfois atroces, qui ont fait cet été 44. On veut voir Sadorski au milieu de tout cela, entre les pourris ultimes (ah, les concierges !) et les jeunes héros. Ceux qui hélas sauvent leur peau, ceux qui sont victimes d'épouvantables erreurs...  Haletant, passionnant, Romain Slocombe aura terminé dans quelques mois LA saga sur l'Occupation vue du côté des crapules, sans les glorifier mais sans non plus céder à la légende nationale. Et c'est pour cela que cette double trilogie restera un classique. J'en suis absolument certain. A votre tour d'entamer, dès aujourd'hui, ce voyage dans la tête du flic collabo Léon Sadorski, largement inspiré du vrai Louis Sadosky.... crapule policière. Ne ratez pas ça... foncez chez votre fournisseur habituel. 
    Lire la suite
    En lire moins
  • quoilire Posté le 6 Décembre 2021
    Que dire sur Romain Slocombe que je n'aurais déjà dit avec ces quatre précédents roman de la saga Léon Sadorski ? Une fois encore ce roman noir est d'une précision absolue, parfaitement aiguisée. L'auteur nous embarque cette fois-ci dans la libération de Paris et l'on se demande comment cet inspecteur ayant travaillé pour les occupants va s'en sortir. Alors certes ce roman est un peu plus dur que les précédents, qu'il reflète une part sombre de l'histoire en dénonçant les résistants de dernière minutes, mais nous sommes totalement happés par ses qualités narratives et nous voilà nous aussi tout excités à l'idée que les américains vont enfin entrer dans Paris.
  • bibiouest Posté le 21 Novembre 2021
    Cinquième roman consacré à l'occupation de la France par les nazis, ayant pour personnage principal l'odieux inspecteur principal adjoint, Sadorski. Romain Slocombe à travers ses romans fait œuvre d'historien, remarquable travail de recherche, la description du Paris de 1944 est fantastique! J'ai mis un certain temps à lire ce livre, je m'en suis délecté en cherchant à approfondir des points d'histoire décrits. L'auteur a fait un travail méticuleux peut-être trop? Je m'attendais à un roman historique ce cinquième tome est un livre d'histoire avec un grand H, romancé d'où un petit «malaise» que j'ai eu au début. Ce n'est pas un livre qui va me réconcilier avec l'âme humaine... Dans les périodes complexes et dramatiques comme le fut l'occupation, rare sont les hêtres courageux et généreux. Bien plus nombreux sont les pleutres, les salops et les médiocres. Hélas rien n'a changé... Mais franchement, quel bon livre, et quel plaisir j'ai pris à le lire! Cette saga est d'ors et déjà rentré dans mon panthéon littéraire.
  • Bigmammy Posté le 25 Septembre 2021
    Un conseil avant d'entamer ce cinquième épisode de la série Sadorski : commencer par lire le dossier des sources en fin de volume. Sinon, vous allez penser comme moi : l'auteur en fait trop, il exagère dans l'horreur de ces dernières semaines avant et pendant la Libération de Paris, en cet été étouffant de 1944. Apocalypse d'une ville assiégée, affamée, inversion des valeurs, cruauté gratuite, perversion sexuelle, retournements de vestes … Tout y est. J'avais en mémoire les images tant de fois diffusées des combats autour de la Préfecture de Police, le cocktail Molotov lancé sur un camion rempli de jeunes soldats allemands, les tirs de snipers devant le parvis de Notre-Dame, les résistants rampant sur le pavé de la place de la Concorde … Avec Romain Slocombe, c'est une plongée au milieu des balles et des tirs d'obus, mais surtout au coeur de la duplicité la plus noire. C'est encore plus réaliste qu'un film. Léon Sadorski est un salaud ordinaire mais qui se considère comme un bon flic ; avec une éthique bien à lui, disons un peu spéciale. Son objectif est de faire régner l'ordre et la justice, ce qui inclut châtier, par initiative personnelle s'il le faut. Collaborateur, pétainiste et... Un conseil avant d'entamer ce cinquième épisode de la série Sadorski : commencer par lire le dossier des sources en fin de volume. Sinon, vous allez penser comme moi : l'auteur en fait trop, il exagère dans l'horreur de ces dernières semaines avant et pendant la Libération de Paris, en cet été étouffant de 1944. Apocalypse d'une ville assiégée, affamée, inversion des valeurs, cruauté gratuite, perversion sexuelle, retournements de vestes … Tout y est. J'avais en mémoire les images tant de fois diffusées des combats autour de la Préfecture de Police, le cocktail Molotov lancé sur un camion rempli de jeunes soldats allemands, les tirs de snipers devant le parvis de Notre-Dame, les résistants rampant sur le pavé de la place de la Concorde … Avec Romain Slocombe, c'est une plongée au milieu des balles et des tirs d'obus, mais surtout au coeur de la duplicité la plus noire. C'est encore plus réaliste qu'un film. Léon Sadorski est un salaud ordinaire mais qui se considère comme un bon flic ; avec une éthique bien à lui, disons un peu spéciale. Son objectif est de faire régner l'ordre et la justice, ce qui inclut châtier, par initiative personnelle s'il le faut. Collaborateur, pétainiste et antisémite – comme nombre de ses collègues – il obéit – mais de bon coeur – aux consignes de sa hiérarchie. C'est un flic de métier et de vocation, un serviteur efficace de l'Etat français. Français d'Afrique du Nord, ancien combattant de la Somme et de Verdun, même s'il a dû leur lécher les pompes, s'il a livré sans états d'âme des Juifs, des communistes, des otages, des gaullistes, il n'a jamais pu sentir les Allemands et il vient de voir leur vrai visage dans ces derniers jours de l'Occupation. Pour sauver sa peau, il va donc changer de camp. Le personnage principal s'inspire d'un IPA (Inspecteur Principal Adjoint) de la 3ème section de la direction des RG et des Jeux qui dirigeait le « rayon Juif ». Et à sa suite, nous assistons à la mutinerie de la prison de la Santé, à l'assassinat par la Milice de Georges Mandel, sommes avec lui accoudés au comptoir du bar le Pershing, et dans les appartements cossus de la rue de la Pompe, regardons le meurtre du Docteur Blanchet par le sinistre Friedrich Berger... et au tabassage en règle du « héros ». Et surtout, nous sommes fascinés par la vitesse de transformation de vrais collabos en authentiques résistants. Tellement facile d'accrocher un brassard tricolore avec une croix de Lorraine à son bras gauche !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Christophe_bj Posté le 23 Septembre 2021
    C'est l'été 1944. L'Inspecteur Principal Adjoint Sadorski moisit dans la prison de la Santé où, habitué à son confort et à ses rapines chez les Juifs, il se sent très mal. Mais on lui propose de le libérer à condition qu'il convoie, avec d'autres, l'ancien ministre Georges Mandel, et établisse un rapport sur ce transfert. Bien entendu, il accepte, et c'est le début de ses nouvelles aventures, entre miliciens, gestapistes et résistants, dans l'atmosphère à la fois crépusculaire et pleine d'espoir de la fin de l'Occupation. #9679; J'aime beaucoup ce cycle romanesque et d'une façon plus générale les romans de Romain Slocombe. #9679; Cependant, cet auteur peut tomber dans le travers de la reconstitution historique un peu trop exhaustive et méticuleuse. Il ne me semble pas que c'était le cas dans les autres romans de la série, mais dans celui-ci il nous donne trop de détails, au détriment de l'intrigue et de l'action. #9679; C'est plus un livre d'historien que de romancier. On s'englue dans des éléments qui sont certes intéressants, mais qui empêchent l'action d'avancer. Toute la première partie du livre est trop complexe, trop foisonnante de personnages très secondaires. #9679; C'est donc pour moi une déception, mais cela... C'est l'été 1944. L'Inspecteur Principal Adjoint Sadorski moisit dans la prison de la Santé où, habitué à son confort et à ses rapines chez les Juifs, il se sent très mal. Mais on lui propose de le libérer à condition qu'il convoie, avec d'autres, l'ancien ministre Georges Mandel, et établisse un rapport sur ce transfert. Bien entendu, il accepte, et c'est le début de ses nouvelles aventures, entre miliciens, gestapistes et résistants, dans l'atmosphère à la fois crépusculaire et pleine d'espoir de la fin de l'Occupation. #9679; J'aime beaucoup ce cycle romanesque et d'une façon plus générale les romans de Romain Slocombe. #9679; Cependant, cet auteur peut tomber dans le travers de la reconstitution historique un peu trop exhaustive et méticuleuse. Il ne me semble pas que c'était le cas dans les autres romans de la série, mais dans celui-ci il nous donne trop de détails, au détriment de l'intrigue et de l'action. #9679; C'est plus un livre d'historien que de romancier. On s'englue dans des éléments qui sont certes intéressants, mais qui empêchent l'action d'avancer. Toute la première partie du livre est trop complexe, trop foisonnante de personnages très secondaires. #9679; C'est donc pour moi une déception, mais cela ne m'empêchera pas de lire le sixième et dernier volume, prévu pour l'année prochaine.
    Lire la suite
    En lire moins
Oserez-vous répondre à l'appel de La Bête ?
Que ce soient des enquêtes âpres, des thrillers abrasifs, des suspenses éreintants, ou encore des true-crimes glaçants, la Bête chasse sur tous les territoires. Rejoignez la meute pour recevoir toutes les actualités de la collection.

Lisez maintenant, tout de suite !