Lisez! icon: Search engine
On pourrait croire que ce sont des larmes
Date de parution : 27/01/2022
Éditeurs :
Editions Héloïse D'Ormesson

On pourrait croire que ce sont des larmes

Date de parution : 27/01/2022
Le fils d’une vie
Julien doit prendre la route pour Argelès-sur-Mer. Cela fait près de trente ans qu'il n'y est plus retourné. C'est là-bas, sur la plage, qu'il a abandonné son innocence, ses souvenirs... Julien doit prendre la route pour Argelès-sur-Mer. Cela fait près de trente ans qu'il n'y est plus retourné. C'est là-bas, sur la plage, qu'il a abandonné son innocence, ses souvenirs d'une enfance heureuse et celui du visage de son père. C'est aussi là-bas que s'est installée sa mère, Louise, depuis... Julien doit prendre la route pour Argelès-sur-Mer. Cela fait près de trente ans qu'il n'y est plus retourné. C'est là-bas, sur la plage, qu'il a abandonné son innocence, ses souvenirs d'une enfance heureuse et celui du visage de son père. C'est aussi là-bas que s'est installée sa mère, Louise, depuis plusieurs mois. Elle qui s'était promis de ne plus y remettre les pieds non plus. Ce trajet qui le ramène vers son passé, Julien n'a d'autre choix que de l'emprunter : sa mère a disparu. Du moins l'a-t-il cru, car elle est bien dans son appartement lorsqu'il arrive. À quoi joue-t-elle ? Louise veut lui parler. Elle doit lui parler. Mais après tant de silence, y a-t-il encore quelque chose à renouer ?
 
À travers le portrait de cet homme en route vers son passé, Éric Genetet raconte les silences infranchissables et les blessures vives de l’enfance. Mais au bout du voyage, la lumière inonde la plage entre les larmes et ouvre la voie de la renaissance. L’avenir est toujours à construire.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782350877877
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 160
Format : 140 x 205 mm
EAN : 9782350877877
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 160
Format : 140 x 205 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • benemlire 15/01/2023
    Ce roman c'est l'histoire d'une relation entre une mère, Louise, et son fils, Julien. Relation qui a été mise à mal, il y a 33 ans, quand soudain, du jour au lendemain, le père Serge part sans explication. Il va laisser derrière lui 2 êtres meurtris, qui ne sauront plus jamais vraiment comment s'aimer l'un l'autre, et encore moins se parler. La disparition soudaine de Louise, 33 ans après, oblige Julien à retourner à Argeles, là où tout s'est passé. Cette plongée dans le passé va faire ressurgir les blessures encore bien profondes et surtout confronter cette mère et son fils à leurs nons -dits, leurs secrets, les obligeant presque à s'ouvrir enfin l'un à l'autre. J'ai été happée par cette histoire de rédemption, de pardon, de résilience, et surtout d'amour filial. La plume d'Éric Genetet est juste sublime, tendre, lumineuse et directe. Il y a tant et tant de phrases, de dialogues qu'on pourrait retenir. C'est beau, c'est mélancolique mais aussi porteur d'espoir.
  • Jo_Ly 04/09/2022
    Louise a disparu. Voilà, ça commence comme ça. Elle a disparu. La police s'en fout, encore une vieille qui perd la boussole. Part au sud et qu'on retrouve aile nord, hôpital du coin. Ou pas. Comment savoir. Rentrera peut-être demain. Son voisin s'inquiète. Son voisin qui la connaît depuis si longtemps. Lui que Louise a oublier. Même qu'il ne lui en veut pas. Se souvient de ces vacances, le soleil, l'appareil photo, le baiser, un seul, comme ça, comme volé, frôlé. Un baiser pour rien. Alors il téléphone à Julien. Le fils. A Paris. Photographe. Le fils fâché, maman s'est effondrée tu vois, comme se construit-on sur les décombres de sa maman. Quand y a même pas de papa. Paraît qu'il a foutu le camp en Argentine. Qu'il est mort et qu'il ne faut pas être triste. Il prend la route, Julien. Il prend les souvenirs pleine gueule. Elle est où, la mère ? Hein, elle est où puisqu'il ne faut pas être triste. Jamais pathétique, jamais brutal, Éric Genetet trouve les mots justes pour s'immiscer dans ce lien si particulier, mère et fils. Une histoire de rédemption. De pardon. D'amour.
  • Binchy 26/06/2022
    Julien et sa mère se sont perdus de vue depuis une trentaine d'années. Louise est partie vivre à Argelès-sur-Mer. Argelès où Louise, Serge et Julien allaient chaque année en vacances autrefois... Un coup de fils du voisin, Genio, voisin de l'appartement au dessus de celui de Louise est très inquiet car Louise a disparue depuis plusieurs jours... Il contact Julien qui aussitôt prend la route pour le Sud... Là, tout remonte à la surface, l'enfance de Julien, les relations avec son père Serge, Serge qui a disparu une nuit d'été et n'a jamais donné de ses nouvelles... Julien s'interroge sur les relations qu'il a eu avec ses parents, les relations avec sa mère qui sont devenues inexistantes depuis trente ans... Va-t'il avoir le temps de la retrouver et de rattrapper les années perdues ? En lisant cet excellent ouvrage vous allez le découvrir... J'ai adoré ce roman profond sur l'enfance et les relations entre un fils et sa maman. A LIRE si ce n'est déjà fait étant donné que ce formidable livre est sorti en librairie le 27 janvier dernier. Un ouvrage rempli d'espoirs, lumineux.
  • hcdahlem 13/05/2022
    Un homme en route vers son passé Dans son nouveau roman, Éric Genetet confronte un fils à sa mère. 33 ans après avoir quitté Argelès-sur-Mer, traumatisé, il fait le chemin inverse pour tenter d'appréhender la vérité. Ce joli roman sur la marque indélébile que laisse un traumatisme d'enfance commence véritablement à l'été 1986, même si c'est 33 ans plus tard que Julien prend la route pour rejoindre au plus vite Argelès-sur-Mer où sa mère a choisi de s'installer. Une mère qui a disparu. Au volant de sa Mercedes rouge les souvenirs affluent. «Cette auto était le symbole des années heureuses. Lorsque le soleil tapait fort sur les sièges, Julien retrouvait les odeurs de son père, mélanges de sueur et de cigarettes, et l'essence de jasmin de sa mère.» C'était l'époque où ils formaient une famille, jusqu'à sa douzième année. Quand il s'amusait à creuser des trous dans le sable et à nager dans la Méditerranée. C'était le temps des vacances et de l'insouciance. Jusqu'à ce que son père prenne la poudre d'escampette pour disparaître à jamais. Il lui faudra dorénavant construire sa vie autour d'un grand vide. Très vite sa mère ne fait plus semblant d'espérer un retour qu'elle sait improbable... Un homme en route vers son passé Dans son nouveau roman, Éric Genetet confronte un fils à sa mère. 33 ans après avoir quitté Argelès-sur-Mer, traumatisé, il fait le chemin inverse pour tenter d'appréhender la vérité. Ce joli roman sur la marque indélébile que laisse un traumatisme d'enfance commence véritablement à l'été 1986, même si c'est 33 ans plus tard que Julien prend la route pour rejoindre au plus vite Argelès-sur-Mer où sa mère a choisi de s'installer. Une mère qui a disparu. Au volant de sa Mercedes rouge les souvenirs affluent. «Cette auto était le symbole des années heureuses. Lorsque le soleil tapait fort sur les sièges, Julien retrouvait les odeurs de son père, mélanges de sueur et de cigarettes, et l'essence de jasmin de sa mère.» C'était l'époque où ils formaient une famille, jusqu'à sa douzième année. Quand il s'amusait à creuser des trous dans le sable et à nager dans la Méditerranée. C'était le temps des vacances et de l'insouciance. Jusqu'à ce que son père prenne la poudre d'escampette pour disparaître à jamais. Il lui faudra dorénavant construire sa vie autour d'un grand vide. Très vite sa mère ne fait plus semblant d'espérer un retour qu'elle sait improbable et poursuit sa carrière d'actrice, délaissant son fils. «Louise Denner a fait le métier, toujours juste, impeccable dans n'importe quel registre, du moins dans ceux qu'on lui proposait, des seconds rôles le plus souvent.» Et quand elle est privée «de ce frisson indescriptible, celui de monter sur une scène de théâtre», elle tient le coup en tournant de publicités, en commentant des documentaires. Elle sera aussi standardiste dans une compagnie d’assurance et serveuse dans un bar de nuit, «en banlieue pour ne pas être repérée par la profession.» Pendant plus de trente ans, elle n'a rien dit à son fils qui est devenu «un homme de quarante-cinq ans qui aime les pardessus gris, un homme qui écrase le sable froid, un homme qui marche vers la mer.» Qui marche vers sa mère. Car Louise, qui était revenue à Argelès «pour retrouver la boîte noire des vols de sa vie» veut lui confier le manuscrit qui raconte sa vie, leur vie. Mais Julien veut-il entendre ce qu'elle a à lui dire? Il ne semble pas encore prêt et reprend le volant vers Paris. Éric Genetet dépeint avec beaucoup de pudeur et de sensibilité ce chemin qu'emprunte le fils vers sa mère, vers cette vérité qu'il redoute après avoir trop longtemps voulu entendre. Car il a compris que «quand on a passé son temps à essayer de supporter le poids de ses souffrances, c'est très dur de trouver la force d'aimer.» Mais il a aussi compris qu'il va lui falloir se confronter à son passé pour pouvoir espérer se construire un avenir. «Maintenant, ils avancent ensemble contre le vent. Sous l’effet des tourbillons de sable, leurs yeux coulent. On pourrait croire que ce sont des larmes.»
    Lire la suite
    En lire moins
  • Lolo0811 19/04/2022
    Un très agréable moment de lecture, une histoire sensible. Un témoignage très bien écrit sur les relations familiales difficiles, les dégâts des non-dits, la construction d'un enfant sur des fondations bancales, faute d'explications sur les évènements de son enfance. C'est aussi l'histoire de Genio, qui voue amour sans borne à Louise, tout en discrétion et pudeur. Un amour platonique mais sain, sans attente mais tellement beau.
Inscrivez-vous à la Newsletter Lisez!, la Newsletter qui vous inspire !
Découvrez toutes les actualités de nos maisons d'édition et de vos auteurs préférés

Lisez maintenant, tout de suite !