Lisez! icon: Search engine
Julliard
EAN : 9782260032465
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 252
Format : 130 x 205 mm

Sujet inconnu

Date de parution : 16/08/2018

J’avais huit ans quand j’ai su que je ne finirais pas mes jours ici. Qu’ici je ne deviendrais personne. Qu’ici je n’aimerais personne. Qu’ici, rien. Je ne ressentirais rien.
J’avais huit ans et j’ai décidé de partir un jour. J’ai choisi de ressentir. J’ai choisi de souffrir. À partir de là,...

J’avais huit ans quand j’ai su que je ne finirais pas mes jours ici. Qu’ici je ne deviendrais personne. Qu’ici je n’aimerais personne. Qu’ici, rien. Je ne ressentirais rien.
J’avais huit ans et j’ai décidé de partir un jour. J’ai choisi de ressentir. J’ai choisi de souffrir. À partir de là, je suis condamnée à cette histoire.

Sujet inconnu, c’est, dans un style brut et très contemporain, l’histoire d’un amour qui tourne mal. Entre jeux de jambes et jeux de mains, l’héroïne de ce roman boxe, court, tombe, se relève, danse, au rythme syncopé de phrases lapidaires et d’onomatopées. Plus la violence gagne le récit, plus on est pris par cette pulsation qui s’accélère au fil des pages. Un roman écrit d’une seule traite, d’un seul souffle, dans l’urgence de gagner le combat, dans l’urgence de vivre, tout simplement.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782260032465
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 252
Format : 130 x 205 mm
Julliard

Ils en parlent

« Dans un style cash et cru, Loulou Robert boxe avec les mots dans ce troisième roman violent, poignant, dérangeant. Et totalement envoutant. » 
Valérie Gans / Madame Figaro

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Isa0409 Posté le 6 Février 2020
    Je n’étais rien, ou du moins pas grand-chose, rien ne me définissait vraiment, hormis mes parents, le fait que je vivais avec eux, ma peluche, Sam, je n’avais pas vraiment d’envie, dans la ville c’était gris, dans ma vie c’était gris, dans mon cœur c’était gris. J’habitais à Metz, et ma vie ressemblait franchement à cette ville, il y pleuvait, les jours ensoleillés se comptaient sur les doigts de la main (ok, j’exagère, peut-être sur deux mains…), je voulais mettre du rose sur les mots, du beau dans la vie, mais tout n’était que morose. Un jour, j’ai décidé d’aller à Paris faire mes études, je ne connaissais pas cette ville, je ne me connaissais pas moi-même, j’errais dans les rues comme j’errais dans ma tête, sans but, sans conviction ; cours, passants, appartement, passants, cours, tout s’enchaînait sans logique, sans dynamique. Et un jour, je l’ai vu, devant mes yeux et tout a changé, j’ai senti la terre tourner sous mes pieds, mon cœur s’est mis à battre, le sang a afflué dans mes veines, mes yeux ont vu, mon corps a senti et ressenti, ma peau a frissonné, désormais je le savais, je le découvrais, j’étais incarnée. Par lui, pour... Je n’étais rien, ou du moins pas grand-chose, rien ne me définissait vraiment, hormis mes parents, le fait que je vivais avec eux, ma peluche, Sam, je n’avais pas vraiment d’envie, dans la ville c’était gris, dans ma vie c’était gris, dans mon cœur c’était gris. J’habitais à Metz, et ma vie ressemblait franchement à cette ville, il y pleuvait, les jours ensoleillés se comptaient sur les doigts de la main (ok, j’exagère, peut-être sur deux mains…), je voulais mettre du rose sur les mots, du beau dans la vie, mais tout n’était que morose. Un jour, j’ai décidé d’aller à Paris faire mes études, je ne connaissais pas cette ville, je ne me connaissais pas moi-même, j’errais dans les rues comme j’errais dans ma tête, sans but, sans conviction ; cours, passants, appartement, passants, cours, tout s’enchaînait sans logique, sans dynamique. Et un jour, je l’ai vu, devant mes yeux et tout a changé, j’ai senti la terre tourner sous mes pieds, mon cœur s’est mis à battre, le sang a afflué dans mes veines, mes yeux ont vu, mon corps a senti et ressenti, ma peau a frissonné, désormais je le savais, je le découvrais, j’étais incarnée. Par lui, pour lui. L’aimer, le toucher, le regarder, le transpercer de mon regard, le boire, le manger, non, le dévorer plutôt, l’avoir, l’être, être moi à travers lui, le suivre, être son ombre, l’aimer, le passionner, mourir pour lui, je n’avais plus que ça en tête. Mon corps, mon âme, tout de moi respirait par lui. Sa vision de l’amour à lui était différente ; m’emprisonner, m’enfermer, être à lui, rien qu’à lui, ne regarder que lui, ne parler qu’à lui, de lui, pour lui, ne pas écrire, ne pas m’élever, ne pas être mieux que lui, être soumise, toujours, tous les jours, pleurer, souffrir et jouir, avoir mal, très mal, trop mal… J’ai tout misé sur lui, j’avais besoin de lui, je le sentais, mais il m’oppressait, il m’utilisait, son jouet, sa chose, j’avais besoin d’air, rendez-vous mon gris messin, rendez-moi ma mère, elle est malade, je ne veux pas qu’elle meure, mon père, je ne veux pas qu’il vieillisse, laissez-moi redevenir petite fille, laissez-moi pleurer, laissez-moi oublier… Laisse-moi, libère-moi… J’évacue, j’écris, j’expie le mal, ton mal, toi le mâle, je te veux hors de moi, je veux en finir, cligner des yeux et que tu ne sois plus là… L’histoire d’une vie, l’histoire d’un amour, des amours, mon quotidien, mes peut-être, mes pourquoi, mes réponses, mes points de suspension… Je vous les livre. Qui suis-ne, qui est-il et qui sommes-nous ? A voir. Le sujet ? Inconnu.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Piuma_bookworld Posté le 29 Novembre 2019
    Intensité. Désinvolture. Percutant. Dérangeant. Déstabilisant. Une écriture singulière, brute, impulsive, saccadée, à vif. Le sujet c'est « elle ». Elle ne se nomme pas, d'ailleurs sait-elle qui elle est ? C'est le sujet inconnu. Elle qui flotte dans la mélancolie, hors du monde, hors des gens. Mais Elle existe, son histoire existe. Elle écrit donc elle est. Elle s'était préparée toute son existence à la souffrance, à la mort. Elle met de la distance mais Lui, elle ne l'a pas vu venir. Esquives, distance, balayage, puis KO. La souffrance attire la souffrance. Rencontre electrique.Foudroyante. Dans « coup de foudre », il y a coup. Sa noirceur à Lui la rend belle. Extraordinaire. Sa noirceur à Lui l'étouffe. C'est Lui qui devient le « Tu », l'autre sujet inconnu. « Elle » et « Tu » s'aiment. Luttent. Amour malsain, sombre, toxique. L'amour narcissique. Un amour fracassant. Aimer et repousser. Amour qui esquinte. Amour qui écorche. Le Grand-Est rendrait maussade, il ne m'enlève pas à moi la sensibilité. Une sensibilité crochetée par l'uppercut que provoquent les mots à Elle dans mon bide. Un récit penible, douloureux, noir, profond. Des mots qui souffrent et qui brillent à la fois. Qu'on aime ou pas ce récit, il ne... Intensité. Désinvolture. Percutant. Dérangeant. Déstabilisant. Une écriture singulière, brute, impulsive, saccadée, à vif. Le sujet c'est « elle ». Elle ne se nomme pas, d'ailleurs sait-elle qui elle est ? C'est le sujet inconnu. Elle qui flotte dans la mélancolie, hors du monde, hors des gens. Mais Elle existe, son histoire existe. Elle écrit donc elle est. Elle s'était préparée toute son existence à la souffrance, à la mort. Elle met de la distance mais Lui, elle ne l'a pas vu venir. Esquives, distance, balayage, puis KO. La souffrance attire la souffrance. Rencontre electrique.Foudroyante. Dans « coup de foudre », il y a coup. Sa noirceur à Lui la rend belle. Extraordinaire. Sa noirceur à Lui l'étouffe. C'est Lui qui devient le « Tu », l'autre sujet inconnu. « Elle » et « Tu » s'aiment. Luttent. Amour malsain, sombre, toxique. L'amour narcissique. Un amour fracassant. Aimer et repousser. Amour qui esquinte. Amour qui écorche. Le Grand-Est rendrait maussade, il ne m'enlève pas à moi la sensibilité. Une sensibilité crochetée par l'uppercut que provoquent les mots à Elle dans mon bide. Un récit penible, douloureux, noir, profond. Des mots qui souffrent et qui brillent à la fois. Qu'on aime ou pas ce récit, il ne laissera personne indifférent. C'est puissant. La souffrance a quelque chose de beau et surtout de vrai. Voilà mon ressenti sur « Sujet inconnu » de Loulou Robert.
    Lire la suite
    En lire moins
  • CelinePointAlaLigne Posté le 14 Novembre 2019
    🖤 COUP DE COeUR 🖤 ~ Je t'aime passionnément. A la folie. ~ Elle, jeune paumée qui rêve de normalité lorsqu'elle débarque à Paris, tombe alors sur Lui. Et c'est là que l'incroyable talent de Loulou Robert s'exprime. Rien n'est banal dans son histoire. ~ 8 jours que je l'ai terminée. 2 jours pour la lire. Déjà 10 jours que mon coeur bat au rythme de ses phrases courtes et tranchantes. Rien n'est de trop. Un sujet, un verbe, un complément. Parfois moins. C'est brute. C'est violent. Sous mes yeux, le texte s'est arraché des pages pour venir comprimer mes poumons. Souvent, j'ai dû reprendre mon souffle. Impossible de garder une quelconque distance avec les maux exprimés. Ils m'ont percutée en quelques pages à peine. Fascinée avant d'être horrifiée, j'ai parfois dû fermer les yeux pour trouver le courage de lire. J'ai pris en pleine gueule ce texte tranchant, porteur d'une émotion que je n'avais jamais lue ailleurs et je peine à m'en défaire. le pourrais-je seulement ? le veux-je seulement ?
  • Elodieuniverse Posté le 22 Octobre 2019
    Quelle écriture! Un livre court avec des phrases si courtes, incisives, qui percutent le lecteur. Cette histoire est une succession de mots, de phrases pour un débit saccadé, haché. C'est un roman sombre, une histoire d'amour infâme. On découvre ce qu'il se passe dans les méandres intérieurs d'un sujet inconnu et quelle claque! Rage, sourde colère ne m'ont pas quittée du premier mot jusqu'au tout dernier. Bref, ce roman court à la plume ciselée et efficace est dérangeant, provocateur . (...) Ma page Facebook au chapitre d'Elodie
  • Stelphique Posté le 14 Octobre 2019
    Ce que j’ai ressenti: Je.Tu.Elle.Nous.Vous.Ils. Elle tue moi. Il tue Elle. Elle se Tu. Je Tu Elle. Sujet Verbe Complément. Nous, direct dans son chaos. Nous, direct dans son amour. Nous, dans les flots de ses mots. Eux, dans les fléaux de leurs maux. Sujet Inconnu. Ils sont fracassants, les mots de cette jeune fille. Et dans ses points, alors c’est pire. Ce sont des coups de poings. Tous des gouffres, tous des bleus. C’est sans doute dans cette ponctuation que sont les plus fortes percussions. Inconnue et maintenant Sujet, à écrire. Quand j’ai lu ce livre, ma respiration s’est arrêtée. Plus ça allait, et moins ça allait. En apnée, jusqu’au point final. C’est un style d’écriture puissant. À vif. Carrément écorché. Profondément urgent. Chaque point devient souffrances, et ces silences deviennent des instants de ressentis intenses. J’ai adoré Elle. Parce que c’est de l’intime et de l’émotion à l’état brut. « Je » n’a pas de prénom. « Tu » n’as pas de prénom. Elle se meure de lui. Il arrache tout d’elle. Quand c’est, que ça va s’arrêter? Cancer, que tu dégages de nos vies? Et puis, c’est quoi l’amour? Un Nous inconnu, un Sujet tabou? Sujet Inconnu et part en vrille… Mais Elle,... Ce que j’ai ressenti: Je.Tu.Elle.Nous.Vous.Ils. Elle tue moi. Il tue Elle. Elle se Tu. Je Tu Elle. Sujet Verbe Complément. Nous, direct dans son chaos. Nous, direct dans son amour. Nous, dans les flots de ses mots. Eux, dans les fléaux de leurs maux. Sujet Inconnu. Ils sont fracassants, les mots de cette jeune fille. Et dans ses points, alors c’est pire. Ce sont des coups de poings. Tous des gouffres, tous des bleus. C’est sans doute dans cette ponctuation que sont les plus fortes percussions. Inconnue et maintenant Sujet, à écrire. Quand j’ai lu ce livre, ma respiration s’est arrêtée. Plus ça allait, et moins ça allait. En apnée, jusqu’au point final. C’est un style d’écriture puissant. À vif. Carrément écorché. Profondément urgent. Chaque point devient souffrances, et ces silences deviennent des instants de ressentis intenses. J’ai adoré Elle. Parce que c’est de l’intime et de l’émotion à l’état brut. « Je » n’a pas de prénom. « Tu » n’as pas de prénom. Elle se meure de lui. Il arrache tout d’elle. Quand c’est, que ça va s’arrêter? Cancer, que tu dégages de nos vies? Et puis, c’est quoi l’amour? Un Nous inconnu, un Sujet tabou? Sujet Inconnu et part en vrille… Mais Elle, cette histoire, elle devient oppressante au fil des pages. Elle prend tout l’espace, s’infiltre dans les cris et les murmures, prends vie dans les silences et se remplit dans l’abîme. C’est toxique. C’est violent. Une « Bad » romance. « Tu » ne laisse pas de place à « Je ». « Je » ne peux se passer de « Tu ». Et Elle a choisi de tout dire, le choix de se donner corps et âme dans le Ressentir. Sans filtre. Sans concession. Une écrivaine est née. Dans la douleur. Dans l’abandon. Dans l’émotion. Une fulgurance. Et Je l’aime tant pour ça. À la puissance Cœur. À la puissance Chair. À l’urgence d’écrire. À l’urgence de survivre. Insolente de vie. Insolente devant l’injustice de la vie. Folle d’amour. Folle de douleur. Elle a pris la plume parce que c’était ce qu’il fallait, pour la sortir de ses drames à répétitions. Tout plutôt l’ennui, tout plutôt que la morosité. Elle fait le choix de la passion. De L’émotion. Du danger aussi, mais elle y allait consciente. Tout plutôt que rien. Tout plutôt que le vide. À ses risques et périls, certes, mais, pour ressentir intensément. Écrire comme Survie. Et pour nous, c’est un moment de lecture incroyable. Envoûtant et dérangeant. Mais un moment aussi, bouleversant. Et une plume sensationnelle, sensorielle, hypnotisante. Elle nous a tout donné dans ses lignes. Son cœur, son sang, ses tripes, son Moi, et je la remercie pour cela. Pour l’intensité. Pour cette folle intensité. Cette sensibilité à fleur de peau. Pour la vérité nue de ses maux. « A la fin du livre, ma vie continue ». La mienne aussi, mais elle aura eu quelques heures de lectures ressenties à la puissance 1000. Tu m’as déglingué le cœur et mon souffle, Sujet Inconnu... Une écrivaine est née. J’aimerai beaucoup vous rencontrer, Loulou Robert. Ma note Plaisir de Lecture 9/10.
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE JULLIARD
Les éditions Julliard sont spécialisées dans la littérature française contemporaine. Julliard ne cesse de découvrir de nouveaux talents et d'enrichir son catalogue avec des textes d'auteurs à la personnalité toujours singulière, et au style inimitable. Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.

Lisez maintenant, tout de suite !