Lisez! icon: Search engine
Héloïse d'Ormesson
EAN : 9782350872827
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 206
Format : 140 x 205 mm

Un jour on se rencontrera

Dominique Rotermund (Traducteur)
Date de parution : 22/01/2015
« Saute. Cours. Chante. »
 
Aliza ignore où est son papa. Elle s’est toujours heurtée aux silences de sa mère et de son entourage. Alors elle l’a inventé : héros, vivant aux Etats-Unis, peut-être même se cachant pour ne pas qu’elle le retrouve ?
Aujourd’hui, la plupart de ceux qui connaissaient la vérité ont disparus. C’est d’ailleurs, au...
Aliza ignore où est son papa. Elle s’est toujours heurtée aux silences de sa mère et de son entourage. Alors elle l’a inventé : héros, vivant aux Etats-Unis, peut-être même se cachant pour ne pas qu’elle le retrouve ?
Aujourd’hui, la plupart de ceux qui connaissaient la vérité ont disparus. C’est d’ailleurs, au cimetière en compagnie de ces morts, qu’elle revoit régulièrement Dorit, sa meilleure amie, Brakha, Khayale et les autres. Pris en étau entre passé et présent, ces enfants de survivants de la Shoah portent le poids des secrets de leurs aînés. Cependant, après toutes ces années, les langues enfin se délient et les souvenirs ressurgissent. Lizzie veut comprendre pourquoi sa mère a choisi de se taire. Au fil de son enquête, les pièces du puzzle s’assemblent et dévoilent la réalité à la fois tragique et cocasse.
Lizzie Doron nous entraîne dans une quête bouleversante qui plonge aux origines de ces rescapés de la vie. La petite Aliza, devenue écrivain, va cesser de s’inventer des histoires, elle est désormais fin prête à écrire et assumer la sienne.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782350872827
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 206
Format : 140 x 205 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • nanajoa Posté le 1 Mars 2015
    Ce roman se lit vite (200 pages), il s'agit d'une autobiographie romancée de l'auteur. Son histoire n'a rien de drôle puisqu'elle est la fille de deux survivants Polonais de la Shoah cependant l'auteur ne s'apitoie pas sur son sort et a su tiré des enseignements de son histoire personnelle. Un roman sur la communauté juive mais pas que, "Un jour on se rencontrera" est aussi un roman sur l'absence de la figure paternelle. En effet, Aliza (Lizzie Doron) ne sait pas qui est son père, ni même si celui-ci est en vie. Dans ce livre, nous suivons sa quête pour enfin connaître la vérité. Un secret bien gardé qui finalement lui a rendu service puisque cette absence lui aura permis de devenir écrivain. En effet, petite fille, elle s'inventait des histoires sur ce père inconnu. Cette absence a attisé sa curiosité, elle passait son temps à demander où était son père et s'intéressait également à son voisinage. La forme du roman peut désarçonner le lecteur au début de sa lecture. En effet, le passé et le présent s'entremêlent et il y a de nombreux personnages. Cependant c'est cette mise en forme qui fait la force et l'intérêt de ce roman. De petits... Ce roman se lit vite (200 pages), il s'agit d'une autobiographie romancée de l'auteur. Son histoire n'a rien de drôle puisqu'elle est la fille de deux survivants Polonais de la Shoah cependant l'auteur ne s'apitoie pas sur son sort et a su tiré des enseignements de son histoire personnelle. Un roman sur la communauté juive mais pas que, "Un jour on se rencontrera" est aussi un roman sur l'absence de la figure paternelle. En effet, Aliza (Lizzie Doron) ne sait pas qui est son père, ni même si celui-ci est en vie. Dans ce livre, nous suivons sa quête pour enfin connaître la vérité. Un secret bien gardé qui finalement lui a rendu service puisque cette absence lui aura permis de devenir écrivain. En effet, petite fille, elle s'inventait des histoires sur ce père inconnu. Cette absence a attisé sa curiosité, elle passait son temps à demander où était son père et s'intéressait également à son voisinage. La forme du roman peut désarçonner le lecteur au début de sa lecture. En effet, le passé et le présent s'entremêlent et il y a de nombreux personnages. Cependant c'est cette mise en forme qui fait la force et l'intérêt de ce roman. De petits paragraphes qui illustrent à la perfection des souvenirs. Fragments du passé qui avec des informations présentes donnent du sens au passé et permettent à l'auteur de reconstituer son histoire.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Olnapac Posté le 24 Février 2015
    Me voici de nouveau avec un roman sur le sujet des juifs et de la seconde guerre mondiale. Disons que ce n'est pas le sujet principal du roman, on nous parle surtout de la quête de vérité sur le père de l'auteure. Aliza est née après la guerre dans les années 1950. Elle vit en Israël mais avant la guerre sa famille vivait en Pologne. Le quartier dans lequel elle vit est essentiellement composé de Juifs de Pologne qui pendant la guerre ont malheureusement été pris pour cible par les nazis et donc la plupart d'entre eux n'ont plus de famille. C'est le cas de l'auteure, elle vit seule avec sa mère. Une mère avec qui elle n'a pas vraiment de lien, une mère qui évite toute les questions de l'auteure qui à l'époque n'était qu'une enfant à la recherche de son père ou du moins de l'histoire de son père qu'elle n'a jamais connu. Même les voisins et amis qui sont dans le secret ne révéleront rien à la petite fille, qui du coup s'invente un père qui vit dans différents endroits et qui est son héros. C'est donc plusieurs dizaines d'années plus tard que Lizzie va partir à la quête de... Me voici de nouveau avec un roman sur le sujet des juifs et de la seconde guerre mondiale. Disons que ce n'est pas le sujet principal du roman, on nous parle surtout de la quête de vérité sur le père de l'auteure. Aliza est née après la guerre dans les années 1950. Elle vit en Israël mais avant la guerre sa famille vivait en Pologne. Le quartier dans lequel elle vit est essentiellement composé de Juifs de Pologne qui pendant la guerre ont malheureusement été pris pour cible par les nazis et donc la plupart d'entre eux n'ont plus de famille. C'est le cas de l'auteure, elle vit seule avec sa mère. Une mère avec qui elle n'a pas vraiment de lien, une mère qui évite toute les questions de l'auteure qui à l'époque n'était qu'une enfant à la recherche de son père ou du moins de l'histoire de son père qu'elle n'a jamais connu. Même les voisins et amis qui sont dans le secret ne révéleront rien à la petite fille, qui du coup s'invente un père qui vit dans différents endroits et qui est son héros. C'est donc plusieurs dizaines d'années plus tard que Lizzie va partir à la quête de la vérité. Les langues vont se déliées petit à petit et elle va pouvoir connaître la vérité. Mais est-il bon de vouloir déterrer de vieux souvenirs ? Au fil des pages elle va renouer des liens avec d'anciennes amis, d'anciens voisins bien vieux pour la plupart. J'ai beaucoup aimé ma lecture, lu en deux jours je me suis laissée embarqué dans cette quête. L'écriture est fluide et simple, quelques mots sont écrit en Yiddish mais un petit lexique, à la fin du roman, nous donne la traduction. Un petit bémol, je n'ai pas vu l'intérêt de couper le roman avec des chapitres, qui de toute façon sont bien trop long d'autant que les différentes périodes sont séparées par un petit symbole. Je remercie Babelio et les éditions Héloïse d'Ormesson pour cette belle découverte.
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Découvrez toutes les actualités de nos maisons d'édition et de vos auteurs préférés