Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782350875170
Façonnage normé : EPUB3
Nombre de pages : 240
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
Assassins !
Date de parution : 05/09/2019
Éditeurs :
Editions Héloïse D'Ormesson

Assassins !

Date de parution : 05/09/2019
En 1897, la publication de J’accuse… ! plonge la France dans un climat délétère où l’antisémitisme s’affi che fi èrement. Au coeur de la polémique, Émile Zola déchaîne des torrents... En 1897, la publication de J’accuse… ! plonge la France dans un climat délétère où l’antisémitisme s’affi che fi èrement. Au coeur de la polémique, Émile Zola déchaîne des torrents de haine, devenant la cible privilégiée des confrères jaloux, des ligues et de la presse d’extrême droite. Jusqu’à devenir l’homme... En 1897, la publication de J’accuse… ! plonge la France dans un climat délétère où l’antisémitisme s’affi che fi èrement. Au coeur de la polémique, Émile Zola déchaîne des torrents de haine, devenant la cible privilégiée des confrères jaloux, des ligues et de la presse d’extrême droite. Jusqu’à devenir l’homme à abattre ? La piste est sérieuse lorsqu’en 1902, l’auteur des Rougon-Macquart succombe à une intoxication suspecte au gaz méphitique. Qui, parmi ses proches ou adversaires, avait intérêt à le faire défi nitivement taire ?

Assassins ! retrace la vie passionnante du gamin d’Aix-en-Provence devenu un mythe littéraire.
Car, à l’heure de mourir, que valent les honneurs face au souvenir du poème dédié à son premier amour ? Que pèse le succès face aux caresses d’une lingère ? En écho aux réminiscences du condamné, les ennemis défi lent sur la scène d’un pays aux idéaux sacrifiés sur l’autel de l’intolérance.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782350875170
Façonnage normé : EPUB3
Nombre de pages : 240
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • AntoineRichelieu 19/04/2022
    Parfaitement documenté, excellente analyse mais... c'est plus lorsque l'on écoute l'auteur que cela devient pénible, son besoin de justifier ce roman, son histoire de cars asiatiques, qu'il habite chez Zola, etc. N'y a t-il pas plus intéressant à raconter que ce genre d'anecdotes sur une telle hypothèse, la défendre vraiment plutôt que de raconter son calvaire sur les recherches, sa vie privée et ses doutes, à priori il aime se mettre en scène et jouer au humble, qu'il n'est pas. Le roman est bon mais l'excellence est loin. Comme toujours, il manque d'épaisseur, il survole, ça méritait bien le double de pages. Navrant pour cela.
  • Moumoute25 03/01/2022
    Voilà un excellent roman historique qu'on aurait pu tout aussi bien intituler "Qui a tué Émile Zola ?". Car dans ce court récit Jean Paul Delfino revient pour tenter des les éclaircir et de nous faire réfléchir sur les circonstances présumées mais jamais réellement admises du décès "accidentel" un jour d'automne 1902 de l'un des maîtres de la littérature française du XIXe siècle Émile Zola. Une plongée au cœur de l'une des périodes les plus fievreuses et agitées de l'histoire politique française contemporaine et dans les dernières heures de vie et l'agonie du grand écrivain. Zola c'est une des plumes les plus sincères l'un des romanciers les plus attachants de notre pays,la plume du peuple,le père du naturalisme,ce fut aussi et c'est celà qui nous intéresse ici l'un des acteurs majeurs de l'affaire Dreyfus qui on le sait fut une crise sociétale forte qui manqua de faire vasciller un régime républicain fragile. En première ligne du combat dreyfusard suite à son célèbre "J'accuse" publié en Une de L'Aurore Zola devint pour une frange extremiste un traître à la France , l'ennemi des patriotes, des ligues et autres nationalistes, le sale italien à abattre, à mettre hors d'état de nuire. Retrouvé mort à son domicile... Voilà un excellent roman historique qu'on aurait pu tout aussi bien intituler "Qui a tué Émile Zola ?". Car dans ce court récit Jean Paul Delfino revient pour tenter des les éclaircir et de nous faire réfléchir sur les circonstances présumées mais jamais réellement admises du décès "accidentel" un jour d'automne 1902 de l'un des maîtres de la littérature française du XIXe siècle Émile Zola. Une plongée au cœur de l'une des périodes les plus fievreuses et agitées de l'histoire politique française contemporaine et dans les dernières heures de vie et l'agonie du grand écrivain. Zola c'est une des plumes les plus sincères l'un des romanciers les plus attachants de notre pays,la plume du peuple,le père du naturalisme,ce fut aussi et c'est celà qui nous intéresse ici l'un des acteurs majeurs de l'affaire Dreyfus qui on le sait fut une crise sociétale forte qui manqua de faire vasciller un régime républicain fragile. En première ligne du combat dreyfusard suite à son célèbre "J'accuse" publié en Une de L'Aurore Zola devint pour une frange extremiste un traître à la France , l'ennemi des patriotes, des ligues et autres nationalistes, le sale italien à abattre, à mettre hors d'état de nuire. Retrouvé mort à son domicile de la rue de Bruxelles l'enquête de la police conclu officiellement à un décès par asphyxie à l'oxyde de carbone la faute presuma t on à un défaut de poêle et de cheminée. Voilà comment officiellement on expliqua le trépas subit du grand homme une version peut être un brin simpliste vu les passions , les sentiments,les haines,les violences que déclenchait de son vivant Émile Zola. Certains n'y ont d'ailleurs jamais cru et crurent officieusement pouvoir déceler dans ce fait tragique à l'inverse un assassinat pur et dur. C'est cette thèse du complot macabre et prémédité qui sert de socle à ce livre intéressant. Une narration en deux volets avec des allers retours réguliers entre la chambre du grand homme agonisant et les rues d'une capitale où s'agitent les dangereuses factions d'extrême droite avides de pouvoir et de faire chuter entre autres le grand Zola de son socle. Peut être parcequil sent que sa mort approche Zola tout en s'asphyxiant voit défiler et nous raconte les grands moments de son parcours de vie lui l'enfant d'immigré qui vécu dans la misère toute sa jeunesse,connu des années de vache maigre avant de prendre sa revanche la plume à la main et de devenir un écrivain de renommée internationale. Dans les coulisses de ce drame national car s'en fut un l'auteur dresse le tableau des responsabilités car pour Jean Paul Delfino les responsables,les coupables sont identifiés et identifiables cela ne fait aucun doute. Zola l'homme de lettres qui n'avait jamais fait de politique, à la différence d'un Victor Hugo, devenu dreyfusard n'a pu être empoisonné que par la clique antisémite particulièrement active en cette fin de siècle, les vassaux de Drummont et de sa Libre Parole. Les ennemis de la République, de la juiverie, adeptes de la contre-révolution ont selon Delfino savamment planifié cet assassinat première étape pour eux d'une prochaine et certaine conquête du pouvoir. Delfino retrace ce qu'ont pu être les manigances, résolutions et tractations qui ont soustendu la mise à mort de Zola dans le camp antisémite comme les manœuvres dans les coulisses du pouvoir républicain désireux d'étouffer au mieux au final un nouveau fait divers à même de reenclencher la mécanique d'une guerre civile et d'une nouvelle flambée de violence. La raison d'État l'emporta,le décès était accidentel. Telle est la version présentée ici par Delfino soutenue depuis longtemps par certains. On dit même que le principal intéressé le fumiste qui aurait bouché le conduit de cheminée de Zola serait passé quelques années plus tard aux aveux. Romance ou vérité? Fiction ou réalité ? Chacun pourra se faire une idée grâce à ce récit détaillé et savamment articulé. Le raisonnement se tient ,ce livre est réussi, voilà un bon roman historique.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Bruxellensia 03/12/2021
    "Zola, c'est l'homme de l'affaire Dreyfuss". En ce 29 septembre 1902, Emile Zola meurt d'une intoxication au monoxyde de carbone - des gaz méphitiques comme on disait à l'époque. A ce moment l'écrivain est réduit à sa prise de position en faveur de Dreyfuss. Il est l'auteur de "J'accuse" et non pas de la série de romans naturalistes des Rougon Macquart, lesquels étaient trop populaires pour mériter un siège à l'Académie française. Jean Paul DELFINO prend un angle particulier pour raconter la fin du grand écrivain qui voit défiler sa vie alors qu'il se meurt dans son appartement parisien. Et si Zola avait été assassiné ? Cette hypothèse a bien été évoquée mais la thèse de la mort naturelle par intoxication gazeuse a été officiellement retenue. L'auteur en profite pour dresser un portrait d'une France divisée par l'affaire Dreyfuss. Le style du roman est enlevé, la plume fluide, grinçante presque sarcastique. J'ai appris beaucoup d'informations sur la vie Zola que je ne connaissais finalement que par quelques lectures scolaires telles que Germinal, Nana ou Thérèse Raquin. J'ai apprécié cet ouvrage. A lire.
  • satsuko 13/11/2021
    Comme indiqué sur la couverture, le récit est celui de la fin de vie (précipité) d'Emile Zola, dans une France post-affaire Dreyfus, dans laquelle les antisémites ont pignon sur rue, et recherchent activement le pouvoir. Documenté sans être trop érudit, le roman nous plonge dans une époque, dans une ambiance, où la presse fait encore loi, la presse et la mauvaise foi. On aura du mal à ne pas retrouver des échos à notre actualité. En parallèle, Zola revoit sa vie défiler, nous donnant une biographie intime et accélérée, sur un homme dont la destinée n'était pas franchement écrite.
  • Aemilia 07/03/2021
    Je ressors assez mitigée de cette lecture. Je connaissais déjà la thèse de l'assassinat de Zola, que j'ai apprise lors de la visite de sa maison de Médan. Mais je pensais en apprendre davantage sur l'auteur Zola. Et là mes attentes ont été déçues. Ce livre ne traite pas de l'œuvre de Zola mais plutôt de l'affaire Dreyfus, et encore pas dans le détail, et des manigances politiques qui l'ont entourée . On suit certains antidreyfusards et on se perd dans les pensées rêvées de Zola. Je pensais être captivée, tout comme je l'avais été par la biographie de Balzac écrite par Zweig, mais je n'ai pas retrouvé cette magie. Beaucoup de longueurs, même si l'écriture et la forme sont plutôt plaisantes. Bref, un contexte plutôt bien dépeint (l'antisémitisme, les antidreyfusards et la mort de cette 3e république) mais finalement bien peu de choses sur ce grand homme qu'était Zola.
Inscrivez-vous à la Newsletter Lisez!, la Newsletter qui vous inspire !
Découvrez toutes les actualités de nos maisons d'édition et de vos auteurs préférés