RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Eugenia

            Julliard
            EAN : 9782260030461
            Façonnage normé : EPUB3
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)
            Eugenia

            Date de parution : 01/03/2018

            À la fin des années trente, parce qu’elle est tombée sous le charme d’un romancier d’origine juive, Eugenia, une jeune et brillante étudiante roumaine, prend soudain conscience de la vague de haine antisémite qui se répand dans son pays. Peu à peu, la société entière semble frappée par cette gangrène...

            À la fin des années trente, parce qu’elle est tombée sous le charme d’un romancier d’origine juive, Eugenia, une jeune et brillante étudiante roumaine, prend soudain conscience de la vague de haine antisémite qui se répand dans son pays. Peu à peu, la société entière semble frappée par cette gangrène morale, y compris certains membres de sa propre famille. Comment résister, lutter, témoigner, quand tout le monde autour de soi semble hypnotisé par la tentation de la barbarie ?
            Avec pour toile de fond l’ascension du fascisme européen, ce roman foisonnant revient sur un épisode méconnu de la Seconde Guerre mondiale, l’effroyable pogrom de Jassy. Portrait d’une femme libre, animée par le besoin insatiable de comprendre l’origine du mal, ce livre est aussi une mise en garde contre le retour des heures les plus sombres de l’Histoire.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782260030461
            Façonnage normé : EPUB3
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)
            Julliard
            14.99 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • nath45 Posté le 4 Janvier 2019
              Eugenia, jeune et brillante étudiante en littérature dans la Roumanie d'avant-guerre découvre l'horreur et la violence de l'antisémitisme. Elle est née à Jassy, ville roumaine proche de la frontière soviétique, ses parents sont commerçants, elle a deux frères, Stefan l'ainé est un activiste nationaliste. Elle revient dans sa ville natale pour couvrir en tant que journaliste le pogrom de juin 1941 ou 13 226 juifs, soit près de la moitié de la population ont été exterminés. Un roman historique s’appuyant sur des extraits du journal de Milhail Sebastian, écrivain et dramaturge roumain et aussi des extraits de Kaputt de Curzio Malaparte. Un roman qui interroge sur les haines, la montée des extrêmes, de la violence raciale et comment résister, lutter et en témoigner. Une belle réussite littéraire mêlant fiction et réalité historique, je veux souligner le travail de recherches de l’auteur, pour moi, une lecture difficile par son contenu mais l’envie de découvrir les œuvres de Mihail Sebastian entre autre "Depuis deux mille ans".
            • Librincanto Posté le 22 Décembre 2018
              Un mélange des genres très réussi dans lequel l'auteur jongle tour à tour entre roman dramatique, historique, d'amour ou encore témoignage d'une époque. Eugénia ou l'histoire d'une femme qui s'émancipe dans le contexte de la montée du nazisme et de la seconde guerre mondiale en Roumanie. Cette jeune étudiante n'hésite pas à s'affranchir des idées préconçues de sa famille et surtout de son frère aîné, qui participe activement à la Garde de fer, mouvement de soutien au nazisme et aux mesures antisémites de l'époque. Une rencontre avec sa professeur de littérature à l'université, Madame Costinas, marque un tournant dans l'idéologie d'Eugenia. Lors de la conférence de Mihail Sebastien, écrivain, des militants de la Garde de fer surgissent avec violence dans la salle. Ils s'en prennent à l'auteur et aux étudiants qui osent assister à cette conférence animée par un Juif. Cet épisode marque le début d'un cheminement intellectuel chez Eugenia. Elle prend conscience de la gravité des événements et des conséquences qu'ils engendrent. Eugenia fréquente les salons des intellectuels roumains et assiste à au comportement ambigu de ces derniers face à la situation politique du pays et aux idées antisémites qui montent en puissance. On croise notamment Curzio Malaparte, en... Un mélange des genres très réussi dans lequel l'auteur jongle tour à tour entre roman dramatique, historique, d'amour ou encore témoignage d'une époque. Eugénia ou l'histoire d'une femme qui s'émancipe dans le contexte de la montée du nazisme et de la seconde guerre mondiale en Roumanie. Cette jeune étudiante n'hésite pas à s'affranchir des idées préconçues de sa famille et surtout de son frère aîné, qui participe activement à la Garde de fer, mouvement de soutien au nazisme et aux mesures antisémites de l'époque. Une rencontre avec sa professeur de littérature à l'université, Madame Costinas, marque un tournant dans l'idéologie d'Eugenia. Lors de la conférence de Mihail Sebastien, écrivain, des militants de la Garde de fer surgissent avec violence dans la salle. Ils s'en prennent à l'auteur et aux étudiants qui osent assister à cette conférence animée par un Juif. Cet épisode marque le début d'un cheminement intellectuel chez Eugenia. Elle prend conscience de la gravité des événements et des conséquences qu'ils engendrent. Eugenia fréquente les salons des intellectuels roumains et assiste à au comportement ambigu de ces derniers face à la situation politique du pays et aux idées antisémites qui montent en puissance. On croise notamment Curzio Malaparte, en tant que journaliste italien pour le Corriere della sera, dont l'attitude est plus que douteuse. S'il a fui le régime fasciste de son pays, il envoie des articles tronqués à son journal. Eugenia deviendra une journaliste engagée et s'impliquera dans la résistance, tout en mettant en danger la vie de celui qu'elle aime tant, l'écrivain Mihail Sebastien. Un amour particulier lie ces deux personnes, puisque lui ne semble pas l'aimer autant qu'elle. Il s'accoutume de sa présence, l'apprécie et la désire mais il ne se montre aucunement follement épris par Eugenia. Elle est lucide sur cet amour à sens unique mais elle s'en accoutumera et s'en contentera. Un livre addictif, d'une réalité effroyable qui met en scène un amour improbable dans un contexte historique empreint de tensions, le tout subtilement écrit. Je conseille vivement cette lecture.
              Lire la suite
              En lire moins
            • latina Posté le 21 Novembre 2018
              Ne comptez pas sur moi pour vous donner une leçon d’Histoire ! Je suis prof, d’accord, mais de français. Sachez juste que cet excellent écrivain nous a conté par le biais de sa narratrice Eugenia l’histoire de la Roumanie de 1935 à 1945 : les multiples revirements des hommes au pouvoir, les tergiversations du roi Carol II qui cédera sa place, les périodes de semi-dictature et les temps où la liberté est là, et puis le début de la guerre avec la Roumanie comme alliée presque forcée de l’Allemagne, le combat contre les Russes, puis avec les Russes. Il semble que les Roumains n’ont jamais su où se placer exactement. Mais Lionel Duroy, à travers sa narratrice, porte surtout son attention sur les Juifs, notamment par l’amour infini que porte Eugenia à un grand écrivain roumain et juif : Mihail Sebastian. Cette « question juive », dans ce roman détaillé, est décortiquée, analysée jusqu’au tréfonds. « De tous les peuples d’Europe, les Roumains, si fiers de leur sang, sont ceux qui haïssent le plus les juifs. Pourquoi ? Que viennent toucher les juifs de si douloureux dans le cœur des Roumains ? » « Qui rejetons-nous quand nous rejetons un Juif... Ne comptez pas sur moi pour vous donner une leçon d’Histoire ! Je suis prof, d’accord, mais de français. Sachez juste que cet excellent écrivain nous a conté par le biais de sa narratrice Eugenia l’histoire de la Roumanie de 1935 à 1945 : les multiples revirements des hommes au pouvoir, les tergiversations du roi Carol II qui cédera sa place, les périodes de semi-dictature et les temps où la liberté est là, et puis le début de la guerre avec la Roumanie comme alliée presque forcée de l’Allemagne, le combat contre les Russes, puis avec les Russes. Il semble que les Roumains n’ont jamais su où se placer exactement. Mais Lionel Duroy, à travers sa narratrice, porte surtout son attention sur les Juifs, notamment par l’amour infini que porte Eugenia à un grand écrivain roumain et juif : Mihail Sebastian. Cette « question juive », dans ce roman détaillé, est décortiquée, analysée jusqu’au tréfonds. « De tous les peuples d’Europe, les Roumains, si fiers de leur sang, sont ceux qui haïssent le plus les juifs. Pourquoi ? Que viennent toucher les juifs de si douloureux dans le cœur des Roumains ? » « Qui rejetons-nous quand nous rejetons un Juif ? Ne serait-ce pas une part de nous-mêmes que nous lui prêtons malgré lui ? Comme si, au fil des siècles, nous avions pris pour habitude de porter au crédit des juifs tout ce que nous n’aimons pas en nous, tout ce que nous voudrions détruire en nous. Comme s’il nous avait fallu désigner un bouc émissaire pour, en quelque sorte, nous délester de notre part sombre ». Cette question est universelle parce que le lecteur se sent touché : pourquoi éprouvons-nous de la haine envers quelqu’un au point de le rejeter ? Comment réagir face au traitement inhumain que supportent les Juifs ? La narratrice est horrifiée par le pogrom de Jassy (en 1942) où les Juifs sont pourchassés comme des chiens et tués à bout portant dans les rues, hommes, femmes, enfants, vieillards. Et en même temps, Eugenia veut comprendre. Ses fréquentations l’amènent à contenir sa révolte pour s’interroger. « En nous laissant guider par notre indignation, nous l’avons empêché de développer son point de vue. Songez à ce que nous avons raté ! » « On parachève la rupture en prêtant à l’autre les sentiments les plus méprisables et les mieux à même d’éveiller la haine ». Jamais il n’y a dichotomie, tout est dans la complexité. C’est d’ailleurs pour cela qu’Eugenia a quitté son emploi de journaliste. « Le journalisme est impuissant à rendre compte de notre incroyable complexité car ce qu’on devine d’une personne n’est pas considéré comme une information. (...) Je ne peux réduire ces hommes à leur inhumanité, je dois dire aussi de quelle façon ils sourient à leur femme, avec quelle tendresse ils caressent les cheveux de leurs enfants, car sinon ce serait feindre de les comprendre alors qu’en vérité ils nous confrontent à quelque chose d’inexplicable. (...) Il faut cesser de poser des questions et s’introduire dans l’intimité des gens, bourreaux et victimes, les écouter parler, ne pas les interrompre, ne pas les contredire surtout, acquiescer silencieusement à tout ce qu’ils disent. C’est notre seul espoir pour saisir un peu de notre complexité ». Je pourrais encore recopier une infinité de passages, mais j’ai pitié de vous, et d’ailleurs, ce n’est pas un cours que je veux donner, c’est un ressenti. Je le résume tout net : j’adore plonger dans les racines des faits, dans la profondeur des êtres. Et ici, j’ai été servie, et bien servie ! La lecture s’est opérée très lentement, car tout a une importance. Si les faits historiques sont bien décortiqués, c’est surtout la réaction des gens qui m’intéresse, que ce soit des bourreaux, des victimes, ou de l’héroïne. Les écrivains aussi font partie de l’histoire, comme Malaparte, l’ambigu, ou Mircea Eliade, le beaucoup moins ambigu ! J’ai découvert le sombre écrivain Mihail Sebastian à travers les nombreux passages de son Journal et de son roman « Depuis deux mille ans », cités par Eugenia, la femme qui l’aime, et non la femme qu’il aime. Je vous conseille donc, pour connaitre les faits précis, de vous reporter à une autre critique de Babelio que la mienne, mais en attendant, je ne peux que vous inciter à lire ce roman qui nous interpelle en tant qu’humains et qui nous cogne à la vie.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Bloblo Posté le 8 Octobre 2018
              Nous suivons tout au long de ce livre Eugenia, roumaine, journaliste engagée, amoureuse d'un juif pendant la guerre 39-45 en Roumanie. J'ai énormément appris tout au long de ce roman sur le pogrom de Jassy, le rôle de la Roumanie dans la guerre et l'organisation d'actes de résistance mais j'ai eu du mal à rentrer dans l'histoire de Lionel Duroy. le style, entre récit historique et roman, comme si l'auteur n'avait pu se décider, m'a dérangée. Il faut patienter quelque 200 pages avant que L Histoire ne s'emballe et happe le lecteur avant de retomber dans les quelque 50 dernières pages. Je le recommande néanmoins aux passionnés de la deuxième guerre mondiale pour son côté historique.
            • rosalinda89 Posté le 6 Septembre 2018
              Moi, qui déteste le livres qui parlent de la guerre, je me suis prise au jeu par ce magnifique roman, qui raconte la Roumanie fasciste, mais ainsi l'histoire d'amour d'Eugenia. C'est un roman qui fascine et dont on sort avec la conviction que on a lu une grande oeuvre.
            ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE JULLIARD
            Les éditions Julliard sont spécialisées dans la littérature française contemporaine. Julliard ne cesse de découvrir de nouveaux talents et d'enrichir son catalogue avec des textes d'auteurs à la personnalité toujours singulière, et au style inimitable. Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.