En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Eugenia

        Julliard
        EAN : 9782260030461
        Façonnage normé : EPUB3
        DRM : Watermark (Tatouage numérique)
        Eugenia

        Date de parution : 01/03/2018

        À la fin des années trente, parce qu’elle est tombée sous le charme d’un romancier d’origine juive, Eugenia, une jeune et brillante étudiante roumaine, prend soudain conscience de la vague de haine antisémite qui se répand dans son pays. Peu à peu, la société entière semble frappée par cette gangrène...

        À la fin des années trente, parce qu’elle est tombée sous le charme d’un romancier d’origine juive, Eugenia, une jeune et brillante étudiante roumaine, prend soudain conscience de la vague de haine antisémite qui se répand dans son pays. Peu à peu, la société entière semble frappée par cette gangrène morale, y compris certains membres de sa propre famille. Comment résister, lutter, témoigner, quand tout le monde autour de soi semble hypnotisé par la tentation de la barbarie ?
        Avec pour toile de fond l’ascension du fascisme européen, ce roman foisonnant revient sur un épisode méconnu de la Seconde Guerre mondiale, l’effroyable pogrom de Jassy. Portrait d’une femme libre, animée par le besoin insatiable de comprendre l’origine du mal, ce livre est aussi une mise en garde contre le retour des heures les plus sombres de l’Histoire.

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782260030461
        Façonnage normé : EPUB3
        DRM : Watermark (Tatouage numérique)
        Julliard
        14.99 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • mguy Posté le 5 Septembre 2018
          Ce roman passionnant traite de la Roumanie avant et pendant la Seconde Guerre Mondiale, alors que le fascisme triomphe en Europe. On apprend beaucoup sur cette période à-travers le regard d'Eugenia, jeune femme issue d'une famille profondément antisémite, comme la plupart des Roumains de cette période. Eugenia l'est également, juste avant son amitié avec un de ses professeurs, femme d'une grande justice. Ce professeur va faire venir au lycée un grand intellectuel roumain, mais qui est Juif. Sa venue va créer des actes de violence au sein du lycée, organisée par des membres de la Légion de la garde de Fer, parti fasciste roumain, et dont un des frères d'Eugenia est un des organisateurs. Cet événement et cette rencontre va profondément bouleverser Eugenia, qui va totalement changer de point de vue. Un très beau roman, passionnant et instructif à la fois ! On apprend également la situation complexe de la Roumanie durant la Seconde Guerre Mondiale, tiraillée entre deux extrémismes : le communisme de Staline, et l'Allemagne d'Hitler. Vraiment à découvrir !
        • enjie77 Posté le 29 Août 2018
          Nous sommes à Bucarest, au lendemain des obsèques du dramaturge juif roumain Mihail Sebastian, renversé par un camion, le 29 mai 1945. Eugénia se souvient, elle nous invite à remonter le temps. Elle nous confie sa belle histoire d’amour avec cet écrivain qu’elle a aimé passionnément mais qui le lui rendait négligemment, amoureux qu’il était lui-même d’une belle actrice, Lény Caler, totalement infidèle et nous pénétrons, avec elle, la terrifiante Histoire de la Roumanie fasciste des années 30 aux années 40. Madame Irina Costinas, professeure de littérature d’Eugénia, a invité, malgré l’atmosphère antijuive qui règne dans les universités, Mihail Sebastian, de son vrai nom Iosif Hechter. Elle espère inciter ses élèves, en s’appuyant sur le dernier ouvrage de Mihail « Depuis deux mille ans », à penser autrement. Sous les yeux d’Eugénia qui est issue d’un milieu familial où il est normal de considérer les juifs comme des êtres à part, soient des parasites, soient des familles immensément riches, l’écrivain est agressé par des étudiants, adeptes de la Garde de Fer dont son propre frère est également adhérent. C’est à cet instant précis qu’Eugénia va prendre conscience de la haine maladive qui submerge la Roumanie et admirant le courage de son... Nous sommes à Bucarest, au lendemain des obsèques du dramaturge juif roumain Mihail Sebastian, renversé par un camion, le 29 mai 1945. Eugénia se souvient, elle nous invite à remonter le temps. Elle nous confie sa belle histoire d’amour avec cet écrivain qu’elle a aimé passionnément mais qui le lui rendait négligemment, amoureux qu’il était lui-même d’une belle actrice, Lény Caler, totalement infidèle et nous pénétrons, avec elle, la terrifiante Histoire de la Roumanie fasciste des années 30 aux années 40. Madame Irina Costinas, professeure de littérature d’Eugénia, a invité, malgré l’atmosphère antijuive qui règne dans les universités, Mihail Sebastian, de son vrai nom Iosif Hechter. Elle espère inciter ses élèves, en s’appuyant sur le dernier ouvrage de Mihail « Depuis deux mille ans », à penser autrement. Sous les yeux d’Eugénia qui est issue d’un milieu familial où il est normal de considérer les juifs comme des êtres à part, soient des parasites, soient des familles immensément riches, l’écrivain est agressé par des étudiants, adeptes de la Garde de Fer dont son propre frère est également adhérent. C’est à cet instant précis qu’Eugénia va prendre conscience de la haine maladive qui submerge la Roumanie et admirant le courage de son professeure, elle va lui prêter main forte pour protéger l’écrivain. Et Eugénia va se rappeler avoir souligné, avant l’intervention de Mihail, ce passage de l’ouvrage ; début prometteur et annonciateur de l’étincelle de lumière qui va participer à son éveil : « Boulevard Elisabeta, un groupe d’adolescents en uniforme vendait des journaux. - Les mystères du sacrifice rituel ! Mort aux youtres ! Je ne sais pas pourquoi je me suis arrêté. D’habitude, je passe mon chemin tranquillement parce que ce cri est déjà ancien, presque familier. Cette fois-ci , je suis resté là, surpris, comme si je comprenais soudain, pour la première fois, le sens de ces syllabes. Etrange. Ces gens parlent de mort et précisément de la mienne. Et moi, je passe à côté d’eux sans faire attention, l’esprit ailleurs, les entendant à peine. Pourquoi est-il si facile, dans une rue roumaine, de crier « A mort » sans que personne daigne tourner la tête ? La mort me semble-t-il est tout de même une chose assez sérieuse. Un chien écrasé sous les roues d’une auto, cela suffit déjà pour un instant de silence. Si quelqu’un s’installait à un carrefour pour scander, par exemple, « mort aux hérissons ! » je suppose que les passants montreraient un minimum d’étonnement. Réflexion faite, ce qui est grave, ce n’est pas que trois gars puissent se poster à un coin de rue pour hurler « mort aux youpins » mais que leur cri puisse passer inaperçu banal comme la cloche d’un tramway ». A partir de ce jour, sa vie va basculer entre amour de cet homme, prises de conscience multiples, regard critique plus affûté sur l’entourage, nécessité de s’engager dans la résistance devant le fascisme, nécessité de témoigner devant la découverte, en tant que journaliste, de l’horreur du pogrom de Jassy en 1941, incompréhension devant la barbarie de cette boucherie, incompréhension devant le déni de la société du massacre de 13226 juifs. C’est un livre admirable, exceptionnel, criant de vérités, intelligent, très intelligent, un excellent cours d’histoire pour les férus de mon acabit. Eugénia raconte et l’emploi du « Je » tout au long de ses réflexions donne une profondeur indiscutable à ce livre comme on en rencontre peu. Habituellement, nous avons un récit, un constat, mais là, nous participons à ses interrogations qu’elles soient humanistes, philosophiques, ethnographiques, aux prises de position de ceux qui l’entourent. Elle mène un combat malgré le déni de ses propres parents, elle surmontera l’affection qu’elle leur porte pour ne jamais renoncer à ses idéaux. Ce qui donne cet accent de vérité, d’authenticité, c’est que seule notre héroïne est fictive. La trame de cet ouvrage s’appuie sur le journal de Mihail Sebastian ainsi que sur une bibliographie citée en fin du livre. Quant au pogrom de Jassy, le récit s’appuie sur des extraits tirés de l’œuvre de Curzio Malaparte. Lionel Duroy réussi un mélange entre la grande et la petite histoire d’une exceptionnelle qualité. Nous y rencontrons les admirateurs d’Hitler, de La Garde de Fer, adeptes des théories antisémites comme Mircea Eliade, Emil Cioran. Toutes les chroniques sur ce livre sont unanimes et je remercie Archie pour les échanges que nous avons eus à cet effet. C’est un livre que je n’oublierai pas.
          Lire la suite
          En lire moins
        • AudreyT Posté le 28 Août 2018
          ***,* Eugenia vient d’apprendre l’accident et la mort de l’homme qu’elle aime depuis plus de 10 ans. Cet homme qui l’a vu grandir, se responsabiliser, s’affirmer et se positionner avec force et courage dans une Roumanie anti sémite... Elle va tenter de renouer avec ces années et remonter le fil de son histoire... Le dernier roman de Lionel Duroy n’est pas des plus faciles à aborder. Foisonnant de détails historiques, il mêle avec simplicité et juste une petite histoire dans la grande. Eugenia est une jeune fille, une femme, qui ne peut pas laisser indifférent : à la fois libre de ses idées, elle est enfermée dans un amour plus grand qu’elle, qui lui demande énergie et partage. Élevée dans une famille anti sémite, elle va s’ouvrir au monde et en comprendre la complexité. Un très bon roman pour lequel je remercie NetGalley et les éditions Julliard.
        • Annette55 Posté le 13 Août 2018
          Inutile d'écrire un long commentaire , tout a été dit déjà . Quel livre! Voici une fresque historique solidement charpentée , formidablement travaillée et documentée par un auteur que j'admire beaucoup loin de " Chagrin "et d'autres romans où il revisitait son histoire personnelle sans jamais donner l'impression à son lecteur de se répéter ! Mais là , sa plume généreuse , puissante nous embarque grâce à un solide travail documentaire , au plus près de la fin des années 30 et la période de la guerre 39- 45, en Roumanie , en dévoilant d'une maniére vertigineuse les heures les plus fiévreuses de ce pays , allié à une intrigue romanesque forte autour de la brillante et jeune étudiante Eugenia Radulescu , tombée sous le charme de Mihail Sebastian un romancier d'origine juive ! Un roman passionnant , addictif, fin , fouillé et intelligent qui m'a absorbée du début à la fin tant il est pétri de vérité, sensibilité , émotion puisque les faits sont avérés . Mêlant la souffrance et la guerre, l'amour et la tourmente, dévoilant un épisode méconnu de la Seconde Guerre Mondiale , grâce à un gros travail d'investigation semblable... Inutile d'écrire un long commentaire , tout a été dit déjà . Quel livre! Voici une fresque historique solidement charpentée , formidablement travaillée et documentée par un auteur que j'admire beaucoup loin de " Chagrin "et d'autres romans où il revisitait son histoire personnelle sans jamais donner l'impression à son lecteur de se répéter ! Mais là , sa plume généreuse , puissante nous embarque grâce à un solide travail documentaire , au plus près de la fin des années 30 et la période de la guerre 39- 45, en Roumanie , en dévoilant d'une maniére vertigineuse les heures les plus fiévreuses de ce pays , allié à une intrigue romanesque forte autour de la brillante et jeune étudiante Eugenia Radulescu , tombée sous le charme de Mihail Sebastian un romancier d'origine juive ! Un roman passionnant , addictif, fin , fouillé et intelligent qui m'a absorbée du début à la fin tant il est pétri de vérité, sensibilité , émotion puisque les faits sont avérés . Mêlant la souffrance et la guerre, l'amour et la tourmente, dévoilant un épisode méconnu de la Seconde Guerre Mondiale , grâce à un gros travail d'investigation semblable à celui d' un journaliste lorsqu'il s'agit de la compréhension de l'antisémitisme, forcené, ses racines , cette haine viscérale , cette gangrène morale qui sévissait alors en Roumanie , un pays écartelé entre ses alliés de14- 18 et l'avidité de ses deux voisins ....Pourquoi ce mal absolu ? Comment comprendre ses origines ? L'auteur nous offre un point de vue inédit de cette douloureuse période . Il nous met en garde contre un éventuel retour de ces heures sombres . Comment lutter , témoigner quand les personnes autour de vous semblent hypnotisées , même au sein de votre famille par la tentation de la barbarie? Du pire? Ce roman émouvant me semble le plus abouti de ce grand écrivain ! Un grand bonheur de lecture mariant l'intime , l'histoire et l'universel !
          Lire la suite
          En lire moins
        • visages Posté le 26 Juillet 2018
          Coup de coeur pour ce roman conseillé par Diablotino! Lionel Duroy allie fiction et réalité historique pour construire un roman puissant qui, non seulement rappelle les événements tragiques de la seconde guerre mondiale par le prisme de l'antisémitisme en Roumanie, mais surtout interpelle sur la notion d'engagement,de capacité d'indignation et d'acceptation , sur ce qui peut pousser un peuple à commettre l'horreur.Transversalement L.Duroy sollicite également le lecteur à s'interroger sur de nombreux sujets: le rôle du journaliste, sa posture; sur la relation amoureuse ; sur le rapport à l'écriture; sur le lien filial et ce qui le met à l'épreuve;sur la nécessité de se délester du poid familial pour exister en tant que sujet libre et ce qui en est alors de l'ambivalence entre l'amour persistant malgrès les profonds désaccords... J'ai été touchée par Eugénia, personnage qui prête à l'identification parce que l'auteur nous permet d'investir son histoire tant par le biais de ses émotions que de sa réfléxion. J'ai suivi la métamorphose d'une jeune fille timide, naïve et qui ne s'etait jamais autorisé un autre regard sur le monde que celui posé par ses parents puis à l'éclosion de sa prise de conscience brutale d'un monde injuste et même... Coup de coeur pour ce roman conseillé par Diablotino! Lionel Duroy allie fiction et réalité historique pour construire un roman puissant qui, non seulement rappelle les événements tragiques de la seconde guerre mondiale par le prisme de l'antisémitisme en Roumanie, mais surtout interpelle sur la notion d'engagement,de capacité d'indignation et d'acceptation , sur ce qui peut pousser un peuple à commettre l'horreur.Transversalement L.Duroy sollicite également le lecteur à s'interroger sur de nombreux sujets: le rôle du journaliste, sa posture; sur la relation amoureuse ; sur le rapport à l'écriture; sur le lien filial et ce qui le met à l'épreuve;sur la nécessité de se délester du poid familial pour exister en tant que sujet libre et ce qui en est alors de l'ambivalence entre l'amour persistant malgrès les profonds désaccords... J'ai été touchée par Eugénia, personnage qui prête à l'identification parce que l'auteur nous permet d'investir son histoire tant par le biais de ses émotions que de sa réfléxion. J'ai suivi la métamorphose d'une jeune fille timide, naïve et qui ne s'etait jamais autorisé un autre regard sur le monde que celui posé par ses parents puis à l'éclosion de sa prise de conscience brutale d'un monde injuste et même barbare qui ébranle ses fondations.J'ai vécu avec elle l'indignation et la révolte mais aussi l'admiration pour des êtres, des rencontres qui vont la révéler à elle même et l'amener progressivement à dénoncer, prendre parti puis passer à l'action "si la guerre finit un jour ,nous traînerons cette indignité durant des décennies...Je me suis enfin décidée à admettre que nous ne sommes pas là pour vivre à tout prix, je veux dire , à n'importe quel prix."La 4ème de couverture souligne le besoin d'Eugenia de comprendre l'origine du mal et elle est , en effet, animée de cette volonté de creuser l'information, de passer de l'événement collectif à l'acte individuel,elle ne peut tolérer que le journalisme s'interdise l'introspection ou,pire encore, travestisse la réalité.Elle veut comprendre, fouiller, parvenir au coeur même de ce qui motive le passage à l'acte. Pourtant, je me demande si au delà de cette quête de l'origine du mal, il n'y a pas avant tout, le besoin vital de redonner visage humain au monstre qu'on a croisé...Le besoin de croire,pour accepter de faire encore partie des Hommes,que l'être ne se résume pas à l'acte et que derrière ce qui est abjecte se cache une histoire , des valeurs qui sans l'en excuser expliquent l'acte irréparable.Elle déploie son énergie à tenter d'accéder au paradigme "du bourreau" afin de donner du sens à ce qui l'a fait déraper.Elle veut parvenir à maîtriser sa répulsion pour se donner une chance de dépouiller le sujet sensible de sa carapace de tortionaire.Il me semble, en effet, qu'elle se dirrige de plus en plus vers cette nécessité ,qu'elle ne peut se résigner à accepter qu'il n'y ait rien d'autre que la cruauté pour expliquer les faits .Sa démarche ultime est d'ailleurs de tenter d'entendre des regrets."Ce qui m'interresse,c'est de savoir si à un moment vous avez éprouvé des regrets,si les scénes dont vous avez été témoin vous ont empêché de dormir certaines nuits..."Comment croire en l'humanité si cet espoir n'est plus permis? Merci beaucoup Diablotin pour ce prêt et merci L.Duroy pour ce magnifique roman!
          Lire la suite
          En lire moins
        ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE JULLIARD
        Les éditions Julliard sont spécialisées dans la littérature française contemporaine. Julliard ne cesse de découvrir de nouveaux talents et d'enrichir son catalogue avec des textes d'auteurs à la personnalité toujours singulière, et au style inimitable. Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com