RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Le Meurtre du Commandeur, livre 2 : La Métaphore se déplace

            Belfond
            EAN : 9782714479150
            Façonnage normé : EPUB3
            DRM : DRM Adobe
            Le Meurtre du Commandeur, livre 2 : La Métaphore se déplace

            Hélène MORITA (Traducteur), Tomoko OONO (Avec la collaboration de)
            Date de parution : 11/10/2018
            Alors que jusque-là je marchais normalement sur ce que je pensais être mon propre chemin, voilà que soudain celui-ci a disparu sous mes pas, et c’est comme si j’avançais simplement dans un espace vide sans connaître de direction, sans plus aucune sensation.
            Une jeune fille a disparu.
            Une jeune fille dont le narrateur avait entrepris de faire le portrait. Une jeune fille aux yeux comme une flamme gelée. Une jeune fille qui l’intrigue et qui pourrait être liée à Menshiki.
            Il va rendre visite au vieux peintre Tomohiko Amada. Là, dans la chambre d’hôpital,...
            Une jeune fille a disparu.
            Une jeune fille dont le narrateur avait entrepris de faire le portrait. Une jeune fille aux yeux comme une flamme gelée. Une jeune fille qui l’intrigue et qui pourrait être liée à Menshiki.
            Il va rendre visite au vieux peintre Tomohiko Amada. Là, dans la chambre d’hôpital, apparaît le Commandeur.
            Le Commandeur est prêt à offrir sa vie pour que la jeune fille soit retrouvée. Il faut faire revivre la scène du tableau, le Commandeur doit être poignardé.
            Le narrateur lui plante un couteau dans le cœur.
            Une trappe s’ouvre dans un coin de la chambre. Un personnage étrange en surgit, qui l’invite à entrer dans le passage souterrain. Le début d’un périple qui va conduire le narrateur au-devant des forces du mal… 
            Deuxième livre d’une œuvre exceptionnelle, dans la lignée du monumental 1Q84, un roman somme, ambitieux, profond. Deux tomes pour une odyssée initiatique étrange, inquiétante, envoûtante, où le maître Murakami dévoile ses obsessions les plus intimes.
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782714479150
            Façonnage normé : EPUB3
            DRM : DRM Adobe
            Belfond
            16.99 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Franka13 Posté le 11 Mai 2019
              Quel beau voyage on fait sur la planète d'Haruki Murakami.....et comme on regrette qu'il finisse quand on referme la dernière page !! Quel univers fantastique il nous invente et nous dépeint ! un monde qui sommeille dans nos consciences, peuplé de choses que l'on n'ose pas s'avouer à soi même et de mots que l'on n'ose pas dire, ces secrets et ces fantasmes qui nous habitent et qui mourront avec nous, ces univers parallèles qui nous sauveraient du banal quotidien et du conformisme, un monde étrange, hallucinant, un peu fou, un peu anxiogène mais finalement tellement moins cruel que celui dans lequel nous vivons ! Il prend tout son temps, MH, pour écrire et décrire tout ce qui fait la vie (amour, sexe, amitié, troubles adolescents, douleur du souvenir...) et son petit train train (nourriture, vêtements, voiture), pour faire de ses personnages, de vraies personnes, jusque dans le grain de peau, et enfin pour associer la nature, magnifiée par un processus de création artistique et onirique. Et quel humour ! A éclater, au détour d'une phrase, d'un rire spontané (quand notre peintre s'invente une super omelette volante disposant d'ailes magnifiques susceptible de faire Tokyo Osaka en moins de... Quel beau voyage on fait sur la planète d'Haruki Murakami.....et comme on regrette qu'il finisse quand on referme la dernière page !! Quel univers fantastique il nous invente et nous dépeint ! un monde qui sommeille dans nos consciences, peuplé de choses que l'on n'ose pas s'avouer à soi même et de mots que l'on n'ose pas dire, ces secrets et ces fantasmes qui nous habitent et qui mourront avec nous, ces univers parallèles qui nous sauveraient du banal quotidien et du conformisme, un monde étrange, hallucinant, un peu fou, un peu anxiogène mais finalement tellement moins cruel que celui dans lequel nous vivons ! Il prend tout son temps, MH, pour écrire et décrire tout ce qui fait la vie (amour, sexe, amitié, troubles adolescents, douleur du souvenir...) et son petit train train (nourriture, vêtements, voiture), pour faire de ses personnages, de vraies personnes, jusque dans le grain de peau, et enfin pour associer la nature, magnifiée par un processus de création artistique et onirique. Et quel humour ! A éclater, au détour d'une phrase, d'un rire spontané (quand notre peintre s'invente une super omelette volante disposant d'ailes magnifiques susceptible de faire Tokyo Osaka en moins de deux heures après avoir passé trois jours à se geler dans une fosse en pleine forêt, on se dit qu' Il faut beaucoup d'autodérision et d'humilité, de la part d'un écrivain de cette trempe, pour écrire ce genre de ....Métaphore !) Bref, on l'a compris, je fais partie désormais partie de la famille.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Marech20 Posté le 28 Avril 2019
              J'avais beaucoup apprécié le premier tome. Et au début de celui-ci, je mesuis demandé si je ne l'avais pas surestimé... Mais non. Encore une fois, je me suis laissée happer par l'histoire, l'atmosphère....et ai accepté comme si de rien n'était la partie d'irrationnel, un peu comme j'étais dans un conte. Et pourtant, cela ne me ressemble pas. Ou ne me ressemblait pas. Car cela m'a aussi poussé à réfléchir. Sur moi. Les signes. Les relations. Les Idées. Les coïncidences. Oserais-je dire, la vie....avec ce qu'elle comporte d'irrationnel. Ou pas.
            • hmurgia Posté le 19 Avril 2019
              Ce second volume est plus proche de l’univers de Murakami et m’a plu davantage. Marié disparaît et le commandeur puis un autre personnage de l’œuvre du vieux peintre vont conduire le narrateur à pénétrer dans un monde parallèle, celui des idées et des métaphores... Dans l’ensemble ce roman m’a laissée de côté, je lui ai trouvé des longueurs.
            • MarianneDardenne Posté le 27 Mars 2019
              Tellement déçue par la fin, alors que j'avais dévoré le début.
            • Davjo Posté le 23 Mars 2019
              Nous reprenons l’histoire là où nous l’avons laissée: un narrateur, peintre de métier, s’est mis en retrait de la société après la séparation d’avec sa femme. Il habite une maison sur une colline qui a appartenu à un grand peintre mourant. Il rencontre régulièrement son « voisin de colline », le mystérieux Menshiki, un quinquagénaire à la belle chevelure blanche, incarnation de la maîtrise de soi. Autour d’eux, des évènements surnaturels se produisent, une clochette qui sonne dans la nuit, un personnage qui sort d’une toile... Vient le deuxième dimanche de pose de Marie, accompagnée dans la petite Prius par Shoko, sa tante qui l’élève... Les journées du narrateur sont toujours chroniquées dans leur banalité, préparation des repas, heures de sommeil et de repos, temps consacré à la peinture et aux progrès de son monde intérieur ( il donne envie de se mettre à dessiner), rendez-vous avec ses voisins ou son ami Masahiko où il peut prendre des nouvelles de son père le vieux peintre. Il y a quelque chose de curieusement apaisant dans la lecture. Cela tient au ton tranquille et descriptif du narrateur qui semble accorder la même minutie à la dégustation d’une daurade qu’à l’émotion suscitée par l’apparition d’un... Nous reprenons l’histoire là où nous l’avons laissée: un narrateur, peintre de métier, s’est mis en retrait de la société après la séparation d’avec sa femme. Il habite une maison sur une colline qui a appartenu à un grand peintre mourant. Il rencontre régulièrement son « voisin de colline », le mystérieux Menshiki, un quinquagénaire à la belle chevelure blanche, incarnation de la maîtrise de soi. Autour d’eux, des évènements surnaturels se produisent, une clochette qui sonne dans la nuit, un personnage qui sort d’une toile... Vient le deuxième dimanche de pose de Marie, accompagnée dans la petite Prius par Shoko, sa tante qui l’élève... Les journées du narrateur sont toujours chroniquées dans leur banalité, préparation des repas, heures de sommeil et de repos, temps consacré à la peinture et aux progrès de son monde intérieur ( il donne envie de se mettre à dessiner), rendez-vous avec ses voisins ou son ami Masahiko où il peut prendre des nouvelles de son père le vieux peintre. Il y a quelque chose de curieusement apaisant dans la lecture. Cela tient au ton tranquille et descriptif du narrateur qui semble accorder la même minutie à la dégustation d’une daurade qu’à l’émotion suscitée par l’apparition d’un fantôme. En refusant les émotions faciles du thriller, l’écrivain nous imprègne de ses images comme un peintre qui donne la dernière touche de couleur. L’intrigue avance par petites touches, une rencontre entre Menshiki et les deux femmes, une liaison cachée qui se noue. Et soudain un personnage disparaît, le roman peut accélérer dans son final. Il bascule dans le fantastique des mondes parallèles et du temps aboli. C’est un roman qui relie les choses entre elles et les entrecroise peu à peu pour que la lumière surgisse. Des évènements du passé font sens dans le présent ( une femme tuée par un essaim d’abeilles, une petite fille qui se glisse dans un trou à l’intérieur d’une grotte, un japonais qui participe à un complot contre Hitler...). Les personnages sont des êtres qui cherchent des cachettes secrètes qui sont à la fois refuges et cachots. Qui se laissent enfermer pour mieux ressurgir à la lumière. Les couloirs mystérieux deviennent des goulots d’étranglement. Le fantastique de Murakami fait émerger les peurs et les envies mythologiques de l’enfance, tunnels qui communiquent mystérieusement entre eux, passages secrets et raccourcis dans les forêts, belle maison moderne et chambre de Barbe-Bleu. Quand au meurtre du titre, on comprend à la toute fin. C’est un roman qu’on referme avec un petit sourire, le regard vague, flottant au loin vers des collines imaginaires, des villas blanches et vaporeuses, des forêts au sanctuaire de pierre. Attention, la petite clochette va tinter, mais était-ce dans la réalité ou dans le rêve ?
              Lire la suite
              En lire moins
            Toute l'actualité des éditions Belfond
            Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.

            Lisez maintenant, tout de suite !

            • Par Belfond

              25 livres à offrir pour Noël

              Ça y est, Noël approche… Des cadeaux à offrir, des idées à avoir, bref, le début de la catastrophe ! Alors pour vous faciliter la vie, on vous a concocté une liste de cadeaux aux petits oignons, histoire de voyager en littérature…

              Lire l'article