RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Un Monde sans fin - Edition spéciale série

            Robert Laffont
            EAN : 9782221134726
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : DRM Adobe
            Un Monde sans fin - Edition spéciale série

            Collection : Romans étrangers Laffont
            Date de parution : 29/11/2012

            Avec des photos de la série-événement "Un Monde sans fin" difusée sur Canal+.

            Ken Follett a conquis le monde avec Les Piliers de la terre, monumentale saga qui prenait place dans l’Angleterre du XIIe siècle…
            … Deux siècles plus tard, la ville de Kingsbridge et sa cathédrale sont au coeur d’une nouvelle...

            Avec des photos de la série-événement "Un Monde sans fin" difusée sur Canal+.

            Ken Follett a conquis le monde avec Les Piliers de la terre, monumentale saga qui prenait place dans l’Angleterre du XIIe siècle…
            … Deux siècles plus tard, la ville de Kingsbridge et sa cathédrale sont au coeur d’une nouvelle grande fresque épique
            .

            1327. Quatre enfants sont les témoins d’une poursuite meurtrière dans les bois : un chevalier tue deux soldats au service de la reine, avant d’enfouir dans le sol une lettre mystérieuse, dont le secret pourrait mettre en danger la couronne d’Angleterre. Ce jour lie à jamais leurs sorts…
            L’architecte de génie, la voleuse éprise de liberté, la femme idéaliste, le moine dévoré par l’ambition… Mû par la foi, l’amour et la haine, le goût du pouvoir ou la soif de vengeance, chacun devra se battre pour accomplir sa destinée dans un monde en pleine mutation – secoué par les guerres, terrassé par les famines, et ravagé par la Peste noire. Prospérités éphémères, famines, guerres cruelles, ravages féroces de la peste noire…
            Appuyée sur une documentation historique remarquable, cette fresque épique dépeint avec virtuosité toutes les émotions humaines, à travers un demi-siècle d’histoire mouvementée…

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782221134726
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : DRM Adobe
            Robert Laffont
            13.99 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • MarieLovesBooks Posté le 30 Avril 2019
              Ken Follett est un de mes auteurs préférés. Oui mais voilà, depuis ma lecture des Piliers de la terre il y a deux ans, je n'avais rien lu de l'auteur, et les 1300 pages d'Un monde sans fin m'intimidaient énormément. Je suis ravie de vous annoncer que j'ai retrouvé le même plaisir intact à la lecture de celui-ci que pour les Piliers de la terre. Ce que j'adore par-dessus tout avec Ken Follett c'est qu'il arrive à m'immerger pleinement dans son histoire dès le prologue. Avec lui pas besoin d'attendre 100 ou 200 pages pour être dans l'histoire, il capte d'entrée de jeu mon attention. Et sur un pavé de 1300 pages il me semble que c'est un exploit assez important pour être souligné. La présentation des personnages est claire, limpide. L'auteur nous facilite l'identification et tant mieux car il y en a beaucoup. Lorsque l'on rencontre Gwenda elle n'est qu'une enfant de 8 ans. Elle est la fille d'un homme peu scrupuleux, un horrible personnage. Sa famille est pauvre et pour survivre Gwenda est obligée de voler, encouragée par son père dans ses méfaits. Dans une des premières scènes on assiste à la cérémonie religieuse de la Toussaint dans la cathédrale de Kingsbridge. Sont... Ken Follett est un de mes auteurs préférés. Oui mais voilà, depuis ma lecture des Piliers de la terre il y a deux ans, je n'avais rien lu de l'auteur, et les 1300 pages d'Un monde sans fin m'intimidaient énormément. Je suis ravie de vous annoncer que j'ai retrouvé le même plaisir intact à la lecture de celui-ci que pour les Piliers de la terre. Ce que j'adore par-dessus tout avec Ken Follett c'est qu'il arrive à m'immerger pleinement dans son histoire dès le prologue. Avec lui pas besoin d'attendre 100 ou 200 pages pour être dans l'histoire, il capte d'entrée de jeu mon attention. Et sur un pavé de 1300 pages il me semble que c'est un exploit assez important pour être souligné. La présentation des personnages est claire, limpide. L'auteur nous facilite l'identification et tant mieux car il y en a beaucoup. Lorsque l'on rencontre Gwenda elle n'est qu'une enfant de 8 ans. Elle est la fille d'un homme peu scrupuleux, un horrible personnage. Sa famille est pauvre et pour survivre Gwenda est obligée de voler, encouragée par son père dans ses méfaits. Dans une des premières scènes on assiste à la cérémonie religieuse de la Toussaint dans la cathédrale de Kingsbridge. Sont réuni des gens fortunés, chevaliers, comtes, hommes d'église et gens du peuple. Gwenda est envoyé par son père dans la foule pour dérober une bourse pleine de pièces, attaché à la ceinture d'un homme, le chevalier Sieur Gerald. Après la célébration de la Toussaint, c'est là que tous nos personnages (enfants) vont se rencontrer, et être liés par un secret. Alors qu'ils sont en forêt, Merthin, Wulfric, Caris et Gwenda sont témoins d'une violente scène, ils voient un chevalier tuer deux soldats de la reine. Celui-ci blessé, va demander aux enfants de l'aider à enfouir dans le sol une lettre mystérieuse. Et voilà que nos protagonistes sont liés à jamais par ce secret dont ils ignorent l'ampleur, et dont nous lecteurs, devront attendre plus de mille pages pour le découvrir. Le personnage de Caris m'a le plus marqué. Elle ne veut pas consacrer sa vie à un homme, elle ne veut pas d'un maître, elle veut un amant, vivre aux côtés de Merthin sans les contraintes du mariage. (p.359) Ken Follett met en scène autant de personnages masculins que féminins. Ici c'est Caris qui porte tout le roman. Elle est la figure emblématique du travail, de l'humilité, et de la détermination. À travers ses personnages féminins Ken Follett illustre bien la difficulté pour celles-ci de se soustraire à l'autorité paternelle. Tout au long du bouquin, chaque petite victoire sera immédiatement durement payée. Les femmes fortes et intelligentes, apportant des idées nouvelles, ou tout simplement en faisant les choses différemment, seront accusées de paganisme et de sorcellerie. Le roman se déroule sur 34 ans de 1327 à 1361, en Angleterre principalement mais aussi en France quelque temps. Le roi Henri II d'Angleterre a déclaré la guerre à la France. Il a besoin de toutes les ressources nécessaires pour la financer. (p.450) On a l'impression de lire des chroniques historiques tant certaines scènes sont très détaillées et précises, sur la gestion du couvent par exemple, du prieuré, du déroulement de la foire... Les drames et les catastrophes s'enchaînent : un toit de la cathédrale qui s'écroule, puis c'est le pont de la ville. L'écroulement du pont est une grande catastrophe, et fait de nombreux morts. Cette scène dramatique est particulièrement marquante. Suite à l'effondrement du pont, Godwyn pense que c'est une punition divine pour les péchés des habitants et que c'est dû au laxisme des moines et des religieuses. du coup il décide fermement de la séparation des deux. L'auteur démontre bien l'importance du pont et de sa reconstruction car il relie le comté du Shiring à celui de Kingsbridge, et sans pont la foire de Kingsbridge est compromise. Celle-ci a des retombées économiques plus qu'importantes pour les habitants. Merthin est un architecte, descendant des premiers bâtisseurs de la cathédrale d'origine. C'est un homme visionnaire, qui devra se battre pour faire entendre ses idées novatrices. Il va être très lié à Caris, d'ailleurs tous les personnages ont un lien. Caris se rend à la foire de Shiring pour vendre sa bure. Étant donné que la foire de Kingsbridge est très peu fréquentée après l'effondrement du pont. Elle y apprend auprès d'un vendeur de tissu italien qu'il utilise de la garance pour colorer le tissu en rouge et de l'alun pour fixer la couleur (minerai venu de Turquie). Pour le bleu, les anglais utilisent de la guède et le marchand lui parle de l'indigo qui vient du Bengale, acheté à Alexandrie par les italiens. La religion et la vie paroissiale a une place importante dans le roman. Tout tourne autour de la cathédrale, ce sont les moines qui ont la main mise sur la gestion de la ville. L'auteur aime appuyer là où ça fait mal, et il adore taper sur l'église et ses représentants. Il dépeint des moines cupides et des hauts dirigeants de l'église corrompus et vils. [élément spoilant] La terrible épidémie de peste venue d'Italie arrive à Kingsbridge (encore un coup dur). Les habitants de la ville vont devoir affronter cette terrible calamité dont ils ignorent tout. Et c'est Caris qui va briller par son sang-froid et son professionnalisme. Elle va veiller et apaiser les malades. Je tenais à parler de la peste car c'est un passage dans le roman qui est très poignant et je ne m'y attendais pas. [fin de spoil] En bref dans cette fresque vous aurez un aperçu de pleins de thèmes différents : la vie au couvent, les travaux et réparations, l'architecture, la guerre entre Angleterre et France, les tactiques et stratégies militaires, le commerce, la vie de la ferme, la pauvreté, le travail, la religion, le filage et la teinture des textiles, la place de la femme, la mort, la maladie. Les personnages sont marquants, entre amour impossible, cruauté, désir de vengeance, combat pour la liberté, querelles et secrets, c'est une fresque immense au rythme effréné, impossible de s'y ennuyer. Si j'ai un reproche à faire ce serait celui-ci : le manque de profondeur psychologique et de nuances. le méchant est très méchant. de plus, tout comme pour Les piliers de la terre, je ne mets pas un 5/5 car je n'aime pas les scènes de viol à répétition, ni la façon de décrire systématiquement les seins des femmes. Ce que j'ai le plus aimé : #9658; le destin fascinant des personnages #9658; le personnage de Caris, une femme remarquable #9658; les détails historiques sur la vie de l'époque Ce que j'ai moins aimé : #9658; un petit manque de profondeur psychologique. #9658; scènes de viol répétitives Est-ce que je vous le conseille ? Oui car c'est une fresque historique palpitante et passionnante !
              Lire la suite
              En lire moins
            • GridouSchep Posté le 6 Avril 2019
              Suite des Piliers de la Terre, Ken Follet nous présente un nouveau roman historique passionant à lire. Toujours aussi bien documenté, il nous livre un second roman historique à la hauteur du premier. Même si l'auteur a très bien compris ce qui fonctionne dans l'écriture d'un roman qui parfoie laisse peu de surprise, ce roman reste à lire absolument lorsque l'on aime les romans historiques sur la fin du Moyen-Âge.
            • Florian-7 Posté le 29 Mars 2019
              Ca faisait des années que ce livre me faisait de l'œil, mais j'avais toujours un peut peur de me lancer dans un livre de cette taille (1339 pages en version poche, c'est pas un petit ouvrage pas vrai ?) et de ne pas le terminer, mais voila, la lecture commune faite avec une autre personne m'a vraiment motiver à lire ce livre. Et puis de toute manière, après avoir lu Les pilliers de la Terre, il fallait absolument que je lise a suite, donc une raison de plus d'être bien motivé à la lire. Et voila, c'est chose faite, j'ai terminé ! Et quel ouvrage, quelle merveille, quelle aventure ! Lancez-vous dans ce livre les yeux fermés (façon de parler, car lire un livre les yeux fermés n'est pas chose aisée... si si, essayez vous verrez...) ! Ce second tome de la trilogie des Pilliers de la Terre nous ramène à Kingsbridge, ville fictive crée par l'auteur, qui se situe en Angleterre. On revient donc quelques décennies après dans cette ville ou maintes choses se passent au même titre que dans le premier tome. La ville à bien évoluer depuis toutes ces années écoulées, et forcément les familles changent, les personnages des... Ca faisait des années que ce livre me faisait de l'œil, mais j'avais toujours un peut peur de me lancer dans un livre de cette taille (1339 pages en version poche, c'est pas un petit ouvrage pas vrai ?) et de ne pas le terminer, mais voila, la lecture commune faite avec une autre personne m'a vraiment motiver à lire ce livre. Et puis de toute manière, après avoir lu Les pilliers de la Terre, il fallait absolument que je lise a suite, donc une raison de plus d'être bien motivé à la lire. Et voila, c'est chose faite, j'ai terminé ! Et quel ouvrage, quelle merveille, quelle aventure ! Lancez-vous dans ce livre les yeux fermés (façon de parler, car lire un livre les yeux fermés n'est pas chose aisée... si si, essayez vous verrez...) ! Ce second tome de la trilogie des Pilliers de la Terre nous ramène à Kingsbridge, ville fictive crée par l'auteur, qui se situe en Angleterre. On revient donc quelques décennies après dans cette ville ou maintes choses se passent au même titre que dans le premier tome. La ville à bien évoluer depuis toutes ces années écoulées, et forcément les familles changent, les personnages des premiers tomes ne sont plus, même si le lien avec ces ancêtres est parfois bien présent. On découvre donc de nouveaux personnages, avec chacun leur histoire. Le fait de suivre certains protagonistes depuis leur enfance (Merthin, Caris, Gwenda, Ralph) nous force directement à nous attacher à ces jeunes gens. Leur histoire nous fait passer par toutes sortes d'émotions : joie, tristesse, inquiétude, satisfaction... tout y es... A chaque passage un nouveau rebondissement, on ne s'ennuie jamais... 1339 pages qui en paraissent seulement 500, et encore... Ce ne sont pas presque 1400 pages de blabla, mais bel et bien des péripéties de chaque instant, le livre ne pourrait clairement pas être moins volumineux, ou alors ce serait au détriment d'informations cruciales et très utile, car rien n'est laisser au hasard, rien n'est inutile dans ce livre. Le dénouement quant à lui est véritablement satisfaisant, je suis très content de la fin, mais tellement triste de devoir abandonner tout ces personnages, on à envie de continuer à lire leur vie, de partager leur pensées et sentiments... Bref, heureux mais triste d'avoir terminer, et pour moi c'est justement ce qui fait d'un livre un excellent livre : un livre qu'on est chagriné de terminer... Une chose est sûre : j'ai hâte de lire le troisième et dernier tome Une colonne de feu !
              Lire la suite
              En lire moins
            • Wilena Posté le 28 Mars 2019
              Un de mes livres préférés. On plonge avec les personnages dans cette fresque historique, on vibre avec eux. Le volume du pavé ne m'a pas découragé et (malheureusement) je l'ai englouti en moins de deux... Ken Follett a vraiment l'art de nous entraîner dans les aventures de tous ses personnages et on finit même par s'attacher aux moins sympathiques. Il sait nous les rendre humains, palpables à travers les pages. Un livre que je recommande chaudement.
            • lalecture1998 Posté le 9 Mars 2019
              Comme dans "Les piliers de la terre", Ken Follett tape juste pour montrer la vie de l'époque, ici, la période de la peste qui vient d'Italie pour arriver jusqu'en Angleterre. Les personnages sont soit bons (Carys, Merthin), soit méchants, complétements mauvais (Godwyn, Philémon). Une réserve toutefois pour le personnage de Ralph qui a été mis très jeune écuyer et qui n'a pas eu la bonne personne près de lui, mais ce qu'il désire avant tout c'est que ses parents soient fier de lui, tout ce qu'il fait est pour cet objectif. Le sexe, à cet époque, n'est pas tabou, il n'y a pas de chape de plomb. On ne juge pas les relations d'autrui.
            Plongez dans l'univers de Ken Follett
            Interviews de l'auteur, dates de signatures, jeux concours… Ne manquez aucune actualité de Ken Follett !