Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266306423
Code sériel : 17772
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 160
Format : 108 x 177 mm

« Arrête avec tes mensonges »

Date de parution : 18/06/2020
« Quand j'étais enfant, ma mère ne cessait de me répéter :  " Arrête avec tes mensonges. " J’inventais si bien les histoires, paraît-il, qu’elle ne savait plus démêler le vrai du faux. J’ai fini par en faire un métier, je suis devenu romancier. Aujourd’hui, voilà que j’obéis enfin à... « Quand j'étais enfant, ma mère ne cessait de me répéter :  " Arrête avec tes mensonges. " J’inventais si bien les histoires, paraît-il, qu’elle ne savait plus démêler le vrai du faux. J’ai fini par en faire un métier, je suis devenu romancier. Aujourd’hui, voilà que j’obéis enfin à ma mère : je dis la vérité. Pour la première fois. Dans ce livre. Autant prévenir d’emblée : pas de règlement de comptes, pas de violence, pas de névrose familiale. Mais un amour, quand même. Un amour immense et tenu secret.
Qui a fini par me rattraper. »

« Ce livre deviendra un classique. » Jonathan Coe

« C’est complètement bouleversant. J’ai pleuré longtemps, c’était inarrêtable. » Xavier Dolan
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266306423
Code sériel : 17772
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 160
Format : 108 x 177 mm
Pocket

Ils en parlent

« Bravo maestro Besson, continuez à nous raconter la vérité vous avez écrit le "Brokeback Mountain" français. » Edouard Dutour
ELLE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • exceptiona_diaries Posté le 23 Octobre 2020
    Je suis resté sans voix après ma lecture tant j’ai été ému par ce que je venais de découvrir. Présenté comme un roman, c’est pourtant l’histoire profonde de l’auteur qui est racontée ici avec une maturité et un recul sur lui-même à propos du fameux amour de jeunesse, qui finalement est l’amour de toute une vie. Nous découvrons cette histoire au détour de 3 chapitres, représentant chacun une année marquante pour le récit. Cet amour clandestin est raconté d’une plume agréable à lire et riche en vocabulaire, un vrai plaisir dénué d’artifice. Nul doute avec ces éloges, c’est un gros coup de cœur inattendu, bouleversant, transperçant, que j’ai pour ce livre. Philippe Besson a su trouver les mots justes pour parler de l’absence, de l’amour, et du temps qui passe. Je vous le recommande, en une lecture il m’a fait ressentir une vague d’émotion en plein cœur.
  • au_fil_despages Posté le 17 Octobre 2020
    J’ai acheté ce livre à sa sortie en poche. En janvier 2018 donc. Je ne l’ai pas lu tout de suite. Forcément, j’ai une PAL qui refuse de descendre. Finalement, j’ai eu envie d’attendre pour lire les trois romans l’un après l’autre. Pour rester dans la tête de l’auteur. L’attente fût un peu longue mais je suis ravie d’avoir patienté. Qu’est-ce que j’ai aimé ces trois livres ! J’ai ri, pleuré, réfléchi. J’ai pesté, j’ai voulu changer des choses, j’ai eu envie que ça continue. En tournant la dernière page de Dîner à Montréal, je suis restée plusieurs minutes sans bouger, le temps d’absorber tout ce que je venais de lire en à peine quelques jours. Je me suis ensuite posé cette question : Est-ce que j’écris une chronique sur les trois romans ensemble ou pour chacun ? Si chaque histoire est reliée puisque Philippe Besson est le narrateur, elles méritent à mon sens une chronique particulière. Dans ce roman, Philippe Besson nous livre une partie de lui-même. Pas la plus facile. Il raconte son premier amour. Un amour qui le fait basculer dans un autre monde. Il a 17 ans quand Thomas Andrieu lui fait comprendre qu’il est attiré... J’ai acheté ce livre à sa sortie en poche. En janvier 2018 donc. Je ne l’ai pas lu tout de suite. Forcément, j’ai une PAL qui refuse de descendre. Finalement, j’ai eu envie d’attendre pour lire les trois romans l’un après l’autre. Pour rester dans la tête de l’auteur. L’attente fût un peu longue mais je suis ravie d’avoir patienté. Qu’est-ce que j’ai aimé ces trois livres ! J’ai ri, pleuré, réfléchi. J’ai pesté, j’ai voulu changer des choses, j’ai eu envie que ça continue. En tournant la dernière page de Dîner à Montréal, je suis restée plusieurs minutes sans bouger, le temps d’absorber tout ce que je venais de lire en à peine quelques jours. Je me suis ensuite posé cette question : Est-ce que j’écris une chronique sur les trois romans ensemble ou pour chacun ? Si chaque histoire est reliée puisque Philippe Besson est le narrateur, elles méritent à mon sens une chronique particulière. Dans ce roman, Philippe Besson nous livre une partie de lui-même. Pas la plus facile. Il raconte son premier amour. Un amour qui le fait basculer dans un autre monde. Il a 17 ans quand Thomas Andrieu lui fait comprendre qu’il est attiré par lui. Seulement, il ne veut pas que leur histoire s’ébruite. Cette histoire d’amour passionné, désespéré, caché nous est racontée avec une magnifique pudeur. Je suis tombée amoureuse de l’écriture si délicate et humaine de Philippe Besson. Ses mots sont justes, tendres même et saisissent à chaque fois. Son don pour faire de son récit un moment poétique et profond est éclatant. Dès le début, on sait que ce premier amour ne va pas durer. Parce que Thomas n’assume pas, parce que Philippe va partir de Barbezieux pour ses études. Mais la rupture et le sentiment d’abandon et de déchirement que ressent Philippe sont si bien décrits qu’on croirait presque revivre son propre premier chagrin d’amour. J’ai été bouleversée par cette autofiction. Moi qui aime les histoires de vie, j’ai été servie avec cette histoire si sincère et si vraie. Philippe Besson nous fait un cadeau avec ce roman saisissant, brillant et intense : l’origine de ses romans.
    Lire la suite
    En lire moins
  • gerard54 Posté le 14 Octobre 2020
    premier livre de P.Besson que je lis, excellente plume. Du coup je poursuit ma navigation dans son univers
  • Lyd13 Posté le 8 Octobre 2020
    Je félicite Philippe BESSON pour sa belle écriture, les émotions sont au rendez-vous grâce à la très belle capacité à les décrire. J'ai même pleuré en lisant la fin du livre. Petit bémol, on se serait passé des scènes de sexe que nous pouvons imaginer sans pour autant avoir besoin de rentrer dans les détails ! Mais si je fais abstraction de cela, j'ai adoré ainsi que la suite de la trilogie "Un certain Paul Darrigrand" et "Dîner à Montréal". Je recommande !
  • Kadeno Posté le 6 Octobre 2020
    Pour moi, Philippe Besson est l'homme par excellence qui arrive à trouver les mots justes, les mots comme il les faut, à un moment donné, dans une situation précise, à une émotion particulière ! Pas besoin d'écrire et d'écrire des pages et des pages ! Non ! Il décrit les émotions, les sentiments comme ils sont et ça c'est tellement beau. Je le trouve tellement magique quand il parle de lui-même, tellement juste aussi. Il arrive à se mettre à nu avec ses défauts, avec ses qualités, avec ses sentiments. Un seul mot : à lire et à s'évader dans la tourmente de sentiments !
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.