RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Birthday Girl

            10/18
            EAN : 9782264072917
            Code sériel : 5394
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 64
            Format : 108 x 177 mm
            Birthday Girl

            ,

            Date de parution : 04/10/2018
            Japon, de nos jours.
            Quoi qu’on puisse souhaiter, aussi loin que l’on puisse aller, on reste ce qu’on est, voilà tout.
            La serveuse n’aurait même pas dû travailler ce soir-là. C’était son anniversaire, elle avait vingt ans, il pleuvait à verse, le directeur du restaurant était malade. Alors c’est elle, cette serveuse...
            Japon, de nos jours.
            Quoi qu’on puisse souhaiter, aussi loin que l’on puisse aller, on reste ce qu’on est, voilà tout.
            La serveuse n’aurait même pas dû travailler ce soir-là. C’était son anniversaire, elle avait vingt ans, il pleuvait à verse, le directeur du restaurant était malade. Alors c’est elle, cette serveuse qui entrait dans ses vingt ans, qui était allée porter son repas au propriétaire du restaurant. Un vieil homme solitaire que personne n’a jamais vu. Un vieil homme qui, le jour de ses vingt ans, lui avait proposé de faire un vœu…

            « Haruki Murakami signe un roman élégant à l'atmosphère énigmatique, sublime par une vingtaine de somptueuses illustrations de l'illustratrice allemande Kat Menschik, et invite le lecteur dans son univers étrange. »
            Biblioteca magazine

            « Avec une formidable économie de mots, Haruki Murakami réussit à créer un climat, une ambiance hypnotique qui nous entraîne dans les méandres de notre propre mémoire, touche au plus près nos propres sentiments. »
            Marie Claire

            Traduit du japonais par Hélène Morita
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782264072917
            Code sériel : 5394
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 64
            Format : 108 x 177 mm
            10/18
            8.40 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • ConfidencesLitteraires Posté le 22 Novembre 2018
              Une nouvelle plongée dans l'univers onirique de Murakami. 17 novembre, 20ème anniversaire de la narratrice. Elle doit travailler au restaurant ce soir-là ; rien de spécial ne l'attend chez elle. Dehors, il pleut. Exceptionnellement, elle doit porter son repas au propriétaire des lieux. Charmé, il lui propose d'exaucer un de ses vœux… Cette nouvelle de Murakami est aussi bien illustrée que Sommeil ou L'étrange bibliothèque et ces illustrations pleine page participent à l'immersion dans cet univers entre songe et réalité. J'ai été un peu déstabilisée, car je m'attendais à une chute, et au final celle-ci se résume à "on vous laisse réfléchir là-dessus" [masquer](à savoir : quel vœu a-t-elle bien pu formuler ? A priori, quelque chose du genre "avoir une vie heureuse").[/masquer] Comme d'habitude avec Murakami, c'est difficile de savoir quoi en penser. J'apprécie toujours l'atmosphère, mais je ne sais pas trop ce qui a été transmis... Ça ne m'empêche pas de passer un joli moment de lecture, différent des autres.
            • Baluzo Posté le 31 Octobre 2018
              une nouvelle qui était déjà parue dans le recueil Saules aveugles, femme endormie. Elle ressort là avec des illustrations plaisantes . L'histoire est simple et mystérieuse . facile à lire et qui laisse songeur! c'est bien.
            • Marech20 Posté le 30 Octobre 2018
              Court récit d'une vie ordinaire et d'une rencontre qui ne l'est pas. Magnifique objet que le livre lui-même, joliment illustré. Superbe texte poétique et qui laisse la part belle à l'imaginaire...même si la première réaction du lecteur sera de savoir "mais quel est son vœu??!!"
            • Vyandmyuniverse Posté le 9 Octobre 2018
              J’ai été très étonné par cette nouvelle. Je l’avais emprunté, car j’adorais la couverture. Cette édition de la nouvelle est vraiment magnifique. Les dessins sont sublimes. La lecture est fluide, mystérieuse et entourée d’une espèce de magie que je retrouve souvent dans les contes asiatiques que j’ai pu lire. J’aime la « moral » de l’histoire. En fait, j’ai pas de mots pour parler de l’expérience de lecture que j’ai vécue. Je ne l’ai pas adoré, pas détesté. Je ne sais pas si je le conseillerais et pourtant, je me dis que tout le monde de vrai le lire. Mes pensées sont très contradictoires à son sujet. Mon avis ne va pas vous aider du tout à savoir si il faut ou non le lire.
            • Horizon_du_plomb Posté le 12 Juillet 2018
              «  J'ai trouvé cela très étrange la première fois que j'y ai assisté. On aurait dit une espèce de rite religieux, tu vois ? » J'ai craqué à ma bibliothèque pour cette nouvelle à cause du graphisme qui l'accompagne. La plupart des images sont ce que j'appellerais des gros plans morcelés, une entropie en pop art et quasiment chaque page a son illustration (22 en tout sans compter la couverture). « Les pare-chocs sont faits pour être cabossés. » Chez Kat Menschik, la matière, toujours en rouge-rose, est sensuelle, une pulpe à exalter. C'est en cela que son style accompagne avec brio la nouvelle, tout y est: la naissance, la dégénérescence. Je n'ai été qu'à moitié surpris d'apprendre d'ailleurs qu'elle avait déjà eu trois collaborations précédentes avec Murakami, les deux artistes sont des champions des collages légèrement timbrés, fantastiques. « Sur son front, ses rides nombreuses et sévères, creusées, lui firent penser à une photo aériennes de ravines aigües. » Quand on sait que l'auteur a tenu un club de jazz et qu'il apprécie la bonne cuisine, on se doute qu'il sait ce que c'est de savoir tenir un établissement (on connait aussi l'amour de Murakami pour la photographie). On suit les mots et on se rend compte... «  J'ai trouvé cela très étrange la première fois que j'y ai assisté. On aurait dit une espèce de rite religieux, tu vois ? » J'ai craqué à ma bibliothèque pour cette nouvelle à cause du graphisme qui l'accompagne. La plupart des images sont ce que j'appellerais des gros plans morcelés, une entropie en pop art et quasiment chaque page a son illustration (22 en tout sans compter la couverture). « Les pare-chocs sont faits pour être cabossés. » Chez Kat Menschik, la matière, toujours en rouge-rose, est sensuelle, une pulpe à exalter. C'est en cela que son style accompagne avec brio la nouvelle, tout y est: la naissance, la dégénérescence. Je n'ai été qu'à moitié surpris d'apprendre d'ailleurs qu'elle avait déjà eu trois collaborations précédentes avec Murakami, les deux artistes sont des champions des collages légèrement timbrés, fantastiques. « Sur son front, ses rides nombreuses et sévères, creusées, lui firent penser à une photo aériennes de ravines aigües. » Quand on sait que l'auteur a tenu un club de jazz et qu'il apprécie la bonne cuisine, on se doute qu'il sait ce que c'est de savoir tenir un établissement (on connait aussi l'amour de Murakami pour la photographie). On suit les mots et on se rend compte à quel point les images les enrobent bien comme des algues d'un aquarium qu'on aurait prélevées au fond d'un appartement privé en toute illégitimité. J'ai trouvé la nouvelle tellement descriptive qu'elle m'a donné faim ! « Le temps joue un rôle prépondérant dans cette affaire. - Comme en cuisine pour la préparation de certains plats ? » Il y a le jeu de la vieillesse face à la jeunesse, comme une ombre noire qui n'est qu'un oiseau ayant une perspective plus grande. On se prend à rêver et on imagine très bien l'auteur, de passage dans un hôtel, offrir une nouvelle à une fan serveuse pour son anniversaire, ce n'est d'ailleurs pas pour rien que les traits de l'auteur semble s'esquisser p 40 ou que l'empilement d'assiettes p 49 évoque tout simplement les pages d'une nouvelle. « Pardon, monsieur. Désirez-vous que je porte votre dîner à l'intérieur ? - Ah ! Bien sûr, dit le vieillard. Bien sûr. Si vous le souhaitez. » Par contre, il est difficile de ne pas voir dans cette nouvelle, un clin d'oeil amusé voire ironique à l'hospitalité, politesse des Japonais. Chez Murakami, le trésor est toujours à l'intérieur alors c'est d'autant plus agréable quand le coffret est aussi joliment travaillé. « Mais il s'agissait pour lui d'une sorte d'humour improvisé, je devais bien lui répondre, non ? »
              Lire la suite
              En lire moins
            Lisez inspiré avec 10/18 !
            Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…