Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264074195
Code sériel : 5488
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 336
Format : 108 x 177 mm

De la musique

Date de parution : 03/10/2019
Connu pour sa passion du Jazz, Haruki Murakami se dévoile comme un fin mélomane. Ses conversations avec Seiji Ozawa traitent d’une musique passionnante, enrichissante et difficile. Du travail d’orchestre jusqu’à l’interprétation musical, de nombreux sujets sont abordés.
On connaissait la passion d'Haruki Murakami pour le jazz, mais il en est une autre qui, dans sa vie, a pris une place de choix : la passion du classique. « Comme l'a dit un jour Duke Ellington, "Il n'y a que deux sortes de musique : la bonne et... On connaissait la passion d'Haruki Murakami pour le jazz, mais il en est une autre qui, dans sa vie, a pris une place de choix : la passion du classique. « Comme l'a dit un jour Duke Ellington, "Il n'y a que deux sortes de musique : la bonne et le reste" », rappelle Murakami. « En ce sens, le jazz et la musique classique sont fondamentalement pareils. La joie pure que l'on ressent en écoutant de la "bonne" musique transcende la question du genre ». Mais à la joie d'écouter s'ajoute aussi celle de connaître : connaître les disques, les concerts, comparer les enregistrements… Tous les plaisirs de l'amateur éclairé. Pendant deux ans (entre 2010 et 2011), Murakami et Ozawa ont conversé de Brahms, Beethoven, Bernstein, Gould, Bartók, Mahler… Six cessions, le plus souvent captées à proximité d'une platine, au milieu de la collection de disques de l'écrivain, proposant au chef d'orchestre des moments d'écoute pour revivre, se souvenir et raconter.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264074195
Code sériel : 5488
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 336
Format : 108 x 177 mm
10/18

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Arthur409 Posté le 2 Octobre 2020
    Ce livre est un recueil de conversations entre l’écrivain Haruki Murakami et le chef d’orchestre Seiji Ozawa. J’avoue avoir été un peu déçu au départ : j’attendais de ces deux grands esprits qu’ils m’éclairent sur le pouvoir qu’a la musique sur notre corps et notre esprit, pourquoi elle peut nous galvaniser ou nous émouvoir aux larmes … Au lieu de cela, le livre commence un peu comme la tribune des critiques de disques sur France Musique : Murakami et Ozawa échangent en écoutant différentes versions d’une même œuvre, en l’occurrence le concerto pour piano n°3 de Beethoven. Et c’est particulièrement frustrant, quand on n’a pas sous la main les enregistrements cités en référence !! Peut-être les éditions Belfond auraient-elles été bien inspirées d’inclure dans ce livre un CD avec les passages analysés par nos deux compères… On ne peut qu’admirer cependant la connaissance que manifeste Murakami sur la musique classique occidentale. Non seulement les oeuvres, mais les différentes interprétations font l’objet d’une analyse extrêmement détaillée, surprenante pour un « non-professionnel » de la musique. Par ailleurs, grâce à Seiji Ozawa, j’ai appris qu’il existe une véritable école japonaise pour la musique classique, que ce soit en musique de chambre ou en... Ce livre est un recueil de conversations entre l’écrivain Haruki Murakami et le chef d’orchestre Seiji Ozawa. J’avoue avoir été un peu déçu au départ : j’attendais de ces deux grands esprits qu’ils m’éclairent sur le pouvoir qu’a la musique sur notre corps et notre esprit, pourquoi elle peut nous galvaniser ou nous émouvoir aux larmes … Au lieu de cela, le livre commence un peu comme la tribune des critiques de disques sur France Musique : Murakami et Ozawa échangent en écoutant différentes versions d’une même œuvre, en l’occurrence le concerto pour piano n°3 de Beethoven. Et c’est particulièrement frustrant, quand on n’a pas sous la main les enregistrements cités en référence !! Peut-être les éditions Belfond auraient-elles été bien inspirées d’inclure dans ce livre un CD avec les passages analysés par nos deux compères… On ne peut qu’admirer cependant la connaissance que manifeste Murakami sur la musique classique occidentale. Non seulement les oeuvres, mais les différentes interprétations font l’objet d’une analyse extrêmement détaillée, surprenante pour un « non-professionnel » de la musique. Par ailleurs, grâce à Seiji Ozawa, j’ai appris qu’il existe une véritable école japonaise pour la musique classique, que ce soit en musique de chambre ou en symphonique. Et le maestro nous apporte aussi son point de vue sur la musique de Mahler, qui a été pour lui une découverte essentielle ; en l’abordant de manière complètement différente de tout ce qui a pu la précéder, il en a découvert toute la richesse. Ce point de vue va peut-être m’aider à mieux apprécier, à mon tour, les symphonies de Mahler, pour lesquelles j’avoue avoir pas mal de difficultés.
    Lire la suite
    En lire moins
  • lehibook Posté le 2 Juillet 2020
    Je savais Murakami amateur de Jazz mais sa connaissance en musique classique ,révélée dans ce livre, lui permet de converser d’égal à égal avec le maestro Seiji Ozawa . Au fil de six entretiens , les deux célèbres japonais passent au crible la carrière du chef d’orchestre , son répertoire et son évolution. Au-delà de passages dont la technicité dépasse largement mes capacités de compréhension , il est passionnant de découvrir « de l’intérieur » cet étrange fonction de la direction d’orchestre et le travail démentiel qu’elle nécessite ainsi que des considérations sur la musique et l’art en général entre deux créateurs de haute volée
  • Lune Posté le 22 Janvier 2020
    Entre novembre 2010 et juillet 2011, Haruki Murakami réalisa six interviews du chef d'orchestre Seiji Ozawa. Ce livre en est la compilation, presque le verbatim.#8232;Il ne s'agit pas d'interview classique qui viserait à donner une esquisse de la biographie d'Ozawa, mais de conversations dont le sujet central est la musique. Le contenu est pointu; ce qui pourrait décourager les non musiciens mais il est très riche. La richesse vient non seulement des thèmes abordés, mais également de la confrontation fructueuse de deux univers artistiques : celui du romancier et celui du musicien. Bien que s'étant trouvé des similitudes dans leur manière de travailler (le plaisir que leur procure leur travail, la « flamme » qui les habite depuis leur plus jeune âge, la persévérance, la rigueur et l'obstination à obtenir ce qu'ils ont décidé), deux visions de la perception de la musique apparaissent clairement. Murakami n'est pas musicien. Il confesse d'ailleurs humblement un manque sur le plan technique et regrette de ne pas toujours posséder le vocabulaire adéquat,mais il est un passionné de musique qu'il écoute quotidiennement, classique comme jazz. Insatiable donc, il est intarisable pour faire comprendre ce qu'il a perçu des différentes versions enregistrées de mêmes oeuvres. Il possède « le verbe ». Ozawa n'est pas romancier et se heurte... Entre novembre 2010 et juillet 2011, Haruki Murakami réalisa six interviews du chef d'orchestre Seiji Ozawa. Ce livre en est la compilation, presque le verbatim.#8232;Il ne s'agit pas d'interview classique qui viserait à donner une esquisse de la biographie d'Ozawa, mais de conversations dont le sujet central est la musique. Le contenu est pointu; ce qui pourrait décourager les non musiciens mais il est très riche. La richesse vient non seulement des thèmes abordés, mais également de la confrontation fructueuse de deux univers artistiques : celui du romancier et celui du musicien. Bien que s'étant trouvé des similitudes dans leur manière de travailler (le plaisir que leur procure leur travail, la « flamme » qui les habite depuis leur plus jeune âge, la persévérance, la rigueur et l'obstination à obtenir ce qu'ils ont décidé), deux visions de la perception de la musique apparaissent clairement. Murakami n'est pas musicien. Il confesse d'ailleurs humblement un manque sur le plan technique et regrette de ne pas toujours posséder le vocabulaire adéquat,mais il est un passionné de musique qu'il écoute quotidiennement, classique comme jazz. Insatiable donc, il est intarisable pour faire comprendre ce qu'il a perçu des différentes versions enregistrées de mêmes oeuvres. Il possède « le verbe ». Ozawa n'est pas romancier et se heurte parfois au « mur des mots » selon la jolie expression de Murakami. Il s'exprime donc - on le voit, on l'entend presque - par gestes, ou onomatopées tantôt pour faire comprendre une phrase musicale, tantôt un rythme… En bref, Murakami parle DE musique et Ozawa parle LA musique. Au fil des conversations apparaissent certains sujets récurrents. Tout d'abord, se dégagent des précisions sur le travail du chef d'orchestre. Ozawa ne fait pas de véritable discours sur le sujet, mais, à travers les réponses qu'il apporte aux questions de Murakami, il fait percevoir la différence de travail entre celui du chef permanent, directeur musical de son orchestre dont il est chargé de construire la programmation, et celui du chef invité, du chef à l'opéra ou du chef qui dirige un orchestre saisonnier réunissant des musiciens parmi les meilleurs du monde pendant leur temps libre, en été, et qui viennent justement pour le chef. C'est le cas d'Ozawa avec le Saito Kinen Orchestra qu'il dirige chaque année à Matsumoto au Japon, à l'instar du Malher Chamber Orchestra fondé par Claudio Abbado à Lucerne. Apparaissent aussi les amitiés professionnelles qui se nouent entre Ozawa et certains musiciens des orchestres qu'il a dirigés. On sent de sa part une certaine admiration et un profond respect pour leur talent. Ensuite, deuxième sujet récurrent, celui de la transmission. C'est une tradition dans le monde musical professionnel de haut niveau et que l'on retrouve avec Ozawa. L'élite se construit par transmission du savoir de maître à élève doué, admis ensuite parmi ses pairs dans le cercle des « grands », par une sorte de cooptation. L'élève devenu maître à son tour est amené lui aussi à transmettre. Ainsi, Seiji Ozawa cite et se réfère sans cesse à son professeur au Japon : Hideo Saito. D'où le nom que porte l'orchestre saisonnier qu'il dirige : le Saito Kinen Orchestra, Kinen voulant dire commémoration en japonais. Ainsi explique-t-il ce qu'il doit à Herbert von Karajan et à Léonard Bernstein. Il fut leur assistant à ses débuts. Très différents dans leur conception de la musique et du rôle du chef, ils lui ont tous deux fait confiance et contribué à ses premières réussites. Ainsi, aujourd'hui, Ozawa organise, chaque année, deux sessions consacrées spécialement au quatuor à cordes : l'une au Japon à Okushiga, l'autre à Rolle près de Montreux, sur les bords du lac Léman. S'entourant des meilleurs spécialistes de la discipline, il apporte toute son attention et son immense expérience à de jeunes prodiges promis à un bel avenir. En fait, et pour conclure les impressions sur ce livre magnifique par sa sincérité et son humilité, les leçons à tirer de ces conversations admirablement menées par Murakami pourraient être celles-ci : passion, transmission, écoute, qualités que possède Seigi Ozawa pour nourrir son travail inlassable et tenter de parvenir à la perfection, toujours inatteignable, particulièrement au niveau du son auquel il accorde la plus extrême importance. Un livre pointu certes, mais capital pour comprendre l'univers musical du grand chef d'orchestre qu'est Seiji Ozawa. Cantus
    Lire la suite
    En lire moins
  • Bookycooky Posté le 11 Décembre 2019
    L’ écrivain Murakami veut nous parler ici de musique par le biais de ses conversations avec le grand chef d’orchestre japonais Seiji Ozawa. « Je pense que la musique existe pour rendre les gens heureux. Pour y parvenir, ceux qui font de la musique déploient tout un éventail de techniques et de méthodes qui, dans toute leur complexité, me fascinent de la plus simple des manières. C’est cette attitude que j’ai essayé de conserver en écoutant les mots du maestro Ozawa. En d’autres termes, je me suis efforcé de rester un auditeur amateur plein d’honnêteté et de curiosité, puisque j’ai supposé que la plupart de mes lecteurs seraient eux aussi de simples amateurs de musique. » nous explique-t-il comme but de son livre. Cet entretien, d’après ses propos, a été pour lui, non seulement un moyen de connaître Ozawa mais aussi lui-même. Murakami à mon avis est loin d’être un auditeur amateur, comme il le prétend. Il semble au contraire très éclairé vu l’ampleur de ses connaissances et la précision technique avec laquelle il pose ses questions sur le langage musicale complexe et son interprétation encore plus complexe. Ozawa y répond au même niveau technique, donc un dialogue difficile à suivre... L’ écrivain Murakami veut nous parler ici de musique par le biais de ses conversations avec le grand chef d’orchestre japonais Seiji Ozawa. « Je pense que la musique existe pour rendre les gens heureux. Pour y parvenir, ceux qui font de la musique déploient tout un éventail de techniques et de méthodes qui, dans toute leur complexité, me fascinent de la plus simple des manières. C’est cette attitude que j’ai essayé de conserver en écoutant les mots du maestro Ozawa. En d’autres termes, je me suis efforcé de rester un auditeur amateur plein d’honnêteté et de curiosité, puisque j’ai supposé que la plupart de mes lecteurs seraient eux aussi de simples amateurs de musique. » nous explique-t-il comme but de son livre. Cet entretien, d’après ses propos, a été pour lui, non seulement un moyen de connaître Ozawa mais aussi lui-même. Murakami à mon avis est loin d’être un auditeur amateur, comme il le prétend. Il semble au contraire très éclairé vu l’ampleur de ses connaissances et la précision technique avec laquelle il pose ses questions sur le langage musicale complexe et son interprétation encore plus complexe. Ozawa y répond au même niveau technique, donc un dialogue difficile à suivre pour des «  simples amateurs de musique ». Une connaissance plus que le basique, aussi bien au niveau du langage, que des œuvres et de ses interprètes y est nécessaire. À part certaines anecdotes intéressantes d’Ozawa ( comme l’avantage de ne pas savoir de langues étrangères 😀 ou les différences de mentalité entre musiciens japonais et occidentaux ), j’ai trouvé le fond du livre sec, bien qu’on parle de musique. Les propos restent à un niveau très technique, où ils comparent dans une bonne partie du livre, les divers interprétations ou enregistrements de différents œuvres de Beethoven, Mahler, Brahms,...de la musique germanique pour l’essentiel. La discussion de deux japonais, l’écrivain qui a vécu aux Etats-Unis et le chef d’orchestre, vécu et travaillé en Europe mais surtout aux Etats-Unis, parlant d’œuvres de compositeurs germaniques , donc trois cultures musicales très différentes à mon avis auraient pu engendrer un discours beaucoup plus intéressant, plus coloré. Surtout que beaucoup de propos restent très abstraits, comme l’exemple de Murakami qui dit « la plupart des musiciens japonais ont beau posséder une maîtrise technique d’un très haut niveau, qui leur permet de donner des interprétations d’une virtuosité impeccable, ils expriment rarement une vision du monde bien distincte » , c’est quoi “une vision du monde bien distincte” ? Un japonais qui joue du Mahler, quel vision du monde distincte doit-il donner ? Je comprends qu’il veut dire, que l’interprétation reste très technique sans personnalité, mais à moi ça ne m’apporte rien d’éclairant comme propos. Intellectualiser la musique hors de son cadre technique est chose difficile, et à mon avis vaine, même si on est Murakami. Ozawa reste beaucoup plus humble à ce propos, bien que le musicien ici, soit lui, et souvent aux propos très affirmatifs de Murakami il répond avec des “c’est sans doute juste”, “Peut-être bien”, “Humm”... De la combinaison des deux grands noms de la littérature et de la musique classique , j’espérais me retrouver dans une sphère moins défrichée, plus éclairée. « La musique n’est pas un son mais une idée. » Arnold Schonberg
    Lire la suite
    En lire moins
  • Jacopo Posté le 8 Mars 2019
    Un très beau livre sur l'art, celui de l'écoute, celui du rythme, des mots comme des notes de musiques. Une rencontre de deux maîtres (Haruki Murakami, romancier et Seiji Ozawa chef d'orchestre) qui maîtrise leur art. Un échange sincère, curieux et honnête. Pour tous ceux qui aime écouter la musique, c'est une belle occasion de découvrir le volet mystérieux de la direction d'orchestre à travers le parcours et les expériences acquises durant une longue route musicale. Un bel échange d'impression et d'émotion qui unifie les deux hommes par le rythme qui les font vibrés. Comme la plupart des livres de Murakami je suggère fortement et surtout celui-ci d'écouter la musique dont ils parlent. Je trouve que cela amplifie la compréhension du propos.
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…