Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264047991
Code sériel : 2733
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 224
Format : 108 x 177 mm

L'oeil le plus bleu

Jean GUILOINEAU (Traducteur)
Date de parution : 22/05/2008

À Lorain, dans l'Ohio des années 40, deux fillettes noires, grandissent côte à côte. La première déteste les poupées blondes. L'autre idolâtre Shirley Temple et rêve d'avoir les yeux bleus. Mais face à la réalité féroce d'une Amérique Blanche, le rêve de beauté d’une petite fille est un leurre qui...

À Lorain, dans l'Ohio des années 40, deux fillettes noires, grandissent côte à côte. La première déteste les poupées blondes. L'autre idolâtre Shirley Temple et rêve d'avoir les yeux bleus. Mais face à la réalité féroce d'une Amérique Blanche, le rêve de beauté d’une petite fille est un leurre qui ne cède le pas qu’à la folie. Le saisissant premier roman de Toni Morrison.

« Tous les thèmes essentiels de son œuvre sont là, en germe dans ce roman où les femmes sont les gardiennes d'une identité malmenée dans une terre hostile où les marguerites ne poussent pas. »
Le Monde

Traduit de l'anglais (États-Unis) 
parJean Guiloineau

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264047991
Code sériel : 2733
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 224
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« TOUS les thèmes essentiels de son œuvre sont déjà là, en germe dans ce roman où les femmes, les petites filles même, sont les gardiennes d'une identité malmenée dans une terre hostile où les marguerites ne poussent pas : la misère inéluctable, les rapports mère-fille, la soif d'amour, l'oppression sexuelle, la mort des enfants, la folie. La haine, aussi. UNE histoire terrible, épouvantable et secrète qui, malgré une construction hachée, une tension souvent insoutenable, impose au lecteur le sentiment étrange et inconfortable d'être dans la peau d'un "sale nègre". Ou d'une petite fille rêvant de beauté. Le sentiment aussi de voir naître l'œuvre d'une grande romancière chez qui le sens importe autant que la musicalité d'une langue fondée sur la recherche des timbres et des rythmes, sur la façon aussi de transcrire les voix noires. De considérer une conversation comme une danse d'agression et de séduction qui reste le propre de l'écriture de Toni Morrison. »
Le Monde

PRESSE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Megan0702 Posté le 27 Janvier 2020
    L'oeil le plus bleu est le premier roman de Toni Morrison. Toni Morrison est une femme de lettres américaine, née en 1931 et décédée en 2019. Elle est lauréate du prix Pulitzer en 1988 et du prix Nobel de Littérature en 1993. Voici l'histoire touchante de 3 jeunes filles noires dans l'Amérique blanche et discriminatoire des années 1940. On le ressent rapidement ; les thèmes du livres sont épouvantables : la misère, le besoin d'amour, la folie, la haine, l'inceste, mais aussi et surtout les conditions des femmes, leur désarroi face à l'oppression sexuelle et face à leur couleur de peau. Peu ou pas de place pour les rêves pour ces jeunes filles. Durant ma lecture, j'ai parfois ressenti un peu de difficulté à situer les personnages et à comprendre lequel d'entre eux était en train de parler. Ca m'a déstabilisé quelque peu et, malheureusement, ça m'a empêché de rentrer complètement dans l'histoire. Ceci dit, le roman de Toni Morrison est magnifiquement écrit. Ses mots font froid dans le dos. le lecteur se sent désarmé et impuissant face à ces injustices, inégalités, et violences. Un livre poignant !
  • Ellanamamanda Posté le 31 Décembre 2019
    Pecola a 12 ans. Elle n'est pas belle, les enfants ne la regardent pas, ou alors c'est pour se moquer. Son père est alcoolique et bat sa mère. Ses parents sont très pauvres, et dorment avec elle et son frère dans une même pièce, avec au centre, l'unique radiateur. Pecola aimerait avoir les yeux bleus comme Shirley Temple, tout serait plus simple. Elle voudrait être comme certaines filles de sa classe, aux jolis cheveux blonds passés au fer à boucler. Elle voudrait vivre là où les petites filles sont lavées tous les jours au savon par les domestiques, et mangent des gâteaux et des bonbons à chaque goûter. Oui, mais Pecola est noire et vit dans une Amérique très raciste. Et surtout, Pecola est enceinte. Mais pas de son amoureux. C'est un roman extrêmement dur qui nous immerge dans un foyer noir-américain dans les années qui suivent la Grande Dépression. Alcoolisme, inceste et viol, rien ne sera épargné au lecteur. Toutefois, c'est un témoignage nécessaire pour cette Histoire des USA ne soit pas oubliée.
  • 19chantal Posté le 6 Décembre 2019
    Lorain,Ohio, dans les années 40. Toni Morrison nous présente la vie dans un quartier pauvre peuplé par des Noirs miséreux rejetés, opprimés, exploités par les Blancs, par le regard de trois petites filles noires. Deux sont soeurs, soudées, elles vont vivre 4 saisons à observer. On sent qu'elles ne sont pas toujours d'accord. Leur sort est enviable par rapport à celui de Pecola, mal aimée et surtout laide et isolée. Pecola aimerait avoir des yeux bleus. Elle pense que son sort serait différent. Claudia ne voudrait surtout pas. Elle déteste Shirley Temple et les poupées blondes. C'est Claudia qui raconte. Elle ne nous épargne rien car la réalité est féroce, et parfois insoutenable.
  • JeanPierreV Posté le 26 Novembre 2019
    Pecola est sur le point d'accoucher...Beau début pour un roman...une naissance....quoi de plus beau ....oui mais...! Pecola est une gamine placée dans une famille d'accueil. Son père Cholly Breedlove a été mis à la rue par son propriétaire. Pecola a onze ans...Son père, un salaud d'ivrogne est incapable de faire vivre sa famille, incapable de l'aimer...Salaud, vous saurez pourquoi. Je n'ai pas d'autre mot. Pecola est placée à la suite d'un incendie de la maison, placée pour quelques temps, dans la famille de Claudia, principale narratrice. Pecola est une gamine malheureuse, malheureuse parce que tout le monde la trouve laide. Avec ses cheveux crépus, sa peau noire, elle ne fait rêver personne. Toutes les autres gamines se moquent d'elle. Seules les gamines à la peau blanche, aux beaux habits sont regardées avec admiration. Seules les poupées blondes font rêver les enfants...Qui aimerait avoir des yeux noirs alors que Dieu offre à certaines gamines à la fois des cheveux blonds et des yeux bleus... Le monde est bien mal fait, les riches, les pauvres, les noires, les blondes, les parents aimants, les pères alcooliques et bien plus, les familles riches, les familles pauvres, les gamines qu'on admire et celles qu'on frappe, qu'on moque, qu'on... Pecola est sur le point d'accoucher...Beau début pour un roman...une naissance....quoi de plus beau ....oui mais...! Pecola est une gamine placée dans une famille d'accueil. Son père Cholly Breedlove a été mis à la rue par son propriétaire. Pecola a onze ans...Son père, un salaud d'ivrogne est incapable de faire vivre sa famille, incapable de l'aimer...Salaud, vous saurez pourquoi. Je n'ai pas d'autre mot. Pecola est placée à la suite d'un incendie de la maison, placée pour quelques temps, dans la famille de Claudia, principale narratrice. Pecola est une gamine malheureuse, malheureuse parce que tout le monde la trouve laide. Avec ses cheveux crépus, sa peau noire, elle ne fait rêver personne. Toutes les autres gamines se moquent d'elle. Seules les gamines à la peau blanche, aux beaux habits sont regardées avec admiration. Seules les poupées blondes font rêver les enfants...Qui aimerait avoir des yeux noirs alors que Dieu offre à certaines gamines à la fois des cheveux blonds et des yeux bleus... Le monde est bien mal fait, les riches, les pauvres, les noires, les blondes, les parents aimants, les pères alcooliques et bien plus, les familles riches, les familles pauvres, les gamines qu'on admire et celles qu'on frappe, qu'on moque, qu'on harcèle. Il y a des poupées blondes, mais pas de poupée noire....les poupées blanches modèles de perfection et rêves de beauté. Quelle gamine jouerait avec une poupée noire ? Shirley Temple est l'idole de beauté des gamines et de l'Amérique ! Un racisme quotidien pratiqué même par certains métis qui se trouvent bien supérieurs à ces noirs. Avoir la peau noire est déjà être coupable! Mais pourquoi ce Bon Dieu qu'on prie a-t-il pris soin de créer des Blancs et des nègres, des belles gamines blanches aux cheveux blonds jouant avec des poupées aux yeux bleus et des noires qu'on moque et que personne ne regarde avec admiration? "Les insultes faisaient partie des ennuis de l'existence, comme les poux." A côté de Claudia, d'autres personnes prennent la parole, ses parents, d'autres enfants, d'autres habitants de tous âges issus d'autres milieux sociaux. Ces points de vue divers, permettent de tracer un portrait de cette Amérique qui admire la beauté blonde d'une gamine devenue actrice idole d'un pays, d'une Amérique qui méprise encore ses Noirs nombreux à vivre dans des taudis, regroupés dans des quartiers qui leur sont réservés. Premier roman de Toni Morrison, sans doute pas le plus connu, mais on y retrouve tout son combat, tous les thèmes qu'elle évoquera dans ses autres titres. Tout ceci est parti non pas d'un scénario imaginé par l'auteure, mais d'un expérience vécue qu'elle raconte quelques temps avant sa disparition : - "J’avais une très bonne amie, lorsque j’avais environ huit ans, qui était très noire de peau et absolument ravissante. Un jour, nous nous sommes disputées sur l’existence de Dieu. J’y croyais. Pas elle. - "Pourquoi ne crois-tu pas en Dieu ? ", lui ai-je demandé ? Elle m’a répondu ceci : "Parce que cela fait deux ans que je prie Dieu pour avoir les yeux bleus et il ne me les a toujours pas donnés." Un titre à (re)découvrir
    Lire la suite
    En lire moins
  • Claire45 Posté le 22 Novembre 2019
    Ce premier roman de Toni Morrison contient les thèmes développés dans toute son oeuvre : les discriminations raciales en fonction de la couleur de peau : les blancs, les mulâtres et, en bas de l'échelle, les noirs. Les premières pages disent le drame : Pecola 11 ans est enceinte de son père. Le bébé est mort, le père aussi. Comment tout cela a-t-il pu se produire ? C'est ce que cherchent à comprendre deux fillettes noires. On remonte ainsi le fil de l'histoire non pas dans l'ordre chronologique mais au gré de souvenirs d'événements, répartis en 4 saisons. Cette construction amène le lecteur à réfléchir sans porter de jugement hâtif sur les personnages. Dans cet univers, on comprend qu'aux yeux de la petite fille noire, la beauté c'est "l'oeil le plus bleu" !
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…