Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782260054542
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 304
Format : 1 x 189 mm
Bénie soit Sixtine
Date de parution : 20/08/2020
Éditeurs :
Julliard

Bénie soit Sixtine

Date de parution : 20/08/2020

Prix des lecteurs de Cormontreuil ; Prix A livre ou verre 2021, décerné par les lecteurs des librairies Point Central à Suresnes et Mémoire 7 à Clamart ; Prix des Lecteurs 2021 de la librairie Maison du livre à Rodez; Prix des lecteurs de la médiathèque Goncourt 2021

Sixtine, jeune femme très pieuse, rencontre Pierre-Louis, en qui elle voit un époux idéal, partageant les mêmes valeurs qu’elle. Très vite, ils se marient dans le rite catholique traditionnel et...

Sixtine, jeune femme très pieuse, rencontre Pierre-Louis, en qui elle voit un époux idéal, partageant les mêmes valeurs qu’elle. Très vite, ils se marient dans le rite catholique traditionnel et emménagent à Nantes. Mais leur nuit de noces s’est révélée un calvaire, et l’arrivée prochaine d’un héritier, qui devrait être...

Sixtine, jeune femme très pieuse, rencontre Pierre-Louis, en qui elle voit un époux idéal, partageant les mêmes valeurs qu’elle. Très vite, ils se marient dans le rite catholique traditionnel et emménagent à Nantes. Mais leur nuit de noces s’est révélée un calvaire, et l’arrivée prochaine d’un héritier, qui devrait être une bénédiction, s’annonce pour elle comme un chemin de croix. Jusqu’à ce qu’un événement tragique la pousse à ouvrir les yeux et à entrevoir une autre vérité.
Bénie soit Sixtine est avant tout l’histoire d’un éveil et d’une émancipation. Entre thriller psychologique et récit d’initiation, ce premier roman décrit l’emprise exercée par une famille d’extrémistes sur une jeune femme vulnérable et la toxicité d’un milieu pétri de convictions rétrogrades. Un magnifique plaidoyer pour la tolérance et la liberté, qui dénonce avec force le dévoiement de la religion par les fondamentalistes.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782260054542
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 304
Format : 1 x 189 mm

Ils en parlent

« Un roman passionnant sur l’emprise. » 
Olivia de Lamberterie / Le Masque et La Plume - France Inter

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Muguf Posté le 14 Avril 2022
    Une belle lecture, fluide et captivante. J'ai beaucoup entendu qu'il s'agissait d'une plongée dans les milieux catholiques intégristes ; je trouve quant à moi que c'est un roman sur la transmission et le choix... L'autrice parle de liberté tout autant que d'embrigadement, d'espoir et de recherche de soi. Le style est classique, tout comme la construction. C'est efficace et parfaitement en accord avec le récit. Le parcours de Sixtine est terrible, le roman qui le raconte est doux.
  • lilietalia Posté le 30 Mars 2022
    Sixtine, jeune femme très pieuse rencontre Pierre Louis ,adepte d'un catholicisme radical, proche de l'extrême droite. Suite à un drame d'une violence inouïe, Sixtine choisit la liberté. C'est l'histoire d'une émancipation, de la découverte d'un autre monde, de la rencontre de gens différents qui jusqu'ici n'étaient pour elle que des marginaux ..et qui contre toute attente lui apportent ce dont elle a toujours manqué. Un coup de cœur et un thème original, finalement peu abordé en littérature (à ma connaissance en tout cas) qui invite aussi à faire quelques recherches sur cet intégrisme dont on parle assez peu mais qui existe bel et bien !
  • jadeau Posté le 30 Mars 2022
    Sixtine, jeune femme pieuse, fait partie d'une frange catholique fondamentaliste et dans ce milieu très fermé, on se marie entre gens du même idéal. Si elle hésite souvent à s'émanciper, c'est qu'elle est vierge de toute vie sociale hors communauté. Si l'inconnu fait peur en général, pour elle, sortir du milieu la tétanise. Première rencontre brutale : le contact et ses conséquences entre le groupe d'extrême-droite et celui d'extrême-gauche. Mais la naissance d'un enfant va éveiller son désir de connaître le monde. Elle vit un drame ? Alors, échapper à une mère étouffante et à une belle-mère toxique, au point de choisir pour elle le prénom du bébé, est vital. Les rencontres hors de la secte sont forcément enrichissantes. On frise la caricature, mais l'auteure force le trait juste comme il faut. Enfin, pour comprendre la recherche des racines, rien de mieux qu'une série de lettres des ascendants (la grand-mère vers la mère). C'est un roman réussi, car magnifique plaidoyer sur la tolérance et la liberté. L'auteure, Maylis Adhémar, jeune journaliste, a voyagé et côtoyé d'autres cultures ? Le clin d'oeil arrive avec le personnage de Pawel qui a toute sa place à la frontière des deux planètes : le monde intégriste religieux... Sixtine, jeune femme pieuse, fait partie d'une frange catholique fondamentaliste et dans ce milieu très fermé, on se marie entre gens du même idéal. Si elle hésite souvent à s'émanciper, c'est qu'elle est vierge de toute vie sociale hors communauté. Si l'inconnu fait peur en général, pour elle, sortir du milieu la tétanise. Première rencontre brutale : le contact et ses conséquences entre le groupe d'extrême-droite et celui d'extrême-gauche. Mais la naissance d'un enfant va éveiller son désir de connaître le monde. Elle vit un drame ? Alors, échapper à une mère étouffante et à une belle-mère toxique, au point de choisir pour elle le prénom du bébé, est vital. Les rencontres hors de la secte sont forcément enrichissantes. On frise la caricature, mais l'auteure force le trait juste comme il faut. Enfin, pour comprendre la recherche des racines, rien de mieux qu'une série de lettres des ascendants (la grand-mère vers la mère). C'est un roman réussi, car magnifique plaidoyer sur la tolérance et la liberté. L'auteure, Maylis Adhémar, jeune journaliste, a voyagé et côtoyé d'autres cultures ? Le clin d'oeil arrive avec le personnage de Pawel qui a toute sa place à la frontière des deux planètes : le monde intégriste religieux et le monde libéré de tout carcan idéologique.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Delphine-Olympe Posté le 30 Mars 2022
    Dans le monde de Sixtine, les filles ne jouent pas au foot, portent des jupes dont l’ourlet est situé vingt centimètres au-dessous des genoux, ne couchent jamais avant le mariage et accouchent dans la douleur d’une ribambelle d’enfants. Après quelques très menus égarements au cours de son adolescence, Sixtine a parfaitement assimilé les préceptes de son milieu. Aussi, lorsque le brillant polytechnicien Pierre-Louis Sue de la Garde, coupe bien dégagée autour des oreilles, la demande très officiellement en mariage après deux ou trois rendez-vous, elle se réjouit d’avoir trouvé l’homme idéal. Ni une ni deux, les voici mariés, et la jeune épousée attend la nuit de noces avec autant d’impatience que d’ignorance. Las ! Les émois tant espérés ne sont pas au rendez-vous, ce qui n’empêche pas la jeune femme de tomber très vite enceinte. Et, là encore, nouvelle déception : cette grossesse n’a rien du chemin bordé de roses que devrait connaître une future mère. Les nausées l’accablent, la fatigue la terrasse, et elle vit ces mois de gestation comme un calvaire. D’autant que sa belle-mère pas plus que sa propre mère ne font particulièrement preuve de compréhension ni de bienveillance à son égard : si Jésus a souffert... Dans le monde de Sixtine, les filles ne jouent pas au foot, portent des jupes dont l’ourlet est situé vingt centimètres au-dessous des genoux, ne couchent jamais avant le mariage et accouchent dans la douleur d’une ribambelle d’enfants. Après quelques très menus égarements au cours de son adolescence, Sixtine a parfaitement assimilé les préceptes de son milieu. Aussi, lorsque le brillant polytechnicien Pierre-Louis Sue de la Garde, coupe bien dégagée autour des oreilles, la demande très officiellement en mariage après deux ou trois rendez-vous, elle se réjouit d’avoir trouvé l’homme idéal. Ni une ni deux, les voici mariés, et la jeune épousée attend la nuit de noces avec autant d’impatience que d’ignorance. Las ! Les émois tant espérés ne sont pas au rendez-vous, ce qui n’empêche pas la jeune femme de tomber très vite enceinte. Et, là encore, nouvelle déception : cette grossesse n’a rien du chemin bordé de roses que devrait connaître une future mère. Les nausées l’accablent, la fatigue la terrasse, et elle vit ces mois de gestation comme un calvaire. D’autant que sa belle-mère pas plus que sa propre mère ne font particulièrement preuve de compréhension ni de bienveillance à son égard : si Jésus a souffert sur la croix, elle doit bien pouvoir supporter quelques petits désagréments sans s’émouvoir, et surmonter de même les douleurs de l’enfantement. Quant à son mari, s’il fait preuve d’un tout petit peu plus d’empathie, ses activités au sein de la Milice, qui défend les valeurs d’un fondamentalisme catholique pleinement assumé, ne lui laissent guère le loisir de choyer son épouse. Quoi qu’il en soit, une bonne dose de prières devrait l’aider à passer ce cap… Pourquoi Sixtine ne ressent-elle pas la joie promise à l’idée d’accueillir son premier fils ? D’où vient son malaise ? Comment peut-elle s’opposer au choix du prénom qu’a fait la famille Sue de la Garde pour son enfant et qui ne lui plaît guère ? Décidément, Sixtine ne se sent pas à sa place dans cette existence. Alors, quand les événements prennent brutalement une tournure inattendue, elle remet en question tout ce qui lui avait jusqu’alors été asséné comme une vérité révélée. A la lecture de ce roman, comme Sixtine j’ai ressenti nausée et dégoût. Certes pas pour les mêmes raisons, mais que peuvent bien inspirer d’autre le sexisme, le racisme, l’homophobie et toutes les formes d’intolérance et de rejet de la différence brandis avec fierté et défendus les armes au poing ? Maylis Adhémar fait une peinture saisissante de ce milieu qui sait se rendre discret et se parer des atours de la respectabilité, et c’est l’un des principaux intérêts de ce roman que de mettre en lumière une communauté qui évite de faire parler d’elle. Mais elle fait surtout le portrait d’une jeune femme attachante, qui cherche à se libérer des chaînes de son éducation, parvient à interroger les valeurs qui lui ont été inculquées et qui s’ouvre à une vie et un monde différents. L’auteure évite jusqu’au bout le cliché et la facilité, et je lui sais de ce point de vue gré de la fin qu’elle a su donner à son percutant roman. Souhaitons bon vent à cette courageuse Sixtine ! Et espérons surtout qu'elle puisse faire quelques émules...
    Lire la suite
    En lire moins
  • nelly76 Posté le 20 Mars 2022
    Pour un premier roman,c'est une réussite, j'ai aimé. Je l'avais commencé un soir ,juste quelques pages et l'ai repris le lendemain ,de 14 à 17heures,sans "décrocher! Même pas pris un café, j'étais vraiment aux côtés de Sixtine. Sixtine,jeune femme élevée dans un catholicisme assez rigide,elle même très pieuse,lors d'un mariage,va rencontrer celui qu'elle attendait : Pierre Louis,issu d'une famille noble qui lui aussi voit la vie de couple de la même façon que Sixtine.Sixtine sur les recommandations de son futur époux arrête ses études ,pour elle c'est tout à fait normal, ils vont se marier et elle s'occupera de sa nombreuse famille,comme ses beaux parents .Un mariage grandiose dans la plus pure tradition catholique les unit.Hélas ,apres une nuit de noces ,catastrophique pour Sixtine ,très vite enceinte,elle va s'apercevoir de l'emprise très pernicieuse,qu'exercent son mari et ses beaux - parents sur sa personne.Car,ils sont catholiques oui mais catholiques extrémistes. Elle n'a pas voie au chapitre ,les décisions sont prises sans lui demander son avis comme le prénom de l'enfant qui s'appellera : Foucault, elle l'apprend lors d'un repas chez ses beau-parents.De ce fait ,elle va très mal vivre sa grossesse.Si une femme s'épanouit lorsqu'elle est enceinte ,elle se referme ,se replie sur... Pour un premier roman,c'est une réussite, j'ai aimé. Je l'avais commencé un soir ,juste quelques pages et l'ai repris le lendemain ,de 14 à 17heures,sans "décrocher! Même pas pris un café, j'étais vraiment aux côtés de Sixtine. Sixtine,jeune femme élevée dans un catholicisme assez rigide,elle même très pieuse,lors d'un mariage,va rencontrer celui qu'elle attendait : Pierre Louis,issu d'une famille noble qui lui aussi voit la vie de couple de la même façon que Sixtine.Sixtine sur les recommandations de son futur époux arrête ses études ,pour elle c'est tout à fait normal, ils vont se marier et elle s'occupera de sa nombreuse famille,comme ses beaux parents .Un mariage grandiose dans la plus pure tradition catholique les unit.Hélas ,apres une nuit de noces ,catastrophique pour Sixtine ,très vite enceinte,elle va s'apercevoir de l'emprise très pernicieuse,qu'exercent son mari et ses beaux - parents sur sa personne.Car,ils sont catholiques oui mais catholiques extrémistes. Elle n'a pas voie au chapitre ,les décisions sont prises sans lui demander son avis comme le prénom de l'enfant qui s'appellera : Foucault, elle l'apprend lors d'un repas chez ses beau-parents.De ce fait ,elle va très mal vivre sa grossesse.Si une femme s'épanouit lorsqu'elle est enceinte ,elle se referme ,se replie sur elle -même et va devoir faire un véritable chemin de croix ,et puis un événement tragique survient et sera sa bouée de sauvetage ,elle va ouvrir les yeux . " Un magnifique plaidoyer pour la tolérance et la liberté, qui dénonce avec force le dévoiement de la religion par les fondamentalistes.A recommander .⭐⭐⭐⭐
    Lire la suite
    En lire moins
Abonnez-vous à la Newsletter Julliard
Les éditions Julliard sont spécialisées dans la littérature française contemporaine. Julliard ne cesse de découvrir de nouveaux talents et d'enrichir son catalogue avec des textes d'auteurs à la personnalité toujours singulière, et au style inimitable. Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.

Lisez maintenant, tout de suite !