Lisez! icon: Search engine
Belfond
EAN : 9782714494252
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 272
Format : 130 x 200 mm

Chambres noires

Date de parution : 05/11/2020
Après D’ombre et de silence, Karine Giebel offre un nouveau recueil de textes noirs, humains, bouleversants et engagés.
Il y a des soupirs, des souvenirs et des sourires.
Il y a ces jours sans fin et ces nuits sans chaleur. Cette sensation d’être sale, d’être rien, moins que rien.
Ces dangers qu’on n’a pas vus venir, ces risques qu’on n’a pas osé prendre. Ces tentations auxquelles on n’a pas eu...
Il y a des soupirs, des souvenirs et des sourires.
Il y a ces jours sans fin et ces nuits sans chaleur. Cette sensation d’être sale, d’être rien, moins que rien.
Ces dangers qu’on n’a pas vus venir, ces risques qu’on n’a pas osé prendre. Ces tentations auxquelles on n’a pas eu la force de résister.
Il y a ces mauvais héritages, ces mauvais choix, mauvaises pentes, mauvais départs.
Il y a ce manque de chance.
Il y a cette colère, ce dégoût.
Il y a…
Des fois où on préférerait être mort.
 

Voilà ce qu’on découvre dans les Chambres noires de Karine Giebel, recueil de quatre nouvelles inédites dont les héros, ou anti-héros, incarnent et dénoncent tour à tour les manquements de notre société. Quatre histoires pour lesquelles l’auteure emprunte les titres de grands films qui l’ont marquée.
Après D’ombre et de silence, elle nous offre un nouveau recueil tout en noir, humain, engagé, bouleversant, qui agit comme un révélateur, nous faisant ouvrir les yeux sur le monde en dépit de son opacité et de sa noirceur.
À la fin de l’ouvrage, en bonus, trois nouvelles déjà parues dans Treize à table ! (Pocket) au profit des Restos du Cœur ainsi que Sentence, nouvelle écrite en plein confinement et publiée dans Des mots par la fenêtre (12-21) au profit de la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France.
 
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714494252
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 272
Format : 130 x 200 mm
Belfond
En savoir plus

Ils en parlent

"Karine Giebel avec ses mots qui frappent et qui incisent, réussit à faire passer au lecteur un moment suspendu qui nous donne envie de vivre encore plus fort"
Caroline / Fnac

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Vin78chat Posté le 14 Novembre 2021
    Un premier livre pour ma part de Karine Giebel Je ne regrette absolument pas Celui ci est construit comme une suite de nouvelles, ce qui permet de, reprendre son souffle entre chaque histoire Dans chaque nouvelle elle explore une partie du monde, des personnes souvent oubliées tel que, les, femmes de ménage. Très bien écrit mais cela reste extrêmement noir, à ne pas lire si l'on a pas le moral
  • Nain Posté le 11 Novembre 2021
    Karine Giebel a cette faculté à nous faire traverser des déserts semés d'angoisse, de peurs et de larmes. Les non-dit sont également d'une force incroyable. Chaque ligne apporte un peu de poids à son histoire. Sans aucun doute une grande auteure d'histoires noires. Seul bémol, les 80 dernières pages sont des nouvelles déjà lues ailleurs. C'est le désavantage d'être fan .
  • Suzette41 Posté le 2 Novembre 2021
    Et encore un Giebel de lu! Et pas déçue: l’auteure nous donne toujours beaucoup d’émotion et de sentiments. J’ai adoré « le vieux fusil », cette nouvelle m’a carrément bouleversée, ainsi que « au revoir les enfants » et « l’armée des ombres »qui ne peuvent faire autrement que d’arracher quelques larmes. Je mets un tout petit bémol sur les caricatures cependant car les enfants, vivant dans les HLM, ne sont pas aussi démunis qu’on voudrait le faire croire (technologiquement parlant) et je crois que beaucoup de moyen sont déployés à l’heure actuelle afin d’aider au mieux toute la population à accéder aux technologies, à la culture....Mis à part ce petit cliché ( et je ne nie pas l’existence de la pauvreté bien évidement) les personnages de Karine Giebel sont toujours autant attachants ou antipathiques. Bref, un bon moment de lecture...... en attendant la sortie imminente du prochaine roman....:-)
  • Myreadbooks Posté le 25 Octobre 2021
    Je tiens à remercier les éditions Belfond et le site Netgalley pour m'avoir permis de lire ce livre. Dans ce recueil de nouvelles basés sur des titres d'anciens films tels que "L'armée des ombres".... L'auteure nous entraine dans des récits de plus en plus sombres avec des personnages toujours aussi attachants une histoire prenante, captivante, émouvante à certains passages, prenante, addictive, remplie d'intrigues, de suspens et de rebondissements.
  • iz43 Posté le 21 Octobre 2021
    Je referme le recueil de nouvelles et je me sens KO. J'ai l'habitude avec Karine, de me prendre de grandes claques, de souffrir avec ses personnages, de me triturer l'âme. Ici on est loin de l'ambiance de ses romans, des thrillers qui envoient du lourd. Et pourtant en quelques pages, j'ai vraiment été émue. Karine ne choisit pas des princesses, des avocats ou autres comme personnages. Elle s'intéresse aux petites gens, à ceux que l'on ne voit pas. Elle touche à des sujets qui m'ont remué les trippes. Chambre noire est la nouvelle que j'ai le moins aimé. Martin est un sale type qui se retrouve forcé d'expier ses crimes. Je dois être trop gentille. J'ai eu mal pour lui. L'armée des ombres met en lumière si j'ose dire Mathilde une femme de ménage qui cumule les heures et ne parvient pas à tenir la tête hors de l'eau. Je l'ai trouvée difficile mais en même temps très tristement réaliste. "Un monde parfait" commence sur la route des vacances pour Axel, Julie et leur enfant Dylan mais on se le doute bien avec Karine les vacances tournent vite au cauchemar. Dans "Au revoir les enfants" Yvonne une dame âgée en Ehpad nous raconte... Je referme le recueil de nouvelles et je me sens KO. J'ai l'habitude avec Karine, de me prendre de grandes claques, de souffrir avec ses personnages, de me triturer l'âme. Ici on est loin de l'ambiance de ses romans, des thrillers qui envoient du lourd. Et pourtant en quelques pages, j'ai vraiment été émue. Karine ne choisit pas des princesses, des avocats ou autres comme personnages. Elle s'intéresse aux petites gens, à ceux que l'on ne voit pas. Elle touche à des sujets qui m'ont remué les trippes. Chambre noire est la nouvelle que j'ai le moins aimé. Martin est un sale type qui se retrouve forcé d'expier ses crimes. Je dois être trop gentille. J'ai eu mal pour lui. L'armée des ombres met en lumière si j'ose dire Mathilde une femme de ménage qui cumule les heures et ne parvient pas à tenir la tête hors de l'eau. Je l'ai trouvée difficile mais en même temps très tristement réaliste. "Un monde parfait" commence sur la route des vacances pour Axel, Julie et leur enfant Dylan mais on se le doute bien avec Karine les vacances tournent vite au cauchemar. Dans "Au revoir les enfants" Yvonne une dame âgée en Ehpad nous raconte son présent en plein premier confinement puis son passé d'ancienne résistante et déportée. Là je crois que j'ai pleuré non stop. J'ai dû faire une pause d'ailleurs. Suivent quatre autres nouvelles plus courtes (certaines sont parues dans Treize à table). Je les ai trouvées aussi très touchantes. J'ai été horrifiée par Sentence qui situe son histoire en Inde où deux amoureux s'aiment en secret et n'en n'ont pas le droit. J'ai cru devenir folle en découvrant leur punition. Une autre qui se passe en Afrique m'a aussi beaucoup bouleversée. En fait toutes quand j'y réfléchis. Comme ce SDF avec son chien. J'ai beaucoup aimé ces 4 nouvelles même si elles m'ont emplie de tristesse. Karine ne m'a jamais déçue. On ne ressort pas indemne de ses lectures. On se retrouve fracassé, le coeur passé à la moulinette. Un peu honteux aussi d'être privilégié par rapport aux personnages de Karine. Désabusé aussi par la cruauté du monde dans lequel nous vivons. Bon il faut que j'enchaîne sur une lecture plus légère.
    Lire la suite
    En lire moins

les contenus multimédias

Toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.

Lisez maintenant, tout de suite !