Lisez! icon: Search engine
Belfond
EAN : 9782714494252
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 272
Format : 130 x 200 mm
Nouveauté

Chambres noires

Date de parution : 05/11/2020
Après D’ombre et de silence, Karine Giebel offre un nouveau recueil de textes noirs, humains, bouleversants et engagés.
Il y a des soupirs, des souvenirs et des sourires.
Il y a ces jours sans fin et ces nuits sans chaleur. Cette sensation d’être sale, d’être rien, moins que rien.
Ces dangers qu’on n’a pas vus venir, ces risques qu’on n’a pas osé prendre. Ces tentations auxquelles on n’a pas eu...
Il y a des soupirs, des souvenirs et des sourires.
Il y a ces jours sans fin et ces nuits sans chaleur. Cette sensation d’être sale, d’être rien, moins que rien.
Ces dangers qu’on n’a pas vus venir, ces risques qu’on n’a pas osé prendre. Ces tentations auxquelles on n’a pas eu la force de résister.
Il y a ces mauvais héritages, ces mauvais choix, mauvaises pentes, mauvais départs.
Il y a ce manque de chance.
Il y a cette colère, ce dégoût.
Il y a…
Des fois où on préférerait être mort.
 

Voilà ce qu’on découvre dans les Chambres noires de Karine Giebel, recueil de quatre nouvelles inédites dont les héros, ou anti-héros, incarnent et dénoncent tour à tour les manquements de notre société. Quatre histoires pour lesquelles l’auteure emprunte les titres de grands films qui l’ont marquée.
Après D’ombre et de silence, elle nous offre un nouveau recueil tout en noir, humain, engagé, bouleversant, qui agit comme un révélateur, nous faisant ouvrir les yeux sur le monde en dépit de son opacité et de sa noirceur.
À la fin de l’ouvrage, en bonus, trois nouvelles déjà parues dans Treize à table ! (Pocket) au profit des Restos du Cœur ainsi que Sentence, nouvelle écrite en plein confinement et publiée dans Des mots par la fenêtre (12-21) au profit de la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France.
 
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714494252
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 272
Format : 130 x 200 mm

Ils en parlent

"Karine Giebel avec ses mots qui frappent et qui incisent, réussit à faire passer au lecteur un moment suspendu qui nous donne envie de vivre encore plus fort"
Caroline / Fnac

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • EtLeMondeDeSosso Posté le 15 Novembre 2020
    Que j'ai adoré la 1ère nouvelle : le vieux fusil ! Sombre angoissant, l'horreur.... Il détonne. En revanche, j'ai trouvé les nouvelles suivantes bien menées, bouleversantes ; j’aurais aimé des fins encore plus explosives. Cependant, les nouvelles sont remplies d humanité et on les termine toutes avec un noeud au cœur, une boule au ventre... Un bon moment de lecture.
  • VIVI29 Posté le 13 Novembre 2020
    Je ne suis pas fan en règle générale de nouvelles mais s'agissant de Karine Giebel, je n'ai pas hésité une seconde à me procurer son nouveau livre. Je remercie également @netgalleyfrance et @editionsbelfond pour m'avoir permis de commencer cette lecture avant sa sortie officielle. Chaque nouvelle est un coup de poing, chacune fait passer un message et met le doigt sur les travers de notre société. Certaines m'ont ébranlée, d'autres m'ont touchée, m'ont fait frissonner, une chose est sûre aucune ne m'a laissée indifférente. Je vous parle ici des 3 qui m'ont le plus marquée : L'armée des ombres qui parle de ces femmes de ménage qui oeuvrent la nuit dans les entreprises pour une misère, dans des conditions difficiles et qui n'arrivent pas à s'en sortir financièrement, avec toutes les conséquences que cela peut avoir pour elles et leur famille. Coup de coeur absolu pour "Au revoir les enfants", nouvelle qui traite de la crise sanitaire que nous vivons actuellement et de nos aînés sacrifiés dans les EHPAD. Gros coup de coeur aussi pour "L'escalier" qui a pour thème notamment les conséquences de la guerre pour les soldats qui ont la "chance" d'en revenir mais aussi le racisme, le harcèlement... Je ne suis pas fan en règle générale de nouvelles mais s'agissant de Karine Giebel, je n'ai pas hésité une seconde à me procurer son nouveau livre. Je remercie également @netgalleyfrance et @editionsbelfond pour m'avoir permis de commencer cette lecture avant sa sortie officielle. Chaque nouvelle est un coup de poing, chacune fait passer un message et met le doigt sur les travers de notre société. Certaines m'ont ébranlée, d'autres m'ont touchée, m'ont fait frissonner, une chose est sûre aucune ne m'a laissée indifférente. Je vous parle ici des 3 qui m'ont le plus marquée : L'armée des ombres qui parle de ces femmes de ménage qui oeuvrent la nuit dans les entreprises pour une misère, dans des conditions difficiles et qui n'arrivent pas à s'en sortir financièrement, avec toutes les conséquences que cela peut avoir pour elles et leur famille. Coup de coeur absolu pour "Au revoir les enfants", nouvelle qui traite de la crise sanitaire que nous vivons actuellement et de nos aînés sacrifiés dans les EHPAD. Gros coup de coeur aussi pour "L'escalier" qui a pour thème notamment les conséquences de la guerre pour les soldats qui ont la "chance" d'en revenir mais aussi le racisme, le harcèlement scolaire, et l'isolement des personnes âgées. Ces nouvelles sont profondément humaines (ou pas ! Selon de quel côté on se place) et pointent toute la noirceur de notre société. Elles sont toutes basées sur le thème de l'emprisonnement qui vous le verrez peut revêtir différentes formes. Encore une fois du très bon Giebel que je vous recommande fortement !
    Lire la suite
    En lire moins
  • lolo60 Posté le 8 Novembre 2020
    Retrouver Karine Giebel est toujours pour moi un grand plaisir. Effectivement certains diront qu'elle explore rarement les choses positives de l'existence mais je trouve que dans les nouvelles qu'elle nous présente depuis quelques années notamment avec d'ombre et de silence et celles qu'elle offre chaque année dans 13 à table, il y a beaucoup d'humanité et d'émotions. Elle semble très à l'aise dans ce style loin d'être facile et je n'en sors jamais déçue car tout est étudié, abouti et on ne reste pas sur un sentiment de pas assez ou pas suffisamment finalisé. Quatre nouvelles basées sur l'emprisonnement et ses différentes formes. Chacune porte le nom d'un grand film apprécié par l'auteur et vous les connaissez surement. Tous les personnages, les lieux et les parcours de vie de chacun ne vous laisseront pas indifférents.. En relatant des histoires sombres, touchantes et profondément humaines, Karine Giebel prouve une nouvelle fois ses talents d'observatrice de notre société et sa passion pour les plus faibles et les abimés de la vie. Je suis une adepte de l'auteure et de ce style de lecture. A chaque sortie littéraire je ne me pose aucune question, je fonce.
  • gruz Posté le 6 Novembre 2020
    N’imaginez pas que la Karine Giebel des nouvelles ne vaut pas celle des romans, ce serait lui faire grave injure. Ne pensez pas que quelques dizaines de pages ne suffisent pas à faire passer des émotions déchirantes. Ne doutez pas en sa capacité à créer des personnages qui marqueront votre esprit, même en si peu de mots. Je fais partie des convaincus de longue date. De ceux qui pensent que l’écrivaine est au moins aussi bonne dans cet exercice court que dans les versions longues. Je pense même qu’elle est la plus douée du paysage francophone du Noir, pour ce type d’histoires. Ce n’est pas ce nouveau recueil qui me fera penser le contraire. Quatre longues nouvelles inédites (une cinquantaine de pages chacune), complétées des textes que j’avais déjà lus lors de ses participations à des recueils caritatifs. Les inédits, tout comme les récits qui avait été édités pour une cause, valent le coup parce que Giebel s’est toujours donnée à fond dans chaque texte, sans prendre de haut ce qu’on lui proposait d’offrir. Ces histoires ont pour point commun d’être fortement connectées à notre monde, davantage même encore que ses romans. Des récits tous engagés, à leur manière, qui mettent en lumière les faibles, les... N’imaginez pas que la Karine Giebel des nouvelles ne vaut pas celle des romans, ce serait lui faire grave injure. Ne pensez pas que quelques dizaines de pages ne suffisent pas à faire passer des émotions déchirantes. Ne doutez pas en sa capacité à créer des personnages qui marqueront votre esprit, même en si peu de mots. Je fais partie des convaincus de longue date. De ceux qui pensent que l’écrivaine est au moins aussi bonne dans cet exercice court que dans les versions longues. Je pense même qu’elle est la plus douée du paysage francophone du Noir, pour ce type d’histoires. Ce n’est pas ce nouveau recueil qui me fera penser le contraire. Quatre longues nouvelles inédites (une cinquantaine de pages chacune), complétées des textes que j’avais déjà lus lors de ses participations à des recueils caritatifs. Les inédits, tout comme les récits qui avait été édités pour une cause, valent le coup parce que Giebel s’est toujours donnée à fond dans chaque texte, sans prendre de haut ce qu’on lui proposait d’offrir. Ces histoires ont pour point commun d’être fortement connectées à notre monde, davantage même encore que ses romans. Des récits tous engagés, à leur manière, qui mettent en lumière les faibles, les sans grades, les victimes, les guerriers de l’ombre. Justice, injustice, morale, vengeance, emprisonnement réel ou mental. Des thématiques qui souvent lient ces histoires à travers différentes tessitures du noir, avec son style bien à elle, très reconnaissable. Des récits sombres et durs, parfois traversés d’une lumière magnifique. Et une empathie exceptionnelle, rare, touchante au possible. Le ton est si juste, la description des émotions et des situations est si vraie, sans surjouer, qu’on ne peut qu’être touché si on a du cœur. A l’image de la quatrième nouvelle inédite, « Au revoir les enfants », qui m’a fait verser des larmes. Les intrigues sont différentes, certaines dans la droite ligne de ce qu’elle propose habituellement, d’autres prenant des chemins de traverse. Avec des fins étonnantes parfois, qui font réfléchir à d’autres moments, qui émeuvent souvent. Je le répète à l’envi, Karine Giebel est une virtuose de la nouvelle noire, un talent brut qui rend les émotions tellement prégnantes. Parfois jusqu’à couper le souffle. Chambres noires vaut n’importe lequel de ses romans, n’en doutez pas.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Entre2Livres Posté le 6 Novembre 2020
    ✔️Mon ressenti : Hier, c’était jour de sortie littéraire ! C’est une bonne excuse pour faire du « Click and Collect ». Karine Giebel, offre à ses lecteurs son second recueil de nouvelles. Pour ceux qui ne connaissent pas l’auteure, sachez que ses écrits sont très noirs et finissent rarement bien, bref, on est très loin du feel good ! L’auteure a un véritable don pour la nouvelle, elle sait nous transporter complètement en quelques lignes. Le point commun entre chacune est dans le titre du recueil. Elles sont au nombre de 8 et pour la plupart inédites, d’autres ont déjà été publiées dans des recueil tels que « 13 à table ». Même si je ne suis pas particulièrement friande de nouvelles, je sais que Karine réussira à me convaincre. Ma nouvelle préférée est « Au revoir les enfants » sans doute parce qu’elle est terriblement d’actualité : elle raconte le quotidien d’une vielle dame en ehpad durant le confinement. Entre sa vie actuelle et ses souvenirs de la guerre, elle nous emmène dans un parallèle très intéressant. Les histoires sont très sombres et toutes différentes, de quoi ravir tous les lecteurs. Les chutes offrent une vraies fin, parfois surprenantes…... ✔️Mon ressenti : Hier, c’était jour de sortie littéraire ! C’est une bonne excuse pour faire du « Click and Collect ». Karine Giebel, offre à ses lecteurs son second recueil de nouvelles. Pour ceux qui ne connaissent pas l’auteure, sachez que ses écrits sont très noirs et finissent rarement bien, bref, on est très loin du feel good ! L’auteure a un véritable don pour la nouvelle, elle sait nous transporter complètement en quelques lignes. Le point commun entre chacune est dans le titre du recueil. Elles sont au nombre de 8 et pour la plupart inédites, d’autres ont déjà été publiées dans des recueil tels que « 13 à table ». Même si je ne suis pas particulièrement friande de nouvelles, je sais que Karine réussira à me convaincre. Ma nouvelle préférée est « Au revoir les enfants » sans doute parce qu’elle est terriblement d’actualité : elle raconte le quotidien d’une vielle dame en ehpad durant le confinement. Entre sa vie actuelle et ses souvenirs de la guerre, elle nous emmène dans un parallèle très intéressant. Les histoires sont très sombres et toutes différentes, de quoi ravir tous les lecteurs. Les chutes offrent une vraies fin, parfois surprenantes… Et puis, l’avantage des nouvelles c’est que l’on peut en lire une de temps en temps sans être obligé de le dévorer d’un seul coup ! Idéal pour reprendre goût à la lecture. 🎯Mots Clefs : Enfermement / Thriller / Sombre / Nouvelles / Recueil 🏆Ma note : 19/20
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.

Lisez maintenant, tout de suite !