Lisez! icon: Search engine

Dieu n'est même pas mort

Julliard
EAN : 9782260020363
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 294
Format : 130 x 205 mm
Dieu n'est même pas mort

Date de parution : 23/08/2012

Comment survivre quand sa propre famille n’a pas cessé, depuis quatre générations,
d’être dévastée par l’Histoire ?
Un premier roman tout en finesse, plein d’humour, et d’une sensibilité à fleur de peau.

Jeune trentenaire parisien, Elias apprend, non sans soulagement, que sa grand-mère maternelle, femme culpabilisante et anxiogène, vient de mettre fin à ses jours. Contraint de se rendre à Poitiers, qu’il exècre, pour organiser les funérailles, il découvre que la vieille dame juive s’est volontairement suicidée lors de Yom Kippour, jour...

Jeune trentenaire parisien, Elias apprend, non sans soulagement, que sa grand-mère maternelle, femme culpabilisante et anxiogène, vient de mettre fin à ses jours. Contraint de se rendre à Poitiers, qu’il exècre, pour organiser les funérailles, il découvre que la vieille dame juive s’est volontairement suicidée lors de Yom Kippour, jour du Grand Pardon. Si le geste est déjà chargé de symboles, le cauchemar ne s’arrête pas là, car la date ne dit pas la manière, et sur ce sujet tout le monde se tait… Elias se lance alors dans la recherche fiévreuse d’une bague sertie de diamants dont il doit hériter, témoignage d’une histoire séculaire. Trois jours durant le jeune homme suit le jeu de piste laissé par sa grand-mère, prépare sans conviction la cérémonie d’adieux, prévient des gens indifférents, tout en essayant de faire taire les fantômes familiaux. Finalement, il se prend les pieds dans le tapis de son histoire, celle qu’il connaît comme celle qu’il ignore.
Trois autres récits croisent alors celui d’Elias pour l’éclairer d’un nouveau jour. Son arrière-grand-père, Moshe Herschel, nous raconte sa Pologne natale et les horreurs quotidiennes infligées aux populations juives par les soldats du Tsar. Vingt ans plus tard, exilé en France, il échappe à la barbarie nazie, mais le reste de sa famille est décimé. Paul Serré, le grand-père d’Elias, remonte, lui, le fil de sa jeunesse sous l’Occupation, découvrant avec inquiétude son goût pour les hommes. Enfin, vient le récit d’Emmanuelle, la mère d’Elias, jeune femme exaltée qui se jette à corps perdu dans l’euphorie des années soixante, et nous dit sa soif de vivre, trop tôt brisée par l’arrivée d’un cancer.
Roman choral, Dieu n'est même pas mort alterne différentes voix, toutes issues d’une lignée que l’Histoire ou le destin se sont acharnés à tordre. Avec un point de vue critique sur le poids des origines, le narrateur revendique un droit au bonheur et à la légèreté que le passé de sa famille semble lui avoir dénié. Il sait pourtant que jamais il ne pourra se départir de ses racines. Comment échapper au roman familial ? Voilà la question que pose ce récit dont la construction originale n’est pas le moindre des charmes. Un regard neuf sur la mémoire et sur son mode de transmission.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782260020363
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 294
Format : 130 x 205 mm

Ils en parlent

« On se prend facilement à suivre l’histoire de cette famille juive complexe mais attachante. L’auteur y distille beaucoup d’humour »

L'Union

« Avec Dieu n’est même pas mort, Samuel Doux livre un premier roman à la structure habile et à l’écriture tenue, qui évoque la manière dont chaque génération porte le poids de souffrances intimes et collectives des générations précédentes, et comment, pour y échapper, il faut peut-être comme Elias, fuir et refuser d’être un petit-fils comme il faut. »

PAGE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Zebra Posté le 4 Juillet 2013
    « Dieu n’est même pas mort » est un roman de Samuel Doux, un roman choral qui mêle - sur fond de judéité - les récits croisés de quatre personnages : Elias (en fait, Samuel Doux lui-même), jeune homme à la recherche de son histoire et de son identité juive, Moshe Herschel, son arrière-grand père qui raconte sa Pologne natale et les horreurs quotidiennes infligées aux populations juives par les soldats du Tsar, Paul Serré, le grand-père d’Elias qui raconte sa jeunesse sous l’Occupation et son goût pour les hommes, et Emmanuelle, la mère d’Elias, qui en jeune exaltée voit malheureusement son parcours se briser suite à l’arrivée d’un cancer. Point commun ? Toutes ces voix, toutes ces existences, ont été tordues par l’Histoire et par le destin. Aussi, Samuel Doux en survivant qu’il est revendique-t-il le droit au bonheur car « demeurer sans voix, vivre à la troisième personne », ça n’est pas imaginable : il faut s’accepter tel qu’on est ! Mais la tâche n’est pas aisée. Comment s’accepter tel qu’on est quand sa propre famille n'a pas cessé, depuis quatre générations, d'être broyée par l'Histoire mais aussi (page 15) par « la boue des souvenirs » ?... « Dieu n’est même pas mort » est un roman de Samuel Doux, un roman choral qui mêle - sur fond de judéité - les récits croisés de quatre personnages : Elias (en fait, Samuel Doux lui-même), jeune homme à la recherche de son histoire et de son identité juive, Moshe Herschel, son arrière-grand père qui raconte sa Pologne natale et les horreurs quotidiennes infligées aux populations juives par les soldats du Tsar, Paul Serré, le grand-père d’Elias qui raconte sa jeunesse sous l’Occupation et son goût pour les hommes, et Emmanuelle, la mère d’Elias, qui en jeune exaltée voit malheureusement son parcours se briser suite à l’arrivée d’un cancer. Point commun ? Toutes ces voix, toutes ces existences, ont été tordues par l’Histoire et par le destin. Aussi, Samuel Doux en survivant qu’il est revendique-t-il le droit au bonheur car « demeurer sans voix, vivre à la troisième personne », ça n’est pas imaginable : il faut s’accepter tel qu’on est ! Mais la tâche n’est pas aisée. Comment s’accepter tel qu’on est quand sa propre famille n'a pas cessé, depuis quatre générations, d'être broyée par l'Histoire mais aussi (page 15) par « la boue des souvenirs » ? Quand (page 164) dans cette famille « le souvenir valait mieux que parler » ? Quand cette recherche équivaut (page 35) à « chercher sans cesse un peu d’air » afin (page 79) « de devenir quelqu’un » ? Quand cette recherche vous confronte (page 38) à la « vibration du temps » ? Comment s’accepter quand on traine avec soi les histoires personnelles de la famille, laquelle (page 15) « traversait tout en ne prenant conscience de rien » ? Quand le fait d’être juif vous colle à la peau et que (page 32) « être juif tout seul ça n’existe pas » parce que être juif ça signifie (page 18) « être obligé d’être ensemble : la sagesse et la perversité juives » ? Quand avec nos rêves, nous composons un passé imaginaire qui n’en est pas moins vrai ? Et puis, à quoi bon s’accepter tel qu’on est ? Au-delà des efforts qu’il faut faire, quel sens donner à ces efforts ? La mort dont sa famille lui rebat les oreilles, (page 15) « crée des liens », chacun compatissant (page 51) devant « ces montagnes de corps fabriqués à la pelleteuse dans les camps d’extermination » ; la mort est (page 151) « une extrémité qui donne du sens », à tout le moins qui réunit les survivants. Mais « quelle identité conserve-t-on quand on est mort » ? Alors, à quoi bon faire ces efforts ? Ne faut-il pas en finir au plus vite (page 140) et « se suicider, car c’est la garantie de ne pas être effacé », même si ça revient à culpabiliser les autres et à les forcer à vous aimer dans la douleur ? Se suicider (page 82) « parce qu’il est impossible de vivre, parce que les choses vont enfin s’arrêter là ». Samuel se cherche et tourne en rond, enfermé en lui-même, dans son histoire, dans l’histoire de sa famille et dans ses contradictions. Samuel avance, mal en point, malmené, boxé par la vie et par une judéité qu’il assume difficilement : pour son père (page 84), « le regard des autres compte » ; pour Samuel qui constate (page 238) avec horreur le fait « d’être une victime sans l’avoir été », le fait d’être (page 252) « un survivant, un sursitaire », l’important (page 248) « c’est le sentiment de calme » : il voudrait « mettre un coup de lance-flammes et tout le monde dans le four », il aimerait (page 243) que son histoire « ne soit pas triste, qu’elle soit comme on vit », non pas momifié, statufié ou ankylosé par la Tradition. Et Dieu dans tout ça ? Les parents de Samuel avaient décidé de croire en Dieu, disant que ça donnait un sens à leur vie (page 135). Samuel n’adhère pas à cette démarche : il essaie le communisme, pensant y trouver « un élan commun au service du bonheur de tous », cherchant à échapper au roman familial, mais ça ne fonctionne pas plus. Au final, Dieu n’est même pas mort ! Avec ce roman en forme de labyrinthe, Samuel veut (page 210) se « donner la sensation d’être moins perdu dans le monde ». Dans ce roman, Samuel nous livre un parcours très personnel, cherchant probablement à exorciser quelques vieux démons familiaux et à reconstruire son identité personnelle, mais il confessera qu’il est impossible de découvrir « le sens caché de notre histoire ». Le récit de Samuel Doux est sonore, précis, dru et poignant ; il ne force pas le trait car (page 21) il lui est interdit de se plaindre alors que « d’autres avaient vécu la guerre ». L’Histoire, la tradition et la famille lui confisquent le bonheur et lui font endosser une identité dans laquelle il ne se reconnaît pas : qu’à cela ne tienne, se débarrassant de ses oripeaux, maintenant il restera fort quoi qu’il arrive et il se reconstruira une vie différente de celle qu’il avait vécue jusqu’alors, une vie (page 123) « médiocre et inconsciente qui n’avait rien produit d’autre que de la distance et de la mort ». Samuel Doux porte un regard touchant sur la mémoire et sur son poids dans la construction identitaire d’un individu : un livre triste et intime qui donne à réfléchir.
    Lire la suite
    En lire moins
  • vdujardin Posté le 12 Novembre 2012
    Elias n'aime pas sa "ville natale, beige et gris, pleine d'ennui et de lourdeur, construite sur une colline faite pour dominer et qui pourtant s'enfonce dans l'éternité" (p. 37)... L'auteur non plus ne doit pas aimer la ville, y est-il seulement venu pour y avoir vu la Vienne? Au moins, il est cohérent, c'est toujours de la Vienne et non du Clain qu'il parle (p. 147, 182, 183, 222)... un éditeur qui se respecte aurait dû corriger, ainsi que quelques coquilles (au moins pages 37, 182) et quelques autres incohérences, si l'on veut encrer un récit dans la réalité, alors il faut vérifier celle-ci, le crématorium de Poitiers n'est pas coincé entre un Bricorama et un Picard surgelé (page 185), il n'est pas loin d'une zone commerciale, mais encore entouré de verdure (ça risque de ne pas durer...)... Et la procédure d'une succession ne permet pas à un petit-fils (ni à personne) d'aller clôturer les comptes de sa défunte grand'mère à la banque... Si l'on passe outre ces détails agaçants, la construction du roman qui alterne les chapitres placés aujourd'hui et l'histoire de la famille sur quatre générations est assez intéressante. Une petite généalogie en annexe aurait aidé à s'y... Elias n'aime pas sa "ville natale, beige et gris, pleine d'ennui et de lourdeur, construite sur une colline faite pour dominer et qui pourtant s'enfonce dans l'éternité" (p. 37)... L'auteur non plus ne doit pas aimer la ville, y est-il seulement venu pour y avoir vu la Vienne? Au moins, il est cohérent, c'est toujours de la Vienne et non du Clain qu'il parle (p. 147, 182, 183, 222)... un éditeur qui se respecte aurait dû corriger, ainsi que quelques coquilles (au moins pages 37, 182) et quelques autres incohérences, si l'on veut encrer un récit dans la réalité, alors il faut vérifier celle-ci, le crématorium de Poitiers n'est pas coincé entre un Bricorama et un Picard surgelé (page 185), il n'est pas loin d'une zone commerciale, mais encore entouré de verdure (ça risque de ne pas durer...)... Et la procédure d'une succession ne permet pas à un petit-fils (ni à personne) d'aller clôturer les comptes de sa défunte grand'mère à la banque... Si l'on passe outre ces détails agaçants, la construction du roman qui alterne les chapitres placés aujourd'hui et l'histoire de la famille sur quatre générations est assez intéressante. Une petite généalogie en annexe aurait aidé à s'y repérer parfois, mais les têtes de chapitre claires permettent de se repérer dans l'espace (en Pologne, à Limoges, à Paris, à Poitiers...) et dans le temps (de 1910 à 2010). L'histoire d'une famille juive, mais aussi des histoires de maladie (le grand-père et la mère d'Elias morts du cancer), maladies qui expliquent mieux la haine du jeune homme envers sa grand'mère que l'histoire familiale.
    Lire la suite
    En lire moins

les contenus multimédias

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE JULLIARD
Les éditions Julliard sont spécialisées dans la littérature française contemporaine. Julliard ne cesse de découvrir de nouveaux talents et d'enrichir son catalogue avec des textes d'auteurs à la personnalité toujours singulière, et au style inimitable. Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.