En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Échapper

        Julliard
        EAN : 9782260021377
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 288
        Format : 130 x 205 mm
        Échapper

        Date de parution : 02/01/2015
        Avec la profondeur et l’intensité narrative qu’on lui connaît, Lionel Duroy parvient à mêler dans un même récit des thèmes aussi variés que la création littéraire, l’origine du mal et le deuil de la relation amoureuse. Une prouesse renversante.

        « Vous me demandez ce que Susanne a de plus que vous, je vais vous le dire : Susanne est en paix avec les hommes, elle ne leur veut aucun mal, elle n’ambitionne pas de me posséder et de m’asservir, elle aime au contraire me savoir libre et vivant pour que je continue d’être heureux et de lui faire l’amour. Longtemps, longtemps. Vous comprenez, ou il faut encore que je vous explique ? »

        EAN : 9782260021377
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 288
        Format : 130 x 205 mm
        Julliard
        18.50 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • emilie5335 Posté le 16 Janvier 2018
          J‘ai lu il y a peu de temps Le cahier de Turin du même auteur et, en général, je préfère espacer les lectures des œuvres d’un même romancier, surtout quand le premier texte m’a beaucoup plu, de peur d’être déçue. C’est l’exception qui confirme la règle car j’ai beaucoup aimé ce roman. Augustin, le narrateur (double littéraire assumé de l’auteur) est fasciné par un livre : La leçon d’allemand de Siegfried Lenz (livre qui existe réellement). Dans ce roman un jeune garçon est pris dans un conflit de loyauté entre un peintre qu’il admire et son propre père, gendarme, qui, sur les ordres du Reich, va signifier au peintre l’interdiction de pratiquer son art. Augustin depuis cette lecture n’a plus qu’une idée en tête : aller sur les lieux du roman et écrire la suite de cette histoire. Il part donc s’installer en Allemagne sur les traces des personnages de son roman préféré. Parallèlement à cela, comme toujours chez Lionel Duroy, sa situation personnelle est compliquée puisqu’il se remet très difficilement de sa rupture avec sa seconde femme, Esther (la femme du cahier de Turin), au point de ne plus vouloir lier son destin à personne… ce qu’il va s’empresser... J‘ai lu il y a peu de temps Le cahier de Turin du même auteur et, en général, je préfère espacer les lectures des œuvres d’un même romancier, surtout quand le premier texte m’a beaucoup plu, de peur d’être déçue. C’est l’exception qui confirme la règle car j’ai beaucoup aimé ce roman. Augustin, le narrateur (double littéraire assumé de l’auteur) est fasciné par un livre : La leçon d’allemand de Siegfried Lenz (livre qui existe réellement). Dans ce roman un jeune garçon est pris dans un conflit de loyauté entre un peintre qu’il admire et son propre père, gendarme, qui, sur les ordres du Reich, va signifier au peintre l’interdiction de pratiquer son art. Augustin depuis cette lecture n’a plus qu’une idée en tête : aller sur les lieux du roman et écrire la suite de cette histoire. Il part donc s’installer en Allemagne sur les traces des personnages de son roman préféré. Parallèlement à cela, comme toujours chez Lionel Duroy, sa situation personnelle est compliquée puisqu’il se remet très difficilement de sa rupture avec sa seconde femme, Esther (la femme du cahier de Turin), au point de ne plus vouloir lier son destin à personne… ce qu’il va s’empresser de ne pas appliquer d’ailleurs. On retrouve dans ce roman toutes les obsessions de Lionel Duroy, son rapport difficile à la famille (il ne dit pas à ses enfants qu’il s’est remis à écrire car il sait que c’est leur hantise), aux femmes de sa vie (la figure d’Esther est omniprésente) et surtout à l’écriture et à la lecture. Ce dernier point est le plus intéressant pour moi : Lionel Duroy voit la lecture comme un refuge face à une réalité décevante et l’écriture comme une nécessité vitale : « oh, je tomberais malade si je n’écrivais pas ». J’ai pris beaucoup de notes sur ce livre tellement ses propos sur l’écriture me semblaient justes. Je recommande donc vivement cette lecture même si je peux comprendre que l'écriture de l’auteur qui revient toujours sur ses obsessions de livres en livres peut agacer. Pour le moment ça n’est pas mon cas (en dehors peut-être de la fin où l’intime prend un peu trop le dessus sur le reste).
          Lire la suite
          En lire moins
        • brumaire Posté le 15 Avril 2017
          A l'image de l'auteur Echapper est un livre grave et dense. Lionel Duroy est adepte de l'auto-fiction. Mais une auto-fiction déguisée . Ici le "Je" n'est pas Lionel mais Augustin, un avatar si l'on veut. Donc assez loin du déballage impudique de Christine Angot ou même de la réserve sensible de Annie Ernaux. Le lecteur sait simplement , malgré le titre de roman, que Echapper est bien une tranche de vie de Lionel Duroy, et je le savais d'autant plus que j'avais déjà lu deux livres de lui dont le superbe "Le chagrin" qui raconte son enfance dans une famille pour le moins déjantée. C'est l'écriture qui lui a permit de se sauver de l'oppression familiale. Echapper ne déroge donc pas à la règle. Le beau livre de Siegfried Lenz "La leçon d'allemand" en sera le fil conducteur. Augustin , le narrateur, est hanté par ce livre qu'il a passionnément aimé. Il a déjà effectué un voyage à Husum en Allemagne du nord avec Esther sa femme afin de retrouver les lieux où se déroule le roman de Lenz. C'est un second voyage cette fois ci sans sa femme qui sera le prétexte du livre. Comme le Kaliningrad d' "Outre terre"... A l'image de l'auteur Echapper est un livre grave et dense. Lionel Duroy est adepte de l'auto-fiction. Mais une auto-fiction déguisée . Ici le "Je" n'est pas Lionel mais Augustin, un avatar si l'on veut. Donc assez loin du déballage impudique de Christine Angot ou même de la réserve sensible de Annie Ernaux. Le lecteur sait simplement , malgré le titre de roman, que Echapper est bien une tranche de vie de Lionel Duroy, et je le savais d'autant plus que j'avais déjà lu deux livres de lui dont le superbe "Le chagrin" qui raconte son enfance dans une famille pour le moins déjantée. C'est l'écriture qui lui a permit de se sauver de l'oppression familiale. Echapper ne déroge donc pas à la règle. Le beau livre de Siegfried Lenz "La leçon d'allemand" en sera le fil conducteur. Augustin , le narrateur, est hanté par ce livre qu'il a passionnément aimé. Il a déjà effectué un voyage à Husum en Allemagne du nord avec Esther sa femme afin de retrouver les lieux où se déroule le roman de Lenz. C'est un second voyage cette fois ci sans sa femme qui sera le prétexte du livre. Comme le Kaliningrad d' "Outre terre" ,le beau livre de Jean Paul Kauffmann, le Husum et cette région mélancolique du Schleswig-Holstein sont des endroits improbables qui n'incitent pas vraiment à être des buts de voyage, au moins d'agrément. C'est d'ailleurs peut-être ce paysage plat et monotone, battu par les vents, toujours sous la menace d'une rupture de digues, qui est le principal "personnage" du livre. Augustin/Lionel s'établit donc pour un temps indéterminé , d'abord du côté allemand (la frontière avec le Danemark est très proche) puis du côté danois à Mogeltonder ,(désolé je n'ai pas de clavier danois pour vous faire les O barrés ), dans une belle maison de location d'où il pourra mener ses enquêtes sur le livre de Lenz. Ce qui tombait bien c'est que j'avais déjà lu "La leçon d'allemand" ; je me souvenais assez bien des personnages : le peintre, le jeune garçon et son père le policier qui doit signifier à un moment du roman l'interdiction de peindre à l'artiste. Car l'histoire se passe durant la période nazie. "Echapper" est un livre à plusieurs niveaux qui parfois s'imbriquent puis s'écartent selon l'humeur de l'auteur : L'enquête d'Augustin sur le peintre dont Lenz s'est inspiré : Emil Nolde, les ressassements de la perte d'Esther, la femme d'Augustin partie avec un autre homme, les souvenirs d'enfance toujours prégnants, la rencontre avec Suzanne une jeune peintre danoise dont Augustin tombe amoureux.....et puis toujours ces paysages pesants et mélancoliques du Schleswig qu'Augustin parcourt à vélo luttant contre le vent pour ne pas aller au fossé. Je disais en préambule que "Echapper" est un livre grave et dense ; un livre "allemand" presque. Un livre dont on pourrait lire les phrases à voix haute sur une musique de Brahms ( allemand du nord). Le livre se clôt sur l'évocation d'un voyage du narrateur avec l' un de ses fils à l'Ile de Rüggen. Là aussi, pour corroborer tout cela, réminiscence d'un magnifique tableau d'un autre peintre allemand David Caspar Friedich : Les blanches falaises de Rüggen.
          Lire la suite
          En lire moins
        • zabeth55 Posté le 16 Janvier 2017
          Un peu de mal à rentrer dans ce livre. Augustin, un auteur sous le charme du livre de Siegfried Lenz, La leçon d’allemand, se rend à Husum, sur les traces du peintre Emil Nolde. Il a envie d’écrire la suite du livre. Il fait le voyage une fois avec Esther, sa femme, puis seul lorsqu’Esther le quitte. Deux histoires imbriquées, Celle du peintre allemand et la sienne. D’un côté, il entre dans la vie de Nolde, le découvre, le comprend, s’identifie à lui, se met complètement à sa place. De l’autre, il décortique les échecs de sa propre vie et de ses deux mariages. Alors évidemment, au début, tout ça est un peu embrouillé. Et puis les chapitres avancent et une vraie sympathie naît pour cet écrivain un peu paumé, un peu hors réalité. Un des intérêts de ce livre est de m’avoir permis de connaître Emil Nolde (en ce sens il m’a fait penser à Charlotte de Foenkinos) et de connaître aussi les bords de la mer du Nord. Comme à son habitude, Lionel Duroy s’implique totalement dans son écriture, et c’est ça qui la rend si sincère. Il vit ce... Un peu de mal à rentrer dans ce livre. Augustin, un auteur sous le charme du livre de Siegfried Lenz, La leçon d’allemand, se rend à Husum, sur les traces du peintre Emil Nolde. Il a envie d’écrire la suite du livre. Il fait le voyage une fois avec Esther, sa femme, puis seul lorsqu’Esther le quitte. Deux histoires imbriquées, Celle du peintre allemand et la sienne. D’un côté, il entre dans la vie de Nolde, le découvre, le comprend, s’identifie à lui, se met complètement à sa place. De l’autre, il décortique les échecs de sa propre vie et de ses deux mariages. Alors évidemment, au début, tout ça est un peu embrouillé. Et puis les chapitres avancent et une vraie sympathie naît pour cet écrivain un peu paumé, un peu hors réalité. Un des intérêts de ce livre est de m’avoir permis de connaître Emil Nolde (en ce sens il m’a fait penser à Charlotte de Foenkinos) et de connaître aussi les bords de la mer du Nord. Comme à son habitude, Lionel Duroy s’implique totalement dans son écriture, et c’est ça qui la rend si sincère. Il vit ce qu’il raconte, mais sous le masque d’un personnage et du coup, on ne lui reproche pas d’être comme certains de ces auteurs qui font du nombrilisme en se racontant à la première personne.
          Lire la suite
          En lire moins
        • brigaldufenec Posté le 20 Août 2016
          Un écrivain, Auguste, décide de (re)partir sur les traces d'un autre écrivain Siegfried Lenz dans l'idée d'écrire une suite au livre de cet écrivain. Il avait déjà fait ce voyage, il y a quelques années, avec sa compagne Esther, qui depuis l'a quitté. Ce voyage est bien différent et, entre nostalgie, souvenirs et autre, il vit quelque chose d’inoubliable mais impossible avec Suzanne. Il court pour ce livre après ses souvenirs, son passé pour arriver au présent, tout en imaginant le futur. Bien écrit mais beaucoup nostalgique.
        • francoisvaray Posté le 9 Juin 2016
          Un beau roman ténébreux qui mêle le ressenti de l'auteur face aux mystères de l'écriture, l'identification d'une vie à un livre et à ses personnages et la destinée du peintre allemand Nolde. Reprenons : Augustin, un écrivain reconnu est fasciné par une roman qui traite de la biographie d'un peintre déchu par le nazisme. Il décide de se rendre sur les lieux où vécut son héros, à la frontière entre le Danemark et l'Allemagne, dans ces régions que le vent habite, et où les habitants sont vaillants et solitaires. Sa propre vie, ses femmes, viennent le hanter. Il n'incarnera pas Holde, il sera Holde durant son voyage. Un très beau roman sur les méandres de l'écriture. A lire !

        les contenus multimédias

        Lisez! La newsletter qui vous inspire !
        Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.