Lisez! icon: Search engine
Sonatine
EAN : 9782355843136
Code sériel : 197
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 384
Format : 140 x 220 mm

La Fille du train

Corinne DANIELLOT (Traducteur)
Date de parution : 07/05/2015
Vous ne voyagerez plus jamais comme avant...
Vous ne voyagerez plus jamais comme avant...

Depuis la banlieue où elle habite, Rachel prend le train deux fois par jour pour aller et revenir de Londres. Chaque jour elle est assise à la même place et chaque jour elle observe une jolie maison. Cette maison, elle la connaît par cœur,...
Vous ne voyagerez plus jamais comme avant...

Depuis la banlieue où elle habite, Rachel prend le train deux fois par jour pour aller et revenir de Londres. Chaque jour elle est assise à la même place et chaque jour elle observe une jolie maison. Cette maison, elle la connaît par cœur, elle a même donné un nom à ses occupants qu’elle aperçoit derrière la vitre : Jason et Jess. Un couple qu’elle imagine parfait, heureux, comme Rachel a pu l’être par le passé avec son mari, avant qu’il ne la trompe, avant qu’il ne la quitte. Mais un matin, elle découvre un autre homme que Jason à la fenêtre. Que se passe-t-il ? Jess tromperait-elle son mari ? Quelques jours plus tard, c’est avec stupeur qu’elle découvre la photo de Jess à la une des journaux. La jeune femme, de son vrai nom Megan Hipwell, a mystérieusement disparu…

Ce thriller exceptionnel connaît un succès incroyable depuis sa sortie. 1er des ventes aux Etats-Unis, en Angleterre et au Canada, traduit en plus de 26 langues, il est en cours d'adaptation cinématographique. Il vous suffit d'ouvrir ce livre et de vous laisser entraîner dans le piège paranoiaque et jubilatoire qu'il vous tend pour comprendre à quel point cette publication fait figure d'évènement.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782355843136
Code sériel : 197
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 384
Format : 140 x 220 mm

Ils en parlent

Une lecture qui vire à l'obsession.
Prima

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Wyoming Posté le 9 Juin 2020
    Tout au long de la lecture de ce thriller psychologique, je pensais lui accorder deux étoiles et demie, tant ses longueurs me lassaient et surtout du fait que, dès la moitié du livre, le dénouement se précisait avec de gros sabots, même si les détails de la toute fin faisaient défaut. Et puis, à mesure j'ai fini par lui reconnaître des qualités qui me font dire "j'ai aimé". La construction ne manque pas d'originalité avec la narration par les trois femmes, surtout Rachel, bien sûr, la personnalité la plus forte, même si son comportement et ses analyses sont souvent altérés par l'alcool. C'est la femme qui émerge dans cette trop longue histoire, si longue qu'elle ne peut s'oublier. Elle parvient à devenir attachante pour le lecteur et ce sont sans soute ses faiblesses contre lesquelles elle est en lutte, ses doutes, ses peurs, mais aussi sa confiance en elle paradoxale qui en font une véritable héroïne. Le héros masculin, c'est le train, et en aucun cas les trois hommes qui sont satellisés par les trois filles. Le train, lui, porte l'histoire, il est sans cesse présent, jusqu'à la dernière ligne du dernier paragraphe qui m'a fortement influencé pour une troisième étoile. Si... Tout au long de la lecture de ce thriller psychologique, je pensais lui accorder deux étoiles et demie, tant ses longueurs me lassaient et surtout du fait que, dès la moitié du livre, le dénouement se précisait avec de gros sabots, même si les détails de la toute fin faisaient défaut. Et puis, à mesure j'ai fini par lui reconnaître des qualités qui me font dire "j'ai aimé". La construction ne manque pas d'originalité avec la narration par les trois femmes, surtout Rachel, bien sûr, la personnalité la plus forte, même si son comportement et ses analyses sont souvent altérés par l'alcool. C'est la femme qui émerge dans cette trop longue histoire, si longue qu'elle ne peut s'oublier. Elle parvient à devenir attachante pour le lecteur et ce sont sans soute ses faiblesses contre lesquelles elle est en lutte, ses doutes, ses peurs, mais aussi sa confiance en elle paradoxale qui en font une véritable héroïne. Le héros masculin, c'est le train, et en aucun cas les trois hommes qui sont satellisés par les trois filles. Le train, lui, porte l'histoire, il est sans cesse présent, jusqu'à la dernière ligne du dernier paragraphe qui m'a fortement influencé pour une troisième étoile. Si les dialogues sont plutôt réussis pour la plupart, car certains sont d'une platitude totale, il manque le style qui fait la richesse des vrais bons polars qui surclassent sans difficulté ce petit mélo banlieusard.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Alfr Posté le 8 Juin 2020
    Plongée immédiate dans les pensées troublées de Rachel, qui observe de la fenêtre de son train, matin et soir, la vie d'un jeune couple qu'elle nommera "Jess et Jason". En apparence, c'est un couple modèle. En apparence, Rachel est plutôt folle, surtout lorsqu'elle apprend la disparition de Jess. Mais ne nous apprend-on pas à ne pas se fier aux apparences ? Pas toujours évident lorsque le roman file à 100 à l'heure (pour notre plus grand plaisir évidemment).
  • Ptitbooks Posté le 7 Juin 2020
    J’avoue que je n’aurais pas acheté La fille du train de moi-même s’il ne me l’avait pas été offert (je ne suis pas très thriller ou alors faut vraiment que ce soit une pépite), j’en avais juste beaucoup entendu parler à sa sortie. D’abord j’ai eu beaucoup de mal à me faire à la plume de l’auteure et à l’agencement du roman. Je m’explique : lorsque la partie est renseignée « soir » on apprend ce qu’il s’est passé le matin et lorsque c’est renseigné « matin » on apprend ce qu’il s’est passé la veille ; je ne trouvais pas ça logique. Comme cela m’a gêné et que j’ai dû mettre une centaine de pages à m’y faire je n’ai pas pu apprécier comme il se doit le début du roman. Cependant une fois que j’ai pris l’habitude j’ai dévoré cette histoire en la lisant quasiment d’une traite. Je ne savais plus où donner de la tête, j’en venais à douter de tout le monde c’est pourquoi je voulais absolument avoir le fin mot de cette disparition. Les personnages, eux, me tapaient sur les nerfs. Rachel était insupportable, de part son alcoolisme, ses actions, ses obsessions et sa bêtise. Chaque fois où je lui... J’avoue que je n’aurais pas acheté La fille du train de moi-même s’il ne me l’avait pas été offert (je ne suis pas très thriller ou alors faut vraiment que ce soit une pépite), j’en avais juste beaucoup entendu parler à sa sortie. D’abord j’ai eu beaucoup de mal à me faire à la plume de l’auteure et à l’agencement du roman. Je m’explique : lorsque la partie est renseignée « soir » on apprend ce qu’il s’est passé le matin et lorsque c’est renseigné « matin » on apprend ce qu’il s’est passé la veille ; je ne trouvais pas ça logique. Comme cela m’a gêné et que j’ai dû mettre une centaine de pages à m’y faire je n’ai pas pu apprécier comme il se doit le début du roman. Cependant une fois que j’ai pris l’habitude j’ai dévoré cette histoire en la lisant quasiment d’une traite. Je ne savais plus où donner de la tête, j’en venais à douter de tout le monde c’est pourquoi je voulais absolument avoir le fin mot de cette disparition. Les personnages, eux, me tapaient sur les nerfs. Rachel était insupportable, de part son alcoolisme, ses actions, ses obsessions et sa bêtise. Chaque fois où je lui disais dans ma tête « Mais non, fais pas ça ! » je pouvais être sûr qu’elle allait le faire. J’avoue que je me sentais mal-à-l’aise à travers elle et ce voyeurisme j’ai trouvé ça vraiment glauque de sa part. J'ai eu envie de la secouer pour qu'elle se réveille durant tout le livre. Mais même si je ne ressentais aucune sympathie pour elle et qu'à mes yeux elle ressortait comme un « déchet » elle me faisait de la peine. Tout le monde est forcément odieux avec elle au bout d’un moment (même si elle le cherche bien parfois). Son ex-mari se joue d’elle, un coup il est gentil un coup il est détestable. On ne comprend donc pas trop ses intentions vis-à-vis de Rachel. Et sa nouvelle femme, n’en parlons pas j’ai eu envie de la gifler tout le long du livre tellement elle est odieuse. Scott et le flic sont les seules personnes que j’ai apprécié un minimum (je dis bien un minimum, leur comportement envers Rachel fini par ressembler à celui des autres). Malgré des personnages qui n’ont l’air d’avoir que des défauts on se rend compte que ce sont ces derniers qui font l’histoire et amènent chaque péripéties. Il ne faut donc pas s’en formaliser car sans ces personnalités détestables il n’y aurait pas d’histoire. Pour dire bref j’ai aimé lire ce roman malgré un début difficile.
    Lire la suite
    En lire moins
  • leratquilit Posté le 5 Juin 2020
    Ces types de thrillers sont de loin mes préférés, où l'on doute en permanence du personnage principal : peut-on la croire, alors que même elle, doute d'elle ? J'ai adoré jusqu'à la fin, la plume est fluide, le suspense dure et la tension monte. Beau combo !
  • FrederiqueALLANDRIEUMARQUAIS Posté le 2 Juin 2020
    A l'époque de la sortie du livre je prenais le train tous les jours pour aller travailler et quand je l'ai vu en librairie je me suis dit "il est pour moi" cette jeune femme qui fait le même trajet tous les jours et qui imagine la vie des gens derrière les façades des maisons vues du train c'était moi bonne histoire bonne intrigue bon suspense et adaptation ciné pour ceux qui voudraient zapper le livre
Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions
Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    Twist final : 10 romans dont la fin vous laissera bouche bée

    Choquant et inattendu, le retournement final fait partie de ces pirouettes, qui, lorsqu'elles sont bien réalisées, transforment une lecture agréable en lecture inoubliable. Du roman de SF culte La planète des singes au récent best-seller La Fille du train, focus sur dix romans avec une fin à couper le souffle. 

    Lire l'article
  • News
    Sonatine

    Sonatine a 10 ans !

    Au programme des festivités : le retour des géants au catalogue, des concours, des jeux, des surprises... L'année 2018 sera Sonatine !

    Lire l'article