En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        La grande à bouche molle

        Julliard
        EAN : 9782260015536
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 320
        Format : 140 x 225 mm
        La grande à bouche molle

        Collection : Littérature Française Julliard
        Date de parution : 04/01/2001

        Une histoire insensée, un style jubilatoire, un de ces livres dont on voudrait qu'il ne finisse jamais…

        Le héros de ce roman s'appelle Philippe Jaenada. Détective privé de son état, il parfaitement conscient d'être un très mauvais détective. Néanmoins il s'applique. Lorsque le conducteur de métro qu'il tente de surprendre dans les bras de sa maîtresse prend inopinément l'autoroute A7, il le suit. À une station d'essence, une très grosse et...

        Le héros de ce roman s'appelle Philippe Jaenada. Détective privé de son état, il parfaitement conscient d'être un très mauvais détective. Néanmoins il s'applique. Lorsque le conducteur de métro qu'il tente de surprendre dans les bras de sa maîtresse prend inopinément l'autoroute A7, il le suit. À une station d'essence, une très grosse et très laide jeune femme s'invite à son bord. Elle s'appelle Fabienne du Val d'Orvault et a connu bien des malheurs. À l'hôtel Mercure de Romans où le conducteur de métro a décidé de passer la nuit, Jaenada découvre inopinément le cadavre d'une femme affreusement défigurée. Et Fabienne disparaît. Qui a pu commettre un si odieux forfait? Sont-ce les patibulaires qui rôdent dans le hall de l'hôtel? Des tueurs kidnappeurs? N'est-ce pas un peu au-dessus des moyens de notre amateur? Mais comment abandonner la pauvre Fabienne? Il se jette à la poursuite d'un des malfaisants qui se révèle être un tueur professionnel chargé de l'assassiner. La légitime défense n'ayant pas été inventée pour les chiens, Jaenada tue le tueur (accidentellement, c'est vrai, mais le résultat est le même). Comment échapper désormais au destin qui va le conduire à Saint-Étienne? Puis à Roanne, à Moulins, à Nevers, à Pouilly, à Montargis, porte de Châtillon et puis en Normandie, à Veules-les-Roses, à Cherbourg et carrément à Manhattan, pour finir. Et il va s'en passer des choses, pendant ce périple insensé… Mais Jaenada résoudra-t-il les trois questions fondamentales? – Jusqu'à quand le héros pourra-t-il tirer de l'argent avec sa carte bleue? – Qui va lui rembourser ses notes de frais ? – Anne-Catherine, jeune femme amoureuse (certes, mais au caractère un peu volcanique), va-t-elle supporter longtemps que l'homme de sa vie coure le monde pour empêcher que des jeunes femmes donnent contre leur gré leur cerveau à la science ?

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782260015536
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 320
        Format : 140 x 225 mm
        Julliard
        23.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • SophieLesBasBleus Posté le 13 Septembre 2017
          Il s'appelle Philippe Jaenada et il est détective privé. Il aime bien raconter sa vie et ça nous plaît bien aussi parce qu'il le fait avec un humour ébouriffant et qu'il en laisse profiter plein de lecteurs dont moi qui suis une lectrice. Quand on dit "détective privé" l'imaginaire collectif (qui n'en rate pas une) fait surgir les images mythiques de Boggie, Mitchum, Pacino, du côté masculin, et de Lauren Bacall, Rita Hayworth ou Gene Tierney du côté féminin. entre Faucon maltais, Grand Sommeil et autres enquêtes carabinées, parsemées de voluptueuses suspectes ou victimes. Et, finalement, il ne se trompe pas tellement, l'imaginaire collectif... Certes, notre héros avoue être gaulé comme une poêle à frire. Certes, ses investigations le conduisent plus souvent dans le secret des alcôves qu'à la poursuite du Maudit M. Certes la jeune femme séquestrée, qu'il se donne pour mission de sauver, est plutôt dodue. Certes, P.J. fréquente davantage le P.M.U du coin que les casinos de Las Vegas. Et certes, enfin, il a le chic pour nous raconter ses désagréments domestiques juste au moment où le suspense est à son acmé. Mais quoi ? Revêtant le costume scintillant du redresseur de tort, Philippe détective n'hésite... Il s'appelle Philippe Jaenada et il est détective privé. Il aime bien raconter sa vie et ça nous plaît bien aussi parce qu'il le fait avec un humour ébouriffant et qu'il en laisse profiter plein de lecteurs dont moi qui suis une lectrice. Quand on dit "détective privé" l'imaginaire collectif (qui n'en rate pas une) fait surgir les images mythiques de Boggie, Mitchum, Pacino, du côté masculin, et de Lauren Bacall, Rita Hayworth ou Gene Tierney du côté féminin. entre Faucon maltais, Grand Sommeil et autres enquêtes carabinées, parsemées de voluptueuses suspectes ou victimes. Et, finalement, il ne se trompe pas tellement, l'imaginaire collectif... Certes, notre héros avoue être gaulé comme une poêle à frire. Certes, ses investigations le conduisent plus souvent dans le secret des alcôves qu'à la poursuite du Maudit M. Certes la jeune femme séquestrée, qu'il se donne pour mission de sauver, est plutôt dodue. Certes, P.J. fréquente davantage le P.M.U du coin que les casinos de Las Vegas. Et certes, enfin, il a le chic pour nous raconter ses désagréments domestiques juste au moment où le suspense est à son acmé. Mais quoi ? Revêtant le costume scintillant du redresseur de tort, Philippe détective n'hésite pas à franchir la frontière du périphérique pour aller de Romans à Veules les Roses puis jusqu'à New-York à la poursuite de la femme en vert, Laura... Gilda... euh non Fabienne. Le roman joue sans cesse de cette démythification comme si ce Philippe Jaenada, qui s'accapare une large part de la biographie de l'auteur, brouillait les codes du roman noir et replaçait celui-ci dans un contexte où le prosaïque le dispute à la fantaisie la plus extravagante. Quoi qu'il en soit, j'ai été piégée par cette histoire et par le perpétuel mouvement que lui impulse l'écriture. J'aime que les gros méchants soient délicieusement cruels et que l'arme fatale du détective soit un passage dans l'ascenseur. Cette grande à bouche molle n'a, en définitive, pas grand-chose à envier aux grandes à bouche charnue qui évoluent sur l'écran des vieux films noirs !
          Lire la suite
          En lire moins
        • jelis Posté le 15 Août 2013
          Oui, l' histoire est complètement tirée par les cheveux(mais c'est une parodie), oui on décroche par moments, oui la fin est un peu bâclée (si on y arrive), mais que c' est drôle! Le livre est truffé de passages hilarants très bien écrits, pleins d'esprit qui justifient à eux seuls la lecture du roman. Jaenada, on aime, on n' aime pas voire on déteste, moi, j' adore!
        Lisez! La newsletter qui vous inspire !
        Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.