RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Le Meurtre du Commandeur, livre 2 : La Métaphore se déplace

            Belfond
            EAN : 9782714478399
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 1
            Format : 140 x 225 mm
            Le Meurtre du Commandeur, livre 2 : La Métaphore se déplace

            Hélène MORITA (Traducteur), Tomoko OONO (Avec la collaboration de)
            Date de parution : 11/10/2018
            Alors que jusque-là je marchais normalement sur ce que je pensais être mon propre chemin, voilà que soudain celui-ci a disparu sous mes pas, et c’est comme si j’avançais simplement dans un espace vide sans connaître de direction, sans plus aucune sensation.
            Une jeune fille a disparu.
            Une jeune fille dont le narrateur avait entrepris de faire le portrait. Une jeune fille aux yeux comme une flamme gelée. Une jeune fille qui l’intrigue et qui pourrait être liée à Menshiki.
            Il va rendre visite au vieux peintre Tomohiko Amada. Là, dans la chambre d’hôpital,...
            Une jeune fille a disparu.
            Une jeune fille dont le narrateur avait entrepris de faire le portrait. Une jeune fille aux yeux comme une flamme gelée. Une jeune fille qui l’intrigue et qui pourrait être liée à Menshiki.
            Il va rendre visite au vieux peintre Tomohiko Amada. Là, dans la chambre d’hôpital, apparaît le Commandeur.
            Le Commandeur est prêt à offrir sa vie pour que la jeune fille soit retrouvée. Il faut faire revivre la scène du tableau, le Commandeur doit être poignardé.
            Le narrateur lui plante un couteau dans le cœur.
            Une trappe s’ouvre dans un coin de la chambre. Un personnage étrange en surgit, qui l’invite à entrer dans le passage souterrain. Le début d’un périple qui va conduire le narrateur au-devant des forces du mal… 
            Deuxième livre d’une œuvre exceptionnelle, dans la lignée du monumental 1Q84, un roman somme, ambitieux, profond. Deux tomes pour une odyssée initiatique étrange, inquiétante, envoûtante, où le maître Murakami dévoile ses obsessions les plus intimes.
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782714478399
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 1
            Format : 140 x 225 mm
            Belfond
            23.90 €
            Acheter

            Ils en parlent

            " J’ai découvert Haruki Murakami avec « Kafka sur le Rivage » et depuis je guette avec impatience chaque nouveau roman de cet auteur. Les deux tomes du « Meurtre du Commandeur », n’ont pas déçu mes attentes.
            A travers l’histoire d’un peintre de portait sur commande qui se sépare de sa femme et qui après une errance à travers le Japon, trouve refuge dans la maison isolée et inhabitée d’un célèbre peintre de nihonga, Murakami explore les divers mécanismes de la création artistique.
            Comme dans « 1q84 », le roman aborde l’univers fantastique et le monde souterrain de notre imaginaire. Lorsque le héro décide d’abandonner le portait de commande et de se consacrer à ses propres réalisations, Menshiki, un mystérieux voisin vient sonner à sa porte, puis une « idée » se matérialise sous la forme d’un petit personnage issu d’un tableau nihonga caché dans le grenier…
            Bref ! Un roman difficile à résumer, mais quel régal ! "
            Fabienne / Librairie Baba Yaga - 83110 - 83110 Sanary/mer

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • BurjBabil Posté le 11 Août 2019
              La suite du tome 1 en est finalement assez différente. On plonge de plein pied dans un univers onirique plein d'Idées et de Métaphores. Toujours aussi bien écrit, toujours aussi facile à suivre malgré cet univers si particulier. J'ai oscillé sans cesse entre des impressions bizarres, me posant des questions sur la construction de l'intrigue, sa pertinence, les liens entre les évènements. Peut être justement que me poser ces questions était l'une des clés de l'univers du commandeur.
            • danaella Posté le 9 Août 2019
              Après le premier livre, on ne peut que se plonger dans le deuxième tome, où l'on entre dans le labyrinthe de la créativité onirique "Murakienne"; Il nous révèle le poids de l'Histoire, avec ses blessures et ses traumatismes, il nous fait pénétrer dans le monde étrange des métaphores, et surtout il nous place face à nos angoisses intérieures, nos "monstres" qu'il nous faut combattre et surmonter pour vivre une existence avec responsabilité. Un auteur qui a le mérite de rester fidèle à lui-même, et avec un talent d'écriture admirable. Un vrai peintre des mots
            • Asako Posté le 5 Août 2019
              Je viens de terminer ce tome 2 : La métaphore se déplace. Que dire ? Cet ouvrage qui vient clôturer l'histoire du narrateur est un régal: Murakami nous a peint son décor, ses fondements dans le tome1, on fait connaissance.....Le tome 2 nous fait nous déplacer à deux pieds dans son univers onirique..Nous ne savons pas où nous allons, mais nous y allons quand même grâce à cette plume envoutante! Des questions restent en suspens, d'autres sont élucidées avec finesse et subtilité! Lorsqu'on termine ce livre, on se sent un peu perdu (à chaque fois) on n'a pas forcement envie de sortir de ce monde de peinture, de métaphore et d'idée! un Bijou !
            • Rajaab Posté le 3 Août 2019
              Une histoire qui n'a ni queue ni tête mais qu'on ne peut pas lâcher
            • Ileauxtresors Posté le 23 Juillet 2019
              En me plongeant avec avidité dans ce deuxième volet du diptyque Le Meurtre du Commandeur, j’ai retrouvé les protagonistes du roman en proie à leurs tourments et fantômes respectifs. Le narrateur retrouve le chemin de la création artistique, mais ce chemin est tortueux et réveille des souvenirs lancinants. Il côtoie l’insondable Menshiki dont on apprécie l’élégance et le savoir-vivre, sans pouvoir s’empêcher de s’interroger : jusqu’où comprendre, cautionner et soutenir sa détermination obsessionnelle à entretenir l’hypothèse de la paternité de la jeune Marié ? Cette dernière est à l’affût, attendant fébrilement de se transformer en femme et se sentant constamment observée. Et il y a aussi évidemment le vieux peintre Tomohiko Amada, hanté à l’aube de sa vie par des drames anciens… Tous pressentent l’imminence de quelque chose d’inattendu et la tension monte. On évolue dans des lieux étranges, en proie à une confusion croissante des repères spatiaux-temporels : ce glissement naît-il de l’irruption dans le quotidien de l’explicable et du surnaturel ? Des subjectivités singulières des personnages, entre lesquelles se creuserait un écart grandissant ? Ou d’un enchevêtrement entre réalité et métaphore ? De fait, la vie peut parfois évoquer un tunnel étroit, mais il faut bien aller... En me plongeant avec avidité dans ce deuxième volet du diptyque Le Meurtre du Commandeur, j’ai retrouvé les protagonistes du roman en proie à leurs tourments et fantômes respectifs. Le narrateur retrouve le chemin de la création artistique, mais ce chemin est tortueux et réveille des souvenirs lancinants. Il côtoie l’insondable Menshiki dont on apprécie l’élégance et le savoir-vivre, sans pouvoir s’empêcher de s’interroger : jusqu’où comprendre, cautionner et soutenir sa détermination obsessionnelle à entretenir l’hypothèse de la paternité de la jeune Marié ? Cette dernière est à l’affût, attendant fébrilement de se transformer en femme et se sentant constamment observée. Et il y a aussi évidemment le vieux peintre Tomohiko Amada, hanté à l’aube de sa vie par des drames anciens… Tous pressentent l’imminence de quelque chose d’inattendu et la tension monte. On évolue dans des lieux étranges, en proie à une confusion croissante des repères spatiaux-temporels : ce glissement naît-il de l’irruption dans le quotidien de l’explicable et du surnaturel ? Des subjectivités singulières des personnages, entre lesquelles se creuserait un écart grandissant ? Ou d’un enchevêtrement entre réalité et métaphore ? De fait, la vie peut parfois évoquer un tunnel étroit, mais il faut bien aller de l’avant, quitte à consentir à quelque sacrifice pour cela… L’écriture de Murakami est décidément envoutante : limpide, densément évocatrice, hypnotisante. Certaines bifurcations de l’intrigue peuvent certes sembler arbitraires, mais on se laisse de bonne grâce emmener dans cette déambulation initiatique et inviter à des réflexions vertigineuses sur l’art, les contingences, le libre-arbitre, le courage, le sens et la filiation. En revanche, j’avoue qu’en achevant ce roman aussi rapidement que le permet le rythme de la fin de l’année, j’ai été un peu frustrée par la conclusion de plusieurs fils narratifs que l’auteur décide de laisser en suspens… Un peu comme son protagoniste qui décide de laisser inachevées certaines de ses toiles. Résultat : je reste, comme lui, hantée par mes questionnements et un peu désemparée quant à la portée symbolique de cette métaphore qui se déplace.
              Lire la suite
              En lire moins
            Toute l'actualité des éditions Belfond
            Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.

            Lisez maintenant, tout de suite !

            • Par Belfond

              25 livres à offrir pour Noël

              Ça y est, Noël approche… Des cadeaux à offrir, des idées à avoir, bref, le début de la catastrophe ! Alors pour vous faciliter la vie, on vous a concocté une liste de cadeaux aux petits oignons, histoire de voyager en littérature…

              Lire l'article