En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Le Meurtre du Commandeur, livre 2 : La Métaphore se déplace

            Belfond
            EAN : 9782714478399
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 1
            Format : 140 x 225 mm
            Nouveauté
            Le Meurtre du Commandeur, livre 2 : La Métaphore se déplace

            Hélène MORITA (Traducteur), Tomoko OONO (Avec la collaboration de)
            Date de parution : 11/10/2018
            Alors que jusque-là je marchais normalement sur ce que je pensais être mon propre chemin, voilà que soudain celui-ci a disparu sous mes pas, et c’est comme si j’avançais simplement dans un espace vide sans connaître de direction, sans plus aucune sensation.
            Une jeune fille a disparu.
            Une jeune fille dont le narrateur avait entrepris de faire le portrait. Une jeune fille aux yeux comme une flamme gelée. Une jeune fille qui l’intrigue et qui pourrait être liée à Menshiki.
            Il va rendre visite au vieux peintre Tomohiko Amada. Là, dans la chambre d’hôpital,...
            Une jeune fille a disparu.
            Une jeune fille dont le narrateur avait entrepris de faire le portrait. Une jeune fille aux yeux comme une flamme gelée. Une jeune fille qui l’intrigue et qui pourrait être liée à Menshiki.
            Il va rendre visite au vieux peintre Tomohiko Amada. Là, dans la chambre d’hôpital, apparaît le Commandeur.
            Le Commandeur est prêt à offrir sa vie pour que la jeune fille soit retrouvée. Il faut faire revivre la scène du tableau, le Commandeur doit être poignardé.
            Le narrateur lui plante un couteau dans le cœur.
            Une trappe s’ouvre dans un coin de la chambre. Un personnage étrange en surgit, qui l’invite à entrer dans le passage souterrain. Le début d’un périple qui va conduire le narrateur au-devant des forces du mal… 
            Deuxième livre d’une œuvre exceptionnelle, dans la lignée du monumental 1Q84, un roman somme, ambitieux, profond. Deux tomes pour une odyssée initiatique étrange, inquiétante, envoûtante, où le maître Murakami dévoile ses obsessions les plus intimes.
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782714478399
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 1
            Format : 140 x 225 mm
            Belfond
            23.90 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • traversay Posté le 31 Octobre 2018
              Il n'existe aucune certitude fiable en ce monde. Cette phrase, écrite par Haruki Murakami dans Le meurtre du Commandeur, et qui reflète les pensées de son narrateur, résume d'une certaine façon toute l'oeuvre de l'écrivain japonais. Et plus particulièrement dans le livre 2 de son dernier roman (joliment intitulé La métaphore se déplace) dont une grande partie se déroule dans un univers onirico-fantastique alors que son héros doit essayer de ne pas succomber aux forces du mal en crapahutant dans un souterrain étroit durant un temps difficile à déterminer. Pourquoi cette douloureuse épreuve ? Pour retrouver une fillette disparue dont il a fait le portrait (rappelons qu'il est peintre) et avec laquelle il a lié une relation d'amitié et de connivence. Ce long passage est censé être le point d'orgue et l'acmé de ce roman-fleuve. Ce n'est pourtant pas le meilleur (avis personnel) tant Murakami est bien plus passionnant quand il évoque le quotidien presque heure par heure de son personnage principal avec la douce mélancolie de quelqu'un qui se pose de nombreuses questions sur le sens de sa vie, de ses amours, de ses emm..... Le meurtre du Commandeur est admirablement agencé reliant avec un grand naturel êtres réels... Il n'existe aucune certitude fiable en ce monde. Cette phrase, écrite par Haruki Murakami dans Le meurtre du Commandeur, et qui reflète les pensées de son narrateur, résume d'une certaine façon toute l'oeuvre de l'écrivain japonais. Et plus particulièrement dans le livre 2 de son dernier roman (joliment intitulé La métaphore se déplace) dont une grande partie se déroule dans un univers onirico-fantastique alors que son héros doit essayer de ne pas succomber aux forces du mal en crapahutant dans un souterrain étroit durant un temps difficile à déterminer. Pourquoi cette douloureuse épreuve ? Pour retrouver une fillette disparue dont il a fait le portrait (rappelons qu'il est peintre) et avec laquelle il a lié une relation d'amitié et de connivence. Ce long passage est censé être le point d'orgue et l'acmé de ce roman-fleuve. Ce n'est pourtant pas le meilleur (avis personnel) tant Murakami est bien plus passionnant quand il évoque le quotidien presque heure par heure de son personnage principal avec la douce mélancolie de quelqu'un qui se pose de nombreuses questions sur le sens de sa vie, de ses amours, de ses emm..... Le meurtre du Commandeur est admirablement agencé reliant avec un grand naturel êtres réels et imaginaires, ces derniers sortis de la toile d'un peintre âgé et proche de la mort dont le narrateur habite provisoirement la maison. Il y a de l'humour, de la poésie et une pincée d'érotisme dans le roman, comme souvent chez Murakami, mais surtout ce sentiment que la frontière est poreuse entre ce qu'on appelle la réalité et des univers parallèles où tout peut arriver. Toujours cette idée qu'en ce monde il n'existe aucune certitude fiable. Et c'est ce qui fait le charme du livre de Murakami, encore une fois. Qu'il se laisse prendre la main et le lecteur se verra entraîner dans des contrées où le beau et le bizarre chevauchent de concert. Comme toujours chez l'écrivain, ce n'est pas la destination qui compte mais bien le voyage. Et celui-ci vaut le détour !
              Lire la suite
              En lire moins
            • visages Posté le 31 Octobre 2018
              Si le livre 1 m'avait un peu privée de l'univers onirique et fantastique si propre à H.Murakami, le deuxième vient combler ma frustration! Notre narrateur poursuit sa quête créatrice et bien au delà! Il se retrouve entraîné dans un monde bien particulier , guidé par les personnages du tableau trouvé dans le grenier du vieux peintre Tomohiko Amada. Pour retrouver la fillette avec laquelle une complicité singulière c'est créée, il va affronter ses démons les plus profonds, se relier à son passé de façon improbable, faire confiance à ce qui semble le plus déraisonnable...Ce personnage de Marié prend toute sa dimension dans ce second livre et permet de développer avec beaucoup de sensibilité toute une gamme d'émotions chez le narrateur qui remet en question la relation enfant/adulte, parfois symétrique parfois pas, toujours complémentaire et jamais hiérarchique. Plus que jamais H.Murakami intérroge sur la porosité entre rêve et réalité, sur la crédibilité de la notion de temps linéaire, sur ce qui influe , in fine, le plus sur nos choix et notre être: la réalité objective ou le poid qu'on accorde à ce que l'on ressent, ce que l'on croit. " Dans ce monde, il n'y a sans doute rien... Si le livre 1 m'avait un peu privée de l'univers onirique et fantastique si propre à H.Murakami, le deuxième vient combler ma frustration! Notre narrateur poursuit sa quête créatrice et bien au delà! Il se retrouve entraîné dans un monde bien particulier , guidé par les personnages du tableau trouvé dans le grenier du vieux peintre Tomohiko Amada. Pour retrouver la fillette avec laquelle une complicité singulière c'est créée, il va affronter ses démons les plus profonds, se relier à son passé de façon improbable, faire confiance à ce qui semble le plus déraisonnable...Ce personnage de Marié prend toute sa dimension dans ce second livre et permet de développer avec beaucoup de sensibilité toute une gamme d'émotions chez le narrateur qui remet en question la relation enfant/adulte, parfois symétrique parfois pas, toujours complémentaire et jamais hiérarchique. Plus que jamais H.Murakami intérroge sur la porosité entre rêve et réalité, sur la crédibilité de la notion de temps linéaire, sur ce qui influe , in fine, le plus sur nos choix et notre être: la réalité objective ou le poid qu'on accorde à ce que l'on ressent, ce que l'on croit. " Dans ce monde, il n'y a sans doute rien de certain dis-je. Mais on peut au moins croire à quelque chose." La création est abordée avec un grand "C" en y incluant la paternité: qu'est- ce qu'être père,, qu'est-ce qui fait père? Que se trame t-il entre l'oeuvre et l'artiste? qui appartient à qui? qui révéle t-il à l'autre l'essence de ce qu'il est? Si l'auteur nous offre pleinement danc ce deuxième livre toute la palette des sujets qui lui sont chers entre "monde objectif" et "monde parallèle il me confirme également l'impression ressentie dans le premier d'un nouvel angle de vue. Le narrateur est, en effet, conscient d'évoluer dans des sphéres dont il ne peut parler à n'importe qui sans passer pour un fou. Son questionnement est explicite et l'extra-ordinaire n'est pas posé comme une évidence contrairement aux précédents romans. Enfin, j'ai le sentiment de quelque chose d'auto biographique dans cet écrit.Par exemple, comme les tableaux inachevés du narrateur, j'ai toujours eu le sentiment qu'H.Murakami ne peut véritablement achever ses romans.Il y a toujours des liens qui ne sont pas faits et pourtant attendus, des réponses en suspend...Quel serait le risque d'une fin structurée? L'interrogation est-t-elle nécessaire en conclusion?
              Lire la suite
              En lire moins
            • FleurDuBien Posté le 20 Octobre 2018
              Ce second tome est encore meilleur que le premier. Avis aux amateurs de Murakami, précipitez-vous pour vous procurer ces deux tomes extraordinaires, aussi bien sûr le plan littéraire, que sur le plan du fond, de l'intrigue, des intrigues. Dans ce second opus, il est davantage question du fantastique, de l'étrange, et on est réellement plongé au coeur de la vie du narrateur, et de ce qui va lui arriver. Je ne peux pas en dire plus c'est tellement dense, tellement fourni, que je dévoilerai trop de l'intrigue. Ça ressemble à un thriller, mais à un thriller génial, inventif, surprenant, encore mieux que Stephen King, (d'ailleurs, rien à voir avec lui, en fait !). Ne vous attendez surtout pas à des explications logiques ou rationnelles, il n'y en a pas, et c'est bien cela qui diffère des thrillers classiques. D'ailleurs, je m'en veux de parler de "thriller", ce serait dévaluer cette oeuvre, car on ne peut la ranger dans aucune case, c'est bien cela qui fait sa rareté, son exigence et sa valeur. Tout le fantastique démarre lors de la découverte d'un tableau d'un grand peintre japonais, "Le meurtre du Commandeur" (oui, comme dans Dom Juan), caché dans un grenier, et de cette... Ce second tome est encore meilleur que le premier. Avis aux amateurs de Murakami, précipitez-vous pour vous procurer ces deux tomes extraordinaires, aussi bien sûr le plan littéraire, que sur le plan du fond, de l'intrigue, des intrigues. Dans ce second opus, il est davantage question du fantastique, de l'étrange, et on est réellement plongé au coeur de la vie du narrateur, et de ce qui va lui arriver. Je ne peux pas en dire plus c'est tellement dense, tellement fourni, que je dévoilerai trop de l'intrigue. Ça ressemble à un thriller, mais à un thriller génial, inventif, surprenant, encore mieux que Stephen King, (d'ailleurs, rien à voir avec lui, en fait !). Ne vous attendez surtout pas à des explications logiques ou rationnelles, il n'y en a pas, et c'est bien cela qui diffère des thrillers classiques. D'ailleurs, je m'en veux de parler de "thriller", ce serait dévaluer cette oeuvre, car on ne peut la ranger dans aucune case, c'est bien cela qui fait sa rareté, son exigence et sa valeur. Tout le fantastique démarre lors de la découverte d'un tableau d'un grand peintre japonais, "Le meurtre du Commandeur" (oui, comme dans Dom Juan), caché dans un grenier, et de cette découverte découlera toutes les péripéties du narrateur. le pauvre... Encore dans ce second tome, une grande réflexion sur l'Art et la Création. Quel talent ! Quelles références ! C'est du grand art. Je commence derechef Kafka sur le rivage, une de ces oeuvres magistrales. Bonne lecture aux petits veinards qui n'ont pas eu encore la chance de lire ces deux tomes ! PS : Je prépare pour très bientôt un quiz concernant les deux tomes de ce roman, bien sûr il faudra les avoir lus pour y répondre. PS 2 : J'ajoute juste que nous sommes le lendemain de la fin de ma lecture, et le plus sincèrement du monde, les personnages me manquent horriblement !
              Lire la suite
              En lire moins

            Ils en parlent

            " J’ai découvert Haruki Murakami avec « Kafka sur le Rivage » et depuis je guette avec impatience chaque nouveau roman de cet auteur. Les deux tomes du « Meurtre du Commandeur », n’ont pas déçu mes attentes.
            A travers l’histoire d’un peintre de portait sur commande qui se sépare de sa femme et qui après une errance à travers le Japon, trouve refuge dans la maison isolée et inhabitée d’un célèbre peintre de nihonga, Murakami explore les divers mécanismes de la création artistique.
            Comme dans « 1q84 », le roman aborde l’univers fantastique et le monde souterrain de notre imaginaire. Lorsque le héro décide d’abandonner le portait de commande et de se consacrer à ses propres réalisations, Menshiki, un mystérieux voisin vient sonner à sa porte, puis une « idée » se matérialise sous la forme d’un petit personnage issu d’un tableau nihonga caché dans le grenier…
            Bref ! Un roman difficile à résumer, mais quel régal ! "
            Fabienne / Librairie Baba Yaga - 83110 - 83110 Sanary/mer
            Toute l'actualité des éditions Belfond
            Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.
            Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com

            Lisez maintenant, tout de suite !

            • Par Belfond

              25 livres à offrir pour Noël

              Ça y est, Noël approche… Des cadeaux à offrir, des idées à avoir, bref, le début de la catastrophe ! Alors pour vous faciliter la vie, on vous a concocté une liste de cadeaux aux petits oignons, histoire de voyager en littérature…

              Lire l'article