Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782714478399
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 1
Format : 140 x 225 mm
Le Meurtre du Commandeur, livre 2 : La Métaphore se déplace
Hélène Morita (traduit par), Tomoko Oono (traduit par)
Date de parution : 11/10/2018
Éditeurs :
Belfond
En savoir plus

Le Meurtre du Commandeur, livre 2 : La Métaphore se déplace

Hélène Morita (traduit par), Tomoko Oono (traduit par)
Date de parution : 11/10/2018
Alors que jusque-là je marchais normalement sur ce que je pensais être mon propre chemin, voilà que soudain celui-ci a disparu sous mes pas, et c’est comme si j’avançais simplement dans un espace vide sans connaître de direction, sans plus aucune sensation.
Une jeune fille a disparu.
Une jeune fille dont le narrateur avait entrepris de faire le portrait. Une jeune fille aux yeux comme une flamme gelée. Une jeune fille qui l’intrigue...
Une jeune fille a disparu.
Une jeune fille dont le narrateur avait entrepris de faire le portrait. Une jeune fille aux yeux comme une flamme gelée. Une jeune fille qui l’intrigue et qui pourrait être liée à Menshiki.
Il va rendre visite au vieux peintre Tomohiko Amada. Là, dans la chambre d’hôpital,...
Une jeune fille a disparu.
Une jeune fille dont le narrateur avait entrepris de faire le portrait. Une jeune fille aux yeux comme une flamme gelée. Une jeune fille qui l’intrigue et qui pourrait être liée à Menshiki.
Il va rendre visite au vieux peintre Tomohiko Amada. Là, dans la chambre d’hôpital, apparaît le Commandeur.
Le Commandeur est prêt à offrir sa vie pour que la jeune fille soit retrouvée. Il faut faire revivre la scène du tableau, le Commandeur doit être poignardé.
Le narrateur lui plante un couteau dans le cœur.
Une trappe s’ouvre dans un coin de la chambre. Un personnage étrange en surgit, qui l’invite à entrer dans le passage souterrain. Le début d’un périple qui va conduire le narrateur au-devant des forces du mal… 
Deuxième livre d’une œuvre exceptionnelle, dans la lignée du monumental 1Q84, un roman somme, ambitieux, profond. Deux tomes pour une odyssée initiatique étrange, inquiétante, envoûtante, où le maître Murakami dévoile ses obsessions les plus intimes.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714478399
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 1
Format : 140 x 225 mm
Belfond
En savoir plus

Ils en parlent

" J’ai découvert Haruki Murakami avec « Kafka sur le Rivage » et depuis je guette avec impatience chaque nouveau roman de cet auteur. Les deux tomes du « Meurtre du Commandeur », n’ont pas déçu mes attentes.
A travers l’histoire d’un peintre de portait sur commande qui se sépare de sa femme et qui après une errance à travers le Japon, trouve refuge dans la maison isolée et inhabitée d’un célèbre peintre de nihonga, Murakami explore les divers mécanismes de la création artistique.
Comme dans « 1q84 », le roman aborde l’univers fantastique et le monde souterrain de notre imaginaire. Lorsque le héro décide d’abandonner le portait de commande et de se consacrer à ses propres réalisations, Menshiki, un mystérieux voisin vient sonner à sa porte, puis une « idée » se matérialise sous la forme d’un petit personnage issu d’un tableau nihonga caché dans le grenier…
Bref ! Un roman difficile à résumer, mais quel régal ! "
Fabienne / Librairie Baba Yaga - 83110 - 83110 Sanary/mer

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • emidam Posté le 17 Mars 2022
    Je retrouve Haruki Murakami et Le meurtre du commandeur, après un premier tome qui m'avait particulièrement plu. C'est un plaisir de retrouver ces personnages hauts en couleurs, cette maison isolée et intriguante, ce style toujours fascinant. La première partie est vraiment dans la continuité du précédent opus. Mais j'ai un peu été déçu par la suite. L'étrange voyage fait par le narrateur ne m'a pas convaincu. L'auteur opère un changement radical par rapport au reste de l'œuvre. La fin n'apporte pas vraiment de réponses aux nombreuses intrigues, ce qui n'est pas forcément un problème. Non, le soucis pour moi est que cette fin est particulièrement hâtive, presque bâclée. C'est un peu dommage de finir sur une mauvaise note, mais je garderai tout même un bon souvenir de ce diptyque.
  • Jstrange Posté le 31 Décembre 2021
    Tout aussi formidable et prenant que le premier Tome, ce second volet continue dans la lancé du 1er, avec des mystères qui s'épaississent et cet ambiance aux frontières du Fantastiques. Après plusieurs semaines à avoir lu les deux tomes, quitter cet univers et ces personnages me donne un drôle de sensation car cette histoire happe vraiment à sa lecture.
  • Laplumedeclementine Posté le 19 Octobre 2021
    Dans ce deuxième tome du Meurtre du Commandeur d'Haruki Murakami, le narrateur réside toujours dans la maison d’un peintre célèbre en haut de la montagne et continue à peindre le portrait de Marié, jeune fille de 13 ans qui est peut-être liée à Menshiki, le mystérieux voisin richissime du narrateur. Entre vie quotidienne rythmée par la peinture, la musique, les discussions philosophiques et les verres de whisky, et les manifestations surnaturelles du Commandeur, sorti tout droit d’un tableau extrêmement violent, le narrateur a tout loisir à réfléchir au sens de la vie. Mais un jour, Marié disparaît. Pour la retrouver, le protagoniste devra effectuer un périple initiatique et symbolique, dans un monde peuplé d’Idées et de Métaphores. Il devra notamment rejouer la scène du Meurtre du Commandeur. À travers le regard du narrateur, les événements étranges qui se déroulent autour de lui prennent une teinte fantastique. La dimension surnaturelle prend davantage de place dans ce 2ème livre. Mais est-ce vraiment surnaturel ou est-ce tout droit sorti de l’esprit du personnage ? Les événements de ce livre relèvent surtout du fantasmagorique et du symbolisme et confinent à l’absurde. Il devient évident que c’est la découverte du tableau du Meurtre du Commandeur... Dans ce deuxième tome du Meurtre du Commandeur d'Haruki Murakami, le narrateur réside toujours dans la maison d’un peintre célèbre en haut de la montagne et continue à peindre le portrait de Marié, jeune fille de 13 ans qui est peut-être liée à Menshiki, le mystérieux voisin richissime du narrateur. Entre vie quotidienne rythmée par la peinture, la musique, les discussions philosophiques et les verres de whisky, et les manifestations surnaturelles du Commandeur, sorti tout droit d’un tableau extrêmement violent, le narrateur a tout loisir à réfléchir au sens de la vie. Mais un jour, Marié disparaît. Pour la retrouver, le protagoniste devra effectuer un périple initiatique et symbolique, dans un monde peuplé d’Idées et de Métaphores. Il devra notamment rejouer la scène du Meurtre du Commandeur. À travers le regard du narrateur, les événements étranges qui se déroulent autour de lui prennent une teinte fantastique. La dimension surnaturelle prend davantage de place dans ce 2ème livre. Mais est-ce vraiment surnaturel ou est-ce tout droit sorti de l’esprit du personnage ? Les événements de ce livre relèvent surtout du fantasmagorique et du symbolisme et confinent à l’absurde. Il devient évident que c’est la découverte du tableau du Meurtre du Commandeur qui a fait basculer la vie des personnages dans un univers nimbé de mystère, tableau étroitement lié aux horreurs de l’Anschluss en 1938 et de la guerre sino-japonaise. L’on découvre que tous les événements et tous les personnages sont liés. La fosse au fond des bois devient presque un personnage à part entière. J’ai aimé l’ambiance mystérieuse, à la fois profondément ancrée dans le quotidien et entourée de surnaturel. Toutefois, le périple du narrateur dans l’autre monde m’a moins intéressée que le déroulement de sa vie et sa réflexion sur la création. De plus, la fin reste ouverte, sans vraiment d’explication, et m’a laissée sur ma faim. J’ai été frustrée par le décalage entre le parcours symbolique du narrateur dans le but de retrouver Marié et la réalité de ce que la jeune fille a vécu, qui n’a pas grand-chose de surnaturel. Ce livre est envoûtant et merveilleusement bien écrit mais il n’est pas mon Murakami préféré.
    Lire la suite
    En lire moins
  • LaVieCouleurPink Posté le 21 Août 2021
    Suite du premier tome : les apparitions du peintre l’amènent à vivre des histoires extraordinaires, à le faire réfléchir sur lui et à recommencer une nouvelle vie avec sa réelle femme enceinte. Je pense avoir préféré ma lecture du premier tome mais si je n’avais pas lu le second, je serai restée sur ma faim.
  • morris45 Posté le 20 Juillet 2021
    C'est avec plaisir que j'ai poursuivi la lecture du "Meurtre du Commandeur" avec le tome 2 (originalité française me semble-t-il) après une pause vers d'autres rives. Les personnages reviennent avec force et le "surnaturel" devient omniprésent et nous entraîne dans un monde totalement irrationnel et surprenant! Mais la narration entremêle l'illusion et les faits de la vie quotidienne (écouter une symphonie, jouer du piano, faire la cuisine, écouter le bruit du moteur d'une Jaguar....) C'est l'art de Murakami qui s'exprime pour nous séduire et nous emmener avec lui dans ses rêves. La fin est quand même un peu précipitée, voire téléphonée, mais cela n'altère pas le souvenir d'ensemble.
Inscrivez-vous et recevez toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • News
    10/18

    Haruki Murakami : un narrateur et des moutons

    Retour sur les premiers pas littéraires de l’auteur japonais Haruki Murakami, avec la réédition chez 10/18 de deux romans signés dans les années 1980 : La course au mouton sauvage et Danse, danse, danse. Le laboratoire dynamique d’une écriture unique, entre réalisme et fantaisie, critique frontale et ironie douce.

    Lire l'article
  • News
    Belfond

    25 livres à offrir pour Noël

    Ça y est, Noël approche… Des cadeaux à offrir, des idées à avoir, bref, le début de la catastrophe ! Alors pour vous faciliter la vie, on vous a concocté une liste de cadeaux aux petits oignons, histoire de voyager en littérature…

    Lire l'article