Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782260054931
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 192
Format : 140 x 189 mm
Nouveauté
Les exilés
Date de parution : 03/03/2022
Éditeurs :
Julliard
Nouveauté

Les exilés

Date de parution : 03/03/2022
Sans raison apparente, Isabelle quitte son mari, son métier d’enseignante et la ville où elle habite. Dans son errance, elle rencontre un migrant guinéen de quinze ans pour lequel elle se prend d’affection. Logée... Sans raison apparente, Isabelle quitte son mari, son métier d’enseignante et la ville où elle habite. Dans son errance, elle rencontre un migrant guinéen de quinze ans pour lequel elle se prend d’affection. Logée dans le même hôtel social que le garçon, Isabelle retrouve le plaisir de transmettre en apprenant à Ibrahim les rudiments du français.... Sans raison apparente, Isabelle quitte son mari, son métier d’enseignante et la ville où elle habite. Dans son errance, elle rencontre un migrant guinéen de quinze ans pour lequel elle se prend d’affection. Logée dans le même hôtel social que le garçon, Isabelle retrouve le plaisir de transmettre en apprenant à Ibrahim les rudiments du français. Élève motivé, mais toujours sur ses gardes, l’adolescent lui raconte peu à peu son histoire. Alors qu’Ibrahim est menacé d’expulsion, ils font la connaissance de Jean, un oléiculteur de la région. Entre ces trois personnages va naître une bouleversante relation d’amour et de solidarité.

Croisant les voix d’Isabelle et d’Ibrahim, Les Exilés est un roman sur la reconstruction d’êtres fragilisés par leurs trajectoires intimes. C’est aussi un témoignage fort sur le traitement réservé aux mineurs isolés étrangers.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782260054931
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 192
Format : 140 x 189 mm

Ils en parlent

« Une ode à la vie, à l’heure où le monde est bouleversé. Riche de son parcours atypique, Maïa Kanaan-Macaux y puise son talent à raconter des histoires touchantes. »
 
Le Courrier Cauchois
« Maïa Kanaan-Macaux offre un récit fort et engagé. »
Paris-Normandie
« Humain et sensible, l’ouvrage résonne avec l’actualité et la nécessité d’ouverture d’esprit, de solidarité, d’entraide et de bienveillance. »
Le Courrier Cauchois

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • isabelleisapure Posté le 3 Avril 2022
    Dans ce très joli roman, Maïa Kanaan-Macaux, met en parallèle les vies d’Isabelle et d’Ibrahim. Un beau jour, Isabelle a tout quitté : son appartement, son mari, son métier de prof. Avec pour tout bagage un sac contenant le strict nécessaire, elle a pris un train en destination du Sud, espérant mettre le plus de distance avec sa Normandie natale. Arrivée à Nice, la jeune femme se retrouve confrontée à la misère des migrants. Ibrahim fait partie de ceux qui ont pris la mer en espérant trouver une vie meilleure. Passée la phase d’observation et malgré la barrière de la langue, Isabelle et Ibrahim vont se découvrir. ... Dans ce très joli roman, Maïa Kanaan-Macaux, met en parallèle les vies d’Isabelle et d’Ibrahim. Un beau jour, Isabelle a tout quitté : son appartement, son mari, son métier de prof. Avec pour tout bagage un sac contenant le strict nécessaire, elle a pris un train en destination du Sud, espérant mettre le plus de distance avec sa Normandie natale. Arrivée à Nice, la jeune femme se retrouve confrontée à la misère des migrants. Ibrahim fait partie de ceux qui ont pris la mer en espérant trouver une vie meilleure. Passée la phase d’observation et malgré la barrière de la langue, Isabelle et Ibrahim vont se découvrir. Avec elle, il apprendra quelques mots de français qui peu à peu deviendront des phrases. Avec lui, elle apprendra à relever la tête, à reprendre espoir alors qu’elle croyait sa vie finie après le drame qui l’avait bouleversée. L’écriture est belle, douce, poétique rendant les personnages tellement attachants, humains, entiers. L’auteure réussi à nous faire traverser des vies, c’est fluide, émouvant, parfois sombre et si souvent lumineux. On a envie de prendre ses personnages dans nos bras pour leur permettre d’avancer autrement, tant on a l’impression de les connaître, tant on aimerait pouvoir les aider à vivre heureux. « Les exilés » est une très belle lecture bien plus poétique que larmoyante, positive et sensible. Je remercie très vivement NetGalley et les Editions Julliard sans qui je serais probablement passé à côté de ce roman. #Lesexilés #NetGalleyFrance !
    Lire la suite
    En lire moins
  • LettresCapitales Posté le 24 Mars 2022
    Maïa Kanaan-Macaux publie Les exilés, « un roman sur la reconstruction d’êtres fragilisés par leurs trajectoires intimes », comme il nous est présenté par sa quatrième de couverture. Réunis par le hasard des pérégrinations, Isabelle, Ibrahim et Jean vont apprendre à se connaître et à s’entraider dans la tentative de chacun de vaincre leurs blessures du passé. La solidarité retrouve dès lors ses lettres de noblesse dans tout leur sens, celui de la capacité de réédification de l’humanité menacée par des expériences à la fois tragiques et cruellement nécessaires.
  • Litteraflure Posté le 14 Mars 2022
    Ce roman m’a touchée. En plein cœur. Pourtant, dès les premières pages, je m’interrogeais. La situation, improbable : Isabelle, une femme comme il faut qui se jette à la rue, oubliant volontairement ses repères, à l’abri dans un hôtel miteux fréquenté par des migrants, des « enfantômes », ces gosses sans âge ni identité. Elle s’attache à l’un d’entre eux, Ibrahim, un petit Africain qui a choisi l’exil pour s’inventer un avenir (« Mieux valait mourir que de revenir sans avoir atteint son but »). Méfiante, je guettais les bons sentiments et les leçons de morale. Ma suspicion s’est volatilisée, car ce livre est un petit miracle de bonté et de pudeur. Il raconte la reconstruction de deux êtres meurtris par la vie (« Nous sommes l’un et l’autre en suspens »), le long et sinueux chemin qui les mène au bonheur. Qui est le pygmalion de l’autre ? Où l’amour se loge-t-il ? Par petites touches et sans misérabilisme, Maïa Kanaan-Macaux, évoque le terrible périple d’Ibrahim (pages 76-80, 94-96) et l’amère découverte de cette terre promise à d’autres que lui. L’administration est cynique, elle est aveugle au désespoir (p101), comme si le malheur n’avait plus de visage (« Personne ne quitte sa... Ce roman m’a touchée. En plein cœur. Pourtant, dès les premières pages, je m’interrogeais. La situation, improbable : Isabelle, une femme comme il faut qui se jette à la rue, oubliant volontairement ses repères, à l’abri dans un hôtel miteux fréquenté par des migrants, des « enfantômes », ces gosses sans âge ni identité. Elle s’attache à l’un d’entre eux, Ibrahim, un petit Africain qui a choisi l’exil pour s’inventer un avenir (« Mieux valait mourir que de revenir sans avoir atteint son but »). Méfiante, je guettais les bons sentiments et les leçons de morale. Ma suspicion s’est volatilisée, car ce livre est un petit miracle de bonté et de pudeur. Il raconte la reconstruction de deux êtres meurtris par la vie (« Nous sommes l’un et l’autre en suspens »), le long et sinueux chemin qui les mène au bonheur. Qui est le pygmalion de l’autre ? Où l’amour se loge-t-il ? Par petites touches et sans misérabilisme, Maïa Kanaan-Macaux, évoque le terrible périple d’Ibrahim (pages 76-80, 94-96) et l’amère découverte de cette terre promise à d’autres que lui. L’administration est cynique, elle est aveugle au désespoir (p101), comme si le malheur n’avait plus de visage (« Personne ne quitte sa maison à moins que sa maison ne soit la gueule d’un requin »). Avec tact, l’auteure nous introduit dans l’intimité du drame d’Isabelle (exemples : pages 145 et 158), insinue que toutes les souffrances se valent, qu’elles n’ont pas besoin d’un acte de naissance ou d’un passeport pour nous émouvoir. Alors oui, il y aura bien des grognons pour déplorer ce beau final et douter de ces personnages, parfaits jusque dans leurs fragilités. Peu importe, quelquefois, il faut savoir baisser la garde et laisser couler ses larmes. Bilan : 🌹🌹
    Lire la suite
    En lire moins
Abonnez-vous à la Newsletter Julliard
Les éditions Julliard sont spécialisées dans la littérature française contemporaine. Julliard ne cesse de découvrir de nouveaux talents et d'enrichir son catalogue avec des textes d'auteurs à la personnalité toujours singulière, et au style inimitable. Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.