Lisez! icon: Search engine

Les mystères d'Avebury

Sonatine
EAN : 9782355843624
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 400
Format : 140 x 220 mm
Les mystères d'Avebury

Maxime BERRÉE (Traducteur)
Date de parution : 11/05/2017
Les souvenirs peuvent parfois être aussi irréels que l’imagination.
 
Été 1981. Alors qu’il attend à la terrasse d'un café, David Umber est témoin d’un fait divers qui va bouleverser son existence. Trois jeunes enfants qui se promenaient avec leur baby-sitter sont victimes d’une terrible agression. Un homme kidnappe Tamsin, deux ans, et s’enfuit à bord de son van. Alors qu’elle... Été 1981. Alors qu’il attend à la terrasse d'un café, David Umber est témoin d’un fait divers qui va bouleverser son existence. Trois jeunes enfants qui se promenaient avec leur baby-sitter sont victimes d’une terrible agression. Un homme kidnappe Tamsin, deux ans, et s’enfuit à bord de son van. Alors qu’elle essaye de s’interposer, la petite Miranda, sept ans, est percutée par le véhicule. Tout se passe en quelques secondes. David, comme les deux autres témoins de la scène, n’a pas le temps de réagir. À peine peuvent-ils donner une vague description de l’agresseur.

Printemps 2004. Prague. Après une histoire d’amour avortée avec la baby-sitter des enfants, David  a tout quitté pour refaire sa vie. Il est contacté par l’inspecteur-chef Sharp, chargé à l’époque de l’enquête. Sharp lui demande de l’accompagner en Angleterre pour essayer de faire enfin toute la lumière sur la disparition de Tamsin. Littéralement hantés par cette affaire, les deux hommes reprennent un à un tous les faits. Bientôt de nouvelles questions se posent sur la configuration des lieux, sur la présence des témoins, sur la personnalité des victimes. Le drame cache en réalité encore bien des secrets.
 
Ne voit-on jamais que ce que l’on a envie de voir ? Dans les histoires d’amour comme de meurtre, la réalité est souvent bien différente de ce que l’on aimerait qu’elle soit. Le maître du thriller britannique tisse ici une intrigue passionnante où les rebondissements se succèdent sans répit jusqu’à la résolution finale.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782355843624
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 400
Format : 140 x 220 mm

Ils en parlent

A propos de Heather Mallender a disparu : « Un pavé à suspense à devenir asocial et insomniaque. Que c’est bon ! »
Olivia de Lamberterie / Elle
" Maître du thriller psychologique, Robert Goddard nous met encore les nerfs en pelote et le sommeil en danger. Blanche est la nuit. "
V. G. / Madame Figaro

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • cakoo Posté le 16 Août 2019
    Conserve l'ambiance et le rythme que j'apprécie chez l'auteur, très agréable lecture.
  • Christian_92 Posté le 30 Mai 2019
    J'ai découvert ce livre et cet auteur par hasard, Robert GODDARD ne faisant pas partie des "maîtres" du Thriller reconnus en France . Il a pourtant écrit de nombreux romans si j'en juge par sa courte biographie disponible sur le net. L'intrigue de ce roman est assez compliquée, on s'y perd un peu dans les dédales de Londres ou de sa banlieue et comme beaucoup de roman il se situe sur plusieurs époques ; ici 3 : "le fait historique" qui semble avoir déclenché le crime, le temps du crime, et le présent qui sonne le temps du réveil ou de la vengeance. Ici c'est 23 ans après que nos héros sont "réveillés" par un courrier anonyme, relançant l'enquête. Donc rien de très original. Pour autant on passe un bon moment à la lecture de ce livre, mais pas suffisamment pour qu'il me donne envie de découvrir d'autres romans du même auteur,. Pourquoi? Le style est assez banal et, à mon gout, bien que ce ne soit pas celui de tous les lecteurs, les caractères des personnages ne sont ni assez fouillés , ni suffisamment attachants. Quand aux descriptions des lieux (Prague, Jersey, Londres...) , elles semblent vraiment avoir été... J'ai découvert ce livre et cet auteur par hasard, Robert GODDARD ne faisant pas partie des "maîtres" du Thriller reconnus en France . Il a pourtant écrit de nombreux romans si j'en juge par sa courte biographie disponible sur le net. L'intrigue de ce roman est assez compliquée, on s'y perd un peu dans les dédales de Londres ou de sa banlieue et comme beaucoup de roman il se situe sur plusieurs époques ; ici 3 : "le fait historique" qui semble avoir déclenché le crime, le temps du crime, et le présent qui sonne le temps du réveil ou de la vengeance. Ici c'est 23 ans après que nos héros sont "réveillés" par un courrier anonyme, relançant l'enquête. Donc rien de très original. Pour autant on passe un bon moment à la lecture de ce livre, mais pas suffisamment pour qu'il me donne envie de découvrir d'autres romans du même auteur,. Pourquoi? Le style est assez banal et, à mon gout, bien que ce ne soit pas celui de tous les lecteurs, les caractères des personnages ne sont ni assez fouillés , ni suffisamment attachants. Quand aux descriptions des lieux (Prague, Jersey, Londres...) , elles semblent vraiment avoir été faites à partir de dépliants touristiques.
    Lire la suite
    En lire moins
  • sabine59 Posté le 25 Mai 2019
    J'étais ravie de retrouver l'auteur, dont j'avais beaucoup aimé " Heather Mallender a disparu" et " Par un matin d'automne". Plus que celui-ci, je l'avoue. Je sais que certains lecteurs n'apprécient pas le rythme lent de ses intrigues. Moi, au contraire, j'aime entrer doucement dans la psychologie des personnages, découvrir peu à peu les rebondissements, me laisser envelopper par le mystère que Robert Goddard sait si bien entretenir. Juste quelques indications pour vous donner envie: deux époques se répondent, le présent et une date bien précise, le dernier lundi du mois de Juillet 1981, dans un petit village anglais. Ce jour-là, David Umber ( qui porte bien son nom car après, il ne sera plus effectivement qu'une ombre du passé égarée...) assiste, témoin impuissant, à l'enlèvement d'une petite fille de deux ans et à bien pire encore... Et voilà qu'il s'éprend de la jeune nounou qui l'accompagnait . Et qui se sentira toujours coupable. Vingt-trois ans plus tard, l'inspecteur qui avait mené l'enquête et n'était pas satisfait des conclusions le recontacte car une lettre anonyme lui laisse entendre qu'il faut remuer le passé... A l'affaire se mêle aussi une énigme historique concernant des lettres, celles d'un certain Junius. ... J'étais ravie de retrouver l'auteur, dont j'avais beaucoup aimé " Heather Mallender a disparu" et " Par un matin d'automne". Plus que celui-ci, je l'avoue. Je sais que certains lecteurs n'apprécient pas le rythme lent de ses intrigues. Moi, au contraire, j'aime entrer doucement dans la psychologie des personnages, découvrir peu à peu les rebondissements, me laisser envelopper par le mystère que Robert Goddard sait si bien entretenir. Juste quelques indications pour vous donner envie: deux époques se répondent, le présent et une date bien précise, le dernier lundi du mois de Juillet 1981, dans un petit village anglais. Ce jour-là, David Umber ( qui porte bien son nom car après, il ne sera plus effectivement qu'une ombre du passé égarée...) assiste, témoin impuissant, à l'enlèvement d'une petite fille de deux ans et à bien pire encore... Et voilà qu'il s'éprend de la jeune nounou qui l'accompagnait . Et qui se sentira toujours coupable. Vingt-trois ans plus tard, l'inspecteur qui avait mené l'enquête et n'était pas satisfait des conclusions le recontacte car une lettre anonyme lui laisse entendre qu'il faut remuer le passé... A l'affaire se mêle aussi une énigme historique concernant des lettres, celles d'un certain Junius. L'ensemble est complexe à souhait, peut-être un peu trop, les coïncidences difficiles parfois à croire, mais j'ai passé un bon moment, l'envie de comprendre ces mystères d'Avebury me titillant fortement.De plus, le style est fort agréable, nettement plus élaboré que de nombreux autres thrillers. Cependant, j'ai trouvé David souvent agaçant et lâche. Robert Goddard sait créer une atmosphère particulière, à laquelle je suis sensible, où secrets et vérités intimes peuvent bouleverser des vies. Un auteur que je lirai à nouveau, c'est sûr !
    Lire la suite
    En lire moins
  • morin Posté le 5 Décembre 2018
    Nous sommes en juillet 1981 dans le sud de l'Angleterre à Avebury. Trois jeunes enfants, accompagnés d'une nounou, se promènent sur le site néolithique. Un jeune homme, assis à la terrasse d'un café, les regarde. Un homme arrive en courant, attrape la plus jeune des enfants et la monte dans un fourgon. La grande sœur court pour essayer de stopper le fourgon qui la renverse et la tue. Le jeune homme est témoin de la scène. Nous sommes en 2004 à Prague où vit David Umber, le témoin de l'accident de juillet 1981. Il est contacté par Sharp, l'inspecteur chargé de l'enquête en 1981. Ce dernier a reçu une lettre anonyme signée "Junius" laissant entendre que l'affaire n'était pas élucidée. Junius est un polémiste mystérieux du XVIIIe siècle sur lequel David préparait une thèse en juillet 1981. Bien qu'un homme a été condamnée pour l'enlèvement et la mort de l'enfant, Sharp souhaite, avec l'aide de David, reprendre officieusement l'enquête. A la suite du drame de juillet 1981 David a abandonné ses études, épousé Sally, la nounou des enfants. Ils ont ensuite divorcés; La jeune femme est décédée. Les Hall, parents des enfants, ont divorcé. Ils se sont remariés... Nous sommes en juillet 1981 dans le sud de l'Angleterre à Avebury. Trois jeunes enfants, accompagnés d'une nounou, se promènent sur le site néolithique. Un jeune homme, assis à la terrasse d'un café, les regarde. Un homme arrive en courant, attrape la plus jeune des enfants et la monte dans un fourgon. La grande sœur court pour essayer de stopper le fourgon qui la renverse et la tue. Le jeune homme est témoin de la scène. Nous sommes en 2004 à Prague où vit David Umber, le témoin de l'accident de juillet 1981. Il est contacté par Sharp, l'inspecteur chargé de l'enquête en 1981. Ce dernier a reçu une lettre anonyme signée "Junius" laissant entendre que l'affaire n'était pas élucidée. Junius est un polémiste mystérieux du XVIIIe siècle sur lequel David préparait une thèse en juillet 1981. Bien qu'un homme a été condamnée pour l'enlèvement et la mort de l'enfant, Sharp souhaite, avec l'aide de David, reprendre officieusement l'enquête. A la suite du drame de juillet 1981 David a abandonné ses études, épousé Sally, la nounou des enfants. Ils ont ensuite divorcés; La jeune femme est décédée. Les Hall, parents des enfants, ont divorcé. Ils se sont remariés lui avec Marilyn, elle avec Questred. Pendant une grande partie de l'ouvrage je me suis légèrement ennuyée. L'histoire m'a semblé s'empêtrer avec trop de personnages, des nombreux déplacements en train dans les environs de Londres et d'Avébury, des voyages à Jersey et les recherches sur Janius.... En fait, je suis vraiment entrée dans le roman que dans les 100 dernières pages. C'est le premier ouvrage de Robert Goddard que je découvre, je ne suis pas sûre d'avoir envie d'en découvrir un autre sauf avis contraire d'un lecteur passionné !
    Lire la suite
    En lire moins
  • ThierryA Posté le 20 Septembre 2018
    Les aventures et mésaventures d’un homme, David, historien, mêlé à une histoire de famille et de crime organisé suite à des évènements dramatiques dont il a été le témoin 23 ans plus tôt. On retrouve là les ingrédients de base de tous les Goddard, mais ce n’est pas le meilleur Goddard ; le style et le savoir-faire font qu’on tourne les pages rapidement mais l’intrigue est tirée par les cheveux notamment à cause de l’intégration dans le récit de l’histoire courante d’évènements qui sont passés au 18ième siècle autour de manuscrits et qui n’ont finalement qu’un faible impact sur l’histoire qui nous préoccupe. Je trouve aussi que la fin aurait pu être plus flamboyante à mon goût. Ca ce vaut pas « Heather Mallender a disparu », ni bien sûr « Par un matin d'automne » et encore moins « Les voies du bonheur » (connut sous le nom de « Le secret d'Edwin Strafford »), ce dernier étant pour moi le meilleur roman de l’auteur à ce jour dans ceux traduits en français (encore beaucoup ne sont pas traduits !)
Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions
Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !