Lisez! icon: Search engine
Sonatine
EAN : 9782355847264
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 544
Format : 140 x 220 mm

Les Sept morts d'Evelyn Hardcastle

Fabrice POINTEAU (Traducteur)
Date de parution : 16/05/2019
Mixez Agatha Christie, Downton Abbey et Un jour sans fin… voilà le roman le plus divertissant de l’année.
Lauréat du prestigieux Costa Award, le premier roman de Stuart Turton est à la fois un formidable jeu de l'esprit et un régal de lecture.
Ce soir à 11 heures, Evelyn Hardcastle va être assassinée.
Qui, dans cette luxueuse demeure anglaise, a intérêt à la tuer ?
Aiden Bishop a quelques heures pour trouver l’identité de l’assassin et empêcher le meurtre.
Tant qu’il n’est pas parvenu à ses fins, il est condamné à revivre sans cesse la même...
Ce soir à 11 heures, Evelyn Hardcastle va être assassinée.
Qui, dans cette luxueuse demeure anglaise, a intérêt à la tuer ?
Aiden Bishop a quelques heures pour trouver l’identité de l’assassin et empêcher le meurtre.
Tant qu’il n’est pas parvenu à ses fins, il est condamné à revivre sans cesse la même journée.
Celle de la mort d’Evelyn Hardcastle.
 
Prêt pour un plaisir de lecture comme vous n’en avez pas connu depuis longtemps ? Plongez dans ce labyrinthe des délices. Chaque personnage, chaque recoin obscur de la maison cache un mystère. Chaque page ou presque offre un rebondissement inattendu. Et il y a 500 pages.
 
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782355847264
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 544
Format : 140 x 220 mm
Sonatine

Ils en parlent

« Aussi fascinant qu’imprévisible, un premier roman époustouflant ! »
The Times

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • nekomusume Posté le 11 Juin 2020
    Petit retour sur ce roman conseillé par une amie... Un objet littéraire inclassable: la 4ème de couverture annonce une rencontre entre Agatha Christie, Downtown Abbey et Un jour sans fin; et bien que ça interroge, je ne vois pas de meilleure façon de la décrire. Une famille en grand danger de faillite, une jeune femme au centre d'un drame familial qui lutte pour garder son indépendance face aux desiderata de sa famille, un secret bien gardé, aristocrates, nouveaux riches, vieilles familles, serviteurs parvenus ou non... voilà pour le côté Downtown Abbey. Dans un manoir anglais du début du XXème siècle (l'époque n'est pas précisée mais certains indices indiquent en gros cette période) en grand danger de délabrement, la famille Hardcastle reçoit pour fêter le retour en Angleterre de leur fille. A la date anniversaire de la mort de leur fils. Avec exactement les mêmes invités. Dans un huis clos à l'ambiance lourde, les protagonistes apporteront chacun une vision différente de la même journée, nous permettant à nous lecteurs de reconstituer l'histoire de cette journée, mais aussi des événements qui se sont produits lors du premier meurtre. Ok, c'est un roman policier me direz-vous... Oui c'est clairement le cas effectivement. Et pourtant...... Petit retour sur ce roman conseillé par une amie... Un objet littéraire inclassable: la 4ème de couverture annonce une rencontre entre Agatha Christie, Downtown Abbey et Un jour sans fin; et bien que ça interroge, je ne vois pas de meilleure façon de la décrire. Une famille en grand danger de faillite, une jeune femme au centre d'un drame familial qui lutte pour garder son indépendance face aux desiderata de sa famille, un secret bien gardé, aristocrates, nouveaux riches, vieilles familles, serviteurs parvenus ou non... voilà pour le côté Downtown Abbey. Dans un manoir anglais du début du XXème siècle (l'époque n'est pas précisée mais certains indices indiquent en gros cette période) en grand danger de délabrement, la famille Hardcastle reçoit pour fêter le retour en Angleterre de leur fille. A la date anniversaire de la mort de leur fils. Avec exactement les mêmes invités. Dans un huis clos à l'ambiance lourde, les protagonistes apporteront chacun une vision différente de la même journée, nous permettant à nous lecteurs de reconstituer l'histoire de cette journée, mais aussi des événements qui se sont produits lors du premier meurtre. Ok, c'est un roman policier me direz-vous... Oui c'est clairement le cas effectivement. Et pourtant... si vous voulez garder un peu de suspense sur cette sombre affaire, merci de ne pas lire la fin de ceci avant d'avoir fini la première journée décrite dans ce livre... Donc, et pourtant ce n'est pas seulement ça. Le personnage principal qui se retrouve à mener l'enquête est bien particulier. En effet, ayant fait connaissance du personnage dans le premier chapitre, nous sommes amenés à vivre cette journée à travers ses yeux, ceux d'un homme peureux, effrayé d'avoir très certainement assisté à un meurtre dans la forêt, désorienté, amnésique et qui n'a que le nom d'Anna pour seul souvenir. Est-elle la victime de ce meurtre? Il découvre le manoir et ses occupants avec la peur et l'incompréhension ancrées en lui. Lorsque cette journée se termine, lors du chapitre suivant, le héros se réveille dans une autre pièce que celle où il s'est endormi, réveillé par un bruit insistant, c'est la sonnette de la porte d'entrée. Il finit par aller ouvrir et se trouve nez à nez avec lui même affolé d'avoir assisté à un meurtre. Voilà pour Un jour sans fin... Le protagoniste va revivre cette journée jusqu'à résoudre le meurtre, changeant de corps à chaque fois, il a 8 jours pour assembler les pièces du puzzle. 8 jours, 8 corps, en gardant ses souvenirs. S'il n'y arrive pas, tout recommence au départ, sans aucun souvenir. Mais que se passe-t-il réellement dans ce manoir qu'il est impossible de quitter? qui est Anna? et qui est ce médecin de peste? qui est le valet de chambre? Entre les concurrents qui essaient de l'empêcher de trouver la réponses, de potentiels alliés dont on n'est jamais sûr qu'il ne vont pas trahir, des personnages qui répètent leur rôle à l'infini, l'ensemble ressemble à un kaléïdoscope où chaque infime rotation modifie la vision globale de la scène. Rien n'est ce qu'il semble être dans ce manoir, l'histoire s'imbrique dans une histoire à la manière des poupées russes et le tableau d'ensemble qui se découvre au final est particulièrement stupéfiant. J'avoue avoir été bluffée par l'imagination de l'auteur, l'esprit retors et on peut certainement dire pervers avec lequel il a mis en scène ce roman et joué avec l'esprit du lecteur. Loin de tout ce que vous avez pu lire, sombre, inquiétant, étonnant... bref toute une expérience !
    Lire la suite
    En lire moins
  • tao19 Posté le 23 Mai 2020
    Wouahh !!! Je me suis senti absorbé par cette histoire. J ai adoré. Un véritable puzzle qu on assemble en même temps que le personnage principal. Par moment on est perdu mais l auteur arrive habilement à nous redonner les pièces au fur et a mesure. Je recommande vivement cette lecture. Une véritable découverte.
  • Anaid07 Posté le 19 Mai 2020
    Ah je jubile ! Indescriptible ! Mille pardons !! Roman unique en son genre ! Cadeau de mon fils, j'ai été plongée dans une grande perplexité, failli abandonner tant l'enfermement dans l'espace temps est bien rendu ! C'est complexe et pourtant si bien articulé ! Une précision d'horloger ( le maître des horloges ) Turton est un génie de la construction, bravo !
  • gruz Posté le 4 Mai 2020
    Unique (définitions du Larousse) : adjectif (latin unicus, de unus, un seul), qui est seul de son espèce dans un contexte donné, qui se distingue des autres par son originalité, ses qualités (un livre unique au monde). Roman unique (définition toute personnelle) : comme tout ayant sans doute déjà été écrit, livre qui combine des éléments connus pour un résultat inédit et jamais vu. Exemple : Les sept morts d’Evelyn Hardcastle de Stuart Turton. Cette histoire est dingue, ambitieuse, complexe, fantastique, inimaginable, aussi minutieuse que follement ludique. Essayez de vous représenter un Cluedo géant. Un meurtre. On connaît la victime et surtout l’heure de sa future mort, mais on ne connaît ni l’assassin, ni vraiment l’arme, ni clairement l’endroit et ni aucunement la motivation. Imaginez une ambiance mettant en scène la vie d’une maison aristocratique britannique au début du XXème siècle. Une atmosphère à l’allure très traditionnelle. Pensez à une enquête construite d’une manière que n’aurait pas renié Agatha Christie. Et tentez de concevoir ce que cette intrigue peut donner avec un personnage principal qui revit le même jour, encore et encore, tant qu’il n’a pas résolu cette énigme. Avec une énorme cerise sur le cake : il va « ressusciter » chaque matin dans la... Unique (définitions du Larousse) : adjectif (latin unicus, de unus, un seul), qui est seul de son espèce dans un contexte donné, qui se distingue des autres par son originalité, ses qualités (un livre unique au monde). Roman unique (définition toute personnelle) : comme tout ayant sans doute déjà été écrit, livre qui combine des éléments connus pour un résultat inédit et jamais vu. Exemple : Les sept morts d’Evelyn Hardcastle de Stuart Turton. Cette histoire est dingue, ambitieuse, complexe, fantastique, inimaginable, aussi minutieuse que follement ludique. Essayez de vous représenter un Cluedo géant. Un meurtre. On connaît la victime et surtout l’heure de sa future mort, mais on ne connaît ni l’assassin, ni vraiment l’arme, ni clairement l’endroit et ni aucunement la motivation. Imaginez une ambiance mettant en scène la vie d’une maison aristocratique britannique au début du XXème siècle. Une atmosphère à l’allure très traditionnelle. Pensez à une enquête construite d’une manière que n’aurait pas renié Agatha Christie. Et tentez de concevoir ce que cette intrigue peut donner avec un personnage principal qui revit le même jour, encore et encore, tant qu’il n’a pas résolu cette énigme. Avec une énorme cerise sur le cake : il va « ressusciter » chaque matin dans la peau d’un autre protagoniste présent à la fête, avec ses souvenirs de la veille. Farfelu ? Complètement ! Et pas du tout ! Clairement, l’idée de combiner ces ingrédients est dingue, mais c’est réalisé avec un incroyable soin et une grande méticulosité. Ce livre est un puzzle, au nombre de pièces inconnu (mais nombreuses). La quatrième de couverture dit que chacune des plus de 500 pages recèle un rebondissement et un morceau de cette énigme. Cela parait impossible, mais c’est pourtant la stricte vérité. Une page = une pièce du puzzle (au minimum). L’auteur de ce projet avait misé sur tout ce qu’il fallait pour se prendre les pieds dans le tapis. Au final, c’est pourtant une réussite totale. Il faut insister sur le fait que c’est le genre de livre qui demande une vraie concentration et un réel investissement du lecteur, pas un roman à lire en diagonale. Chaque détail compte. Chaque page sert, non seulement à l’intrigue, mais aussi à s’imprégner des nombreux personnages. Ce n’est pas le genre de texte à lire de manière trop morcelée, mieux vaut s’y plonger intégralement pour parfaitement en profiter. Mais ne prenez pas peur, c’est tellement bien fait et mené avec une telle intelligence que vous ne vous y perdrez pas, si vraiment vous avez l’envie de profiter de cette expérience. Un plan de la propriété où se déroule l’action est fourni, ainsi que la liste et la qualification des protagonistes. Et, comme le dit lui-même l’auteur dans ses remerciements : « Mention spéciale à mes premiers lecteurs qui ont lu cette histoire dans sa phase « David Lynch » et m’ont gentiment fait remarquer que les indices, la grammaire et les rappels de l’intrigue n’étaient pas un signe de faiblesse ». Et c’est exactement ça, Stuart Turton fait ce qu’il faut pour que l’on se sente perdu dans ce labyrinthe, tout en nous tenant constamment par la main pour que jamais on ne tombe dans un cul-de-sac. Ce roman tient donc du casse-tête, du jeu de patience, du Memory, de l’enquête… Mais c’est aussi une peinture très détaillée d’un monde aristocratique, début 20ème, qui s’effondre. Mensonges, trahisons, secrets, tout y est. C’est incroyablement fun, formidablement divertissant ! Je n’ose imaginer les plans qu’à dû scrupuleusement suivre l’écrivain pour que toutes les pièces tiennent debout. A ce niveau, ce n’est rien de moins que du génie, et le roman fait passer nombre d’autres intrigues à énigmes pour des contes pour enfants. Oui, du génie, parce que plus l’histoire progressait et moins je voyais comment l’auteur allait trouver une explication à cette aventure insensée. Et pourtant, la raison de cette étrange affaireet le final sont un régal d’inventivité et d’ingéniosité ! Le plus fort, c’est qu’on s’attache à ce personnage principal, alors qu’il n’est jamais lui-même, et change de corps et de comportement à chaque journée. Du grand art ! Les sept morts d’Evelyn Hardcastle est un roman sans pareil, une énigme hautement et follement jouissive. Stuart Turton se révèle, dès son premier livre, comme un auteur qui ose l’impossible mais qui s’en donne les moyens. Le résultat est parfaitement singulier et se révèle une inoubliable expérience littéraire.
    Lire la suite
    En lire moins
  • JenniferNahla Posté le 30 Avril 2020
    BRILLANT!!
Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions
Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    Lectures estivales : 30 romans policiers pour frissonner

    De Franck Thilliez et son piège diabolique à Shari Lapena et son oppressant huis clos, focus sur 30 romans policiers addictifs et terrifiants à emporter dans sa valise cet été. Sous le parasol, les vacances seront glaçantes ou ne seront pas !

    Lire l'article
  • Sélection
    Lisez

    Des crimes et des secrets : 10 romans policiers à dévorer si vous aimez Agatha Christie

    Du Crime de l'Orient-Express à Dix petits nègres, Agatha Christie a marqué la littérature policière et reste la reine du crime incontestée. Morte il y a près de 45 ans, elle continue d'inspirer les écrivains, mais aussi la télévision et le cinéma (voir le récent succès du film À couteaux tirés). Huis clos, énigmes, secrets, retournements de situation... Voici 10 romans policiers à lire si vous affectionnez les enquêtes d'Hercule Poirot ou de Miss Marple.

    Lire l'article