Lisez! icon: Search engine
Magellan
L'homme est son exploit
Françoise Wuilmart (traduit par)
Date de parution : 20/02/2020
Éditeurs :
Robert Laffont

Magellan

L'homme est son exploit

Françoise Wuilmart (traduit par)
Date de parution : 20/02/2020
Le 20 septembre 1519, Magellan entreprenait depuis Séville le premier grand voyage autour du monde. Ce 500e anniversaire est l’occasion de découvrir l’une des meilleures biographies consacrées à ce navigateur légendaire, celle de Stefan Zweig.

La seule traduction de ce récit datait de près de soixante ans. Une nouvelle version s’imposait, plus proche du texte original. Elle a été confiée à Françoise Wuilmart, traductrice de...

La seule traduction de ce récit datait de près de soixante ans. Une nouvelle version s’imposait, plus proche du texte original. Elle a été confiée à Françoise Wuilmart, traductrice de renom et spécialiste du grand écrivain autrichien, qui procède à une véritable redécouverte de l’oeuvre.
L’art du romancier se déploie pleinement...

La seule traduction de ce récit datait de près de soixante ans. Une nouvelle version s’imposait, plus proche du texte original. Elle a été confiée à Françoise Wuilmart, traductrice de renom et spécialiste du grand écrivain autrichien, qui procède à une véritable redécouverte de l’oeuvre.
L’art du romancier se déploie pleinement dans cette odyssée biographique. Zweig nous plonge dans une aventure sans pareille, au coeur des affrontements, rivalités et mutineries qui ont émaillé cette traversée encore jalonnée d’autres épreuves – froid polaire, tempêtes, faim et maladies. Mais rien n’est venu à bout de la détermination du Portugais qui avait convaincu le roi d’Espagne Charles Quint de soutenir ce projet fou : prouver qu’« il existe un passage conduisant de l’océan Atlantique à l’océan Indien » : « Donnez-moi une flotte et je vous le montrerai : je ferai le tour de la Terre en allant de l’est à l’ouest ! » C’était sans compter l’océan Pacifique, dont les Européens ignoraient encore l’existence.
L’expédition se terminera trois ans plus tard, sur un rafiot ne comptant plus qu’une vingtaine d’hommes sur les 265 embarqués à Séville, et sans Magellan lui-même, tué lors d’un combat avec des indigènes sur une île des Philippines. Mais elle a abouti, en ouvrant la route des Épices, à une découverte considérable pour l’histoire de l’humanité.
Cette aventure est aussi celle d’un destin entraîné par une volonté sans mesure. Un de ces exploits qui illustrent pour Zweig la conscience créatrice des hommes, prouvant qu’« une idée animée par le génie et portée par la passion est plus forte que tous les éléments réunis » et sert le progrès de la connaissance et le besoin humain de dépassement de soi.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221246832
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 360
Format : 1 x 215 mm
EAN : 9782221246832
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 360
Format : 1 x 215 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Tobidhambourg 04/01/2023
    Suite à une série documentaire sur Magellan proposée par Arte (et de très bonne qualité) j'ai voulu partir sur les flots avec Stefan Zweig à la poursuite du portugais Magellan, cet homme dont le nom est connu de toutes et tous comme étant celui à qui l'on doit le premier tour du monde. Si Magellan n'aura pas véritablement fait cet exploit (il meurt en cours de route) le récit de cette aventure hors du commun ne cesse d'étonner : comment ces hommes ont pu subir autant et par quel chance/habileté/génie tout cela a-t-il pu se concrétiser ? Zweig en fait un récit très plaisant à lire, remontant des origines du portugais à sa mort pathétique en passant par son apprentissage de la navigation, ses coups de maîtres et ses coups de sang. On pourra reprocher à l'auteur de faire de la personne un personnage : Magellan semble quasiment surnaturel et c'est la mort qui permet de faire tomber l'idolâtrie. A cela s'ajoute une erreur sur le sens même du voyage : Zweig sous-entend à plusieurs reprises que le projet est aussi celui de la circumnavigation, ce qui n'était pas véritablement le projet de départ (il s'agissait d'atteindre les Moluques, ou autrement... Suite à une série documentaire sur Magellan proposée par Arte (et de très bonne qualité) j'ai voulu partir sur les flots avec Stefan Zweig à la poursuite du portugais Magellan, cet homme dont le nom est connu de toutes et tous comme étant celui à qui l'on doit le premier tour du monde. Si Magellan n'aura pas véritablement fait cet exploit (il meurt en cours de route) le récit de cette aventure hors du commun ne cesse d'étonner : comment ces hommes ont pu subir autant et par quel chance/habileté/génie tout cela a-t-il pu se concrétiser ? Zweig en fait un récit très plaisant à lire, remontant des origines du portugais à sa mort pathétique en passant par son apprentissage de la navigation, ses coups de maîtres et ses coups de sang. On pourra reprocher à l'auteur de faire de la personne un personnage : Magellan semble quasiment surnaturel et c'est la mort qui permet de faire tomber l'idolâtrie. A cela s'ajoute une erreur sur le sens même du voyage : Zweig sous-entend à plusieurs reprises que le projet est aussi celui de la circumnavigation, ce qui n'était pas véritablement le projet de départ (il s'agissait d'atteindre les Moluques, ou autrement nommées les îles aux épices, pour les donner au roi d'Espagne et futur Charles Quint). Si ce n'est cette romancisation de Magellan et de son projet cette biographie se lit comme un grand livre d'aventure et je reste étonné de ne pas avoir vu jusqu'à présent un film à grand budget autour de cette histoire bien réelle : la jeunesse mouvementée de Magellan, les complots et mutineries, les panoramas sauvages qui défilent sous nos yeux et ce final tragique pourraient devenir dans les mains d'un cinéaste de grand talent un film marquant. D'en conclure que je ne regarderai plus les clous de girofle de la même façon.
    Lire la suite
    En lire moins
  • majero 29/12/2022
    Quand ce petit officier portugais, éconduit par le roi Manoel malgré ses hauts faits d'armes en terres d'Orient, présente en 1517 son projet à la cour espagnole, il ignore que le passage au sud des Amériques dont il a secrètement été informé, un passage qui devrait permettre un accès plus direct que le Cap Bonne Espérance vers les îles aux épices, les plus riches du monde, les Moluques, n'est autre que l'embouchure du Rio Plata! Rien que la saga de la préparation du voyage malgré espions et sabotages portugais, est complètement décoiffante. C'est en novembre 1520, en route depuis 14 mois, qu'il découvre LE passage, après la déception du Rio Plata, un hivernage de quatre mois, la perte du Santiago surpris par une tempête, la répression de l'insurrection fomentée par les capitaines espagnols et la désertion du San Antonio. Peu glorieux est l'épisode philippin qu'atteint un équipage terriblement affaibli par une trop lente traversée du pacifique (d'où son nom), une stupide battaille coûtant la vie de Magellan (dont l'eslave malais Henrique est le premier homme à avoir réaliser un tour du monde!), et le piège du dernier repas offert par le fourbe roi Sebu où succomberont les meilleurs capitaines de la flotte,... Quand ce petit officier portugais, éconduit par le roi Manoel malgré ses hauts faits d'armes en terres d'Orient, présente en 1517 son projet à la cour espagnole, il ignore que le passage au sud des Amériques dont il a secrètement été informé, un passage qui devrait permettre un accès plus direct que le Cap Bonne Espérance vers les îles aux épices, les plus riches du monde, les Moluques, n'est autre que l'embouchure du Rio Plata! Rien que la saga de la préparation du voyage malgré espions et sabotages portugais, est complètement décoiffante. C'est en novembre 1520, en route depuis 14 mois, qu'il découvre LE passage, après la déception du Rio Plata, un hivernage de quatre mois, la perte du Santiago surpris par une tempête, la répression de l'insurrection fomentée par les capitaines espagnols et la désertion du San Antonio. Peu glorieux est l'épisode philippin qu'atteint un équipage terriblement affaibli par une trop lente traversée du pacifique (d'où son nom), une stupide battaille coûtant la vie de Magellan (dont l'eslave malais Henrique est le premier homme à avoir réaliser un tour du monde!), et le piège du dernier repas offert par le fourbe roi Sebu où succomberont les meilleurs capitaines de la flotte, obligeant les survivants trop peu nombreux à sacrifier le Concepcion. Du Trinidad et du Victoria, seul ce dernier (le plus petit de flotte) et bien que toute escale sur le continent africain soit interdite par la mainmise portugaise, réussira avec 18 hommes d'équipage, à rejoindre l'Espagne, s'étonnant du décalage d'un jour avec ceux restés au port (normal puisque vers l'ouest on avance avec le soleil donc les journées sont un peu plus longues que 24h et à la fin du tour on a gagné un jour!). Malgré le testament laissé par un prévoyant Magellan, ses héritiers n'en profiteront pas car son épouse et ses deux fils sont entre-temps décédés. Zweig ne peut s'empêcher de placer ses pompeuses et moralisatrices généralisations qui m'irritent un peu mais le livre est vraiment passionnant. Je vais d'ailleurs tenter une petite mise en scène la semaine prochaine avec mes deux petits enfants, une carte géante du monde au sol, des personnages et petits bateaux qu'on réalisera en plasticine ;-) [masquer] Ici un résumé de la mise en scène. montrer la belgique, les continents, expliquer il y a 500 ans où en étaient les découvertes Marco Pollo parti à 17 ans pour un voyage de 25 ans expliquer le but du jeux, les épices (mettre des clous de giroffle aux moluques et des 20 cent à tous les intermédiaires) mainmise de l'islam et des Vénitiens pourrait être contournée par l'afrique mais le cap de Ptolémée, où le soleil est si fort que la mer entre en ébullition, les navires s'enflammeraient et les hommes seraient changés en nègres. Choisir des couleurs pour l'espagne et le portugal Leur faire apprendre Vasco de gama qui découvre le cap de bon espérance, placer des fortins portugais verrouillant les côtes africaines. Prospérité portugaise jalousée par l'Espagne avec Colomb qui croit avoir trouvé une route plus courte par l'ouest mais amerigo vespucci a compris que c'est un nouveau monde qui portera son nom et Nunez de Balbo du haut d'une montagne découvre le Pacifique inconnu Arrive Magellan débouté par les portugais, qui va offrir à l'Espagne une chance d'arriver premier aux iles Il s'est renseigner secrètement sur le passage mais celui-ci est faux Parti en 1517 avec 5 bateaux malgré espions et sabotages portugais (placé des billes comme monnaie d'échange dans les bateaux) Déception au Puerto plata, hivernage, Santiago détruit, rébellion, désertion San Antonio Continue avec trois bateaux mais peu de vent, affamés arrivent aux Philippines Son esclave est le premier a avoir fait le tour de la terre dispute avec le roi stupide battaille et mort de Magellan Piège du dernier repas et mort des capitaines Plus assez pour trois bateaux et sacrifient le Concepcion Arrivent aux iles riches, mais seule le plus petit le Victoria plein d'épices rentre en Espagne sans pouvoir accoster la cote africaine. un jour de décalage vu que partis vers l'ouest pas d'héritier car sa femme et ses fils sont morts Petite photo de notre réalisation: https://zupimages.net/up/23/01/f18m.jpg [/masquer]
    Lire la suite
    En lire moins
  • mika07 10/12/2022
    Une ode à la témérité, au courage et à la liberté. Ou le récit d'un destin hors du commun, celui d'un homme qui a osé se lancer dans un projet fou avec juste une confiance absolue et une abnégation sans faille, par delà la vie et la mort, pour que seule la légende de sa quête reste. Hernando de Magallanes de son contrat signé avec la couronne d'Espagne, dit Magellan ("Mage-lent" si j'ose dire), est ce personnage d'une intelligence rare et d'une patience à toute épreuve qui, tel le pèlerin qui s'accroche à son étoile, prend le temps de construire son œuvre et part à la rencontre de sa destinée pour accomplir un tour du monde jamais réussi, ni même tenté avant lui. L'exploit dépasse l'humain pour toucher au divin et à l'éternel. Mais, au delà de l'aventure et des péripéties rencontrées, c'est justement cette profonde humanité et humilité du navigateur, cette passion héroïque, que l'auteur décrit avec subtilité et enthousiasme en même temps. Stefan Zweig nous embarque dans cette incroyable odyssée, de sa genèse et construction, avant le jour du grand départ, jusqu'à son aboutissement, en passant par ses tragédies, ses moments de joies intenses et surtout ses longues... Une ode à la témérité, au courage et à la liberté. Ou le récit d'un destin hors du commun, celui d'un homme qui a osé se lancer dans un projet fou avec juste une confiance absolue et une abnégation sans faille, par delà la vie et la mort, pour que seule la légende de sa quête reste. Hernando de Magallanes de son contrat signé avec la couronne d'Espagne, dit Magellan ("Mage-lent" si j'ose dire), est ce personnage d'une intelligence rare et d'une patience à toute épreuve qui, tel le pèlerin qui s'accroche à son étoile, prend le temps de construire son œuvre et part à la rencontre de sa destinée pour accomplir un tour du monde jamais réussi, ni même tenté avant lui. L'exploit dépasse l'humain pour toucher au divin et à l'éternel. Mais, au delà de l'aventure et des péripéties rencontrées, c'est justement cette profonde humanité et humilité du navigateur, cette passion héroïque, que l'auteur décrit avec subtilité et enthousiasme en même temps. Stefan Zweig nous embarque dans cette incroyable odyssée, de sa genèse et construction, avant le jour du grand départ, jusqu'à son aboutissement, en passant par ses tragédies, ses moments de joies intenses et surtout ses longues et mornes journées d'errance et de silence au milieu d'une vaste mer qui n'en finit plus. Nous sommes au côté de Magellan, sur le pont de son navire, les yeux suivant son regard vers l'horizon, chahuté au gré de ses doutes, de ses espoirs et de ses espérances, mais guidé par sa seule volonté qui maintient fermement le cap jusqu'à ce détroit qu'il finit par découvrir et franchir et auquel il laissera son nom pour la postérité. Si l'utilité finale de sa découverte aura une portée limité, cela n'effacera en rien l'audace et la flamme qu'il allume dans le cœur des explorateurs les plus intrépides. Un destin aussi brillant que tragique conté par un Maitre des émotions et de l'âme humaine. Un vent d'aventure qui fait un bien fou et pousse à oser, à partir à la découverte de ce monde qui cache sans doute aujourd'hui encore de grands mystères, ce voyage qui permet surtout et avant tout de partir à la découverte de soi-même.
    Lire la suite
    En lire moins
  • TournesolLeZouave 30/11/2022
    Excellent ouvrage écrit par un écrivain tout aussi excellent, traitant de l'épopée extraordinaire de Magellan autour du monde. Ce livre en met plein la vue (ou les oreilles, si c'est un livre audio) et donne au lecteur l'impression d'être lui même de l'équipage tant les voyages et les actions sont bien expliqués. C'est sans nul doute l'une des meilleures biographies que j'ai lues.
  • NathalieBC 23/10/2022
    Deuxième biographie écrite par Stefan Zweig que je lis (Marie Stuart) et deuxième régal. Un petit récit fascinant et magnifiquement écrit à partir de sources de première main. Pour faire simple, à côté de Magellan et de son exploit, Christophe Collomb est un petit joueur, une tapette. #x1f601
Abonnez-vous à la newsletter Robert Laffont
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.