Lisez! icon: Search engine
Editions Héloïse D'Ormesson
EAN : 9782350870588
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 475
Format : 142 x 206 mm

Odeur du temps

Date de parution : 24/05/2007

« Le livre est irremplaçable. On le dit menacé par l’image et par l’ordinateur. J’espère pourtant – et je crois – que le rôle du livre est loin d’être terminé. Plus que la machine, évidemment, et plus aussi que l’image, si forte, mais peut-être justement trop forte, c’est le...

« Le livre est irremplaçable. On le dit menacé par l’image et par l’ordinateur. J’espère pourtant – et je crois – que le rôle du livre est loin d’être terminé. Plus que la machine, évidemment, et plus aussi que l’image, si forte, mais peut-être justement trop forte, c’est le livre qui permet le mieux les jeux féconds du souvenir, du rêve, de l’imagination. »

Parmi le millier de chroniques que Jean d’Ormesson a publié de 1969 à aujourd’hui, Odeur du Temps en rassemble une centaine. Plaidoyer pour la lecture mais aussi billets d’humeur, réflexions sur un monde en mutation, ces textes pleins d’esprit furent autant d’occasions de rendre hommage aux grands noms de la vie intellectuelle de la fin du XXe siècle et du début du XXIe.

Avec une jubilation communicative, Jean d’Ormesson y proclame son amour de la littérature, de l’art et de la vie. Il y parle de ses voyages, réels ou imaginaires, aux côtés de figures aussi diverses que le peintre Raphaël, l’empereur Frédéric II, le poète Charles Péguy ou le tennis-man John McEnroe.

Tour à tour érudites, enthousiastes ou polémiques, ces chroniques séduisent par leur fraîcheur, surprennent par leur actualité. Vingt, trente après, elles continuent de nous transporter tout à la fois hors du temps et au cœur de notre temps. Autant qu’une autobiographie, elles dessinent le portrait de leur auteur.


Le titre est tiré d’un vers de L’Adieu d’Apollinaire :
J’ai cueilli ce brin de bruyère
L’automne est morte souviens-t’en
Nous ne nous verrons plus sur terre
Odeur du temps brin de bruyère
Et souviens-toi que je t’attends

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782350870588
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 475
Format : 142 x 206 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Jipi Posté le 14 Septembre 2020
    Recueillir dans la ville éternelle le dernier soupir de Pauline de Beaumont ou dormir à la belle étoile loin de ses bases en grignotant de l'herbe pour survivre, tout en se remémorant ses premières années passées dans les coursives d'un château lugubre dominé par les apparitions soudaines d'une jambe de bois. Qui n'en a pas inconsciemment rêvé malgré certaines contraintes plutôt que de bailler aux corneilles du matin au soir dans un rationnel privé de toute transcendance bonne ou mauvaise. Une odeur du temps permettant à toute une galerie sensitive de se révéler par la parole ou l'écrit plutôt que d'être une ressource passive ne faisant que se soumettre aux concepts son temps. C'est par des décibels convaincants et une prose mordante que l'on finit par exister en devenant dans l'extase ou la douleur Sainte Beuve, Paul-Jean Toulet, Aragon, André Malraux et bien d'autres. De l'atmosphère bourgeoise et feutrée de François Mauriac en passant par la métaphysique tourmentée de Jorge Luis Borges via l'imaginaire et l'ordre de Roger Gallois tout n'est qu'une abondance de lumière et de bons mots ayant permis à des privilégiés de se nourrir de leur propre différence. Un catalogue impressionnant de critiques, d'auteurs et de poètes maintenu ou révélé par un... Recueillir dans la ville éternelle le dernier soupir de Pauline de Beaumont ou dormir à la belle étoile loin de ses bases en grignotant de l'herbe pour survivre, tout en se remémorant ses premières années passées dans les coursives d'un château lugubre dominé par les apparitions soudaines d'une jambe de bois. Qui n'en a pas inconsciemment rêvé malgré certaines contraintes plutôt que de bailler aux corneilles du matin au soir dans un rationnel privé de toute transcendance bonne ou mauvaise. Une odeur du temps permettant à toute une galerie sensitive de se révéler par la parole ou l'écrit plutôt que d'être une ressource passive ne faisant que se soumettre aux concepts son temps. C'est par des décibels convaincants et une prose mordante que l'on finit par exister en devenant dans l'extase ou la douleur Sainte Beuve, Paul-Jean Toulet, Aragon, André Malraux et bien d'autres. De l'atmosphère bourgeoise et feutrée de François Mauriac en passant par la métaphysique tourmentée de Jorge Luis Borges via l'imaginaire et l'ordre de Roger Gallois tout n'est qu'une abondance de lumière et de bons mots ayant permis à des privilégiés de se nourrir de leur propre différence. Un catalogue impressionnant de critiques, d'auteurs et de poètes maintenu ou révélé par un admirable conteur profondément imprégné par la transpiration sensorielle de nombreux lettrés ayant opté pour l'élaboration d'un parcours.
    Lire la suite
    En lire moins
  • liratouva2 Posté le 3 Juin 2010
    J’aime beaucoup Jean d’Ormesson parce que j’ai l’impression de l’avoir toujours connu, parce que j’ai toujours aimé le voir et l’écouter à la télévision, parce que j’aurais bien voulu un père, un grand père, un oncle comme lui, souriant, élégant, cultivé. Cependant, à part le très joli livre pour les plus jeunes: « l’enfant qui attendait un train », je n’ai rpas lu un seul de ses livres complètement. Je ne sais d’ailleurs pas pourquoi. Celui-ci non plus, je ne le lirai pas en entier bien qu'il soit très intéressant. Ce n’est pas un roman mais un regroupement de ses chroniques à partir de 1969, comme un condensé de sa pensée au fil du temps., une accumulation de billets d’humeur, bref un livre que j'ai feuilleté avec attention et où j'ai picoré des idées qui me plaisent comme celle-ci par exemple: "Je surprendrai peut-être le lecteur en lui assurant que ce que je préfère, c'est me taire.J'ai parfois regretté mes paroles, je n'ai jamais regretté mon silence. Je ne participe pas volontiers aux querelles qui agitent le petit monde des intellectuels parisiens." J’ai l’impression d’une conversation avec un esprit léger et profond, qui parle de tout avec style... J’aime beaucoup Jean d’Ormesson parce que j’ai l’impression de l’avoir toujours connu, parce que j’ai toujours aimé le voir et l’écouter à la télévision, parce que j’aurais bien voulu un père, un grand père, un oncle comme lui, souriant, élégant, cultivé. Cependant, à part le très joli livre pour les plus jeunes: « l’enfant qui attendait un train », je n’ai rpas lu un seul de ses livres complètement. Je ne sais d’ailleurs pas pourquoi. Celui-ci non plus, je ne le lirai pas en entier bien qu'il soit très intéressant. Ce n’est pas un roman mais un regroupement de ses chroniques à partir de 1969, comme un condensé de sa pensée au fil du temps., une accumulation de billets d’humeur, bref un livre que j'ai feuilleté avec attention et où j'ai picoré des idées qui me plaisent comme celle-ci par exemple: "Je surprendrai peut-être le lecteur en lui assurant que ce que je préfère, c'est me taire.J'ai parfois regretté mes paroles, je n'ai jamais regretté mon silence. Je ne participe pas volontiers aux querelles qui agitent le petit monde des intellectuels parisiens." J’ai l’impression d’une conversation avec un esprit léger et profond, qui parle de tout avec style et panache.
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Découvrez toutes les actualités de nos maisons d'édition et de vos auteurs préférés